Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 22 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Règles de bonne conduite

Mais qui es-tu, la lettre d’adieu ?

Aujourd’hui, impossible de quitter un club sans explications, écrites ou orales. Et il faut croire que la lettre d’au revoir/d’adieu est devenue la norme.

Modififié
C’est sans aucun doute l’une des séparations les plus réussies, l’une des plus belles lettres de l’histoire du foot. En 2012, quand Pippo annonce sa retraite, il prend sa plume et met ses tripes sur la table pour son unique amour, le Milan. En voici un échantillon :

« Toutes les choses que vous lirez seront secondaires par rapport à une seule, la première chose que je veux que vous sachiez : j’ai joué et j’ai gagné pour nous. Jouer et gagner sans le moindre partage ne sert à rien. Nous, on a tout connu ensemble. Nous avons espéré, nous avons souffert, nous avons exulté, nous avons joui ensemble. Nous avons soulevé les coupes et les Scudetti, nous avons toujours été sur la même longueur d’onde et ça ne sera jamais différent.
(…)
Merci football, merci Milan, permettez-moi de l’appeler "Mon Milan". Je remercie également les gens de la via Turati, de Milanello, les bureaux, les standards, les magasiniers, les cuisiniers, les médecins, les kinés, le stade, les employés, le vestiaire et tous les gens qui attendaient mes buts, et qui m’ont toujours soutenu. Un merci tout particulier à M. Ancelotti, avec qui j’ai tout gagné. Merci également à tous mes coéquipiers, d’hier et d’aujourd’hui.
(…)
Mon cher Milan, je te laisse seulement parce que c’est la vie, parce que le moment est venu et tu le sais.

Merci à tous.

Filippo Inzaghi.
 »

Épistolaire Yohan Mollo


Si certaines lettres ont marqué les esprits – Pippo Inzaghi au Milan donc, Henry à Arsenal, Gerrard à Liverpool ou encore Casillas à Madrid –, il est difficile pour autant de retrouver le pionnier, ou l’homme qui a initié la mode. Quoi qu’il en soit, il faut croire que cet engouement est né à la fin des années 2000 et ne semble plus avoir de limite aujourd’hui. Elle était à la base limitée aux vraies histoires d’amour. Elle est aujourd’hui aux footballeurs ce qu’une Stan Smith est aux Parisiens. À savoir un passage quasiment obligé, surreprésenté, et ce, peu importent la durée ou la nature de la relation entre les deux parties.


C’est pourquoi la plupart d’entre elles sont désormais écrites ou du moins revues et corrigées par un tiers, agent ou membre du club. Non pas que le joueur en question ne sache pas écrire, mais il s’agit encore et toujours de communication. Et qui dit communication, dit forcément minutie et calcul. Quelques-unes d'entre elles passent forcément entre les mailles du filet, via les réseaux sociaux généralement (et on pense notamment à Yohan Mollo), mais la norme actuelle, c’est donc de trouver le juste milieu entre propreté et sincérité. Les idées viennent du joueur, mais elles doivent se limiter à un cadre bien défini.

Je suis dans mon lit il est 1h50 du matin et je pense que bientôt je porterai un autre maillot et ça me fait bizarres parce que j'avais construit une vraie relation Avec vous ceux qui me connaisse save pourquoi j'ai fait ce choix pa besoin d'inventer des violons je suis et resterai kelkun de vrai vous serez toujours dans mon cœur je vais juste essayer de chercher un peu de lumière pour égayer ma vie et tout le monde dira la Russie pourquoi la Russie par ce que je ne vous mentirai pas je n'ai eut que cette offre me concernant mais je vais découvrir avec joie un nouveau pays un club qui a besoin de moi et qui attend beaucoup de moi et c'est juste ceux que j'attendais je vous souhaite le meilleur merci pour tout#mental#acier#onbaissejamaislesbras#vertunjour#verttoujour#vousallezmemanquer😭😅❤️#TEAMASSE#publicenOR#💘

Une photo publiée par Yohan Mollo (@mollooffficial) le


Jusqu'à ce que la mort nous sépare


Pas de plume, ni d'insomnie, ni de parchemin éclairé par une chandelle, donc. On pouvait s'en douter. Et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la plupart des lettres se ressemblent dans la forme et la construction. On remercie d’abord le club, les dirigeants et les supporters pour tout ce qu’ils ont pu apporter, on se rappelle quelques souvenirs, on donne une explication (l’ambition marche à tous les coups) et enfin on ferme la parenthèse avec parfois une touche d’espoir et d’éternité, du style : « Je continuerai à vous suivre » , « j’aurai toujours ce club dans le cœur » , « je reviendrai » ou bien un « TFC un jour, TFC pour toujours » à la Regattin, histoire de ne se mettre personne à dos et/ou de pouvoir revenir en cas d’échec sans se faire lyncher. En gros, c’est une rédaction type que les élèves peuvent suivre à la ligne ou réinterpréter à leur sauce, mais dont certains points essentiels ne peuvent en aucun cas être omis.



Ce n’est donc jamais une mauvaise idée de se lancer. Mais comme toute les choses qui prolifèrent et foisonnent durant la même période et à vitesse grand V, sans conditionnement, c’est simplement aujourd’hui un geste qui se perd dans la masse, impersonnel et banal. Pour les grandes histoires d'amour, celles d'une vie, il va donc falloir trouver d'autres voies pour se démarquer, chercher encore plus grand, plus intense, plus fort. Francesco Totti ne doit plus en dormir la nuit. Rogerio Ceni, quant à lui, a donné sa vision des choses, certes drastique, mais véritable, à n'en pas douter : « Mon dernier vœu, c'est la première fois que j'en parle, c'est peut-être le plus difficile, mais cela arrivera un jour. Je veux demander à ma famille que mon corps soit incinéré au Morumbi (stade de São Paulo, ndlr) et que mes cendres soient éparpillées sur la pelouse du stade pour que je me rappelle à jamais tout ce qui s'est passé ici. »

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 20 il y a 2 heures River Plate devrait quitter El Monumental 3
il y a 3 heures Les nouvelles clauses inquiétantes du code éthique de la FIFA 26
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:08 Rooney, héros de la 95e minute 17 Hier à 10:21 Record de buts en Ligue 1 pour une première journée 27 dimanche 12 août La célébration musclée de Jürgen Klopp 9
À lire ensuite
Bauza Nova