Mais qui es-tu, İstanbul Başakşehir ?

Jusqu’à il y a peu, le haut des classements européens n’était pas vraiment des exemples de diversité. Puis sont venus Leicester, Leipzig, Nice. Ou en Turquie, la toute nouvelle formation d’Emmanuel Adebayor : İstanbul Başakşehir. Dépassé par Beşiktaş le mois dernier, le club de la rive nord a longtemps squatté la première place devant les trois dragons voisins. Un miracle pour un sympathique petit club de quartier ? Pas vraiment.

Modififié
Istanbul, 26 juillet 2014. La température est chaude, le public de bonne humeur. Dans le dos de deux défenseurs balourds, un grand gaillard en maillot orange contrôle la balle du pied gauche à l’entrée de la surface. Il enchaîne de l’extérieur du droit dans le petit filet opposé. Une minute plus tard, lancé en profondeur, il remet ça. Alors qu’un arrière fait mine de résister, l’attaquant en profite pour envoyer un piqué puissant en lucarne. Ce soir-là, l’équipe qui évolue à domicile l’emporte 9-4 contre une formation d’anciens joueurs pros et célébrités locales. Avec un triplé de son n°12 : Recep Tayyip Erdoğan.

Vidéo

Un club sans raison d’être


Si le futur président a rechaussé les crampons, c’est pour baptiser le flambant neuf stade Fatih Terim, nouvelle demeure d’İstanbul Başakşehir, construit sur la rive européenne de la ville turque. Quelques mois auparavant, le club s’appelait encore İstanbul Büyükşehir Belediyespor et appartenait à la municipalité. Pas pour rien que Belediye signifie carrément « mairie » . C'est peu dire qu’il était mission impossible pour le petit club lancé en 1990 – soit neuf décennies après les trois monstres sacrés stambouliotes – de remplir les 75 000 sièges du stade Atatürk, son ancienne maison et celle de la sélection. Pour Ceyhun Kaplan, consultant en football turc, impossible qu’il en soit autrement : « C’est un club artificiel, qui évolue dans un quartier calme, conservateur, loin du centre urbain. À l’image du gouvernement actuel. Personne n’est vraiment supporter de ce club. » Des supporters, non, mais un public, oui. Depuis quelques mois, des groupes d’étudiants se déplacent par exemple régulièrement au nord du Bosphore. Fatigués des querelles violentes opposant les trois dinosaures, ils veulent croire en un football sans conflit.


Deuxième de Süperlig après des semaines en tête, Başakşehir arrive enfin à remplir son nouveau stade. Une victoire du beau jeu, développé par les joueurs de l’ancien sélectionneur Abdullah Avcı, avec à la baguette, la légende Emre Belözoğlu, venu s’offrir un dernier challenge il y a deux étés. Des hommes forts convaincus de rejoindre l’aventure depuis le rachat du club par Medipol, chaîne d’hôpitaux dirigée par Farhettin Koca, médecin personnel d’Erdoğan. En 2015, Medipol accole d’ailleurs son nom devant Başakşehir FK.

Les liens entre les autorités turques et la formation de la rive nord ne s’arrêtent pas là. Dès la reprise du club par Medipol, c’est Göksel Gümüsdag qui est nommé président. Les cheveux blonds bien ordonnés, l’homme d’affaires fait partie de la famille Erdoğan, par sa femme, Müge, nièce de la première dame turque. Parmi ses nombreuses étiquettes, Gümüsdag est aussi à la tête du syndicat des clubs de Süperlig et a présidé les négociations avec beIN sur les droits TV. L’intérêt de reprendre une équipe à laquelle personne ne s’intéresse ? Une question d’influence, selon Kaplan : « C’est toujours ça. C’est un businessman comme un autre. Et le football est toujours bon pour développer tes affaires personnelles. Il a sans doute été aidé par ses connexions politiques. Il y avait un projet de stade et des investisseurs, c’est logique. » Quelles qu’en soient les raisons, il ne cache pas son plaisir. Sur le site du club, on le voit tout sourire, célébrant une victoire dans les vestiaires ou posant avec Emmanuel Adebayor, un portrait d’Atatürk en fond. Une peinture élégante, mais bien moins imposante que la représentation de son véritable héros, Erdoğan lui-même, célébré par un immense poster à l’entrée du stade Fatih Terim. Une enceinte construite par Kaylon Grup, holding responsable de projets étatiques importants comme le redéveloppement de la fameuse place Taksim.

Le rêve turc d’Erdoğan


Alors Başakşehir pourrait-il être au président turc ce que le Milan a été à Berlusconi ? Non. Du moins d'après le consultant : « Başakşehir comme réponse politique de l’AKP aux grands clubs d'Istanbul, je n'y crois pas du tout. Ils n’auraient pas choisi un club sans histoire. À l'époque, l'État ne cherchait pas à investir le sport pour plus de pouvoir, ce n'était pas du business, du marketing comme aujourd'hui. L’AKP a investi le football, mais pas qu’à travers Başakşehir. » Kaplan assure qu’Erdoğan n’a de toute manière pas réellement besoin d’une telle pub : « Il a déjà du poids dans le sport, avec son tissu de soutiens. On n'a aucune voix dissidente dans le foot ou presque. Arda Turan le soutient sur l’idée d’un référendum pour une nouvelle constitution. Le président de la FFT est l'un de ses proches. Quand il y a des attentats, les dirigeants des trois grands clubs appellent toujours au rassemblement, au soutien des forces de l’ordre et donc, par extension, au gouvernement. Il est toujours présent aux inaugurations de nouveaux stades, auquel il contribue, comme ceux du Beşiktaş, Galatasaray ou Trabzonspor, dont la direction est pour le coup très proche d’Erdoğan.  »

On sait pourtant que les clubs de supporters d’Istanbul ont allègrement soutenu les rassemblements de la place Taksim. Ce n’est simplement pas suffisant pour que leurs présidents les suivent. Si Başakşehir remporte le championnat, les effusions de joie seront loin de celles observées en cas de victoire de Beşiktaş. Mais Ceyhun Kaplan prévoit quand même du monde dans les rues. « On dit que ça ne ferait plaisir qu’à Erdoğan et ses copains. Mais ça, c’est déjà la moitié du pays. Si Başakşehir est champion, l’AKP va s’en féliciter et ses supporters iront faire la fête. Erdoğan félicitera le club publiquement et déclarera que c’est la preuve que dans son pays, les petits peuvent devenir grands. » En Turquie, tout serait donc possible. Si Erdoğan le veut bien.

Par Thomas Andrei
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Emre qui fait partie des 125 meilleurs joueurs de l'histoire d'après Pelé (le FIFA 100) excusez du peu !

Je sais pas ce qu'il avait fumé ce jour là la perle noir mais bon...avec tout le respect que j'ai pour la carrière d'Emre et autres El Hadji Diouf...
Pepèrearnaud Niveau : Ligue 1
En lisant la première phrase, je me suis dis: "p..., un classement Fifa quoi... les 125 meilleurs...?". Après, j'ai vu: "d'après Pélé...". Bon, j'ai compris alors le "critère" de "ce" classement. Finalement, quand j'ai lu, "excusez du peu", j'ai pensé: "Ah mais quand même... Bon Spaggiari doit vraiment kiffer Emre" (genre petit trappu talentueux).
Oui: quand j'ai lu la deuxipeme phrase, là tu m'as vraiment rassuré, :))). [J'ai aussi conclu la même chose pour Pélé et son classement, :)]

NB: Et oui, tout le respect pour la carrière d'Emre et El-Hadji Diouf. Ne serait-ce que parce qu'ils s'inscrivent dans mon temps football.
Haha j'ai bien fais de rajouter la dernière phrase du coup !
Faut dire que ce classement a été fait après la coupe du monde 2002, Emre venait d'être 3eme du mondial et était un jeune joueur très prometteur de l'Inter (y'a une saison où il a été élu joueur de l'année du club il me semble) , Diouf était considéré comme le meilleur joueur africain du moment. Bon si c'était à refaire aujourd'hui aucun des deux n'y figurerait.
3 réponses à ce commentaire.
Trifon Ivanov Niveau : CFA2
Très bon article, très intéressant sur un pays qui sombre de plus en plus dans le chaos (la Turquie d'Erdogan me rappelle à tout point de vue l'Allemagne des années '30 d'un autre moustachu).

Sinon petit bémol : Istanbul n'est pas la capitale de la Turquie, même si c'est la ville phare du pays.
MERCI (pour Istanbul)
1 réponse à ce commentaire.
True Grit Niveau : DHR
Merci pour cet article sur le football turc ! Les suiveurs attentifs de la Süperlig seront déjà familiers avec cette drôle d’équipe d’İstanbul Başakşehir qui aura cependant réussi à obtenir le respect de la plupart des supporters des autres clubs turcs, y compris des 3 grands.

C’est vrai que le club a semblé venir de nulle part lorsqu’il a été promu en 1ère division en 2007 : un club de la municipalité donc, avec un stade gigantesque (76,000,000 places) pour moins de 800 supporters déclarés à l’époque, stable avec ce même Abdullah Avcı (encore au poste aujourd’hui, malgré la parenthèse de la prise en main de la sélection) et qui terminait entre la 12ème et la 6ème place (pour un club créé de toute pièce !) : aux antipodes des traditionnels clubs turcs !

Le petit cafouillage qui mena à leur descente en 2013 (arrivé du médiocre Carlos Carvalhal), fut immédiatement rétabli l’année d’après, avec le retour de celui qui avait façonné cette équipe : Abdullah Avcı donc. Ce retour au premier plan s’est illustré par deux places de 4ème consécutives, et désormais actuellement la 2nde place du championnat turque ainsi que deux expériences européennes avortées, tombant l’an dernier sur l’AZ Alkmaar (il y avait plus simple comme initiation quand même), et cette année le redoutable Shakhtar Donetsk.

Sportivement, c’est un club très stable donc avec Avcı quasi unique entraîneur aux manettes du club, doté d’ un projet cohérent, un budget assez limité en fin de compte et un atout certain pour attirer les jeunes talents (Cengiz Ünder, İrfan Can Kahveci…), les refoulés des grands clubs turcs (Volkan Babacan, Yalçin Ayhan, Eren Albayrak…), ou les inconnus de l’étranger qui se révèlent excellents (Mossoró, Visca, Doka, Epureanu…). Depuis peu, les jeunes du récent centre de formation montrent également le bout de leur nez.

Le style d’Avcı consiste en un 4-2-3-1 traditionnel et courant dans la Süperlig, mais avec une équipe très solidaire, resserrée et lançant des contre-attaques mortelles. En revanche, l’équipe tend à être moins dangereuse lorsqu’elle est en possession du ballon trop longtemps, et manque peut-être de rigueur face aux exploits individuels adverses (c’était particulièrement criant face au Shakhtar).

Concernant İstanbul Başakşehir en lui-même et pour en revenir à l’article, c’est vrai qu’il fait partie de ceux proches du pouvoir, sans être non plus trop criant : la refondation du club en 2014, avec nouveau logo et nouveau nom (IBB en Başakşehir) vont en ce sens. Néanmoins, c’est sûrement lui qui a lancé la mode des clubs de municipalités, financés et soutenus par les mairies de l’AKP, créés généralement au moins au milieu des années 80, avec peu ou pas de supporters donc mais bénéficiant de stades flambant neufs. Bref, ce n’est sûrement as une vitrine de l’AKP : Osmanlıspor ou Erzurum BB (en 3ème division) le sont bien plus !

Du coup, ces clubs « plastique », soutenus par les gouvernements locaux et il faut le reconnaître, bien mieux gérés que les traditionnels clubs turcs, pullulent dans les divisions inférieures : il n’y a qu’à voir le nombre de clubs portant dans leur nom « Belediyespor » ou « Belediye », alors que les clubs historiques de Turquie, avec des supporters en or massif (Altay, Göztepe, Karşıyaka, Sakaryaspor…) croupissent dans les bas-fonds des obscures divisons turques… Prenons İzmir, pourtant épicentre du football turc avec İstanbul et 3ème ville du pays, ne possède aucun club en 1ère division, quand des obscurs Alanyaspor et Osmanlıspor bénéficient de stades immenses !

Non vraiment, ces infiltrations du politique dans le football en Turquie sont vraiment inquiétantes et nauséeuses : elles se généralisent de plus en plus, et touchent tous les secteurs de l’économie turque.

Pour finir, İstanbul Başakşehir a donc obtenu le respect de la plupart des supporters turcs, tout en les laissant un peu indifférents car le club manque de réels supporters, qui sont déjà pacifistes, et sont plutôt des observateurs comme le dit l’article. De même, difficile de dire si Fikret Orman, président de Beşiktaş est un réel adorateur d’Erdogan : certes ce dernier fut invité à l’inauguration de la Vodafone Arena, mais ça semblait plus par obligation, pour éviter de l’avoir en tant qu’adversaire, et éviter possiblement le funeste sort d’Aziz Yıldırım, collègue de Fenerbahçe. Concernant Dursun Özbek et Muharrem Usta, présidents de Galatasaray et Trabzonspor, ils semblent en effet avoir de la sympathie pour Erdogan sans pour autant le vénérer. Les autres clubs proches de l’AKP sont Trabzonspor, Kasımpaşa, Bursaspor, Başakşehir, Alanyaspor, Gaziantepsor, Osmanlıspor…
fairplay is the game Niveau : DHR
Commentaire qui vaut autant que l'article. Merci.
+1 et j'en pense pas moins, True Grit.
Pepèrearnaud Niveau : Ligue 1
Bah c'est du pur True Grit, :)
+1 pour le pseudo et ton "article".
True Grit Niveau : DHR
Merci à vous les gars pour ces belles paroles !

Ca me fait plaisir de partager ce que je sais, et encore plus si ça vous enchante : j'en apprends tous les jours sur So Foot grâce au commentateurs comme vous, partageons nos idées afin que nous nous enrichissions !
fairplay is the game Niveau : DHR
Ah oui. C'est bien le seul forum de foot que je fréquente. Même les trolls font parfois d'excellents commentaires...
Et puis, malgré la taille de votre texte, il se lit très facilement, et je me suis surpris à demander du rab à la fin.
Un plaisir de te lire True Grit.

Comme tu soulignes, en plus du système Passolig (qui fiche les supporters à la moindre connerie) qui est boycotté par beaucoup de groupes de supporters, l'affluence des tribunes a énormement chuté pour quasiment chaque équipe du championnat, sauf à Konyaspor, Konya étant un véritable fief de l'AKP. Les clubs de mairies relié à l'akp et dont tout le monde s'en branle ont leurs place parmi l'élite, à contrario des clubs très populaires que tu as cité, qui ont encore des stades déguelasses et rouillent dans les divisions inférieures, je m'ennui vraiment quand je regarde les matchs de Superlig, où les sièges sont tous inoccupés...

Parmis les clubs proche du pouvoir, on a donc aussi Konyaspor, mais aussi Rizespor, la ville dont est originaire la famille d'Erdoğan.
Il y a donc des clubs où c'est totalement l'inverse aussi, comme Zonguldakspor (club de Zonguldak, cité minière) où les supporters sont de gauche, donc d'opposition, et qui ont carrement lancé une campagne contre la construction d'un nouveau stade ! Ils ne sont pas près de jouer en D1 ceux là.

Si le club a gagné un certains respect parmi les supporters des trois grands, je pense surtout que c'est parce qu'ils préfèrent les voir champions eux plutôt qu'un ennemi avec qui il fait déjà la course aux titres ! En tant que supporter du Fenerbahçe par exemple, mon choix est vite fait entre Başakşehir, Beşiktaş et Galatasaray :)
7 réponses à ce commentaire.
vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM il y a 2 heures La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 3 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
il y a 3 heures Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 34 il y a 4 heures Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 5 il y a 4 heures Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 6 il y a 5 heures La demi-volée de Gignac 3 il y a 7 heures Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 19:18 Le bonbon de Malcom 11 Hier à 18:18 Le lob fou de Fekir 29 Hier à 13:53 Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 10 Hier à 11:59 Les ultras allemands répondent à la DFB 13
Hier à 10:07 Trezeguet bouscule Beşiktaş 23 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 14 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103