1. // Euro 2012
  2. // Bilan
  3. // Billet d'humeur

Mais pourquoi sont-ils si gentils ?

Si le championnat d’Europe qui vient de faire entrer l’Espagne dans l’Histoire du sport fut satisfaisant sur bien des plans, il lui a tout de même manqué un ingrédient majeur : les bad boys. Parce que trois semaines de fair-play, ça use.

Modififié
22 32
Le générique de fin de l’Euro ukraino-polonais une fois terminé, le spectateur garde un goût d’inachevé, une sale impression de manque. Le film n’était pas mauvais, il est même passé assez rapidement, mais il n’y a pas à dire, il manquait un truc pour que l’œuvre soit totalement réussie. Et ce truc, à bien y réfléchir, ce sont bien évidemment les méchants. Parce qu’un blockbuster avec que des personnages gentils, même avec un casting de rêve, ça ne fonctionne pas.

La version clean des méchants

L’inscription « Respect » imposée par l’UEFA sur les manches gauche de toutes les équipes du plateau ne fut pas qu’un vœu pieux. Avec seulement trois cartons rouges distribués durant la compétition, dont deux lors du seul match d’ouverture Pologne-Grèce, l’Euro a été calme. Trop calme, même. Car l’abus de fair-play nuit dangereusement à la dimension dramatique d’une rencontre de football. Pour que le show soit réussi, le spectateur a besoin de ces joueurs élégants qui ont envahi les pelouses de Varsovie jusqu’à Kiev, tel Iker Casillas demandant à l’arbitre de la finale d’écourter la souffrance des Italiens en réduisant les arrêts de jeu. Mais il a également besoin d’en détester d’autres.

Pour que le casting soit réussi, le football a besoin de ces simulateurs grossiers que le public aime huer, de ces bouchers qui font se tordre de douleur leurs adversaires un peu trop aventureux et qui révoltent un audimat ravi de pouvoir passer en revue tout son répertoire d’insultes. Malheureusement, en juin, ces gens-là furent coupés au montage et c’est la version propre des Pepe, Sergio Ramos, Balotelli, Rooney, de Jong ou van Bommel qui fut proposée aux téléspectateurs. Ces derniers n'ont eu aucune occasion de pester devant leur écran comme ce fut le cas en 2010, lorsque de Jong s'était essuyé les crampons sur la poitrine de Xabi Alonso au son des vuvuzelas. Frustrant. Sans tomber dans l’horreur du huitième de finale de la coupe du monde 2006 qui vit Néerlandais et Portugais se répartir seize avertissements et quatre expulsions, la beauté du football résulte de cette complexe alchimie faite de fair-play et de roublardise, de roulettes et de tacles à retardement. Si l’un des ingrédients vient à manquer, la mixture perd indéniablement en saveur.

Bisounours

Non satisfaits de se comporter en parfaits gentlemen sur les pelouses, les principaux acteurs de l’Euro ont même poussé le vice jusqu’à la coulisse. Que ce soit avant ou après les rencontres, les capitaines et entraîneurs avaient des compliments plein la bouche dès lors qu’il s’agissait d’évoquer un adversaire. Que ce soit pour préparer un choc ou féliciter un vainqueur, c’est tout le champ lexical ayant trait au respect qui s’est inlassablement déversé des gorges des différents techniciens. « L’Italie fait du très bon football  » pour Löw, « l’Espagne est une équipe fantastique » selon Prandelli, « le Portugal est un adversaire redoutable » dixit Del Bosque, etc. Un fair-play général de toute évidence sincère qui a insufflé une ambiance de Bisounours tout au long de la compétition.

Au point de donner certaines scènes surréalistes, telles que ces joueurs qui plaisantent entre adversaires avant de fouler la pelouse, comme s’ils s’apprêtaient à disputer un match de charité. Les ricanements entre Ribéry et Tymoshchuk dans le couloir de la Donbass Arena de Donetsk avant France-Ukraine ou la photo d’Andrea Pirlo et Sergio Ramos bras dessus, bras dessous tweetée par le défenseur de la Roja la veille de la finale n’en sont que des exemples parmi tant d’autres. Des ambiances de jubilé avant des rencontres de phase finale de championnat d’Europe, un truc à faire rendre Maradona et Mourinho. Une joyeuse kermesse entre ravis de la crèche heureusement perturbée par les Bleus. C’est là que Samir Nasri s’est rendu indispensable. Sans lui, c’était le navet assuré.


Par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Pub Crawl United Niveau : District
"le football a besoin de ces simulateurs grossiers"

Non.
Je pige pas. D'un côté on se plaint que notre époque est trop aseptisée, de l'autre on critique Nasri.

Que les moralisateurs nous disent ce qu'ils veulent une bonne fois pour toute. Heureusement que SoFoot a un avis tranché sur la question.
C'est tellement vrai.

Putin ce que j'adorais regarder des matches de Newcastle quand le triangle Barton-Nolan-Carroll terrorisait les chevilles aventureuses de ses fades adversaires.

Ce n'est sûrement pas l'avis de tout le monde, mais je suis d'accord avec Mathias Edwards, on a besoin d'enfoirés.
anti-madridista Niveau : DHR
Si vous voulez de la violence, des grandes gueules et tout le bordel, y'a le catch sur la NT1.
Captain_H Niveau : DHR
C'est pas compliqué, on veut juste moins d'paroles et plus d'action!
Du sang et des larmes quoi!
Sur le terrain les joueurs passent leurs temps à s'insulter, ils savent tres bien que ça n'ira pas plus loin. Le vrai problemen c'est le niveau du foot actuellement et pas le niveau de language...
RahXephon Niveau : CFA
Note : -1
C'est marrant, quand il y a un manque de fair-play flagrant de la part d'un joueur ou d'une équipe, on crie au scandale, et quand ils sont fair-play, c'est pas bien non plus. Faudrait savoir...

Moi je ne veux pas du sang et des larmes (pour ça, je regarde un film ou je lis un bouquin), je veux du jeu - beau de préférence, du suspens, des émotions oui, mais du RESPECT aussi.

Le fair-play fait partie du sport, et c'est tant mieux. Vaudrait mieux s'en accommoder.
" - C'est quoi la différence entre un bon et un mauvais bad boy ?
- Bah le mauvais bad boy, il voit une cheville, il tacle ! Alors que le bon bad boy, il voit une cheville, bon bah il tacle... mais c'est un bon bad boy quoi..."
Si on part du principe que le foot est du spectacle, ouais, y'a besoin de jigsaw.

Mais je trouve désolant qu'on en soit réduit a demander du sang pour apprécier ce qui est encore -mais pour combien de temps- du sport.

Regardez du catch si vous voulez du spectacle, la y'en a plein des bad boys et des bisounours.
Excellent Calmos...
Sinon, je fais plutôt partie de ceux qui se réjouissent que cette édition de l'Euro nous ait épargné les exploits du style de 2010 avec Van Bommel, De Jong, les excès de simulation.
Par contre j'aime bien l'intensité et l'engagement, et nous n'en avons pas manqué à mon avis.
Note : 2
Moi je pense qu'ils sont tous de la jaquette
nononoway Niveau : CFA
Fairplay exemplaire ou laxisme arbitral ?

Sur certains matchs il fallait voir du sang pour voir jaune...

Les joueurs ne font même plus attention aux suspensions pour matchs suivants, c'est les arbitres qui le font !
nononoway Niveau : CFA
Pas étonnant vu la pression sur leurs épaules, c'est sûr que si tu suspends Rooney, t'as l'air con.

J'en ai marre perso de voir les joueurs qui plongent et pendant le plongeon tournent déjà la tête vers l'arbitre pour réclamer (coucou Cesc). Insupportable.
Pour ceux qui préconisent de regarder le catch, je suis désolé mais c'est pas violent, juste gay.
Des hommes huilés et épilés à moitié nus qui font du corps à corps, moi je trouve pas ça violent..
ReynaldPedros Niveau : DHR
Le catch, c'est violemment gay, avec une petite touche de patriotisme façon GI Joe contradictoire donc avec cette gaîté présente jusque dans l'huile et la sueur mêlées.

Par contre, le foot, c'est le sport de la plèbe quoi. Le pain et les jeux en somme.
Et c'est vrai que cette année l'intensité dramatique a un peu manqué et qu'on assistait un peu à un bal de "gentils" comme dirait CJP (qui se demande encore qui sont les méchants, pour leur envoyer biouman).

Donc, sans être pour un retour en force du boucher de Carthagène sur les prés, on peut quand même demander un peu plus d'esprit de combat, un peu plus d'engagement physique. A une compétition comme l'Euro, même en respectant tes adversaires, tu dois avoir envie des les manger comme une saucisse avant de rentrer sur le terrain.

Suggestion : à la place de ne pas chanter les hymnes, on devrait demander au joueurs de se tourner vers Platini et de lui adresser un viril "Ave Président, morituri te salutant".
Bah la comparaison avec le catch, je l'emploie surtout quand je veux insister sur le fait que le foot est du sport, pas du spectacle (et que j'espere que ca durera).
Que le catch soit pas violent, normal vu que c'est du "theatre". Gay, GI , j'en sais rien je mate pas, ce que je sais c'est que c'est du spectacle mis en scene, avec les "gentils" et les "méchants" et du trashtalk en début de match pour faire monter la sauce.
A mon époque c'etait randy savage vs undertaker aujourd'hui j'en sais rien.

et le jour ou le foot ressemblera à cela, ca raviera certainement Mathias et d'autres, moi j'irai dans mes toilettes, je vomirai, et j'éteindrai ma télé.

D'ou la nuance entre l'engagement (sportif) et la boucherie (spectacle).
je suis pret à déplorer que certains match aient manqué d'engagement (et là d'un coup les francais sont beaucoup moins saluables),
certainement pas qu'ils aient manqué de "bouchers"
N'importe quoi. on regarde du foot pour voir du foot pas du free fight.
Et puis faudrait savoir ce que vous voulez. En venir a regreter les van bommel et De Jong version 2010 alors que vous etiez les premiers a leurs tomber dessus a l'époque pour dire que ct intolérable... Et puis DeJong a so foot vous etiez pas les premiers a reclamer sa tete et dire qu il ne devrait plus jamais jouer au foot lorsqu il a casser la jambe de ben arfa??? et maintenant il manque vraiment???
D'un autre coté, c'est vrai qu'un bon coup de crampon direct dans la jugulaire, ca fait toujours son petit effet...
Mais ça c'est un article de journaliste pour les journalistes. C'est très bien que les méchants soient absents, les seuls que ça embête ce sont les journalistes qui ne peuvent pas faire d'article sur les méchants. Mais pour le vrai supporter citoyen quel bonheur ! D'ailleurs vous avouez : heureusement que Nasri est tombé comme un débutant dans le panneau dressé par les journalistes, sinon, pas d'article du tout sur les méchants...
C'est fantastique les bisous ! C'était magnifique après Angleterre Italie ! Vive le fair play ! Vive les joueurs qui aident leurs adversaires à se relever ou à faire passer leurs crampes, vive le respect ! ( Bon un jour faudra aussi s'intéresser au fric sérieusement hein )
Bref, mais quel article inutile !!!!! Je suis déçue par So Foot là.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
22 32