Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3e Tour Préliminaire
  3. // Legia-Trencin

Mais pourquoi donc le Legia Varsovie déteste-t-il tant l’UEFA ?

Le Legia Varsovie est abonné aux compétitions européennes depuis plusieurs années. Une participation aux compétitions de l’UEFA qui permet aux supporters d’exprimer leur haine contre l’instance européenne à coups de tifos et de chants hostiles. Retour sur les origines du mal.

Modififié
Le Legia Varsovie, son stade du Maréchal Jozef Pilzudski et sa chaude ambiance. Une enceinte qui bouillonne tous les quinze jours en championnat. Mais alors que les week-end, les destinataires des chants insultants sont les joueurs adverses, lors des matchs en semaine, la situation est différente. Depuis plusieurs années, la présence du club de la capitale polonaise est récurrente dans les compétitions continentales. Mais les supporters ont les instances dirigeantes du foot européen dans le collimateur. L’inverse est également vrai. Plus qu’une haine envers le football business, c’est l’expression du nationalisme polonais qui profite des tribunes pour faire passer son message.

« La Pologne aux Polonais, les Polonais pour la Pologne »


Plus que le foot, les Polonais ne tiennent pas les institutions européennes politiques dans leur cœur. 12 ans après leur entrée dans l’Union Européenne, la pilule est toujours difficile à avaler pour certains. Par fierté de l’identité nationale, mais pas que. La Pologne étant loin d’être un moteur de l’organisation, elle se sent laissée-pour-compte par rapport au duo de tête France-Allemagne. Les traces de la guerre avec ces derniers, et l’influence qu’ils ont gardée sur les terres de Boniek n’aident en rien. Et le sentiment d’être la cinquième roue du carrosse persiste. Avec des supporters parmi les plus nationalistes du pays, toutes les occasions sont bonnes pour rappeler les rancœurs qu’ils gardent envers les tout-puissants étrangers. Lors de la dernière marche pour la fête de l’indépendance, 70 000 personnes, dont la quasi totalité des ultras du pays, ont défilé derrière une banderole « La Pologne aux Polonais, les Polonais pour la Pologne » . Le ton est donné…

Sanctions à répétitions


Mais l’UEFA, plus que tout autre symbole européen, est considérée comme une mafia. Une idée partagée par bon nombre d’ultras aux quatre coins de l’Europe, mais qui trouvent une résonance particulière dans l’antre d’un stade où des banderoles nationalistes sont de sortie à quasiment tous les matchs. Du coup, à la moindre occasion, l’UEFA sanctionne. Utilisations de fumigènes ? Amendes. Présence d’une banderole « White Legion » ? Suspension de la Zyleta.,la tribune nord où sont présents les plus fervents ultras du club. La colère monte, et une animation vient montrer le ridicule de la situation. Tous les ultras déménagent dans la tribune opposée, allument des dizaines de fumigènes avec la découverte d’une nouvelle traduction de l’acronyme UEFA. « Ultra Extreme Fanatical Atmosphere » . Un cœur géant tente d’apporter une touche de paix et d’amour, mais le mal est fait. Nouvelles sanctions. Depuis le début de la décennie, le cumul des amendes monte à plus de 300 000€. Chère, la contravention… Mais le plus grand affront ne sera pas causé par les tribunes. Quand la saison suivante, le champion de Pologne se retrouve disqualifié de la Ligue des champions, le vase déborde. Victorieux 6-1 sur les deux manches du Celtic Glasgow dans les tours préliminaires, il leur est reproché d’avoir utilisé un joueur qui malgré une suspension purgée n’avait pas été annoncé sur le retour à l’UEFA. Tous les recours possibles n’y changeront rien, le Celtic passe malgré une fessée. Tout le monde crie au scandale. Voilà que l’UEFA déjà considéré comme l’oppressant colonisateur se voit coller une image de corrompus. À tort ? Vu les récentes affaires, peut-être pas. Mais l’amour vache continue entre les deux parties. Les amendes et autres huis-clos répondant aux animations et autres dérapages polonais. À quand le prochain round ?

Par Nicolas Kohlhuber
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:53 La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 96
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 12:43 La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 8 Hier à 12:34 River Plate devrait quitter El Monumental 14 Hier à 11:41 Les nouvelles clauses inquiétantes du code éthique de la FIFA 15