Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Infirmerie

Mais qui es-tu la talalgie ?

Voilà plus d'un mois maintenant que le PSG est privé de sa star, Zlatan Ibrahimović. Si tout le monde est resté longtemps dans le flou concernant cette absence, le terme de talalgie a fait son apparition pour expliquer ces vacances contraintes. Une nouvelle qui ne fait pas office d'une énorme avancée pour les néophytes, car, bordel, c'est quoi une talalgie ?

Modififié
En un mois, le terme de talalgie a gagné une popularité folle dans les foyers français. Et pour cause : ce mal touche Zlatan Ibrahimović, icône interstellaire du football hexagonal. Dieu sait que cette pathologie serait restée réservée aux cabinets de podologie si elle avait frappé Vincent Le Goff, Marc Planus ou Lionel Mathis. Tout au plus aurait-elle fait sourire si elle avait à l'époque atteint l'immense Talal El-Karkouri. Mais un héros à terre pour un problème au talon force les spotlights à se braquer sur le jargon médical. Quelle est donc cette talalgie qui cloue le géant suédois à l'ombre depuis le 21 septembre dernier, date de sa dernière apparition sur les prés face à Lyon (1-1) ? Terme générique, la talalgie est en réalité un « sac » dans lequel s'entassent toutes les douleurs talonnières. En somme, il ne décrit pas une pathologie particulière, mais s'évertue seulement à indiquer le lieu de souffrance du patient. Aussi vague qu'une réponse de Bernard Tapie, le diagnostic explique en lui-même les difficultés des médecins parisiens à évaluer le retour du Z sur les terrains.

Problèmes d'insertion


Mais que contient ce sac ? Christophe Blanc, podologue du sport, renseigne sur la question : « Cela peut aller de la douleur d'insertion du talon d'Achille aux douleurs d'insertion de l'aponévrose, plus communément appelée la talalgie plantaire commune, ou bien une aponévrosite plantaire, qui est une douleur d'insertion des tendinophaties de l'insertion du muscle adducteur de l'hallux au niveau du talon.  » . Plus vulgairement, une insertion est « un tendon ou un muscle qui s'insère directement sur l'os. Comme toutes les tendinites que vous pouvez avoir au genou par exemple, au bout d'un moment, ça s'inflamme. Et quand c'est inflammé, c'est douloureux et c'est là qu'on passe à l'état pathologique. » Face à cet éventail « talalgesque » , les médecins du PSG sont jusqu'alors restés prudents. Mais lors de son déplacement en Suède, alors qu'il avait espoir de rejouer, Zlatan a consulté quelques spécialistes, comme le rapporte le quotidien local Aftonbladet dans son édition du 22 octobre. Qui n'a pas hésité à rapporter un diagnostic plus précis en parlant d'aponévrosite plantaire tout en glissant un tacle au staff du club de la capitale : « Cette inflammation d'une partie de la voûte plantaire est typique des meilleurs athlètes tels que Zlatan, et résulte d'une surcharge. Cela souligne les dangers d'une mauvaise préparation de pré-saison au Paris Saint-Germain.  » Une des hypothèses que Christophe Blanc privilégie : « Cela peut être l'aponévrosite plantaire, le tissu fibreux de soutien de la plante du pied qui s'insère à ce niveau peut faire souffrir. Pour un footballeur qui s'entraîne de nombreuses fois, la musculation, la répétition des efforts, les temps de récup', ce sont des pathologies de charge de travail, car si c'était aigu, comme une entorse, et on le saurait d'un seul coup, ce serait du niveau de la déchirure et là au niveau des examens on aurait vu une complète désinsertion ou une fracture sur la zone. »

Une récupération difficile


L'aponévrosite plantaire, voilà un terme un peu barbare qui n'a pourtant pas de secret pour Pascal Berenguer. Le milieu de terrain de Tours a en effet été touché par ce mal, il y a quelques années, lorsqu'il évoluait encore sous les couleurs de l'AS Nancy. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas oublié la douleur associée à cette blessure : « Dans mes souvenirs, j'ai eu des douleurs pendant environ un mois, à la fin, je n'arrivais même plus à poser le pied, et tu as beau essayer de forcer, un moment tu ne peux plus, quoi. » Heureusement pour lui, le médecin de Nancy avait le remède miracle : l'infiltration. Un procédé très efficace pour éliminer la douleur, comme l'explique Christophe Blanc : «  En fonction de ce qui est infiltré, le plus souvent des corticoïdes, ça va calmer l'inflammation, on travaille directement sur le symptôme. » Une recette qui avait bien fait le job, selon Berenguer : «  Le médecin du club m'avait fait une infiltration. En gros, il m'a fait piquer avec une grosse aiguille, qui m'a injectée des corticoïdes et hop, c'est parti. Depuis, ce n'est jamais revenu.  » Le traitement n'est malheureusement pas toujours aussi simple car, si pour l'ancien joueur de Nancy, l'effet a été rapide et satisfaisant, la plupart du temps, il est important d'associer cette méthode à « une correction de la statique du pied pour prévenir les recrudescences des douleurs liées à la pathologie et pérenniser le traitement » , souligne le podologue du sport. Si les techniques de guérison paraissent simples de prime abord, il va de soi que cela diffère du stade d'inflammation que connaît le sujet. Et plus l'inflammation est avancée, plus le temps de rétablissement est long, forcément : « Comme il n'y pas de traitement de choc, on ne peut pas dire "dans deux semaines vous êtes sur pied". Et si elle a été prise en charge un peu plus tardivement, cela peut retarder le traitement  » , confirme le doc'. Concrètement, difficile donc de savoir quand Zlatan pourra refouler les pelouses de Ligue 1 et d'Europe. Et dans cette histoire, comme le chantait Barbelivien, il faut laisser le temps au temps.

Par Gaspard Manet et Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall