Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Rachat de l'OM

Mais qui es-tu, Frank McCourt ?

Sauf coup de Trafalgar à la Kachkar, Frank McCourt devrait être le nouveau propriétaire de l'Olympique de Marseille. Un ouf de soulagement pour les supporters marseillais qui n'en pouvaient plus d'attendre. Mais attention, l'Américain est loin d'être un saint.

Modififié
Ça y est, le feuilleton de l’été semble enfin être tout proche de son dénouement. Ce lundi 29 août, Margarita Louis-Dreyfus est entrée en négociations exclusives avec Frank H. McCourt Jr, pour la reprise de l’Olympique de Marseille. « Alon dwa toh boot ! » ont été les premiers mots de l’homme d’affaires américain, en direct de la mairie de Marseille, calé à la gauche de Jean-Claude Gaudin et Margarita. En d’autres termes, qu’il a pu un peu plus travailler lors de son entretien accordé à La Provence, McCourt justifie son choix de poser 40 millions sur la table ainsi : «  Je suis un amoureux du sport et je pense que l’une des plus belles marques au monde dans ce domaine est l’Olympique de Marseille. Elle nécessite du travail, mais je pense qu’on peut obtenir des résultats exceptionnels avec cette marque et cette équipe.  » Mais qui se cache derrière cet « OM Champions project » et promet monts et merveilles au peuple olympien ?

Ancien proprio des Dodgers


Cigare à la bouche, le costume trois-pièces de luxe et les signes du début de la vieillesse (soixante-trois ans) masqués par les séances d’UV, Frank McCourt est un cliché ambulant du riche businessman américain. À la tête d’une entreprise familiale fondée en 1893, McCourt LP, il est l’héritier d’un véritable empire. Un empire qu’il a contribué à pérenniser. Il est également président-directeur général de McCourt Global, une société d’investissement et de gestion alternative spécialisée dans l’immobilier et l’investissement en capital. En gros, depuis les années 70, il construit sa fortune sur le marché de l’immobilier, sans oublier d’investir ici et là dans le sport. En effet, McCourt est le propriétaire du marathon de Los Angeles, et copropriétaire du Global Champions Tour (un concours international de saut d’obstacles en équitation) avec Jan Tops, un ancien cavalier néerlandais. Mais aussi et surtout, il est l’ancien propriétaire des Dodgers de Los Angeles, une franchise de base-ball.


C’est d’ailleurs sa seule expérience presque comparable à ce qu’il risque de vivre en tant que patron de l’OM. Et ça pourrait vite refroidir les supporters marseillais. En janvier 2004, il rachète le club de base-ball, comme son grand-père l’avait fait avant lui avec les Braves de Boston. Le prix ? 430 millions de dollars, rien que ça. «  Je ne veux que des gens qui savent gagner dans mon équipe  » , a-t-il déclaré cet après-midi. Eh bien, il y a douze ans déjà, il avait fait preuve de sa fermeté en faisant passer un entretien d’embauche et en recalant finalement le directeur sportif en place des Dodgers d’une manière peu cordiale. Au début, les investissements et la méthode sans concession de la famille McCourt portent leurs fruits et les Dodgers remportent trois titres de la Division Ouest, sans pour autant se distinguer sur la scène nationale.

Il licencie sa propre femme


Mais en 2009, c’est la réelle cassure. McCourt, qui a eu la bonne idée de nommer sa femme Jamie au poste de présidente dès le rachat de la franchise, décide de divorcer, après trente ans de mariage. En octobre, il licencie sa propre femme au soir d’une élimination en Ligue nationale. Jamie McCourt réplique, et, pendant deux ans, une bataille juridique s’engage pour savoir si Jamie est copropriétaire du club ou non. Tous les détails de leur vie privée sont déversés dans la presse, comme l’aventure extraconjugale de Jamie avec son chauffeur. Finalement, Frank ressort vainqueur contre une énorme indemnité (130 millions de dollars). Selon la cour supérieur de Los Angeles, le divorce McCourt est le plus cher de l’histoire de la Californie. Cette coûteuse séparation, combinée à un train de vie de prince saoudien, a donc mené le couple à faire quelques écarts fatals aux Dodgers.

Car pendant deux ans, les problèmes de couple des McCourt coulent le club. La Ligue majeure de baseball établit clairement que les deux anciens époux tapent dans la caisse pour éponger les frais du divorce. Frank à lui seul aurait détourné près de 189 millions de dollars. Si on ajoute le chèque à six chiffres versé à un Russe pour envoyer des ondes positives à distance aux joueurs, la facture devient lourde. Les Dodgers sont donc logiquement en faillite. Des joueurs ne reçoivent plus leur salaire et ESPN place Frank deuxième dans le classement des pires propriétaires de club de l’histoire de la Ligue de baseball. Finalement, il est obligé de vendre la franchise en 2012. Il parvient tout de même à en tirer deux milliards de dollars, un record. Les supporters, qui le haïssent, sont plutôt soulagés. L'OM ne pouvait décemment pas se contenter d’un mec normal.

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE