1. // Insolite
  2. // Analyse

Mais, en fait, c'est quoi le « QI Football » ?

Un joueur bête, on lui passe tout du moment qu'il est intelligent sur le terrain. Du moment que son QI football et largement supérieur à son QI tout court. Mais en fait, c'est quoi l'intelligence de jeu, tant recherchée par les coachs ?

Modififié
2k 59
« Le football d’aujourd’hui est un football physiquement très fort, techniquement également. Mais la grande différence de niveau entre les équipes réside dans l’intelligence de jeu. Nous voulons travailler et jouer comme une équipe. Cela implique le développement de l’intelligence des joueurs. » Il y a une semaine, le directeur technique du PSG, Carles Romagosa, a été clair sur les ondes de RMC. Pour que le Paris Saint-Germain passe un cap au niveau européen, il faut soit faire travailler le ciboulot de ses joueurs, soit en recruter d'autres dotés d'un « QI football » au-dessus de la moyenne. Alors, à un moment où une grande partie de l'opinion publique considère le footballeur comme un être dénué d'intelligence, c'est quoi le QI Football ? Qu'est-ce que c'est, un joueur de foot intelligent ?

De l'intelligence du corps


Le courant de pensée le plus en vogue chez les chercheurs estime qu'il n'y a pas qu'une seule sorte d'intelligence. « La théorie des intelligences multiples est plus ou moins acceptée par tout le monde » , explique Pierre Parlebas, sociologue et théoricien de l'éducation physique et sportive contemporaine. En 1983, c'est le psychologue américain Howard Gardner qui émet cette hypothèse. Le quotient intellectuel serait alors en fait capable de mesurer une seule facette de l'intelligence, l'intelligence logico-mathématique. En réalité, il en existe au moins huit autres : les intelligences musicale, spatiale, sociale, verbale, intra-personnelle, existentielle, naturaliste et corporelle. « En France, on a souvent tendance à mettre en avant l'intelligence verbale et à considérer que quelqu'un qui ne s'exprime pas bien est un abruti. Alors que c'est juste qu'il développe une autre forme d'intelligence que celle-ci » , explique le professeur de la Sorbonne.


Bien évidemment, c'est l'intelligence corporelle qui est sollicitée par le football, comme par tous les sports. Et particulièrement l'intelligence motrice. « C'est facile de repérer un footballeur qui en a dans la tête. Le joueur intelligent, c'est celui qui anticipe, qui voit en avance ce qui va se passer, celui qui a la vista comme on dit. C'est Zidane, c'est Platini. C'est celui qui voit le jeu, qui organise une équipe. » Cette capacité à anticiper repose sur des qualités essentielles. La première est l'empathie, à savoir la facilité à se mettre à la place des autres. Si le joueur arrive à deviner ce que va faire son partenaire ou son adversaire, il pourra faire le bon choix. « Si on veut aller plus loin, il faut que le joueur essaie de deviner ce que devine l'adversaire, pour pouvoir feinter et le mettre dans le vent » , explique Pierre Parlebas. La deuxième qualité requise est le fait de réussir à décoder les comportements de ses partenaires et de ses adversaires. On appelle ça la sémiologie de la motricité.

L'intelligence collective


Le joueur intelligent doit donc être capable d'analyser les signaux envoyés par les autres joueurs. Un appel tranchant dans l'intervalle peut être interprété comme un « passe-moi la balle, je suis démarqué » , mais il peut aussi avoir pour but d'attirer des défenseurs pour démarquer un autre partenaire. Au passeur de comprendre et de faire le le bon choix en fonction de l'espace, de temps, et de la rapidité de ses potes. Mais à une époque où le football est de plus en plus basé sur la puissance physique et la vitesse, les footballeurs seraient-ils devenus moins malins ? « Au contraire, je trouve que la construction du jeu d'une équipe s'est améliorée avec le temps. C'est plus élaboré qu'il y a 40-50 ans. Avant, dès qu'un défenseur avait la balle, il pensait à la dégager, pas à la relancer. Il n'y a pas d'incompatibilité entre la puissance et l'intelligence. Regardez Ronaldo, il arrive à combiner les deux. Son problème à lui, ce n'est pas qu'il mise que sur son physique, c'est l'individualisme » , juge Pierre Parlebas.

Car l'intelligence ne se situe pas juste au niveau de l'individu, il faut prendre en compte l'ensemble. Le football est avant tout un sport collectif. Donc, la forme d'intelligence la plus primordiale au sein d'une équipe, c'est l'intelligence collective, le fait que les interactions soient fluides. « La créativité individuelle est aisée mais le plus difficile reste la créativité collective » , disait Arrigo Sacchi. Les joueurs les plus malins sur un terrain se sont toujours mis au service du collectif, car si l'équipe toute entière est créative, le résultat est bien plus probant. « Cette dynamique de groupe est très importante. Et au-delà de la motricité, les liens affectifs entre les joueurs entrent en compte. L'intelligence relationnelle compte. Une équipe qui s'entend bien, à condition qu'elle soit déjà forte techniquement, jouera mieux. Ce sera plus fluide, et cette fluidité fera gagner le dixième de seconde nécessaire à une passe parfaite » , tranche Pierre Parlebas. L'amitié affichée entre Messi, Suárez et Neymar serait donc une raison de la réussite des trois individualités, n'en déplaise à Cristiano Ronaldo.

Une génération bête ?


Le problème actuel du football est la tendance qu'ont les joueurs à vouloir tricoter, à vouloir faire la différence tout seul. Laurent Blanc en faisait déjà l'amer constat dans les colonnes de France Football lorsqu'il était sélectionneur de l'équipe de France. « Ce qui nous manque, c’est de l’intelligence de jeu, c’est une qualité de plus en plus rare dans le football. C'est mieux que des joueurs capables d’exploits individuels. Depuis que je suis entraîneur ou sélectionneur, il y a très peu de joueurs qui viennent taper à ma porte pour parler et échanger football. C’est une évolution à l’image de celle de notre société, de plus en plus individualiste. Je trouve que le foot devient de plus en plus égoïste. On s’intéresse d’abord à ses stats, à son match plutôt qu’à celui de l’équipe » , regrettait l'actuel entraîneur du PSG. Et comme souvent, pour remédier à ce mal, la solution vient de l'éducation, de la formation. Au lieu de former des Florian Thauvin obsédés par le un contre un, formons les joueurs au sein du collectif. Histoire d'avoir un peu d'Antoine Griezmann.

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

KingMastre Niveau : CFA2
C'est quoi le QI d'un footballeur?

Mais c'est impossible de répondre à cette question dans la mesure où un footballeur n'a pas de QI...

Allez, Go, faîtes-vous plaisir...
KingMastre Niveau : CFA2
Et voici une nouvelle couche:

- "En France, on a souvent tendance à mettre en avant l'intelligence verbale et à considérer que quelqu'un qui ne s'exprime pas bien est un abruti. Alors que c'est juste qu'il développe une autre forme d'intelligence que celle-ci » , explique le professeur de la Sorbonne.

Ben ça en fait des millions d'abruti en France. Et même des milliards sur Terre...
so-lyonnais Niveau : CFA2
Tout cela me fait penser à Benzema, joueur mal perçu en France car faisant partie de la génération 87, qui est assez introverti et qui ne parle pas trop dans les médias, certains pensent qu'il est bête comme un âne (ce que je me garde de faire car je ne le connais pas) et lui ne fait rien pour changer cela.

Mais sur le terrain ce joueur est d'une intelligence incroyable, il sent le foot comme très peu, de façon très rare chez un 9. Il préfèrera toujours la passe au dribble superflu, le coéquipier mieux placé plutôt qu'une frappe en angle fermé, sa simplicité et sa technique en font un joueur terriblement utile pour un collectif et surtout un attaque avec CR7 (mais ça pourrait être aussi avec Messi, Robben, Ibra..).

Et après tout c'est la seule chose qu'on doit demander légitimement à un joueur sur un terrain, d'être intelligent. Le reste c'est du néant et de la branlette, un joueur intelligent footballistiquement sera toujours une plus value pour un collectif, d'autant plus si le talent est grand.

Et je pense que le désamour et l'incompréhension entre Benzema et le public français vient de là. On a un jeu en EDF qui depuis des années est à l'opposée de celui qui rend Benzema si fort au Real, un jeu fluide, en une ou deux touche de balle dans les 30 derniers mètres, des actions construites dans la surface, une prise de risque efficace permanente, etc.
En EDF on l'a focalisé sur le fait qu'il devait marquer, toujours, tout le temps, sinon ça veut dire qu'il est pas bon. Or aurait du à mon sens le laisser joueur comme il sait faire et chercher deux ou trois joueurs adaptés à son profil et on commence à en avoir plus d'un avec Griezmann, Martial, Fekir..

Je sais que beaucoup ne seront pas d'accord avec moi, mais je tenais à mettre en avant le QI foot de Benzema qui est à l'opposée de ce que les gens pensent de sa pseudo bêtise.
 //  16:23  //  Supporter des Pays-Bas
Le QI football, c'est la vision du jeu, l'anticipation, la compréhension de ce qui se passe sur le terrain, ce qui permet au joueur d'utiliser son talent à bon escient. Pour ça qu'il vaut 100 fois mieux avoir un joueur intelligent et moyen techniquement qu'un joueur incroyablement doué avec ses pieds mais dénué de toute intelligence.
Ce qui différencie un Griezmann d'un Menez.

A une époque aux Pays-Bas, les jeunes faisaient souvent des exercices du style où deux équipes de 5-6 s'affrontaient sur un terrain limité, une attaque en utilisant une tactique précise, l'autre défend et devait en un temps chronométré comprendre la tactique utilisée par les attaquants.
Dur d'imaginer ça à une époque où un grand joueur se valorise trop souvent uniquement par ses buts, ses kms parcourus...
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  16:30  //  Aficionado del Uruguay
Ben pour moi, l'intelligeance de jeu pour un aillier, c'est de savoir gérer ses efforts au cours d'un match, savoir analyser que quand l'equipe traverse une période difficile, j'economise mes efforts, quand elle a une bonne période, je me donne a fond. Sa évite de voir des joueurs cramés a la 60eme. Le fait de savoir jouer avec la ligne de hors-jeu pour un défenseur ou un attaquant, la capacité a ralentir ou accelerer le jeu pour un milieu en fonction de l'évolution du matchs...

Et c'est vrai que la France est trés en retard sur tous ses principes par rapport a ses voisins europeens que sont l'Allemagne, l'Espagne ou meme la Belgique et les Pays-Bas (l'Italie n'en parlons pas).
Le seul joueur de l'EDF a avoir un reel QI foot etant Lass Diarra finalement...(voir Benzema)
 //  16:31  //  Supporter des Pays-Bas
Note : -1
Message posté par so-lyonnais
Tout cela me fait penser à Benzema, joueur mal perçu en France car faisant partie de la génération 87, qui est assez introverti et qui ne parle pas trop dans les médias, certains pensent qu'il est bête comme un âne (ce que je me garde de faire car je ne le connais pas) et lui ne fait rien pour changer cela.

Mais sur le terrain ce joueur est d'une intelligence incroyable, il sent le foot comme très peu, de façon très rare chez un 9. Il préfèrera toujours la passe au dribble superflu, le coéquipier mieux placé plutôt qu'une frappe en angle fermé, sa simplicité et sa technique en font un joueur terriblement utile pour un collectif et surtout un attaque avec CR7 (mais ça pourrait être aussi avec Messi, Robben, Ibra..).

Et après tout c'est la seule chose qu'on doit demander légitimement à un joueur sur un terrain, d'être intelligent. Le reste c'est du néant et de la branlette, un joueur intelligent footballistiquement sera toujours une plus value pour un collectif, d'autant plus si le talent est grand.

Et je pense que le désamour et l'incompréhension entre Benzema et le public français vient de là. On a un jeu en EDF qui depuis des années est à l'opposée de celui qui rend Benzema si fort au Real, un jeu fluide, en une ou deux touche de balle dans les 30 derniers mètres, des actions construites dans la surface, une prise de risque efficace permanente, etc.
En EDF on l'a focalisé sur le fait qu'il devait marquer, toujours, tout le temps, sinon ça veut dire qu'il est pas bon. Or aurait du à mon sens le laisser joueur comme il sait faire et chercher deux ou trois joueurs adaptés à son profil et on commence à en avoir plus d'un avec Griezmann, Martial, Fekir..

Je sais que beaucoup ne seront pas d'accord avec moi, mais je tenais à mettre en avant le QI foot de Benzema qui est à l'opposée de ce que les gens pensent de sa pseudo bêtise.


Je mets sans aucun doute Benzéma dans la catégorie des joueurs qui ont une grande intelligence foot, ça ne fait pas débat selon moi (même si à une époque, j'aurais souhaité qu'il réfléchisse un peu moins et soit un peu plus fonceur). Sur l'intelligence tout court, ça ne fait pas débat non plus, mais dans l'autre sens.

"Et après tout c'est la seule chose qu'on doit demander légitimement à un joueur sur un terrain, d'être intelligent"
Sur le terrain, oui. En dehors, ça compte aussi. Pas pour tout le monde, certains se contentent de ce qui se passe sur le terrain. D'autres pas. Les deux points de vue se respectent.

"En EDF on l'a focalisé sur le fait qu'il devait marquer, toujours, tout le temps, sinon ça veut dire qu'il est pas bon."
NON. Benzéma veut jouer en pointe en EDF, personne ne l'a obligé à le faire! La pénurie d'attaquant de pointe n'aide pas, mais même avec un Giroud, si Benzéma le voulait il pourrait retrouver le rôle qu'il a au Real, celui de "second attaquant". Il ne le veut pas. Et là, c'est son intelligence tout court qui le dessert, comme pour le reste de son comportement. Soit il s'en fout, soit il en est conscient mais fait partie des gens qui considèrent qu'il doit être irréprochable sur le terrain et qu'en dehors ça ne regarde que lui. Raisonnement qui lui donne tort jusqu'à présent, car il aurait vraiment pu avoir une carrière en EDF digne de Zidane selon moi...
Message posté par so-lyonnais
Tout cela me fait penser à Benzema, joueur mal perçu en France car faisant partie de la génération 87, qui est assez introverti et qui ne parle pas trop dans les médias, certains pensent qu'il est bête comme un âne (ce que je me garde de faire car je ne le connais pas) et lui ne fait rien pour changer cela.

Mais sur le terrain ce joueur est d'une intelligence incroyable, il sent le foot comme très peu, de façon très rare chez un 9. Il préfèrera toujours la passe au dribble superflu, le coéquipier mieux placé plutôt qu'une frappe en angle fermé, sa simplicité et sa technique en font un joueur terriblement utile pour un collectif et surtout un attaque avec CR7 (mais ça pourrait être aussi avec Messi, Robben, Ibra..).

Et après tout c'est la seule chose qu'on doit demander légitimement à un joueur sur un terrain, d'être intelligent. Le reste c'est du néant et de la branlette, un joueur intelligent footballistiquement sera toujours une plus value pour un collectif, d'autant plus si le talent est grand.

Et je pense que le désamour et l'incompréhension entre Benzema et le public français vient de là. On a un jeu en EDF qui depuis des années est à l'opposée de celui qui rend Benzema si fort au Real, un jeu fluide, en une ou deux touche de balle dans les 30 derniers mètres, des actions construites dans la surface, une prise de risque efficace permanente, etc.
En EDF on l'a focalisé sur le fait qu'il devait marquer, toujours, tout le temps, sinon ça veut dire qu'il est pas bon. Or aurait du à mon sens le laisser joueur comme il sait faire et chercher deux ou trois joueurs adaptés à son profil et on commence à en avoir plus d'un avec Griezmann, Martial, Fekir..

Je sais que beaucoup ne seront pas d'accord avec moi, mais je tenais à mettre en avant le QI foot de Benzema qui est à l'opposée de ce que les gens pensent de sa pseudo bêtise.


Je suis parfaitement d'accord avec toi. Ça va être un peu hors-sujet mais ce que tu as décris, ce sont exactement les raisons pour lesquelles, je n'apprécie pas Benzema (le joueur, pas l'homme).

J'aime les avant-centres qui sont fou, qui tentent des choses incroyables, qui fonctionnent d'abord avec leur instinct plutôt avec leur cerveau. Comme Suarez et plus particulièrement sa période Liverpooldienne : qui pouvait être agaçant parfois, qui tentait des geste improbables plutôt que de faire une passe facile mais qui mettait des buts extraordinaires.

Je ne sais pas si certains sont du même avis que moi mais du coup, j'aurais aimé que Benzema soit N°10, et là, je l'aurais sans doute adoré.
frednorthlondon Niveau : DHR
Sujet intéressant. Ce qui rendra une équipe plus forte, ou un joueur plus fort est son "football IQ". Le foot étant devenu plus physique, plus rapide, plus dense. Les joueurs ont donc moins d'espace et de temps. les meilleurs joueurs sont ceux qui prendront donc les meilleures décisions dans le peu de temps que tu touches la balle dans un match. Un attaquant de point ayant parfois moins de 20 ballons par match devra améliorer ses choix. La passe? accélerer? frapper? Et cela selon ses adversaires et coéquipiers.
Beaucoup de sports collectifs avec peu de temps et d'espace recherchent cela. Cf: Hockey sur Glace, NBA. Les meilleurs joueurs ne sont pas les plus gros les plus forts ou les plus grands. D'ailleurs dans ces sports, si tu n'es pas "intelligent" dans le jeu, tu pénalise très fortement ton équipe car il y a moins de joueurs.

Les espagnols sont les premiers à l'avoir compris, suivi des Allemands. Des nations comme la France ou l'Angleterre ou l'on forme des athlètes seront toujours derrière, sauf si un génie sort, comme Zidane, voire Gascoigne (alcoolique et gros et pourtant il est le plus fort).

D'ailleurs tu peux être le meilleur du monde à faire des gris-gris si cela sont inutiles ces joueurs seront relégués à faire des bouts de matchs face à des équipes fatiguées pour un exploit individuel.

Des gars comme Pirlo, Zidane, Zlatan, Xavi, Iniesta, Modric seront d'excellent coachs car sur les terrains ils voyaient ce que personne ne voyaient. Il faut maintenant le retranscrire et trouver les éléments qui pourront exécuter.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  16:34  //  Aficionado del Uruguay
Message posté par toof11
Le QI football, c'est la vision du jeu, l'anticipation, la compréhension de ce qui se passe sur le terrain, ce qui permet au joueur d'utiliser son talent à bon escient. Pour ça qu'il vaut 100 fois mieux avoir un joueur intelligent et moyen techniquement qu'un joueur incroyablement doué avec ses pieds mais dénué de toute intelligence.
Ce qui différencie un Griezmann d'un Menez.

A une époque aux Pays-Bas, les jeunes faisaient souvent des exercices du style où deux équipes de 5-6 s'affrontaient sur un terrain limité, une attaque en utilisant une tactique précise, l'autre défend et devait en un temps chronométré comprendre la tactique utilisée par les attaquants.
Dur d'imaginer ça à une époque où un grand joueur se valorise trop souvent uniquement par ses buts, ses kms parcourus...


Haha, cet exercice existe aussi dans les centres de formations en Argentine et en Uruguay, ce qui doit expliquer le fait que ces 3 pays sont parmi les seuls a avoir sorti des joueurs aussi intelligeants tactiquement (bon plus trop aux Pays-Bas, j'ai l'impression qu'ils se "francisent" un peu dand la formation depuis quelques années)
Je pense que "l'intelligence de jeu" est indissociable de l'intelligence tout court. Dans l'intelligence, il y a l'aptitude à appréhender une situation et la rapidité à en cerner les problématiques. Et c'est valable dans tous les domaines.
 //  16:41  //  Supporter des Pays-Bas
Message posté par rty

J'aime les avant-centres qui sont fou, qui tentent des choses incroyables, qui fonctionnent d'abord avec leur instinct plutôt avec leur cerveau. Comme Suarez et plus particulièrement sa période Liverpooldienne : qui pouvait être agaçant parfois, qui tentait des geste improbables plutôt que de faire une passe facile mais qui mettait des buts extraordinaires.


Ce que tu appelles instinct fait partie de cet intellect football, selon moi.
 //  16:43  //  Supporter des Pays-Bas
Message posté par frednorthlondon


Des gars comme Pirlo, Zidane, Zlatan, Xavi, Iniesta, Modric seront d'excellent coachs car sur les terrains ils voyaient ce que personne ne voyaient. Il faut maintenant le retranscrire et trouver les éléments qui pourront exécuter.


Avoir le savoir est une chose, savoir le transmettre et le communiquer est autre chose. L'un et l'autre ne vont pas toujours de pair.
 //  16:43  //  Supporter des Pays-Bas
Message posté par Briceleo
Je pense que "l'intelligence de jeu" est indissociable de l'intelligence tout court. Dans l'intelligence, il y a l'aptitude à appréhender une situation et la rapidité à en cerner les problématiques. Et c'est valable dans tous les domaines.


Non.
so-lyonnais Niveau : CFA2
Message posté par toof11
Je mets sans aucun doute Benzéma dans la catégorie des joueurs qui ont une grande intelligence foot, ça ne fait pas débat selon moi (même si à une époque, j'aurais souhaité qu'il réfléchisse un peu moins et soit un peu plus fonceur). Sur l'intelligence tout court, ça ne fait pas débat non plus, mais dans l'autre sens.

"Et après tout c'est la seule chose qu'on doit demander légitimement à un joueur sur un terrain, d'être intelligent"
Sur le terrain, oui. En dehors, ça compte aussi. Pas pour tout le monde, certains se contentent de ce qui se passe sur le terrain. D'autres pas. Les deux points de vue se respectent.

"En EDF on l'a focalisé sur le fait qu'il devait marquer, toujours, tout le temps, sinon ça veut dire qu'il est pas bon."
NON. Benzéma veut jouer en pointe en EDF, personne ne l'a obligé à le faire! La pénurie d'attaquant de pointe n'aide pas, mais même avec un Giroud, si Benzéma le voulait il pourrait retrouver le rôle qu'il a au Real, celui de "second attaquant". Il ne le veut pas. Et là, c'est son intelligence tout court qui le dessert, comme pour le reste de son comportement. Soit il s'en fout, soit il en est conscient mais fait partie des gens qui considèrent qu'il doit être irréprochable sur le terrain et qu'en dehors ça ne regarde que lui. Raisonnement qui lui donne tort jusqu'à présent, car il aurait vraiment pu avoir une carrière en EDF digne de Zidane selon moi...


Je ne pense pas que Benzema ne veuille pas jouer avec Giroud ou qu'il veuille absolument jouer seul devant. Giroud n'est pas le style de joueur ou d'avant-centre qui est compatible avec Benzema car trop statique, trop lent dans ses mouvements et au jeu très prévisible, malgré le fait que sa technique soit loin d'être mauvaise pour un joueur de cette taille.

Benzema peut au contraire joueur à côté d'une autre pointe si il a un profil de joueur plus intelligent, alternant jeu dans la profondeur et au sol, et surtout avec beaucoup de vitesse et de technique. Griezmann est parfaitement dans ce rôle là et je suis persuadé que Benzema apprécierait d'être en pointe avec lui car ils jouent le même football. Giroud est un pivot de part son physique, Benzema l'est de par son physique (qu'il améliore de saison en saison) et de par sa technique dos et face au but. Tu donnes un ballon pourrie au Benz il te le rend en une deux parfait par exemple.

Et pourtant Giroud a des qualités que Benzema n'a pas ou pas autant, comme le combat, le duel purement physique, le jeu de tête sur les dégagements, etc.

C'est pour ça que je disais que Benzema serait beaucoup plus à l'aise avec des Fékir, Griezmann, Martial et même Pogba dans un rôle de milieu qui se projète, plutôt avec Valbuena, Giroud, Matuidi ou Sissoko (même si vous remarquerez que les deux derniers ont marqué face à la Suisse en CDM sur des caviars de Benzema).

Tout dépend du profil que tu veux donner à ton équipe, dans un bloc qui joue haut avec une possession du ballon et des joueurs au profil technique, Benzema est de suite plus proche de ce qu'il est au Real. Problème: ce n'est pas vraiment ce qu'on voit en EDF depuis des plombes malgré quelques matchs comme l'Ukraine ou la Suisse, qui ont d'ailleurs permis de voir le meilleur de Benzema. Dans le cas inverse difficile de voir un Benzema à son meilleur niveau, et ça vaut aussi pour un Griezmann qui a eu beaucoup de mal dans certains matchs de l'EDF qui étaient cadenassés et où l'équipe jouait très peu vers l'avant.
Message posté par Briceleo
Je pense que "l'intelligence de jeu" est indissociable de l'intelligence tout court. Dans l'intelligence, il y a l'aptitude à appréhender une situation et la rapidité à en cerner les problématiques. Et c'est valable dans tous les domaines.


Il faut savoir que l'intelligence peut prendre de très nombreuses formes. Il n'y a pas une intelligence mais des intelligences.

L'un des problèmes majeurs aujourd'hui est qu'on définit l'intelligence principalement par rapport au niveau scolaire / professionnel d'une personne. Or, il se trouve que pour réussir dans le sport, on a besoin d'une certaine forme d'intelligence (analyse et compréhension de l'environnement, temps de réaction, le bon geste pour la bonne situation...) mais qui n'est que très peu nécessaire dans le domaine scolaire/professionnel.

C'est pour ça qu'on a tendance à faire des raccourcis en affirmant que les grands sportifs ne sont pas bons à l'école et que les grands scientifiques ne sont pas de grands sportifs. Ils ont simplement des formes d'intelligences différentes.

Je suis certain que si on prenait le temps de faire des tests pour mesurer l'intelligence sous toutes ses formes, un joueur comme Ribery aurait de bien meilleurs résultats sur certains tests que des prix Nobels de science.
ThomasDandy Niveau : Ligue 2
 //  16:55  //  Amoureux de Lyon
"Au contraire, je trouve que la construction du jeu d'une équipe s'est améliorée avec le temps. C'est plus élaboré qu'il y a 40-50 ans. Avant, dès qu'un défenseur avait la balle, il pensait à la dégager, pas à la relancer. "
Je ne suis pas d'accord, il y a nombre d'exemple dans l'histoire du foot où des équipes pensaient le jeu.

Il suffit de penser au Brésil 70, Nantes 94-95 (ok ça fait "que 20 ans"), l'Ajax du football total entre autres pour réaliser que l'intelligence de jeu fait partie intégrante des grandes équipes.


C'est à mon sens, plus un argument commercial de dire que le football moderne est plus intelligent, car il nous fait croire que le nouveau football est palpitant, moderne.
Message posté par toof11
Ce que tu appelles instinct fait partie de cet intellect football, selon moi.


Je suis partagé, je pense que c'est plus une question de nature profonde, de caractère plutôt que d'intelligence.

Quand je parle d'instinct, je parle pas de réussite, je parle du fait de tenter des choses illogiques.
 //  17:00  //  Supporter des Pays-Bas
Note : -1
Message posté par rty
Je suis certain que si on prenait le temps de faire des tests pour mesurer l'intelligence sous toutes ses formes, un joueur comme Ribery aurait de bien meilleurs résultats sur certains tests que des prix Nobels de science.


Manque de bol, je mets Ribéry dans la catégorie des pas intelligents tout court, ni sur le terrain, ni en dehors. Le joueur type bourré de talent balle au pied mais bien trop peu intelligent pour l'utiliser correctement. Pour ça qu'il n'a que trop peu brillé en EDF, s'il n'est pas entouré de grands joueurs, seul il ne fait rien. Là où d'autres, peu importe le niveau de leurs coéquipiers, parviennent à briller et/ou faire briller. C'est un dynamo qui est parfaitement adaptée à un club comme le Bayern qui sait l'exploiter comme il faut.
Habib la Babe Niveau : District
D'accord, mais faut savoir que l'EDF c'est à peine un mois ensemble en saison creuse et 2 mois en saison pleine avec CM/Euro.

L'EDF pourra jamais jouer comme le Real amigo.
Habib la Babe Niveau : District
Message posté par Habib la Babe
D'accord, mais faut savoir que l'EDF c'est à peine un mois ensemble en saison creuse et 2 mois en saison pleine avec CM/Euro.

L'EDF pourra jamais jouer comme le Real amigo.


L'amigo étant so-lyonnais
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2k 59