Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Liga Sagres
  3. //

Mais où va le Sporting ?

Des problèmes financiers, des résultats sportifs catastrophiques et un centre de formation en berne : le Sporting poursuit son inexorable déclin entamé en 2005 et la défaite à domicile en finale de la Coupe de l’UEFA. Pourra-t-il en sortir?

Modififié
Dimanche soir, le Sporting a perdu le choc du week-end contre Porto. Tout sauf une surprise. Ridiculisé par les Hongrois de Videoton jeudi (3-0) et sans entraîneur depuis vendredi matin, le club lisboète s’est déplacé dans le Nord en traînant les pieds. Sur la lancée de leur victoire contre le PSG, les hommes de Vítor Pereira l’ont emporté 2-0, sans forcer, face à des Leões muets, et surtout déboussolés. Pire, ils semblent avoir perdu le soutien de leur public pourtant habitué à souffrir. Luis Godínho Lopes en a fait les frais dimanche. Plutôt que soutenir leur équipe, les supporters ont passé leur dimanche soir à donner du « clown » à leur président en 2011.

Faux-espoir

À l’époque en concurrence avec le favori Bruno de Carvalho, Godínho Lopes se pose alors en sauveur économique et sportif du club, laissé dans un sale état par le démissionnaire José Eduardo Bettencourt. Jouissant d’une excellente proximité avec les banques portugaises, étrangères et même avec la mairie de Lisbonne, il promet monts et merveilles : beaucoup d’argent pour abolir la dette du Sporting (alors de 73 millions d’euros), mais aussi des noms, comme Hugo Almeida, Garay, Artur Moraes - les deux derniers évoluent aujourd’hui à Benfica - et Domingos Paciência sur le banc. Seule la dernière promesse est tenue. Les deux clubs ont beau s’appeler le Sporting, Lisbonne n’est pas Braga. Arrivé avec l’étiquette de l’entraîneur portugais qui monte, l’ancien avant-centre ne passe pas le cap de la première saison. La faute aux mauvais résultats et à ce qui ressemble à un complot interne en faveur de Ricardo Sá Pinto. Avec lui, le Sporting termine la saison en trombe avec une demi-finale de C3 et une 4e place en Liga Sagres à deux doigts du podium. La chance du débutant peut-être.

Mais la hype ne dure pas. Le début de saison s’avère catastrophique. Sá Pinto ne résiste pas à l’humiliation d’une défaite contre un club hongrois de troisième zone. Une issue inévitable et logique pour un entraîneur sans expérience et sans diplôme. Comme Domingos avant lui, Sá Pinto avait hérité d’une équipe complètement nouvelle, composée de joueurs de nationalité différente. Une tour de Babel en puissance, quoi. Une politique de rupture pour un club certifié formateur.


Scolari sondé

En attendant, et malgré une rumeur annonçant de nouvelles élections anticipées à la tête du club, Luis Godínho Lopes doit choisir un nouvel entraîneur, seul contre tous. Les noms de Luis Enrique, Sven Goran Eriksson et surtout Luis Felipe Scolari sont évoqués. En attendant, Oceano Cruz joue les intérimaires. Une nouvelle qui ravira surtout quelques nostalgiques du côté du TFC. Le Sporting rêve, lui, de Scolari et a même tapé à la porte de Jorge Mendes pour réaliser l’affaire. Mais le Brésilien a ses exigences. Financières surtout. Pour la presse portugaise « l'accord sera difficilement trouvé entre les deux parties en matière de salaire » . Mais avant de draguer un entraîneur du standing de Felipao, le Sporting doit penser à réduire sa dette comme tout bon pays ibérique. Malgré ses promesses de campagne, Godínho Lopes doit encore combler un déficit de 30 millions d’euros. La faute à des investissements sportivement infructueux. Un véritable cercle vicieux, car la dette engendrée par la non-qualification pour la C1 l’an passé a empêché les « verdes e branco » de se renforcer réellement cet été. Avec un recrutement de nouveau pauvre, le Sporting a encore décroché par rapport au nouveau triumvirat de la Liga Sagres (Porto, Benfica et Braga). Des résultats en berne, un entraîneur encore à trouver et des finances précaires, le Sporting vit une putain de crise. Et on ne voit pas comment il va en sortir de sitôt.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25