1. //
  2. // Départ de Roberto Mancini

Mais que restera-t-il de Roberto Mancini ?

C’est désormais officiel : Roberto Mancini ne sera plus l’entraîneur de Manchester City la saison prochaine. Le coach italien quitte le club mancunien après trois ans et demi de bons et loyaux services, et un titre de champion. Que retiendra-t-on donc de lui et de son œuvre ?

5 37
Il y a deux façons de partir. Partir en vainqueur, un an après sa plus cruelle défaite. La voie choisie par Sir Alex. Ou bien partir en perdant, un an après son plus extraordinaire triomphe. La voie choisir par Roberto Mancini. Il y a un an, quasiment jour pour jour (13 mai), le technicien italien était sacré champion d’Angleterre, au terme d’une dernière journée qui restera longtemps dans les mémoires. Deux buts inscrits dans les arrêts de jeu, pour permettre à City de remporter le titre après 44 ans de disette, et de l’ôter des mains de Manchester United. Un an plus tard, c’est encore une histoire d’arrêts de jeu. Mais des arrêts de jeu amers. Dans le temps additionnel de la finale de FA Cup, Watson, le joueur de Wigan, éteint d’un coup de tête rageur les espoirs de Mancini de partir avec un quatrième trophée en trois ans et demi. C’est l’épilogue d’une histoire qui aura duré 1242 jours, faite de hauts, de bas, de bonheur, de critiques, de doutes, de coups de gueule, de victoires flamboyantes. Mancini part en ayant offert aux supporters de City la plus folle de toutes les joies, mais aussi en leur laissant un certain gout d’inaccompli. Avec l’équipe construite et les moyens investis, n’était-il pas possible de gagner plus ? Et surtout, de quel chantier va hériter son successeur ?

Thaïlande et Emirats

312 millions d’euros. C’est la somme investie par les dirigeants de Manchester City depuis que Mancini s’est assis sur le banc des Citizens, le 19 décembre 2009, en lieu et place de Mark Hugues. Pendant l’ère Mancini, sont arrivés, entre autres, David Silva, Jérome Boateng, Kolarov, Yaya Touré, Balotelli, Milner, Dzeko, Aguero, Nasri, Javi Garcia, Maicon ou Rodwell. Inutile de préciser que personne n’a dépensé autant sur la même période, pas même Chelsea (303,5), le PSG (262), la Juventus (210), le Real Madrid (173), l’Anzhi (172) ou le Barça (168). Alors, certes, Manchester City partait de loin. Lorsqu’il est arrivé, Mancini récupère une équipe qui stagne dans le ventre mou de la Premier League. Depuis sa remontée en première division, le club n’avait d’ailleurs jamais fait mieux qu’une huitième place, en 2005. Bref rappel historique. En 2007, le club est racheté par la société UK Sport Investments, contrôlée par l’ancien premier ministre thaïlandais (accusé de corruption), Thaksin Shinawatra. Le bonhomme investit des sous qui permettent de recruter des joueurs comme Rolando Bianchi, Javier Garrido, Valeri Bojinov ou le Brésilien Elano. Mais malgré ça, City ne décolle pas. Quelques mois plus tard, à cause de ses problèmes judiciaires, Shinawatra est contraint de revendre le club. Celui-ci est racheté par le richissime Cheikh Mansour. C’est le début du nouveau City.

Mansour investit immédiatement énormément d’argent, mais au bout d’un an, les résultats n’arrivent toujours pas. Les dirigeants décident donc de virer Mark Hugues et de le remplacer par Roberto Mancini, alors que City compte 27 points au bout de 17 journées, soit 10 de moins que le rival United et 13 de moins que le leader, Chelsea. Des recrues arrivent au mercato hivernal, et Mancini réussit à terminer cinquième, qualifiant City pour l’Europe, ce qui n’était plus arrivé depuis 1978. Le recrutement qui va suivre est monumental, et Mancini n’a plus vraiment le choix : il faut gagner avec cette équipe. Le premier trophée arrive finalement en mai 2011. City remporte la FA Cup, en battant Stoke City en finale (1-0, but de Yaya Touré). En championnat, les Citizens terminent troisièmes, à égalité avec Chelsea (mais loin derrière United) et se qualifient donc pour la Ligue des Champions. La progression se poursuit.

Lacunes en Europe

La deuxième saison pleine de Mancini est enfin celle de la consécration. Encore renforcée par d’illustres arrivées, l’équipe du Mancio truste immédiatement les premières places du classement. City fait la course en tête jusqu’à la 28e journée, puis se fait doubler par United. Les Citizens récupèrent leur bien à deux journées de la fin, en battant la bande de Sir Alex lors de la confrontation directe. Puis le dénouement le plus fou, avec ce but d’Aguero à la 94e minute face à QPR, qui marquera pour toujours l’histoire et qui offre le titre à City après 44 ans d’attente. Ce titre aurait pu et aurait dû être le point de départ. Le point de départ d’un règne, le premier sacre d’une longue série. Mais non. Cette saison, Man City n’a jamais été en mesure de rivaliser avec United, qui a dominé de la tête et des épaules la Premier League. Mancini aurait pu au moins sauver la saison avec une deuxième FA Cup en trois ans. Même pas. Wigan, 18e de Premier League, lui a ôté cet ultime plaisir.

Reste aussi un point noir : l’Europe. Les trois campagnes européennes de Mancini à la tête de City sont loin d’avoir érigé le club mancunien au rang de nouveau cador européen. En Ligue des Champions, surtout, City a fait pâle figure : deux éliminations dès le premier tour, dans des groupes compliqués, certes. Mais l’examen de maturité n’a pas été passé. Ce qui confirme une tendance, connue depuis le temps de l’Inter : si Mancini est bon sur les compétitions nationales (en tant que coach : trois titres de champion à son palmarès, quatre si l’on compte donné sur tapis vert en 2006), il ne réussit jamais de grandes choses en Europe. Son seul vrai coup d’éclat, finalement, reste cette demi-finale de C3, avec la Lazio, perdue face au FC Porto de Mourinho, futur vainqueur de la compétition (et de la C1 la saison suivante). Mais depuis, le néant, ou presque. Résultat : à l’échelle européenne, Manchester City n’est aujourd’hui pas grand chose, voire rien du tout. Même le nouveau PSG made in Qatar a déjà fait mieux, avec un quart de C1 cette saison. Parce que Ancelotti > Mancini ?

Qui pour lui succéder ?

Et maintenant, quoi ? Que va-t-il rester de l’œuvre de Mancini ? Le coach a construit une équipe pendant trois ans, et s’en va en laissant derrière lui un sacré chantier pour son successeur. Il s’agira probablement de Manuel Pellegrini, même si rien n’a encore été officialisé. Déjà, il va y avoir des départs. Ceux de Tevez, Dzeko et Nasri semblent désormais inévitables. Il va également falloir retenir Aguero et Kompany, convoités par de nombreux grands clubs européens. Mais surtout, par où commencer ? Quelle doivent être les priorités du nouvel entraîneur ? On aurait tendance à dire que l’histoire se répète pour Mancini. A l’Inter, il a tout gagné sur le plan national, puis est parti. Son successeur, Mourinho, s’est chargé de remporter la Ligue des Champions, en prolongeant le travail de son prédécesseur. A City, idem. Mancini a tout gagné en Angleterre (championnat, Cup, Comunity Shield), puis part. Le successeur va-t-il donc se concentrer sur la Ligue des Champions ? On l’a vu avec Dortmund, d’une année à l’autre, le parcours en C1 peut être radicalement différent. Champion d’Allemagne, le BVB a fait une campagne européenne 2011-12 catastrophique (éliminé au premier tour), et se retrouve cette année en finale. Comme quoi…

City va également pouvoir profiter du fait que Manchester United, le grand rival, va peut-être se trouver dans une année de changement. 27 ans de Ferguson ne s’effaceront pas en deux mois. Moyes va devoir trouver ses repères, s’acclimater, et faire comprendre que l’on est passé à autre chose. L’occasion rêvée pour Manchester City de profiter de ces mois de transition. Bref, Mancini observera tout ça de loin. Peut-être de France : Monaco serait intéressé, tout comme le PSG en cas de départ d’Ancelotti. En Italie, on ne verrait pas non plus son retour d’un mauvais œil. Naples, la Roma, l’Inter et Milan pourraient d’ailleurs se retrouver sans entraîneur lors des prochaines semaines. En tout cas, Mancini va partir d’Angleterre avec un sentiment partagé. Celui du devoir accompli, d’une part, et celui d’un travail inachevé. Celui qui reprendra le flambeau se chargera de parachever ce qui a été entrepris. Ou de moins, essaiera.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
madjerinho Niveau : CFA2
Une putain de facture.
aswinning_11 Niveau : Ligue 2
Un titre gagné de justesse l'an passé et rien d'autre.
Südkurve28 Niveau : CFA
Un sentiment de gâchis, quoiqu'on en dise, avec l'argent dépensé et mis à sa disposition depuis 4 ans, il aurait dû faire beaucoup mieux que ce qu'il a fait, notamment en Ligue des Champions.
Je l'apprécie pas plus que cela (surtout quand tu vois la somme dépensée en transfert ...) mais bon, la PL est quand même un championnat extrêmement dur et cette année en LDC ils ont eu une poule dantesque. Après il est clair que la finale face a Wigan fallait la gagner.

En tout cas j'espère vraiment qu'il va pas débarquer au PSG ...
Jono Treyston' Niveau : Loisir
le principal défaut de Mancini est de se concentrer sur l'affaiblissement des concurrents que sur sa propre squad.
Dostoievski Niveau : CFA2
Je suis d'accord avec la thèse Ancelloti > Mancini
benbecker
Evidemment que tout n'est pas à jeter chez Mancini.
On ne peut pas dire qu'il n'y est pour rien dans les succès récents de City. Pour être clair c'est pas Di Matéo qui mourra en étant vainqueur de la C1 alors qu'il ne sera sans doute jamais un grand coach de première division dans un championnat majeur.

Le truc c'est qu'à la ramener tout le temps et te proclamer meilleur entraineur de la galaxie tu aiguises l'appetit des chasseurs.
Et dès que les résultats ne vont pas bim, coup de fusil, et les hyenes se jettent sur toi.


En fait Mancini, il a voulu nous faire une version "Gucci-Prada du MOU" et il n'a pas tenu la distance. Mais il a encore le temps de se refaire
Depuis 2009:

City (312), Chelsea (303,5), le PSG (262), la Juventus (210), le Real Madrid (173), l’Anzhi (172) et le Barça (168).

Ce tableau fort intéressant est-il exhaustif? Manque le Bayern, non?

Mancini a eu un job difficile, en dépit de tous ces millions. Créer une équipe c'est un dur challenge. C'est plus facile avec des champions aguerris mais faut quand même savoir coordonner tous ces talents et tenir le vestiaire.

Pellegrini est un bon coach mais au volant d'une F1, on ne l'a vu à l'oeuvre qu'au Real où il s'est fait jeter, sans démériter certes. Et puis, le foot anglais ce n'est pas l'Espagne. J'ai des doutes sur les capacités de Pellegrini à s'adapter à l'Angleterre. Mais bon, on verra.

Le Mou eut été parfait pour le job.
Perso, je retiens qu'il a eu l'un des meilleurs effectifs au monde (loin devant celui du real par ex, il n'y a qu'à comparer les attaquants et défenseurs des 2 équipes), a réussi à créer une équipe monstre durant la 1ere partie de PL 11/12 avec un jeu rapide en phase avec les moyens de City (6-1 à Old Trafford, 5-1 à White Hart Line, 3-0 vs Liverpool). Puis l'équipe a totalement craqué: sortie piteuse en CL, une PL miracle devant un ManUtd à l'infiremerie au Goal Average.
Cette saison, City a été humilié en phase de groupe 3 défaites 3 nuls à domiciles aucune victoire, dernier du groupe derrière les puceaux de l'Ajax. En PL le parcours est correct et la défaite en Cup est anecdotique.
 //  16:30  //  Supporter de l'Lyon
Note : 9
Message posté par Dostoievski
Je suis d'accord avec la thèse Ancelloti > Mancini


faut voir

on te file 300 M€ pour finir devant ManU, Chelsea et Arsenal OU

on te file 250 M€ pour finir devant l'OM et l'OL

quel est le plus gros challenge?
@MZ :

Une défense meilleure que celle du Real ? On doit pas voir les mêmes joueurs alors, Kompany mis à part (et encore cette année il avait pas le niveau des deux dernières années), je vois pas quel joueur de City est supérieur en comparaison poste par poste. A la rigueur Zabaleta et Arbeloa sont relativement égaux, avec des styles différents.
Le prince des ténèbres Niveau : CFA2
Je ne pense vraiment pas qu'il viendra au PSG. Les propriétaires quatariens ne sont pas aussi stupides. Ils rêvent de gagner la champions league et n'embaucheront donc pas un entraîneur qui a n'a eu que des résultats catastrophiques dans cette compétition depuis qu'il officie (à l'inter ou city). De plus, sa gestion calamiteuse des cas Balotelli et Tevez vont faire grandement douter QSI à l'heure ou il devra gérer un certain Ibrahimovic.

Ce n'est pas un incapable non plus, mais c'est vrai qu'il est énormément surcoté. Avec les moyens pharaoniques qu'il a eu, son bilan est quand même très moyen. Le titre de champion l'an dernier ne doit qu'a la dégringolade incroyable de MU dans le sprint final et à l'attitude très très douteuse des joueurs de QPR pour la dernière journée.

De plus, je doute de son management quand il nous a fait tout un flan des cas Tevez et Balo, genre "il ne rejouera plus jamais" pour ensuite les réintégrer deux semaines plus tard. C'est indéniable qu'il a perdu en crédibilité auprès de son groupe.

Enfin, sa personnalité ne m'est pas du tout sympathique. Il se prend ouvertement pour le meilleur entraîneur du monde et s'est parfois plaint du recrutement à City. ça vous situe tout de suite le niveau de remise en question du mec.

Bref, je ne l'aime pas du tout et le voir débarquer à Paris serait une mini catastrophe. Mais c'est un scénario que je ne vois pas se dessiner.
On peut aussi dire qu'à chaque fois il a des sacrées équipe dont il ne tire pas le maximum, en comparaison avec Ancelotti, Mourinho (moins vrai au Real) ou encore Ferguson (cette année c'était vraiment pas terrible dans le jeu mais la PL est au bout).
Perso je le veux pas à Milan..
Message posté par tojiro69


faut voir

on te file 300 M€ pour finir devant ManU, Chelsea et Arsenal OU

on te file 250 M€ pour finir devant l'OM et l'OL

quel est le plus gros challenge?


ouais mais : quart de CL en 1 an et demi (sans perdre malgré tout) > 2 phases de poules en 3 ans
Message posté par tojiro69


faut voir

on te file 300 M€ pour finir devant ManU, Chelsea et Arsenal OU

on te file 250 M€ pour finir devant l'OM et l'OL

quel est le plus gros challenge?


Je pense qu'on peut juger Ancelloti sur un paquet d'autre challenge avant même celui du PSG, et là, on sait déjà qui est le patron des deux ...
L'entraineur parfait pour un cycle de 2-3 ans à Monaco, histoire de faire de Monaco un ogre sur la scène nationale, et de lutter pour le titre national contre le PSG et les "outsiders", et ensuite, il laisse sa place!
Rybolovlev doit être sur le coup, ça ferait un beau remplaçant de Ranieri!
Le pire étant qu'il a toujours été le premier à se plaindre de ne pas avoir assez de joueurs à sa disposition...
benbecker
@hellone/ la fonction réponse déconne* alors je te la fais façon artisanale.

Voilà ce que tu dis:
"ouais mais : quart de CL en 1 an et demi (sans perdre malgré tout) > 2 phases de poules en 3 ans"

A mon humble avis , Carlo est meilleur que Mancini. Soit!
En revanche ton argument qui consiste à comparer les parcours en LDC bof bof pour moi.

En 2012 City est dans la poule du Bayern , de Naples et de Villaréal. es-tu sûr à 100% que le PSG serait sorti de la poule? Moi non!
En 2013 City est dans la poule du Réal, Du Bayern et de l'Ajax. Certain que le PSG serait sorti de cette poule? Encore moins sûr pour moi.
 //  16:51  //  Supporter de l'Lyon
Message posté par helllone


ouais mais : quart de CL en 1 an et demi (sans perdre malgré tout) > 2 phases de poules en 3 ans


oui c pas faux
Oui ila gagné la PL ainsi que 3 autres trophées, mais pour moi il reste un entraineur très moyen (pas de style/fond de jeu), et autant que manager/meneur d'hommes (les cas Balo, Teves...), je le trouve pas terrible.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 37