1. //
  2. // Copa Libertadores
  3. // Club Deportivo Palestino

Mais qui es-tu, Club Deportivo Palestino ?

Ce soir, le CD Palestino joue sa participation en Copa Libertadores contre le Nacional de Montevideo. L'occasion de découvrir l'identité du club de la plus grande communauté palestinienne au monde, hors pays arabes, entre pâtisseries, futbol et géopolitique.

Modififié
857 28
« Le quartier commercial et cosmopolite du Chili » indiquent les panneaux marquant l'entrée dans le quartier de Patronato, commune de Recoleta, ville de Santiago. Comprendre : « Si tu n'es pas allergique aux mélanges, tu trouveras ici les produits les plus exotiques aux prix les plus bas. Pense à négocier. » Une mosaïque défiant toute géographie qui, via des passages par le Pakistan, la Corée ou la Colombie, fait atterrir au Beït Jala, oasis palestinienne au cœur de la capitale chilienne.

Aujourd'hui, les discussions en arabe tournent autour d'un thème central, entre les photos du bled et sous un grand maillot vert, blanc, rouge : le match du jour contre le Nacional de Montevideo. Une confirmation de la victoire 1-0 acquise à l'aller et c'est le grand retour du Club Deportivo Palestino en Copa Libertadores, 36 ans plus tard. Une compétition internationale à la saveur particulière pour un club qui a toujours associé origine palestinienne et responsabilités politiques. Une évidence pour Elias, carte de socio en main : « Le Palestino est plus qu'un club de foot, il a des gènes politiques et c'est très bien ainsi. Il doit être une représentation du peuple palestinien, de ses problématiques. »

Clásicos de Colonias


Les tensions cristallisées entre Méditerranée et Jourdain, bien avant la naissance de l'État d'Israël, ont joué un rôle décisif dans l'apparition du club des « Arabes » , le surnom revendiqué de l'équipe. 80 % des immigrants palestiniens ont quitté leur pays entre 1900 et 1930 pour fuir l'Empire ottoman, son service militaire et ses répressions – les Palestiniens du coin sont chrétiens. Poussés vers leur terre promise, ils ont croisé l'Espagne avant d'atteindre le Nouveau Monde. Une Cordillère des Andes ou un Cap Horn plus tard, ils s'installaient sur la bande chilienne, dont les caractéristiques géographiques et climatiques ramenaient leur nostalgie dans sa Palestine natale. Si la proximité religieuse favorise l'intégration, le football la complète : « Les premiers installés ont fait du commerce, c'est ce qu'on fait quand on ne maîtrise pas la langue. Puis pour s'intégrer et se divertir, ils ont créé le CD Palestino » raconte en 2014 Daniel Jadue, petit-fils d'immigrant, pour RFI. Une création marquée du sceau de la migration qui remonte à un tournoi inter-colonies en 1910 à Osorno, dans le Sud du pays. Aujourd'hui encore, les grands rivaux du CD Palestino sont l'Union Espanola et l'Audax Italiano, pour les « Clásicos de Colonias » .


La communauté palestinienne, ancienne et riche de plus de 350 000 personnes, soutient généreusement le club. En 1955, trois ans après son arrivée au professionnalisme en Segunda Division, le club des « millionarios » est champion du Chili. La politique de recrutement de joueurs exclusivement d'origine arabe est déjà une vieille histoire. « Mais il rassemble toujours toute la communauté, pas seulement palestinienne, arabe » précise Elias, dont la famille est venue de Syrie. En 1977 encore, remonté il y a peu dans l'élite, le club se lance dans une série d'achats ambitieux symbolisée par l'arrivée d'Elias Figueroa. Le natif de Valparaiso est alors capitaine de l'Internacional Porto Alegre, double champion du Brésil en titre, triple meilleur joueur sud-américain, et fait la paire avec Franz Beckenbauer dans l'équipe type du Mondial 1974. Avec lui, l'âge d'or du CD Palestino : 44 matchs d'invincibilité dans les compétitions domestiques – record à battre – qui mènent à une coupe en 1977 et un championnat en 1978. La demi-finale de Libertadores contre l'Olimpia de Paraguay était le dernier match joué dans cette compétition par les Tricolores jusqu'à cette année.

Car l'histoire interne du club est aussi instable que la bande de Gaza. Selon Josita, « il y a beaucoup d'enjeux dans ce club, de luttes d'influence, de politiques. Les évènements extérieurs ont parfois déstabilisé le club » , faisant référence aux vagues d'immigration qui ont suivi la guerre des Six Jours ou les Intifadas. La patronne du Beit Jala est bien placée pour suivre l'actualité du club : les dirigeants viennent régulièrement s'envoyer un café et deux blaqawas avant d'aller faire tourner la boutique. Aujourd'hui, son mari s'est envolé pour l'Uruguay avec toute l'équipe – mais sans Manuel Pellegrini, éphémère entraîneur du Palestino en 1990-1991.

Des cartes et des familles


Un peu plus loin, au Alhen, « bienvenue » en arabe, Jadallah est intarissable sur le club qu'il suit depuis 15 ans. Mais lucide : « Quand tu arrives comme moi de Palestine, tu te rapproches automatiquement du Palestino. C'est plus qu'un club, c'est une cause. Mais si tout le monde connaît et soutient, ça reste pauvre. On doit être le 16e public sur 18. Nous ne sommes que le club d'une communauté. Deux ingrédients améliorent l'ordinaire : les bons résultats et les mauvaises nouvelles du pays. On a plus souvent le second que le premier... » Selon lui, plus que l'organisation interne, c'est « les juifs » qui empêchent le développement du club. Pourquoi ? « Beaucoup de gens au Chili connaissent la Palestine grâce au Palestino. Si nous devenons importants au niveau continental, voire mondial, ça fera de l'ombre à leurs affaires. » Le scandale de l'année dernière lui reste en dehors de la gorge : « On nous a interdit de porter notre maillot. Elle est là, la discrimination. » En janvier 2014, les Arabes débarquent avec des maillots dont les 1 reprennent le tracé de la Palestine de 1948, avant la création de l'État d'Israël. Devant l'indignation, la « provocation » selon l'ambassade israélienne, la Fédération chilienne interdit le port dudit maillot, au motif qu'elle est « opposée à toute forme de discrimination politique, raciale, sociale, religieuse ou sexuelle. » La réponse du club est immédiate : « Pour nous, la Palestine libre sera toujours la Palestine historique, rien de moins. » Les joueurs palestiniens reviendront sur les terrains avec la carte tatouée sur les avant-bras, puis encore en juillet de la même année, pour un hommage aux victimes palestiniennes de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza, hommage accompagné d'une minute de silence. Récemment, c'est le maillot, présenté par le club, floqué « Libertadores - 2015 » qui reprend le 1 polémique.


Le maillot au 1 devenu collector est porté par toute la barra locale, Los Baisanos : « Nous ne sommes pas nombreux, à peine 300. Mais on est en famille. Tout le monde ici vient de 4 villages : Beit Jala bien sûr, Beit Sahoor, Belen et Bethleem. Dis-toi qu'il y a 300 000 personnes ici dont les racines remontent à Beit Jala. Au pays, c'est un village de 10 000 habitants. » Un village, des familles, une communauté qui tremblera ce soir devant sa télévision. Personne ne s'est déplacé. Mais pas question ici de mur ou d'embargo : un bon vieux huis clos au Parque Central de Montevideo. Place au football.

Par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Kit Fisteur Niveau : Loisir
Bon courage à eux.

N'empêche hors plan footballistique, c'était marrant de voir tout les indignés du crif et leur maître bibi qui chialaient "antisémiiiiites !" quand le maillot avec les 1 en forme de Palestine étaient apparus... en mode "vous avez pas le droit, vous déniez le droit d'israel à exister et être pros chambres à gaaaaz !"... c'était bien marrant de voir ces crétins offusqués pour rien...
georgesleserpent Niveau : Loisir
D'accord, et donc ça les rend virables de la terre sur laquelle ils vivent ?
NouveauEnVille Niveau : District
"De plus comme chacun le sait le terme Philistin désigne aujourd'hui des êtres béotiens."

Bah moi je le savais pas...et vu que je ne sais pas ce qui signifie béotiens jsuis bien avancé...
Note : 26
Message posté par Jacohen



Peut-être parce que la Palestine est un mythe qui sait ?
La Palestine en tant qu'entité autonome n'a jamais existé au cours de l'Histoire. Ce pays fut dominé successivement par les Romains, par les croisés Chrétiens, par les Musulmans, par les Ottomans et brièvement par les Britanniques au lendemain de la première Guerre Mondiale. Ils utilisent un nom qui dérive de Philistin qui était un peuple de l'antiquité et dont n'y a pas de rapport culturel, religieux et linguistique entre ces deux populations. De plus comme chacun le sait le terme Philistin désigne aujourd'hui des êtres béotiens.

Mais bon comme l'a dit un récent sondage : 72% des français estiment que leurs connaissances sur la Palestine sont plutôt mauvaises ou très mauvaises donc à partir de là...


Il y aurait également un peu plus de 97% des français qui estiment que ton commentaire est "super lourd, arrogant et très partisan", comme le dit un très récent sondage. (12/02/2015)
LucaBrazzi Niveau : CFA
Note : 7
En espérant qu'il fasse un beau parcous .
Un des (trop)nombreux génocide toleré par ceux qui dirigent le monde.
Calle Infierno Niveau : District
Superbe petit club qui fait plaisir à voir...

Petites coquilles linguistiques pour l'auteur, il s'agit de "baqlawas" et non de "balqawas" et de "ahlen" au lieu de "alhen"... ou bien les Chiliens les prononcent vraiment ainsi et je passe pour un con.

A Jacob Cohen plus haut, le club a été crée en 1920 sous le nom de Palestino, 28 ans avant la création d'Israël, preuve que, même si la Palestine fait partie de la Grande Syrie historique, des sentiments locaux, voire régionaux étaient déjà à l'oeuvre à l'époque...
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Note : 4
Message posté par Kit Fisteur
Bon courage à eux.

N'empêche hors plan footballistique, c'était marrant de voir tout les indignés du crif et leur maître bibi qui chialaient "antisémiiiiites !" quand le maillot avec les 1 en forme de Palestine étaient apparus... en mode "vous avez pas le droit, vous déniez le droit d'israel à exister et être pros chambres à gaaaaz !"... c'était bien marrant de voir ces crétins offusqués pour rien...


Et c'est marrant de voir tous ces indignés parler du Crif dès qu'on aborde de près ou de loin le sujet hein
Note : 5
Un petit club Chilien qui fait plus parler de lui a travers l'actualité du a son nom , que par son propre futbol .
Enfin non car ce soir ils sont en train de créer un exploit sur le grand Penarol et réussir a ce qualifié .
Leurs vrai histoire sur le rectangle vert , quand a la politique dans ce sport .. a la mierda !!

Concernant les ramifications de clubs créer par ses émigrants en Amerique du Sud , pour quelques autres exemples :
tu a le Deportivo Italiano dans le meme style , voir le Barcelona Guayaquil , le Deportivo Galicia et le Maritimo Portugesa ( Venezuela ) , Montevideo Wanderers , Palmeiras etc etc etc
Johanromabatimessi Niveau : Loisir
Le pays Palestine connais pas !
Un peuple qui se nomme "palestiniens", connais pas non plus !

On te pardonne ton manque de culture.
SalidaGuardiola Niveau : District
"Cest la faute des juifs..."
Jentend dire ca partout, mais quand on dit cest la faute des arabes on nous sort #pasdamalguame
Comment prendre au serieux un club qui blame ces recents echecs sur "le juif"
C est un club amateur qui a le nom d un pays qui n a jamais exister et n existera jamais
Message posté par jordann
C est un club amateur qui a le nom d un pays qui n a jamais exister et n existera jamais


Bah non il ne s'appelle pas "CD Israël".
Message posté par jordann
C est un club amateur qui a le nom d un pays qui n a jamais exister et n existera jamais


Je ne suis ni pro Israël, ni pro Palestine, en fait je m'en bats les coui*les, mais à partir du moment où un ou plusieurs Etat (en l'occurence l'Etat Français) reconnait la Palestine comme un Etat, ça fait de la Palestine un pays qui existe bel et bien.
On ne remerciera jamais assez tout le monde d'exporter des conflits sur lesquels on n'a finalement, aucune prise ou quand par malheur on s'exprime, on se fait renvoyer à notre ignorance du sujet.

Et merci également aux contributeurs vigilants qu'on ne voit commenter ici, que sur cet unique sujet.

Merci, vraiment merci.

Paix, amour et bières pour tout le monde.

Shalom, Salamm et glou et glou ...
laurentlp Niveau : CFA
Je ne puis, à la lecture de certains commentaires affligeants, que citer les paroles du Christ dans l'adaptation fidèle de sa vie par les Inconnus :

"Vous allez vous aimez les uns les autres bordel de merde ?"
Message posté par laurentlp
Je ne puis, à la lecture de certains commentaires affligeants, que citer les paroles du Christ dans l'adaptation fidèle de sa vie par les Inconnus :

"Vous allez vous aimez les uns les autres bordel de merde ?"


"Tu ne manges pas, Judas ?"
Hey caramba Niveau : DHR
Voir qu'il puisse exister des pro israélien me désole? Quel raisonnement intellectuel peut faire que l'on apprécie l'oppresseur et non l'opprimé ?
Message posté par Hey caramba
Voir qu'il puisse exister des pro israélien me désole? Quel raisonnement intellectuel peut faire que l'on apprécie l'oppresseur et non l'opprimé ?


Quel raisonnement intellectuel peut faire que l'on définisse Israël comme unique responsable de la situation actuelle? C'est vrai que le Hamas est une organisation qui lutte pour la paix et le bien être de la population palestinienne en creusant des tunnels pour faire passer des armes ou organiser des attentats contre les civils... Ce qui est désolant c'est de résumé le conflit par "oppresseur/opprimé" justement !
On peut faire occupé/occupant si tu veux.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
857 28