1. // France – Ligue 1 – 21e journée – Rennes/Évian TG

Mais pourquoi les Pinault ne lâchent pas plus de ronds dans le Stade rennais ?

Troisième fortune française et cinquante-troisième mondiale, la famille Pinault, propriétaire du Stade rennais, possède en théorie plus d’argent que Marseille, Monaco, voire même que le PSG pour faire briller son club. Depuis une dizaine d’années, elle fait pourtant surtout preuve d’une certaine frilosité qui peut étonner et susciter la frustration des supporters. Mais pourquoi diable le père François et le fiston François-Henri n’investissent-ils pas plus ? Tentative d’explications.

Modififié
499 37
Parce qu’ils ont été échaudés

« Pinault devrait se lâcher ! » Le cri du cœur est signé Kaba Diawara, récemment interrogé par 20 Minutes. Il résume le sentiment général d’une majorité de supporters et d’observateurs du Stade rennais depuis quelques années. Mais c’est intéressant que ce soit l’attaquant franco-guinéen aujourd’hui retraité qui fasse ce commentaire, lui qui a marqué le 9 mai 1998 l’un des buts les plus importants de l’histoire du club. C’était face à Toulouse et il permettait d’assurer le maintien en élite du Stade et à François Pinault de valider son opération rachat. Partenaire sponsor à partir de 1993, l’homme d’affaires breton se laisse à l’époque convaincre par le maire de Rennes Edmond Hervé de racheter l’ensemble des actions du club, pour en devenir le seul et unique boss. Un rôle qu’il apprécie et qu’il maîtrise, lui le self-made-man non bachelier entré dans les ordres du business dans les années 60 en rachetant la scierie de son beau-père. En 1974, son compte en banque commence à aligner les zéros en spéculant intelligemment sur le marché du sucre. L’empire Pinault est en marche. Il devient Pinault-Printemps en 1992, puis Pinault-Printemps-Redoute en 1994 par le biais de rachats. En 1994 toujours, il acquiert la Fnac, en 1998, Christie’s, etc. Et c’est donc cet étonnant cow-boy du « phare-ouest » qui déboule dans le monde du football au tournant du millénaire. Le mec a les bourses pleines, il est chaud-patate et signe rapidement de gros chèques en se disant qu’il n’y a que comme ça qu’on peut composer des équipes capables de gagner des titres. À l’été 2000, il fait de Rennes le sixième club le plus dépensier d’Europe, avec l’équivalent de 58 millions d’euros déboursés sur le marché des transferts, dont 21 millions rien que pour Severino Lucas et 12 pour Mario Turdo. Pour zéro résultat sportif. Le flop est violent. Si violent que Pinault, bien qu’il ne l’ait jamais publiquement reconnu, s’est certainement dit à ce moment-là qu’on ne l’y reprendrait plus à faire son malin dans l’achat de joueurs. Fini de jouer au poker, dès le début des années 2000 il commence à lâcher l’affaire au fiston François-Henri, lequel engage Pierre Dréossi, un profil de comptable bon père de famille, qui occupe différents postes au club avant d’en devenir manager général jusqu’au printemps dernier. Place à la rigueur.

Parce qu’ils préfèrent miser sur le long terme

Passées les premières saisons un peu folles de l’ère Pinault, la stratégie change donc radicalement, avec une balance de transferts à l’équilibre et une grille de salaires stricte. Père puis fils décident aussi de miser sur une valeur sûre en matière d’investissement : l’immobilier. La bonne vieille pierre qui ne déçoit pas. Moins que les étoiles filantes sud-américaines en tout cas. Grâce à leur implantation dans le club et à l’assise financière qu’ils apportent, la rénovation du stade de la route de Lorient est votée par la mairie. Elle coûtera près de 40 millions d’euros et permet aujourd’hui aux Rouge et Noir de posséder un joli stade, moderne et aux bonnes proportions, que peuvent jalouser pas mal de concurrents de Ligue 1. Bâtir sur le long terme, c’est aussi se doter d’un centre d’entraînement performant. La Piverdière est inaugurée en juin 2000 par François Pinault himself. C’est l’un des meilleurs de France. Et puis bien sûr, il y a le centre de formation. Dans une région d’agroalimentaire comme la Bretagne, on tient l’élevage en haute estime. En 2002, le budget alloué à la formation est quadruplé pour atteindre près de 10 % du budget du club. Résultat, le centre de formation du Stade rennais est élu meilleur de France entre 2006 et 2011 et reste toujours l’un des plus cotés. Le constat objectif à déduire de ceci est le suivant : ok le Stade rennais n’a rien gagné depuis plus de 40 ans, ok l’armoire à trophées n’a pas grossi malgré l’arrivée d’un actionnaire milliardaire à la tête du club, ok les Pinault ne sont plus décidés à s’exciter en matière de recrutement, mais au moins ils ont permis au Stade rennais de disposer désormais de structures solides pour durer en élite.

Parce qu’ils n’en ont pas besoin

Le dernier classement Challenge des personnalités françaises les plus fortunées a de quoi faire fantasmer les supporters du club breton. On y apprend que François Pinault possède une fortune estimée à 11,3 milliards d’euros. Il est seulement devancé par Liliane Bettencourt et Bernard Arnault. D’après le classement mondial établi par Forbes, c’est plus que ce que détient le proprio flambeur de l’AS Monaco, le Russe Dmitry Rybolovlev (9,5 milliards). Plus aussi que le boss du PSG Tamim ben Hamad Al Thani (2,5 milliards). Et plus que Margarita Louis-Dreyfus, la miss cocktail de l’OM (5,5 milliards). Bien plus que tout le monde dans la France du foot. Potentiellement, Pinault possèderait donc de quoi recruter les meilleurs joueurs du monde ? Pas si sûr en fait, car sa fortune est constituée majoritairement d’actifs et non de liquidités. Et quand bien même le daron et le fiston – le premier reste toujours officiellement le propriétaire, mais il a depuis quelques années déjà confié les rênes du club à Junior via la holding Artémis – auraient la possibilité de faire venir de gros noms, pourquoi le feraient-ils ? Les Bretons sont déjà bien implantés sur le territoire, avec des entreprises connues et reconnues. Et puis, ils ont des réseaux très puissants et très anciens dans l’Hexagone et dans tous les pays occidentaux, que ce soit aux niveaux économique, politique ou même culturel. Rybolovlev et les Qataris de la capitale, eux, n'en sont pas au même stade. Ils ont du chemin à parcourir dans le cash-game, et quoi de mieux que le football pour se faire une vitrine toute belle ? C’est un accélérateur unique pour s'établir le plus vite possible en France et en Europe, ce qu’ils ont bien compris. Investir dans le football, c’est pour eux stratégique, alors que pour les Pinault, il s’agirait d’une action plus désintéressée, ce qu’affirmait François-Henri lors d’une rare interview accordée en 2012 pour l’ouvrage Supporters du Stade rennais. « Notre démarche n’a rien à voir avec une affaire financière, disait-il. Il s’agit d’une question de passion. C’est presque du mécénat. »

Parce qu’ils n’en ont pas envie

Dans ce même bouquin, le fils Pinault expliquait aussi ceci : « Notre démarche n’est pas la même que celle de M. Abramovitch avec Chelsea. On n’a pas acheté le Stade rennais pour en faire le meilleur club. En 1998, mon père décide d’investir dans le Stade rennais. Sa volonté ? Redonner à la Bretagne ce qu’elle nous a donné. Cette région mérite une équipe de foot ambitieuse qui procure de la fierté à ses habitants. » Des propos qui peuvent un poil décevoir, mais qui ont le mérite d’être clairs. Le Stade rennais pour les Pinault, c’est un don offert à leurs compatriotes adorateurs de la galette-saucisse. Ni plus, ni moins. Ils ont sauvé un club en grande précarité sportive et financière dans les années 90, en le dotant d’une assise lui permettant de s’installer durablement dans le paysage footballistique français. Et pour eux, c’est déjà pas mal. D’une certaine manière, ils ont raison. Grâce à eux, l’équipe bretonne n’a pas de souci à se faire pour son avenir proche comme lointain. Plus de crainte de descendre en deuxième division, plus de crainte non plus de boucler le budget d’une saison. La famille Pinault offre une gracieuse tutelle. Et tant pis pour la frustration que cette situation suscite auprès des supporters. La priorité de François, c’est sa collection d’œuvres d’art contemporain. Celle de François-Henri, c’est le déploiement du groupe Pinault, renommé groupe Kering, dans le fructueux secteur du luxe. Le football ? Hé bien le football, c’est une passion. Un loisir. Pas nécessairement une obsession ni une priorité dans laquelle il faudrait faire des folies.

Par Régis Delanoë, à Rennes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le gamin il doit devenir maboule avec une belle mère pareille !
Problema ? Niveau : DHR
Un article qui donne des outils. Mais, entre nous, des radins les Pinault !

Et vous avez craqué là : "Dans une région d’agroalimentaire comme la Bretagne, on tient l’élevage en haute estime"
Passion ? Mécénat ? Ben voyons ?

Pinault a investi plusieurs centaines de millions d'euros à Venise. Il a fait restauré le Palazzo Grassi et une partie de la douane de mer pour exposer sa collection d'art contemporain. Son plaisir et sa passion sont là, pas dans le foot.

Rennes c'est on me met une pression maximum en Bretagne alors il faut bien que je crache un peu, mais le minimum. Et c'est son fric alors....

Je valide avec Sochaux, même problématique.
Posseder un club, etre richissime, et ne pas vouloir en faire le meilleur... Rennes, la loose ultime a tout jamais.
cerveau-gauche Niveau : Loisir
Tres bon article, car c'est une question que je me posait depuis longtemps. Pourquoi ce diable de Stade rennais se faisait-il autant piné par Pinault?
letitbe53 Niveau : DHR
Pinault est souvent critiqué par les supporters du Stade rennais. Mais pourtant, il faut replacer les choses en perspective.

Jusqu'au début des années 90, le Stade rennais était un club qui faisait régulièrement l'ascenseur en D1 et D2 : trop fort pour la D2, trop faible pour la D1, disait-on à l'époque. Un peu comme Caen ou Nancy aujourd'hui. Et en plus, le club a connu de grosses difficultés financières dans les années 70 et 80 : il est même passé à plusieurs reprises au bord du dépôt de bilan, sauvé à chaque fois de justesse.

François Pinault est arrivé dans les années 90, d'abord comme sponsor, ensuite comme propriétaire. Comme le souligne l'article, il y a eu quelques expériences malheureuses en matière de transferts. Mais il a quand même réussi à donner une certaine surface financière au club, qui fait qu'aujourd'hui le club n'a plus rien à craindre de ses passages devant la DNCG. Il a amélioré les structures du club, comme le souligne l'article. De façon générale, il a pérennisé le club en L1. Rappelons que ces dix dernières années, jusqu'à l'an dernier, le club terminait systématiquement dans les 10 premiers de L1. Pendant ce temps, des clubs prestigieux comme Lens, Monaco, Auxerre, Strasbourg, Nantes, étaient relégués voire faisaient faillite. Cette année, ce sera la première fois depuis plus de 10 ans que le spectre de la relégation va à nouveau nous faire peur.

Alors bien sûr, il y a eu des déceptions en coupes. Mais il ne faut pas oublier d'où on vient, où était le club il y a 20 ans, où il en est aujourd'hui (financièrement et sportivement).

Pinault est un homme d'affaires qui a fait fortune un peu partout en France et à l'étranger, mais qui s'est souvenu, à une époque, qu'il avait des origines bretonnes, et qui s'est dit qu'il fallait aider le Stade rennais. Il a repris et aidé le club, alors qu'il n'était nullement obligé de le faire. Peut-être que le club n'existerait plus aujourd'hui, si Pinault ne l'avait pas repris. Alors rien que pour tout ça, il faut lui dire merci, au lieu de le critiquer.
thomasito2001 Niveau : DHR
Tres bon article qui explique bien pourqoi le SR n'est pas pres de jouer le role de mecene au niveau place par le Prince et le Novorych de sitot... Pinault n'est pas un mordu de football, c'est son droit meme si on peut regretter pour le niveau de la Ligue 1 et pour l'orgueil national qu'on n'ait pas une ecurie franco-francaise pour rivaliser au niveau moyens avec PSG/Monaco.
Sans doute que les transferts hasardeux du debut des annees 2000 n'ont pas aide, les Pinault y ont quand meme laisse quelques plumes et en commercants avises se sont jures qu'on ne les y reprendrait plus. C'est la ou on voit quand meme la chance (ou le genie..?) du PSG qui a su s'entourer de gens competents (merci Leonardo) pour recruter et modeler une equipe qui tient la route en evitant les accidents industriels. C'est vrai pour Monaco aussi, meme s'il est encore un peu tot pour juger...
Message posté par Apatride
Le gamin il doit devenir maboule avec une belle mère pareille !


Je ne suis pas inquiet pour le fiston.. Il peut tranquille se farcir les mêmes que la belle-mère (avec 15 ans de moins, cela va sans dire..)
La vraie question c'est : Pourquoi Pinault ne ramene-t-il pas plus souvent Salma au stade?
Jack Facial Niveau : CFA
Pinault peut dire merci au fric.

C'est pas en comptant sur sa gueule de cocker qu'il aurait pu choper la bomba mexicana qui lui sert de femme.
Cicéron De Paname Niveau : Loisir
J'suis le seule qui veut ce taper sa femme ?
Pinault a quand même apporté une certaine stabilité au club, souvent habitué à faire l'ascenseur. De plus, il a permis la construction de la Piverdière (qui jouit d'une certaine renommée) et la rénovation du stade qui, quand il est plein, reste une belle enceinte.
Sa vision de l'entreprise pourrait peut-être expliquer ses choix. Dans le monde du luxe, la fortune se bâtit sur une logique d'acquisition, de vente et d'investissement, et les dirigeants sont souvent éloignés de la production, du rapport capital-travail. Sa trajectoire d'une usine de bois au luxe a dû l'éloigner de la production pour l'amener à se focaliser sur les conseils d'administration. Ainsi, peut-être pense-t-il que la réussite du club réside plus dans le choix de ses dirigeants plutôt que de ses "ouvriers"(qui, quand on regarde un grand nombre de footballeurs, restent quand même des abrutis qui pensent beaucoup à leur salaire). Ce qui pourrait expliquer pourquoi il accepte de sortir le chéquier pour Montanier et pas pour Ntep.
Après, mon raisonnement ne tient pas forcément si on compare Pinault à Abramovitch et compagnie. Peut être conserve-t-il toujours sa fibre populaire et locale qui ne l'incite pas à investir dans le foot-spectacle, ce qui le ferait entrer dans un système malsain qui marche sur la tête et qui ferait perdre son identité au club (ou pire, lui donnerait une identité artificielle). Enfin bref, un mystère ce Pinault...
Message posté par Problema ?
Un article qui donne des outils. Mais, entre nous, des radins les Pinault !

Et vous avez craqué là : "Dans une région d’agroalimentaire comme la Bretagne, on tient l’élevage en haute estime"


Pareil, j'aimerais comprendre pourquoi vous venez nous foutre la phrase sur l'agroalimentaire ici?
Au delà de ça, l'article est passionnant!

A noter que les dernières rénovations du stade, en plus de faire du stade un joyau, permettent au Stade Rennais d'évoluer sur une pelouse toujours impeccable grâce à la luminothérapie, et ça, c'est un luxe en ligue 1
Message posté par Jack Facial
Pinault peut dire merci au fric.

C'est pas en comptant sur sa gueule de cocker qu'il aurait pu choper la bomba mexicana qui lui sert de femme.


T'es dur c'est un peu le Daniel Craig du grand Ouest quand même.
WaiWaiFautVoir Niveau : DHR
Message posté par loupvert13


... en plus de faire du stade un joyau...


C'est de l'ironie j'espère ! le stade est asymétrique et purement fonctionnel car rénové en plusieurs fois. Non franchement, un joyau...
@letitbe53 11000 milliard de fortune estimé en 2013 et ça vous suffit d'être dans les 10 premiers c'est pas évident
Cocodingo Niveau : DHR
Le type est deux fois plus riche que Abramovitch, et ce soir je serai à mater les centres de Danzé sous la pluie. Chienne de vie.
Why not Stevie ? Niveau : DHR
En fait la malédiction du Stade Rennais, c'est pas vraiment de ne pas dépenser des thunes, c'est surtout d'avoir un service de recrutement qui n'arrive pas à établir un ratio potentiel économique/qualitatif digne de ce nom.

Sans construire un ManCity route de Lorient, ils pourraient vraiment mieux se démerder.

Putain le syndrome de manque d'ambition morose commence à me vaincre ..
Message posté par Apatride
Le gamin il doit devenir maboule avec une belle mère pareille !


http://www.hdwallpapers3g.com/salma-hayek/

Vindiou, tu m'étonnes !
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
il a raison pinault
t'achetes un miro pour 5 millions tu le vends 15 dans 10 ans
t'achetes un Erding pour 7,5 millions tu le revends 4,5 millions 2 ans plus tard.
faut pas chercher longtemps.
les mecs qui rachètent des clubs pour dépenser des fortunes ,ils s'achètent de la pub. pinault n'a pas besoin de pub.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Quand Karim avec légitime
499 37