Mais où va Manchester United ?

Les chiffres sont vertigineux. Avec les recrutements de Shaw, Herrera, Rojo, Di María, Blind et Falcao, United a dépensé cet été plus de 193 millions d'euros. Une fois défalquées les sommes perçues pour les départs d'Évra, Kagawa et Wellbeck, le total passe à 150 millions. C'est un tiers du total dépensé cet été par toutes les équipes de Premier League. Et c'est presque autant que ce que Ferguson a claqué en 26 ans à la tête du club. Manchester United a bien changé. Mais pour quoi faire ?

Modififié
18 44

Vers une politique de Galactico


Les transferts des jeunes Herrera et Shaw ? Des arrivées initiées par Moyes. Les signatures de Rojo et Blind ? Des solutions temporaires avant que les cadors défensifs attendus soient disponibles… Cet été, Van Gaal a surtout fait venir des stars. Deux stars. Di María et Falcao. C'est paradoxal pour un entraîneur qui martèle sans cesse que le système prime toujours sur les noms. Mais logique pour un entraîneur qui cherche à reconstruire de fond en comble une équipe. En recrutant ainsi des joueurs établis, et appartenant à l'élite européenne du moment, Van Gaal marque son territoire. Et laisse entrevoir qu'aucune statue ne sera indéboulonnable sous ses ordres. Pas celles de Rooney, Van Persie ou Mata, en tout cas. Mais l'entraîneur hollandais marque aussi un tournant pour le club. Hormis Robin van Persie, peut-être, Manchester United n'a jamais acheté de stars en place. Rooney avait été recruté au berceau. Comme Ronaldo. Berbatov jouait à Tottenham quand il est arrivé, pas au Real. Van Nistelrooy au PSV, pas à Barcelone. Ferdinand à Leeds, pas au Bayern. Longtemps, sous Ferguson, Manchester United refusait d'aller coude à coude avec le Real ou Barcelone sur le marché des transferts.
Cette époque-là semble révolue. Et pas seulement parce que Van Gaal en a décidé ainsi. Ici, la volonté du Hollandais a rencontré la dynamique d'un club prêt, enfin, à flamber. Ce changement de cap est à mettre à l'actif d'Ed Woodward, le chairman. Décrié l'été dernier pour son inaptitude à faire signer des cadors (seul Fellaini était arrivé), Woodward a fini par faire changer les mentalités. Concrètement, il semble avoir convaincu la famille Glazer, propriétaire du club, d'investir les énormes bénéfices dégagés par United (plus de 130 millions d'euros la saison dernière) sur le marché des transferts, plutôt que dans le remboursement des grotesques emprunts qu'elle a contractés pour se payer le club. C'est un tour de force. Et c'est une nouvelle ligne politique. Car Ed Woodward, avec sa tête de vendeurs de lave-vaisselles chez Boulanger, veut des stars. Et veut que ça brille. Dans une interview accordée la saison dernière au fanzine United We Stand, il disait ceci : « Je n'aime pas que nous n'ayons que Van Persie et Rooney dans la liste des 25 du Ballon d'or. Je n'aime pas qu'il y ait plein de joueurs qui jouent en Espagne dans cette liste. Nous voulons les meilleurs joueurs du monde au club. » À l'époque, personne n'y croyait. Tout le monde se trompait.

La fin de la jeunesse ?


Depuis 1937, Manchester United a toujours couché, sur toutes ses feuilles de match, le nom d'au moins un joueur formé au club. La série est-elle en danger ? En creux, l'arrivée de stars à Manchester United marque en tout cas l'essoufflement de la politique de jeunes initiée en son temps par Alex Ferguson. Dans les faits, Danny Wellbeck, un très bon attaquant à qui il ne manque que le sens du but, a été vendu à Arsenal, au grand dam de nombreux supporters. Tom Cleverley, un milieu moins mauvais qu'il en a l'air, mais totalement hors de confiance, attend encore la validation de son prêt à Villa. Louis van Gaal ne compte pas sur lui. Plus loin dans la hiérarchie, on note les départs de Macheda et Lawrence. Powell et Michael Keane, eux, sont partis en prêt. Au club, en coulisses, les formateurs grincent. Et crient à la destruction de l'identité d'un club qui s'est toujours nourrit de joueurs du cru. La vente de Tom Lawrence, ailier gauche de talent, a particulièrement fait réagir. Pourquoi le vendre ? Pourquoi maintenant, après des années de travail et alors qu'il approchait enfin de l'équipe première ? Pris d'un léger doute, United a fait mettre dans le contrat du joueur une clause lui garantissant une priorité d'achat au moment d'une future revente. Mais Lawrence est parti quand même. Avec Di María, qu'elles auraient été ses chances de jouer dans les années à venir ?

L'arrivée de stars bloque la montée en puissance des jeunes, c'est mécanique. Aujourd'hui, avec Rooney, Van Persie et Falcao, quelles sont les chances de James Wilson, attaquant prodigue de 18 ans, auteur de deux buts en championnat en fin de saison dernière, de percer ? Et celles de Januzaj, pourtant si impressionnant quand il s'en donne la peine ? Van Gaal pourra répondre que partout où il est passé, il a fait monter des jeunes et qu'il a déjà fait du jeune Blackett un titulaire en défense centrale... Le Hollandais pourra aussi opposer que derrière les jeunes, ceux qui partent, il y aura toujours d'autres jeunes. Peut-être même meilleurs. Et plus adaptés à sa philosophie de jeu (depuis l'arrivée de Van Gaal, toutes les équipes du club jouent en 3-5-2 et selon les préceptes du Hollandais). En attendant, au Real Madrid, la politique des Galactiques n'avait jamais laissé de place aux jeunes. Un temps, Pérez avait dit qu'il voulait dans son équipe « des Zidanes et des Pavons » … Mais Pavon n'avait pas fait long feu. Et il a fini sa carrière à Arles-Avignon.

Tout ça pour quels résultats ? Et dans quel schéma ?


Pour construire une équipe, il faut bien commencer quelque part. Et Van Gaal a commencé par le toit. Sur le papier, rarement une équipe aura semblé aussi déséquilibrée. Devant ? Une folie : Van Persie, Rooney, Falcao, Mata, Di María, Janujaz… Derrière ? Une misère, ou presque : Blind, Rojo, Jones, Rafael, Smalling, Shaw, Evans, Blackett, Carrick, Fletcher, Fellaini… Le différentiel est si grand que chacun se projette et tente de poser sur le papier une équipe permettant d'incorporer le maximum de joueurs offensifs et le minimum de joueurs défensifs. Mais peut vraiment jouer avec un trio d'attaquants Van Persie-Falcao-Rooney devant un duo de créatifs Di María-Mata ? Non, évidemment. Il y aura donc des victimes. Van Persie est en danger. Il n'avance plus. Souffre-t'il du genou ? Les rumeurs le disent et ses performances ne disent pas le contraire. Mata n'a rien au genou. Mais lui aussi semble en danger. Rooney, au contraire, apparaît à l'abri. Ses performances ne sont pas éblouissantes, mais il vient d'hériter du brassard. Et on ne met pas un capitaine sur le banc en Angleterre. Pas si vite. Di María et Falcao aussi semblent protégés par leur statut de recrues stars. Pour un temps. Van Gaal va devoir les faire jouer ensemble. Il va surtout devoir construire les fondations de son équipe.

Pour l'instant, le Hollandais insiste avec un 3-5-2 qu'aucun joueur ne semble avoir intégré. Mais il n'exclut plus un potentiel changement tactique. Dans un système ou un autre, Blind, Herrera et Carrick, bientôt de retour de blessure, seront les piliers au milieu. En défense, Jones sera le patron. Disons plutôt qu'il essaiera. Il a été très bon lors de premiers matchs de championnat. Et ce fut bien le seul dans ce cas. Car, en trois matchs de championnat, l'équipe de Van Gaal n'a produit aucun jeu. Rien. Ou si, tiens, dix minutes en fin de match à Burnley. C'est mieux que rien. Mais, dans le staff, on se veut rassurant. Et on estime que la trêve internationale va permettre de guérir les blessés, d'intégrer les nouveaux et de cogner sur le crâne des anciens pour qu'ils intègrent la nouvelle philosophie de jeu maison. La saison des nouveaux Galactiques commence le dimanche 14 septembre contre les Queens Park Rangers. En tout cas, il paraît.

Par Marc Beaugé
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

pierrot92 Niveau : CFA2
Ca sent une évolution à la Milan Ac pour MU...pour l'instant ils ont encore plein de pognon, mais si 2 années de suite ils ne se qualifie pas pour la Champions League, ça va faire désordre. Parce que entre Chelsea, Man City, arsenal, Liverpool, Everton, Tottenham et Man U y a de la place que pour 4...Chelsea, Man City et Liverpool semble au-dessus du lot, il reste une place pour 3.
On ne va pas se mentir "la marque" Manchester United est encore solidement implanté. On constate que malgré une année sans coupe d'Europe, ils arrivent quand même à attirer des cadors qui étaient suivis par plusieurs grands clubs d'europe et des clubs comme la Juve. Chapeau bas et merci les Glazer.
Message posté par pierrot92
Ca sent une évolution à la Milan Ac pour MU...pour l'instant ils ont encore plein de pognon, mais si 2 années de suite ils ne se qualifie pas pour la Champions League, ça va faire désordre. Parce que entre Chelsea, Man City, arsenal, Liverpool, Everton, Tottenham et Man U y a de la place que pour 4...Chelsea, Man City et Liverpool semble au-dessus du lot, il reste une place pour 3.


suis toujours un peu réticent à placer Everton et Tottenham au même niveau qu'Arsenal. Chaque année on le fait, et chaque fois les Toffees et les Spurs déçoivent dans le sprint final (sauf une fois pour Tottenham, mais Chelsea avait décidé de faire chier l'Europe entière cette année-là), alors qu'Arsenal décroche systématiquement la 4e place et l'accès à la LdC en barrages. Je dis pas qu'ils sont intrinsèquement moins bons que les Gunners surtout cette année, je dis juste que là, j'attendrais le Boxing Day avant de m'enflammer.

Le parallèle avec le Milan est bien, mais tu avais juste à regarder à côté avec Liverpool, qui a eu des résultats très décevants pendant quelques années malgré des transferts "records".
pascounet Niveau : DHR
c'est la 1ere fois qu'on a une partie de football manager en réelle
Le petit Michel P. est demande a l'accueil, le petit Michel P.
nasser aimkelesfill
"Devant ? Une folie : Van Persie, Rooney, Falcao, Mata, Di Maria, Janujaz"
Van persie : ok si son corps le laisse tranquille. Au final combien de saison integrale dans sa carriere pour ce joueur que je trouve elegant ?

- Rooney : ça fait bien un an et demi voir plus qu'il n' a plus son niveau d'antan notamment dans les gros matchs. Même si statistiquement c'est pas mal.

- Falcao : Il avait le genou en vrac il revient peti a petit et doit maintenant s adapter a un nouveau championnat une nouvelle culture etc
A t il totalement recupéré ?

Mata : joueur très fin mais qui pour l'instant n'apporte pas encore totalment ce qu'on attend. Bon il est arrivé y' a moins d'un an en cours de saison donc laissons lui le temps

Di Maria : le vrai plus. Mais lui aussi laissons lui le temps de s adapter même si dans le premier match on a pu le voir, qu'il apportera de la technicité

- Janujaz : on va pas demander a Man Utd d'être sauvé par un gosse de 18 ans

Alors oui sur le papier l attaque a l'air formidable mais je note quand même quelques interrogations. Après c'est sur que si tout ça se met en boite correctement et que les joueurs sont en forme, ça devrait être très interessant.
The Patio Singer Niveau : Loisir
La vraie question est "Où va le foot ?" en général. Avec l'arrivée des nouveaux riches City, Chelsea, PSG qui d'un coup ont un budget illimité et brisent ce qui restait de logique dans ce monde, il faut tout gagner tout de suite, claquer des centaines de millions pour espérer être systématiquement compétitifs. Cela amène des clubs à adopter des politiques contre nature et à s'aligner sur un modèle qui de toute façon ne permettrait pas à tout le monde d'exister, et on voit M.U ou le Barça se précipiter là où auparavant ils auraient intelligemment fait monter leurs jeunes.
Sur les choix faits par LVG, je suis partagé, mais triste du départ de Welbeck qui incarnait en partie, et parfois maladroitement, la ville et le club. Chicharito est plus talentueux, mais son départ en prêt plus logique.
Message posté par The Patio Singer
La vraie question est "Où va le foot ?" en général. Avec l'arrivée des nouveaux riches City, Chelsea, PSG qui d'un coup ont un budget illimité et brisent ce qui restait de logique dans ce monde, il faut tout gagner tout de suite, claquer des centaines de millions pour espérer être systématiquement compétitifs. Cela amène des clubs à adopter des politiques contre nature et à s'aligner sur un modèle qui de toute façon ne permettrait pas à tout le monde d'exister, et on voit M.U ou le Barça se précipiter là où auparavant ils auraient intelligemment fait monter leurs jeunes.
Sur les choix faits par LVG, je suis partagé, mais triste du départ de Welbeck qui incarnait en partie, et parfois maladroitement, la ville et le club. Chicharito est plus talentueux, mais son départ en prêt plus logique.


Si les clubs comme City, Chelsea et le PSG ont déséquilibré le marché, c'est parce que la seule solution pour devenir un club européen sur le long terme est de dépenser des centaines de millions pour rivaliser avec les Manchester, Real ou Bayern.

On voit bien avec l'Atletico ou Dortmund qu'on peut rivaliser avec eux sur une année ou deux mais pas sur le long terme. Dortmund se fait péter chaque année leurs meilleurs joueurs par leur principal rival.

Sinon je suis d'accord j'ai l'impression que le foot part totalement en couille en ce moment.
ClchnrAtm7 Niveau : DHR
"Pris d'un léger doute, United a fait mettre dans le contrat du joueur une clause lui garantissant une priorité d'achat au moment d'une future revente"


Le parallèle avec le Réal est on ne peut mieux trouvé. On achète des joueurs confirmés pour batir une équipe et on revend les jeunes avec une clause au cas ou ils explosent.

Sauf qu'a long terme, cette politique est trés néfaste pour l'approvisionement en jeunes talents.

En effet, si on observe de plus près, la majorité des jeunes rapatriés grace à la fameuse clause ne se sont jamais imposés au Réal et sont donc repartis (Callejon, Granero, Soldado, De La Red...), alors comment expliquer à une pépite courtisée par les plus grands clubs européens de venir dans un club ou on ne fait pas ou plus confiance aux jeunes??

Perso, je me met à la place d'un jeune talent espagnol qui a le choix entre, d'une part intégrer La Fabrica ou de l'autre intégrer la Masia. Il me suffit de voir le nombre de joueurs formés au club et titulaires dans chacunes des deux entités pour que mon choix soit torché en 2 secondes.
L'argent a toujours été le nerf de la guerre. Tous les grands clubs ont eu de l'argent, même en France (Sainté, l'OM, Lyon). La seule différence, c'est que depuis 20 ans on favorise les riches et les clubs "rentiers", notamment depuis le nouveau format des coupes d'Europe qui permettent à un club arrivé 4e (donc d'avoir foiré son championnat si c'est un gros club) de se qualifier pour la LdC et la faiblesse des lois concernant la présence de joueurs formés au club ou dans le pays du club (ce qui aurait été le parfait pendant à l'arrêt Bosman).

Mais bon, il paraît qu'il faut du spectacle, et j'entends dire qu'une finale Atlético-Real ou Bayern-Borussia est bien plus excitante qu'un Ajax-Panathinaïkos ou un Nottingham-Hambourg.

PS : je parle de foot, mais ça s'applique à l'ensemble de notre belle civilisation occidentale. Merci le néolibéralisme
Le problème c'est que je ne comprends pas le fpf du coup. MU commence le mercato avec une augmentation délirante pour Rooney et fini avec Falcao... Sans faire de grosses ventes (juste des gros salaires en moins) je capte pas. Le Real a lourdement vendu Di Maria, Ozil la saison dernière, pour recruter comme des idiots, mais MU recrute n'importe comment sans vendre un Rooney par exemple et après une saison blanche... C'est vraiment surprenant, surtout que leur défense est dramatique.
Puis Van persie Falcao, deux renards, ça peut marcher ?
Shaw - Blind ?

Bref je suis pas mancunien ni expert en BPL mais je trouve ça très étonnant, un peu trop même.

En tous cas les supporters de MU pourront plus chambrer ceux de City, et me dites pas "MU est un club historique et doit sa richesse à son histoire", avec des raisonnements comme ça on évolue jamais et si le fric du PSG ou de City leur permet de franchir des paliers je vois pas le problème. Sinon on créé une ligue fermée avec les plus gros club en mode NBA et on en parle plus, car je rappel que le plus gros club actuel est le Real, c'était déjà le cas lors de la toute 1ère CL, et ça c'est problématique.
Rakamlerouge Niveau : National
Sans parler de ce logo "Chevrolet" immonde...
N'empêche que si par je ne sais quel moyen, Van Gaal parvient à faire jouer Rooney, Falcao, RVP, Di Maria, Mata ensemble ça va être monstrueux.
Note : 8
"Longtemps, sous Ferguson, Manchester United refusait d'aller coude à coude avec le Real ou Barcelone sur le marché des transferts".

ET VERON ?

L'énorme folie de Fergie, la seule ! Ok, il venait de la Lazio mais à l'époque je vous rappelle que la Lazio avait une équipe monstrueuse. Bref, un paquet d'oseille avait été mis par United sur la table. Un flop qui a calmé Ferguson pour des années.
Message posté par EEES

Bref je suis pas mancunien ni expert en BPL mais je trouve ça très étonnant, un peu trop même.


Je crois que le FPF concerne les recettes globales, autrement dit tous les merchandising international est pris en compte. Des clubs comme MU ou le Real sont alors considéré comme bénéficiaires (donc sans déficit), malgré une dette encore énorme.

A vérifier néanmoins, mais si c'est le cas, bah c'est ce que je disais plus haut : on favorise les riches.
pierrot92 Niveau : CFA2
Je suis d'accord avec ceux qui n'aiment pas trop l'évolution du foot actuel, mais faut reconnaitre que beaucoup, beaucoup de match de Champions League sont hyper spectaculaire en terme de technique ou d'intensité physique. Ca va à 100 à l'heure pendant 90' souvent. Essayez de regarder la finale de 88 ou 89, Benfica-Eindhoven. Ou Barca-Steaua en 86. Une horreur...y'a eu aussi As Rome Liverpool ou marseille-Etoile Rouge comme finale très médiocre (en plus à l'époque le gardien avait le droit de saisir la balle avec les mains après une passe en retrait). Chelsea-Bayern ou Chelsea-Man U de ces dernieres années, c'était pas extraordinaire, mais rien à voir avec les finales des années 80 (exceptées les finales avec le Milan AC et ses hollandais).
Ca n'empêche pas que le milieu du foot actuel est écœurant.
Je pense qu'il faut laisser le temps à VG de faire le travail qu'on lui demande, tout le monde hurle au scandale et se demande comment s'est possible, ManU c'est le club le plus riche car le club le plus populaire au monde avec des revenus stratosphérique rien qu'en existant en tant que ManU, donc moi la valise mise sur la table ne m'étonne pas tant que ça, concernant le fait de faire cohabiter les joueurs ensemble je ne me fait pas trop de souci, il y a eu un gros dégraissage et un encore plus gros à venir (Nani, Anderson, Cleverley et Smalling à mon avis ne reviendront jamais au club après cette année de transition).
Bref, wait and see, mais je pense que le mercato, bien que flamboyant n'est pas si "débile" que ça, les Rojo, Blind et Shaw ont un potentiel de taré, Herrera va exploser à mon avis et Falcao s'est juste le marketing bonus allié au beau jeu, DiMaria est et restera un monstre, donc voilà, la défense toussa toussa, je suis d'accord, mais rien qu'en ayant vu le potentiel d'un Blackett je me dis qu'un miracle est toujours possible pour cette saison et qu'un 442 n'a jamais été autant d'actualité depuis le départ de Fergie !
M.Manatane Niveau : CFA
Note : 1
"Monsieur Propre est en train d'épousseter les cuivres du Titanic"
Tyler Durden avait raison !

Quand c'est Grenoble ou Le Mans qui meurent, ça n'inquiète personne. Quand on voit les situations de clubs comme le Milan, MU, Valence ou Malaga (pas dans la même catégorie, OK) on se dit que la fin de cycle est proche.

Le meilleur exemple, selon moi, est le Barça de 2009: une équipe qui fait le triplé (Champions, Liga, Copa del Rey) arrive à terminer en déficit après avoir tout gagné: le sportif est devenu secondaire, c'est bien triste.
Mais on prend un virage vraiment dangereux, prenons ces prêts avec option d'achat obligatoire destinés à contourner cette vaste connerie qu'est le fair-play financier. On dirait des gamins qui essaient de frauder le métro: quelle sera leur prochaine trouvaille ?

Mon pauvre football...
Je le sais ça WIL, comme beaucoup sur SF, y'a eu des discussions 1000 fois à ce sujet, il n'empêche que le FPF ressemble de plus en plus à une enroule pour maintenir l'assise des principaux clubs européens.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
18 44