1. // Décryptage tactique

Mais que devient le défenseur latéral ?

Autrefois, le défenseur latéral était défenseur avant d’être latéral. C'est-à-dire un défenseur de formation chargé de défendre un couloir. Il s’appelait Paolo Maldini en Italie et Lilian Thuram en France. Tandis que la défense à trois est discrètement en train de supprimer le poste, l’évolution du jeu nous montre des milieux offensifs qui jouent sur le côté : Dani Alves, Gareth Bale, Marcelo, Jordi Alba. La victoire du latéral brésilien ?

Modififié
71 19
La disparition du « défenseur latéral » ?

Ces dernières années, l’évolution du football va dans ce sens : le défenseur latéral n’est plus vraiment un défenseur. Ciao Paolo Maldini et Giuseppe Bergomi, adiós aux Carles Puyol et Gaby Heinze qui jouaient sur le côté. Symboliquement, il n’y a pas mieux que la réputation d'Álvaro Arbeloa. Durant l’Euro, le Madrilène passe pour le maillon faible de l’intouchable Roja. Dans les faits, il se fait Ribéry en quarts et Cristiano en demies. Une assiette bien remplie pour un joueur irréprochable dans son placement, son sacrifice, son timing, sa justesse. Son seul défaut ? Être défenseur latéral, et non pas milieu offensif. De l’autre côté de l’arrière-garde espagnole, Jordi Alba brille de mille feux, solide en défense et étincelant en attaque.

A-t-on aujourd’hui des « surjoueurs » capables de provoquer sans cesse la défense adverse tout en verrouillant son vis-à-vis ? Cela va plus loin : quand les montées du défenseur latéral visaient autrefois le centre comme objectif ultime, aujourd’hui le bon latéral doit être capable de créer, animer et bonifier le temps de possession que sa position décalée lui offre. Il n'y a plus de juste milieu, et de moins en moins d'Ashley Cole ou de Philipp Lahm. À l’Inter, le rôle de Maicon était souvent celui d’un meneur de jeu décalé. Dani Alves a-t-il été, ne serait-ce qu’une fois, à Séville ou à Barcelone, un défenseur latéral ? La liste de ces pseudo-défenseurs est longue : Dani Alves, Gareth Bale, Marcelo, Jordi Alba, Nagatomo, Vargas, Kolarov… Quand les défenseurs latéraux à la mode sont des anciens attaquants qui ont progressivement reculé, il arrivait qu’ils soient autrefois des défenseurs centraux mobiles, à l’image de Puyol au début des années 2000.

L’explication de l’émergence de la défense à trois ?

La question de l’évolution des systèmes tactiques surgit alors. Sous l’impulsion de l’innovante Serie A, la défense à trois fait progressivement son chemin dans le reste de l’Europe. En clair, trois centraux derrière, et deux milieux latéraux. Sur les côtés, les défenseurs disparaissent. Première explication possible : il n’y a plus de défenseur latéral formé pour défendre. C’est le raisonnement que Stramaccioni a dû faire en se rendant compte que ni Nagatomo, ni Pereira, ni Jonathan n’étaient capables de tenir leur couloir. D’où le passage à trois centraux. Deuxième option : il existe aujourd’hui une tendance vers la densification de l’axe. L’idée est de contrôler le jeu, de mieux traiter le ballon, de diminuer les risques derrière. D’une part, on en met trois au milieu. Comme l’Espagne, le Barça, la Juve, Arsenal, l’Italie, l’Athletic Bilbao ou même la France de Blanc.

D’autre part, on aligne trois défenseurs centraux, et on se désintéresse des côtés. Une évolution qu’il faut mettre en lien avec la disparition des matadores à l’ancienne. Comment faire pour empêcher Batistuta, Bierhoff, Crespo, Zamorano ou Trezeguet d’enfiler les reprises et les têtes ? En faisant en sorte que le ballon n’arrive jamais dans la surface, et donc en défendant ses couloirs avec attention. Cela n’a plus aucun sens, puisqu’il faut plutôt arrêter les courses des attaquants complets Messi, Cristiano ou Luis Suárez. Enfin, on peut se poser la question des limites du changement à trois derrière. Les paires de latéraux des plus grandes équipes des dernières années (Dani Alves-Abidal, Marcelo-Arbeloa, Maicon-Chivu, Sergio Ramos-Capdevila) ont un point commun évident : un offensif et un vrai défenseur latéral, voire un central déplacé sur le côté. D’où encore une ligne de trois. Et alors, est-il possible d’aligner deux défenseurs latéraux modernes en même temps ? Avec Jordi Alba, Guardiola aurait certainement persisté sur le défi du 3-4-3.

Une mort comme un soulagement ?

Le joueur, la ligne de touche et son adversaire direct : l’univers du défenseur latéral à l’ancienne est un couloir. Le numéro 2 ou 3 joue dans un espace fermé, souvent sur un seul pied, souvent face à un seul adversaire. Une certaine solitude, donc. Presque de la tristesse. Le défenseur latéral a toujours été « là-bas » durant tout le match. Il était « au fond, à gauche » . Aussi loin du but que de la gloire, là où le sacrifice n’est plus proportionnel à la reconnaissance.

Pire, le défenseur latéral est devenu le souffre-douleur de l’ailier youtubesque qui vient l’agresser gratuitement à coups de feintes humiliantes. Chienne de vie ? Joan Laporta avait défini le Barça comme le « sauveur de tous les peuples opprimés » . Et si le seul peuple sauvé par le Barça était celui des défenseurs latéraux ? Finalement, le club de Dani Alves est peut-être en train de le libérer, comme on libérerait un mourant impatient de basculer dans l’âge du repos.

Par Markus Kaufmann
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Jack Facial Niveau : CFA
Des nouvelles de Cicinho ?
Bon article, je kiffe l'expressions "ailier youtoubesque".

En tout cas, le foot devient de plus en plus exigeant et complexe, je ne sais pas si c'est mieux ou pas, mais quand j'ai commencé à suivre, les rôles étaient simples:
Deux centraux qui allaient mettre des tampons.
Les latéraux bloquent les couloirs.
les meneur de jeu organise pour les ailiers, le stoppeur cassait les attaques adverses et l'attaquant de pointe était redoutable dans la surface.
Désormais, tu vois qu'un Ronaldo ou un Messi remplissent les trois postes d'attaque( pointe, ailier droit et gauche, voire meneur de jeu)... ouais, je regrette notre notre Zizou national qui était avant tout un constructeur du jeu, ben ouais quand tu dois jouer avec Cissé et d'autres mecs du genre, tu reviens aux choses simples.
Super article !! d'ailleurs depuis le début de la saison, en regardant la juve (3-5-2) et le PSG ou le Milan(4-3-1-2) je me pose une question.
Sachant qu'en jouant sans ailiers mais soit avec des milieux-latéraux ou des latéraux tout court(4-3-1-2) l'équipe perd une ligne de couverture avec les ailiers, comment ces équipes se démènent quand elles croisent des équipes avec des flancs puissants comme le Réal Madrid ? (Marcelo-CR7 par exemple). Est-ce que cela ne complique pas la tâche des milieux relayeurs (qui sont souvent que 2 dans ce système et qui protègent déjà le troisième qui défend moins cf pirlo ou verrati)?
Et la gestion des contre-attaques? comment on fait quand on a en face de soit un Real de Mou qui traverse le terrain en 5secondes ?
voila si quelqu'un peut m'éclairer...
Mainvault Niveau : DHR
Enfin un article qui va dans mon sens pour dire qu'Arbeloa est un excellent défenseur central ! Cole et Lahm les deux derniers vrais bons latéraux qui savent tout faire !
ofgod, je ne suis pas un expert du 3-5-2 à l'italienne, mais dans les 5 du milieu, tu as 2 récupérateurs, 1 créateur de jeu, et 2 joueurs sur le côté qui passent leurs temps à monter et descendre le couloir.
Réellement, en phase défensive, tu te retrouves avec un bon gros 5-3-2, avec 3 défenseurs centraux, 2 latéraux (les mileiux revenu défendre) et deux milieux récupérateurs. Les flancs sont couvert, et le milieu est blindé.
Et c'est l'effet recherché : rarement on te mettra un but depuis le flanc (et encore moins depuis la zone à côté du grand rectangle), et même si un joueur adverse se retrouve avec la balle là, en ayant effacé le mileiu revenu défendre, il ne pourra rien faire de la balle. Impossible de centré, l'axe de la défense est surpeuplé, et si il essaie de conduire balle au pied vers le centre, un des défenseurs centraux s'écartera et viendra le bloquer.
En clair, à moins d'un exploit individuel (frappe depuis le bord extérieur du rectangle, dribble de 2 joueurs, ...) tu ne risques pas grand chose.
Dendecuba Niveau : CFA
@ofgod : Oulaa mais t'en pose des questions toi!

Sur le sujet je sais pas si on peut encore prendre les formations poste par poste; Le football de nos jours se construit plus autour de bloc-équipes (défense-milieu-attaque) avec pas de rôles strictement pré-défies. La plupart des grands coachs aiment changer de système en cours de match, ça peut commencer en 4-3-1-2 puis se mouvoir en 4-3-3 en cours de match et revenir à un 4-4-2 préserver le résultat. Du fait tu peux jouer avec deux ou quatre latéraux dans la même formation sans faire de changements. Ancelotti le montre à Paris quand il met Maxwell et Jallet au milieu.

Puis chez les joueurs, il n'y a plus trop de spécialistes du genre comme le sont Zanetti,Srna, Capdevila ou Arbeloa. Les postes en défenses sont plus ou moins interchangeables entre un DC et un latéral. Tant mieux pour le spectacle si ça laisse des espaces aux attaquants!
nininho
Pour les 3-5-2 c'est très souvent au milieu relayeur de venir couvrir l'aile quand il y a en face des latéraux très offensif, un peu comme Vidal ce mercredi en ligue des champiions sur le coté gauche du Shaktar avec Rat et Willian. C'est pour moi le seul gros défaut de ce schéma de jeu, la débauche d'énergie des milieux relayeurs et des deux latéraux qui ne peuvent clairement pas tenir une saison à plein régime.
allezgunnaer Niveau : Loisir
Très bon article.
Je crois que tout cela à affaire àvec la préparation physique: maintenant, de plus en plus d'équipes jouent au hockey sur glace. Tout le monde se voit attribué un rôle "positif" dans chacune des situations, attaque, défense, contre-attaque ou coup de pied arrêté. Forcément, sauf pour l'ASNL, un joueur qui ne pourrait pas se rendre disponible dans toutes ces situations serait moins intéressant.
Je dois dire que ça correspond un peu à une course à l'armement qui ne mène (logiquement) nulle part. La prochaine génération de joueur saura dribbler comme Ronaldo, tirer des coups F comme Pirlo et défendre comme Pépé? Faudrait pas que le football tourne comme les sports US et finissent totalement déconnecté de la pratique que peuvent en avoir des amateurs moyens.
@Allezgunaer, au sujet de la pratique de l'amateur lambda, ya quand même déjà une déconnexion.
Après, je ne joue pas en club, mais quand je fais du foot avec des gars le dimache, je constate très souvent que personne ne défend et personne n'arrive à se fixer un poste, bref c'est le b...

Non, je ne pense pas à une évolution en mode Basket, simplement du fait des dimensions du terrain, même si on demande à un défenseur, en plus de l'exigence basique de son poste d'être le premier attaquant, aucun de partira de sa base pour dribbler tout le monde et marquer.
Ceci dit, l'évolution du poste de latéral reste dans l'idée du surnombre devant, mais à trop rendre offensif ce poste, il y a un risque à terme, celui de négliger la défense des ailes.
Des bons latéraux, c'est pour moi des mecs qui savent défendre et attaquer, du genre Lahm, Cole, Ivanovic, Piszcek, ces mecs là sont connus pour les deux caractéristiques du poste.
Alba, Alvès, Marcelo sont avant tous des attaquants supplémentaires et sont assez quiconque en défense, je veux dire par là, que le côté offensif des mecs prime.
Tres bon article.

Mais un precision concernant Puyol. Ce n'est pas du tout un ancien defenseur central mobile. Puyol est milieu offensif droit de formation !
C est a ce poste qu'il debute en equipe premiere, puis Van Gaal le fera reculer car les 2 lateraux droits de l effectif etaient blesses. Il se stabilisera alors comme lateral puis 1 ou 2 ans apres il se passera la meme chose acec les centraux et il se retrouvera a ce poste.
Mouais, dire que les défenseurs latéraux disparaissent depuis peu, en citant les exemples de la Roja ou du Barça, voir le 3-5-2 italien, ça me parait light.

Parler du peu de bons défenseurs latéraux qui sont sortis des centres de formations depuis une quinzaine d'années aurait été intéressant, ce poste est boudé depuis fort longtemps et l'adaptation du football devant la pénurie de ce genre de défenseurs a pas mal aidé à sa progressive disparition.
Faut arrêter avec Gareth Bale défenseur latéral, ça fait bien longtemps qu'il joue ailier avec Assou-Ekotto derrière lui
Cela dit, superbe article!
Taïwo c'est quoi du coup comme espèce de latéral ?
Non, sérieusement TRES BON ARTICLE ! la tactique c'est la vie
Quand tu regardes, pas mal de gens (qui conaissent pas forcement bien le foot), pensent que les latéraux sont "peu utiles", mais toutes les grosse équipes du moment se servent beaucoup beaucoup des latéraux : le Barça, le Bayern, le Real, la Juve, etc ...
Ailier Gauche Niveau : DHR
Et Bernard Mendy, on en parle ?
Comme le dit Dendecuba
je n'ai plus l'impression qu'on fonctionne par poste.
Aujourd'hui la réflexion d'un coach se fait en bloc équipe et quand on détaille la chose on réfléchit par ligne (défense, milieu, attaque).
L'approche tactique se fait donc plus sur la complémentarité des joueurs par ligne et par phase de jeu.
Un exemple : comment les latéraux (par leur profil) pourront compléter les centraux quand l'adversaire est en possession du ballon dans notre moitié de terrain puis dans nos 30 derniers mètres. Puis comment ces mêmes latéraux pourront soutenir les milieux ou attaquants quand on récupère le ballon puis quand on est dans les 30 derniers mètres adverses.
Il est évident que le profil du latéral a évolué pour répondre aux exigences tactiques du poste. Cependant même si ils on gagné en qualités offensives et (peut-être) perdu en qualités défensives (ce qui reste à prouver si on prend des joueurs comme lahm, cole,...) ceci est comblé par la polyvalence des milieux et des centraux qui on eux aussi développé leurs compétences (des récupérateurs et des centraux plus techniques, plus mobiles) à l'image des Thiago Silva, Busquets, Xabi Alonso, Ramos.
On a aujourd'hui des joueurs (quelque soit le poste) capables de dépanner (voire plus) à au moins un ou deux autres poste, ce qu'on avait beaucoup plus rarement avant. (sans parler de Mesi et CR7) les Rooney, Silva, Müller...peuvent quasiment évoluer sur tous les postes offensifs avec un très bon rendement.
Ce gain de polyvalence offre donc de nombreuses possibilité tactiques aux entraineurs.
Moi, je me souviens de djalma santos, facchetti, kaltz, cabrini, cafu, plus près de nous, par exemple, grosso, et beaucoup d'autres latéraux qui conjuguaient parfaitement les deux fonctions à leur époque respective; arpentant sans cesse leur couloir; sans parler des latéraux du milan de sacchi, tassoti à droite et ...maldini à gauche; dont certains oublient qu'avant de faire une grande carrière en tant qu'arrière central, il a joué plusieurs saisons comme piston offensif sur le côté gauche, apportant un apport dans la construction et dans la finition. Si aujourd'hui, il arrive que ce rôle de latéral soit confié à des milieux de terrain de formation, il ne faut pas oublier que dans le passé, beaucoup d'arrières latéraux, dont la plupart de ceux que j'ai cité plus haut, étaient des attaquants externes de formation, reconvertis en défenseurs!
Merci les gars pour cet éclairage. je suis allé voir justement Paris-Evian aujourd'hui. Bon c'est Evian mais Carlito à joué en 4-4-2 losange avec Pastore et Lavezzi sur les cotés. ca fermait un peu car ce sont des joueurs qui acceptent de défendre.
J'ai bien compris que de nos jours on fonctionne plutôt en bloc équipe qu'en schéma. Man U le fait très bien.
Seulement pour moi adepte du 4-2-3-1 j'ai du mal avec le 3-5-2 à cause du boulot qu'il donne aux relayeurs et aux latéraux. Ca marche bien en phase arrêtée mais en contre attaque comme je disais ca me parait un peu dangereux surtout contre des flèches comme au Real ou à une moindre mesure Man U.
Après même dans l'axe, il suffit que tu ait un attaquant et un milieu(trequartista)super mobile et c'est chaud. Je me base bien sur sur l'idée nouvelle du bloc équipe. Parce que cette idée favorise aussi les décrochages et les prises d'espaces du coup fermer les cotés et blinder l'axe n'est pas une solution idoine pour les équipes qui adorent le mouvement.
Bon l’Allemagne contre l'Italie en Demi finale de l'Euro me contredit car il sont mobile mais bon... J'ai juste l'impression qu'on perd quelque chose avec ce système.
Après cela permet de palier le manque d'ailier droit qui sévit à mon avis ces dernières années dans la planète Foot.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
71 19