Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Gr.H
  3. // Cluj/Manchester United

Mais qui es-tu le CFR Cluj?

Une ville presque aussi hongroise que roumaine, un président à la limite de la légalité et un effectif constellé de joueurs portugais de seconde zone, Cluj n'impressionne pas vraiment. Pourtant le club transylvanien est en tête du groupe H, avant la réception de Manchester United ce soir.

Modififié
De prime abord, Transylvanie rime avec Dracula. Pourtant à l’ouest de la Roumanie, il est un club de football qui domine les "grands" de Bucarest depuis quelques saisons. Ce club, c’est le CFR Cluj, qui affronte Manchester United ce soir en Ligue des champions. Cluj, ville prospère située à la frontière hongroise. Une situation géographique qui ne devrait être qu'un détail mais qui dérange car un tiers de la ville est magyarophone. Un problème pour les nationalistes roumains qui n’apprécient que modérément la minorité hongroise, son goulasch et son orthographe impossible. Cluj agace à tel point que l'auguste Nicolae Ceausescu, partisan d'une "roumanité" pure a cru bon d'accoler par décret présidentiel en 1973 le nom roumain de Napoca au blase de la cité. Aujourd'hui encore, au pays d’Ilie Nastase, la communauté hongroise fait jaser les apôtres du nationalisme. A l'image du toujours classe président du Steaua Bucarest, Gigi Becali, qui déclarait : « C'est une honte de les voir jouer dans notre championnat. Le CFR Cluj est une équipe de Hongrois, pas de Roumains. » Le dirigeant d’origine roumaine en remettait une couche cette semaine en affirmant : « Tant que je vivrai, Cluj ne remportera pas le championnat de nouveau. »

Un business de vente de voitures

Pourtant pendant longtemps, Bucarest s'est moqué du CFR comme de sa première chemise. Durant des années les deux grands clubs de la capitale, Steaua et Dinamo se partageaient les breloques. Mais désormais, cette époque est révolue. Depuis quatre ou cinq ans, les Transylvaniens se permettent de faire la nique aux grands, pas habitués à voir leur suprématie contestée. Pour autant, l’histoire de Cluj n’est pas forcément aussi jolie que celle du petit poucet. Football roumain rime souvent avec pots-de-vin et Cluj n'échappe pas à la règle. Le président Arpad Paszkany fait partie de cette génération de businessmen interlopes, qui a poussé comme de la mauvaise herbe après la chute du communisme. Il traîne certaines casseroles mafieuses, et s'il se fait discret, à l’inverse d’un Becali tout en déclarations fracassantes, c'est que l’homme a été inculpé en 2009 par la Direction de l'Investigation de la Criminalité organisée et le terrorisme pour une sombre affaire d'extorsion. Mais du côté de la ville de Cluj, on est disposé à fermer les yeux sur les écarts de conduite du grand argentier du club. Pourquoi ? Tout simplement parce que depuis l’arrivée en 2002 de celui qui a fait fortune dans la vente de voitures, Cluj est passé de la Troisième division à la Champions League, remportant trois titres de champion au passage.

La formule magique de Paszkany consiste à acheter une flopée de joueurs peu onéreux dans des clubs sud-américains ou au Portugal tout en s’appuyant sur quelques valeurs du cru. Des investissements payants puisqu’en 2007-2008, les Ferroviarii (cheminots en VF) remportent leur premier titre au nez et à la barbe du Steaua. Le CFR fait une entrée tonitruante en Champions League l’année suivante en gagnant au Stadio Olimpico face à l’AS Roma 2-1 avant de tenir en échec Chelsea ; la suite sera moins glorieuse et Cluj éliminé dès la phase de poules. Tant pis, les Roumains se sont faits un nom et ont permis à un joueur très prometteur de se faire connaitre, Alvaro Pereira. Aujourd’hui à l’Inter, l’Uruguayen, qui a explosé à Porto, n’oublie pas ses années passées dans les montagnes des Carpates : « C'est grâce à Cluj que j'en suis là, c'est eux qui m'ont permis de jouer en Champions League. » .

La communauté portugaise


En 2010-2011, les "Clujistes" disputent à nouveau la grand-messe continentale, pour sortir au premier tour. Sans gloire cette fois malgré la poignée de buts inscrits par le géant ivoirien Lacina Traoré, qui épaule aujourd'hui Samuel Eto'o à l'Anzhi. Alors la troisième participation des hommes menés par l'ancien international Ioan Andone sera t-elle la bonne ? Possible, d'autant que les Transylvaniens disposent d'un effectif certes sans génie mais solide et difficile à manœuvrer. Une équipe qui pourrait aussi jouer en Liga Sagres tant les Portugais sont nombreux dans le groupe, à l'image du capitaine le défenseur Cadu ou du meneur de jeu Diogo Valente. L'international sénégalais Sougou débarque quant à lui de l'Academica Coimbra.

La victoire à Braga lors de la première journée avait d'ailleurs des allures de revanche pour certains joueurs de Cluj puisque les deux buts du triomphe du CFR ont été inscrits par Rafael Bastos (aucun lien), ancien joueur du Minho. Luis Alberto et le gardien Mario Felgueiras étaient également passés sans succès chez les Arsenalistas. Quoi qu'il en soit, avec cette victoire à l'extérieur les Transylvaniens ont bien lancé leur course à la deuxième place dans un groupe déjà promis à Manchester United. Et tant pis si les partenaires de Cadu sont pour le moment loin derrière le Steaua en championnat, car c'est bien à Cluj, ville magyarophone, que viennent jouer les Red Devils ce soir. Gigi Becali peut tirer la tronche.

Par Arthur Jeanne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures La drôle de liste d'invités de la finale 17
Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 56 Hier à 19:43 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3 Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique