1. //
  2. // FC Boca Juniors

Mais qui es tu, FC Boca Juniors de Gibraltar ?

Alors que les clubs de Gibraltar sont entrés dans la lumière depuis 2013 avec l'admission du rocher à l'UEFA, un autre se cache toujours en seconde division. Son nom ? Le FC Boca Juniors de Gibraltar…

Modififié
2k 3
24 mai 2013, malgré l'opposition politique de l'Espagne, l'UEFA admet Gibraltar comme 54e association membre faisant suite à une décision du Tribunal arbitral du sport tenue en août 2011. Une évolution positive qui n'a pas fait disparaître la folie du Rocher. « Le football a beaucoup changé à Gibraltar depuis cette décision. Le championnat est beaucoup plus compétitif et certaines équipes participent à la Ligue des champions mais aussi à la Ligue Europa. Notre club a toujours le statut d'amateur, mais nous commençons à recruter différemment et faire venir des joueurs depuis l'étranger pour pouvoir faire face à ce développement sans précédent » , lâche Michael Podesta, fondateur, ex-joueur et actuel secrétaire d'un club au nom fou : le FC Boca Juniors de Gibraltar.

Rafael Pratt, ce héros


Ceci n'est pas une fiction mais bel et bien la réalité. Pourtant, difficile de croire que ce territoire britannique d'outre-mer de 5 kilomètres carrés et à peine 30 000 habitants abrite une institution qui porte le même nom que le mythique club argentin de Boca Juniors. Podesta explique les prémices de la création : « Mon père, Lawrence Podesta, fait aussi parti des fondateurs et a entraîné l'équipe la première saison. C'est un fan de Boca Juniors. Il adore Maradona et le football argentin en général. Il aime tellement Boca qu'il y a 15 ans, alors qu'il entraînait une équipe de jeunes des Lincoln Red Imps (champion en titre de Gibraltar qui a réalisé l'exploit de battre le Celtic Glasgow il y a quelques semaines en Ligue des champions, ndlr), il a troqué l'équipement rouge et noir habituel pour le changer en jaune et bleu sans l'accord du club. »


En 2011, après un voyage pour les études en Angleterre, Michael et ses camarades Paul Coelho, James Álvarez, Andrew Montegriffo, Neil Robba, Karl Sene, Kunal Budhrani et Julian Berllaque décident de fonder leur propre club à Gibraltar. Pour cela, il faut trouver un nom. « Nous avons découvert que le premier but officiel dans l'histoire de Boca Juniors avait été inscrit par Rafael Pratt. Un Gibraltarien ! » s'exclame l'actuel secrétaire du club. Ce but de Pratt, qui possédait la double nationalité gibraltarienne – argentine, a été inscrit en 1908 face au Belgrano Athletic en seconde division amateur. La victime du jour ? José Bellocq, gardien de but né à Gibraltar et possédant lui aussi la double nationalité. « Nous avons pris cela comme un signe du destin et nous nous sommes mis d'accord pour nommer le club FC Boca Juniors de Gibraltar » , ajoute Michael Podesta.

« Aucun business sur le dos de Boca Juniors »


Un nom et un logo identiques au club argentin certes, mais un maillot différent. « Nous ne jouons pas avec le même maillot, car ne nous sommes pas affiliés officiellement à Boca. Et surtout, nous ne voulons pas donner cette impression » , étaye l'ex-joueur. Ironie du sort, au commencement, le maillot aux couleurs bleu et jaune ressemble plus à celui de Rosario Central, rival des Xeneizes dans le championnat argentin. Podesta ajoute : « Nous essayons toujours de trouver un maillot avec le même design que celui de Boca Juniors. Pour le moment, c'est un échec, même si la dernière édition s'en rapproche beaucoup plus. Nous avons donc décidé de continuer avec les mêmes couleurs, mais dans un style différent. »


Autre préoccupation de Michael, le côté lucratif dont pourrait profiter le FC Boca – Juniors de Gibraltar. « Nous n'avons jamais essayé d'être affilié à Boca Juniors comme nous n'avons jamais fait aucun business sur leur dos » , tranche-t-il, reconnaissant tout de même le côté attractif que pourrait avoir un rapprochement avec l'institution boquense. « Aucun dirigeant de Boca ne nous a contactés pour le moment. D'un autre côté, nous ne l'avons jamais fait non plus. Il est vrai que ce serait intéressant, ne serait-ce qu'avoir quelques contacts au vu de l'histoire commune qu'ont Gibraltar et Boca. Personnellement, mon rêve est d’assister à un Superclásico face à River Plate à la Bombonera. »

Football populaire


Cinq ans après sa création, le FC Boca Juniors de Gibraltar continue de se développer. La commission directive est composée de sept fondateurs, et Berllaque a pris les rênes d'une équipe où « personne ne touche de salaire » , précise Podesta avant d'ajouter : « La commission est composée d'avocats, d'un employé de banque, un thérapeute sportif, de fonctionnaires du gouvernement et un agent de sécurité. Bref, un peu de tout. » Même cas de figure du côté du groupe : « Il y a des garçons qui travaillent dans le bâtiment, d'autres dans les casinos. C'est aussi très varié. »


Dans un championnat qui devient de plus en plus compétitif où certaines équipes disputent désormais l'Europe, le défi est grand pour ce tout jeune club. Michael Podesta le sait et garde les pieds sur terre : « Nous sommes un petit club et il nous reste beaucoup de chemin à parcourir pour ne serait-ce qu'accéder en première division. Pour le moment, l'objectif est de progresser en travaillant rigoureusement, et ensuite on pourra penser à une montée dans l'élite. Comme dit Diego Simeone, on travaille match après match. » Et pourquoi pas disputer un de ses matchs, un jour, en amical à la Bombonera…

Par Bastien Poupat à Buenos Aires Propos de Michael Podesta issus du magazine Un Caño
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Quelle idée de reprendre le nom et les couleurs d'un club déjà existant, surtout sans aucune affiliation.

Ca ne fait pas très professionnel, on dirait un plaisir de supporters. En loisir pas de problèmes, mais dans la route du circuit haut niveau...
Après en deuxième division d'une ville de 30000 habitants tu dois être plus proche du niveau district qu'autre chose!
Donc ça reste un trip de pote dans un club amateur.
Il y a 22 clubs à Gilbraltar, ils sont le 18ème...
Bref pour dire que ça doit être cool de jouer dans un pays genre ANdorre, Gilbraltar ou San Marino, tu peux vite jouer dans un club qui joue la coupe d'europe même en ayant un niveau district!
a part ça lincoln s'est mangé 3-0 sec au retour a Celtic Park
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2k 3