Mais que va faire Pippo Inzaghi ?

C'était dans l'air depuis un long moment, c'est désormais officiel : Filippo Inzaghi a été licencié, ce mardi matin, par le Milan AC. Un choix qui ne surprend personne, tant SuperPippo a déçu pour sa première saison d'entraîneur au plus haut niveau. Une expérience infructueuse dont il devra tirer les enseignements pour rebondir.

4 18
C'en est fini ! Il aura au moins eu le mérite d'aller jusqu'au bout de la saison, mais comme attendu depuis des mois, Filippo Inzaghi a bien été remercié par le Milan AC. Un couperet tombé officiellement ce mardi, pour laisser place à Siniša Mihajlović, intronisé dans la foulée. Comme Clarence Seedorf, il y a pile un an, SuperPippo n'a pas non plus trouvé d'accord à l'amiable avec les Rossoneri. Refusant logiquement de faire des cadeaux à un Milan qui a géré la situation de manière assez ingrate, en négociant l'arrivée d'un autre entraîneur avant même de lui avoir communiqué la sortie. Inzaghi touchera ainsi son salaire (1,5 million d'euros annuels brut) jusqu'à la fin de son contrat qui court jusqu'à juin 2016, là aussi comme Seedorf (5 millions annuels brut). Pas franchement sain pour les finances du Diavolo qui devra donc s'acquitter, la saison prochaine, des émoluments de trois entraîneurs.

Une marche trop haute pour un novice


Même s'il n'a jamais cessé de répéter sa conviction de pouvoir réussir, Inzaghi se savait toutefois en danger. La faute à des résultats tout aussi médiocres que le jeu proposé par sa formation. Le verdict final est d'ailleurs révélateur avec seulement 52 points au compteur (13 victoires, 13 nuls, 12 défaites) et une triste dixième place, trois petits points devant le promu palermitain ou encore Sassuolo. Un bilan encore davantage assombri par une piteuse élimination en quarts de finale d'une Coupe d'Italie annoncée comme un objectif prioritaire en l'absence de Coupe d'Europe à disputer. Malgré deux années sur le banc des Allievi Nazionali (U16), et de la Primavera (U19), Inzaghi s'est rapidement montré trop inexpérimenté. Motivé mais trop maladroit, tel un jeune homme avec une compagne bien plus émérite. Certes les torts sont partagés aussi bien avec les joueurs qu'avec les dirigeants, mais SuperPippo a semblé totalement dépassé par les événements. Presque déconnecté, hors-jeu. Logique, pour lui.

Apprendre de ses échecs


L'occasion aussi de rappeler qu'un grand joueur ne fait pas (forcément) un grand entraîneur. Inzaghi n'est d'ailleurs pas le seul Milanais à en faire l'(amère) expérience. Gennaro Gattuso, par exemple, n'a tenu que quelques matchs sur les bancs de Sion, puis de Palerme avant de se heurter aux difficultés financières de l'OFI Crête. Des aventures qui se sont donc terminées en eau de boudin, mais qui restent formatrices, de l'avis même du Ringhio. En somme, c'est en forgeant qu'on devient forgeron, la réussite immédiate de Pep Guardiola s'imposant comme l'exception qui confirme la règle. Inzaghi en a d'ailleurs fait l'écho lors de sa dernière conférence de presse en soulignant l'importance de cette saison pour sa progression personnelle. Lui reste désormais à se mettre à l'épreuve (en Serie B ?), probablement après une année « sabbatique  » jusqu'à la fin de son contrat avec le Milan. Aussi, si le plan de jeu de SuperPippo a été largement insatisfaisant, cette saison, il s'est, en revanche, souvent révélé efficace en contre-attaque. Une philosophie de jeu plus commune aux formations de moindre standing, au sein desquelles il pourrait rebondir.

La chimère du « Milan ai milanisti »


Les tifosi lombards préféreront, eux, se souvenir de l'immense attaquant plutôt que de l'entraîneur. En toute logique, tant le second a souffert de la comparaison du premier. À ce titre, la Curva Sud s'est fendue d'un communiqué pour saluer l'immense carrière de SuperPippo à Milan, sans manquer d'égratigner les dirigeants lombards. « Nous connaissions un Milan qui honorait ses légendes. Aujourd'hui, nous voyons un Milan qui s'est servi de l'une des plus belles, seulement pour cacher ses torts » , a-t-on ainsi pu lire de la part du groupe de supporters. Force est effectivement de constater qu'après l'épisode Seedorf, le duo Berlusconi-Galliani n'a, à nouveau, pas fait de sentiment pour se séparer d'un Milanista. Symbolique d'un esprit Milan qui s'amenuise au fur et à mesure des années. De même que le choix de confier les rênes de l'équipe à l'ancien Laziale et Interista Mihajlović, après le refus de Carlo Ancelotti. Comme on dit, la fin justifie les moyens. Au détriment de l'image de famille autrefois véhiculée par le grand Milan.

Par Éric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Ou tout simplement faire comme Luis Enrique, se relancer dans un club moyen, faire ses preuves et revenir sur les devant de la scène avec un bagage solide
Shevchenko Niveau : CFA2
Quelle tristesse !

Guardiola est en effet une exception parce que le gars s'est intéressé toute sa carrière à la tactique et a pris le temps de rencontrer les gens qui comptent pour lui comme Bielsa.

Inzaghi et Seedorf n'avaient que leurs noms à offrir en guise de sacrificiés. Tant qu'à manquer de respect à ces deux légendes, autant mettre une clause de licenciement à 0 euro s'ils n'obtenaient pas une qualif en Ligue des Champions. Ca éviterait de se retrouver à payer trois entraîneurs... (D'ailleurs, quelqu'un sait s'ils ont une clause de non-concurrence et que c'est pour ça qu'ils prennent une année sabbatique ?)
Ouvrir une académie pour montrer au jeune puceau comment on célèbre un but quelque soit le score ou l'enjeu.
Note : 5
Seedorf était bien meilleur et cohérent qu'Inzaghi mais il a payé sa grande gueule.
Pippo a montré de très grandes limites dans sa fonction. Après c'est sur que le mal est bien plus profond au Milan avec une gestion sportive calamiteuse depuis des années (et qu'on vienne pas me parler de budget, faut voir la masse salariale)
Faire comme Luis Henrique ? Le Barça est une exception Guardiola et Luis Henrique a un moment ou à un autre ont bénéficiés de la science et du génie de Xavi porte par un collectif expcetionnelle et géniale, même si ça l'été moins avec Luis Henrique en parlant de Xavi .
Note : 2
Pippo qui a fait des efforts financiers et qu'on refuse de licencier à l'amiable... Ça résume la mentalité du champion et la politique ingrate du "nouveau" Milan.
LeFouteuxParExcellence Niveau : Loisir
Ça n'a rien à voir avec le sujet mais je dois le faire remarquer. Inzaghi célébrait tous ses buts comme si c'était le dernier même quand son équipe menait 21-0. Il lui arrivait de bouder lorsque son coéquipier volait un de ses buts. Tout le monde défendait ce comportement et disait que c'était un vrai attaquant, il avait la soif de buts et prenait toujours du plaisir à marquer. Bizarrement quand ronaldo fait la même chose on dit qu'il est egoiste, égocentrique, etc.
Note : 7
Message posté par LeFouteuxParExcellence
Ça n'a rien à voir avec le sujet mais je dois le faire remarquer. Inzaghi célébrait tous ses buts comme si c'était le dernier même quand son équipe menait 21-0. Il lui arrivait de bouder lorsque son coéquipier volait un de ses buts. Tout le monde défendait ce comportement et disait que c'était un vrai attaquant, il avait la soif de buts et prenait toujours du plaisir à marquer. Bizarrement quand ronaldo fait la même chose on dit qu'il est egoiste, égocentrique, etc.


1/ les célébrations de Pippo c'était de la joie pure. Pas des parodies pour se mettre en avant (montrer ses muscles, ses cuisses ou lui même comme CR). Le mec a déjà pleuré après des buts (Liverpool, Novara..)
2/ on parle d'un 9 à l'ancienne (Raul, Trezeguet, Van Nistelrooy, Maakay) dont le seul job était de scorer.
3/ je ne l'ai jamais vu latter les filets ou autre après un but "volé" par un coéquipier.
4/ Pippo ne tirait pas les penalties, preuve qu'il ne faisait pas la course aux buts à tous prix.
Jed mosly Niveau : CFA2
Message posté par LeFouteuxParExcellence
Ça n'a rien à voir avec le sujet mais je dois le faire remarquer. Inzaghi célébrait tous ses buts comme si c'était le dernier même quand son équipe menait 21-0. Il lui arrivait de bouder lorsque son coéquipier volait un de ses buts. Tout le monde défendait ce comportement et disait que c'était un vrai attaquant, il avait la soif de buts et prenait toujours du plaisir à marquer. Bizarrement quand ronaldo fait la même chose on dit qu'il est egoiste, égocentrique, etc.


Qu'est ce qu'on s'en branle de Ronaldo aussi pourquoi tu viens parler de lui ici ? Et comment t'oses comparer Pipo et ce métrosexuel ?
LeFouteuxParExcellence Niveau : Loisir
Message posté par Inzagoal


1/ les célébrations de Pippo c'était de la joie pure. Pas des parodies pour se mettre en avant (montrer ses muscles, ses cuisses ou lui même comme CR). Le mec a déjà pleuré après des buts (Liverpool, Novara..)
2/ on parle d'un 9 à l'ancienne (Raul, Trezeguet, Van Nistelrooy, Maakay) dont le seul job était de scorer.
3/ je ne l'ai jamais vu latter les filets ou autre après un but "volé" par un coéquipier.
4/ Pippo ne tirait pas les penalties, preuve qu'il ne faisait pas la course aux buts à tous prix.


Tu n'as jamais vu inzaghi se faché pour un but volé ? Regarde un peu ça : http://www.youtube.com/watch?v=_M_QpZ1-oNE
Message posté par LeFouteuxParExcellence
Ça n'a rien à voir avec le sujet mais je dois le faire remarquer. Inzaghi célébrait tous ses buts comme si c'était le dernier même quand son équipe menait 21-0. Il lui arrivait de bouder lorsque son coéquipier volait un de ses buts. Tout le monde défendait ce comportement et disait que c'était un vrai attaquant, il avait la soif de buts et prenait toujours du plaisir à marquer. Bizarrement quand ronaldo fait la même chose on dit qu'il est egoiste, égocentrique, etc.


Non ce n'était pas une obligation de le faire remarquer.

Sache le pour la suite de ton aventure ici.
Message posté par Mousfadi
Faire comme Luis Henrique ? Le Barça est une exception Guardiola et Luis Henrique a un moment ou à un autre ont bénéficiés de la science et du génie de Xavi porte par un collectif expcetionnelle et géniale, même si ça l'été moins avec Luis Henrique en parlant de Xavi .


@mousfadi c'est facile de réduire l'apport d'un entraîneur aux individualités de son équipe, sauf qu'on oublie qu'à son arrivé Guardiola disposait d'une équipe qui sortait d'une saison blanche avec un pléthore de stars et d'égos surdimensionnés qu'il a dû virer (Ronaldinho, Deco, Eto'o)
Donc quand tu parles d'un "collectif exceptionnel" c'est bien lui qui était à l'origine (notamment en confiant plus de responsabilités à Xavi et Iniesta)

Quant à Luis Enrique il a eu le mérite de relancer la machine, en mettant en place une équipe capable de jouer possession et contre

Bref je sais que c'est hors sujet mais je tenais à clarifier ce point
Note : 3
@ lefouteux

Pas mal le lien qui contredit ton discours et ton exemple hors sujet. Merci.
Je parie également que tu ne connais ni le contexte de ce match, ni les conséquences de ce but dans les arrêts de jeu.
Message posté par Mousfadi
Faire comme Luis Henrique ? Le Barça est une exception Guardiola et Luis Henrique a un moment ou à un autre ont bénéficiés de la science et du génie de Xavi porte par un collectif expcetionnelle et géniale, même si ça l'été moins avec Luis Henrique en parlant de Xavi .


Des entraineurs qui ont tout raté avec une équipe fabuleuse je peux t'en citer quelques uns hein

Je suis loin d'être un fan de Guardiola et du Barca (bien au contraire) mais remettre tout le mérite du succès sur Xavi et Messi je trouve pas cela très objectif..

La part de Guardiola dans le succès de barca est au minimum aussi importante que celle de Xavi et Messi, sachant qu'il a tout appris à Xavi quand ce dernier à débuter et qu'il a ensuite confié les clés du jeu à Messi alors qu'il avait... 19ans.

Dire que Messi est un génie aujourd'hui est facile... Le dire il y a quasiment 10 ans cela demande plus de flair. Ah oui, dernier point , si tu parles de Luis Enrique, évite d'écorcher son nom...
DoutorSocrates Niveau : CFA
C'est exactement ça. Avec Pippo c'était de la JOIE PURE, un côté enfantin absolument jubilatoire. Je n'ai jamais aimé le Milan à cause de Berlusconi, mais j'ai toujours adoré Pippo.
georgesleserpent Niveau : Loisir
Message posté par LeFouteuxParExcellence


Tu n'as jamais vu inzaghi se faché pour un but volé ? Regarde un peu ça : http://www.youtube.com/watch?v=_M_QpZ1-oNE


N'importe quoi.
Ta vidéo est censée prouver quoi exactement ?

Ce qui est génial, c'est que dans une interview, Pipo décrira ce but de Tomasson comme étant l'un des plus beaux moments de sa carrière. Preuve qu'il l'avait vraiment mauvaise, qu'il voulait uniquement son but et se branlait totalement de l'intérêt du collectif (car, saches le, ce but est inscrit dans le temps additionnel en 1/4 de la C1 2003, alors que Milan est virtuellement éliminé).
Milan_forza18 Niveau : CFA
Nous allons revenir dans 2ans en futur vainqueur de la c1 est peu importe s joueur l'entraîneur les dirigeants qui nous ferons gagner,Milan restera tjr le Milan !
Message posté par kantinho


Non ce n'était pas une obligation de le faire remarquer.

Sache le pour la suite de ton aventure ici.


t'as fait une faute dans ton pseudo, tu as écris fouteux au lieu de footix
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Happirès Therapy
4 18