1. // Insolite
  2. // Analyse

Mais, en fait, c'est quoi le « QI Football » ?

Un joueur bête, on lui passe tout du moment qu'il est intelligent sur le terrain. Du moment que son QI football et largement supérieur à son QI tout court. Mais en fait, c'est quoi l'intelligence de jeu, tant recherchée par les coachs ?

Modififié
2k 59
« Le football d’aujourd’hui est un football physiquement très fort, techniquement également. Mais la grande différence de niveau entre les équipes réside dans l’intelligence de jeu. Nous voulons travailler et jouer comme une équipe. Cela implique le développement de l’intelligence des joueurs. » Il y a une semaine, le directeur technique du PSG, Carles Romagosa, a été clair sur les ondes de RMC. Pour que le Paris Saint-Germain passe un cap au niveau européen, il faut soit faire travailler le ciboulot de ses joueurs, soit en recruter d'autres dotés d'un « QI football » au-dessus de la moyenne. Alors, à un moment où une grande partie de l'opinion publique considère le footballeur comme un être dénué d'intelligence, c'est quoi le QI Football ? Qu'est-ce que c'est, un joueur de foot intelligent ?

De l'intelligence du corps


Le courant de pensée le plus en vogue chez les chercheurs estime qu'il n'y a pas qu'une seule sorte d'intelligence. « La théorie des intelligences multiples est plus ou moins acceptée par tout le monde » , explique Pierre Parlebas, sociologue et théoricien de l'éducation physique et sportive contemporaine. En 1983, c'est le psychologue américain Howard Gardner qui émet cette hypothèse. Le quotient intellectuel serait alors en fait capable de mesurer une seule facette de l'intelligence, l'intelligence logico-mathématique. En réalité, il en existe au moins huit autres : les intelligences musicale, spatiale, sociale, verbale, intra-personnelle, existentielle, naturaliste et corporelle. « En France, on a souvent tendance à mettre en avant l'intelligence verbale et à considérer que quelqu'un qui ne s'exprime pas bien est un abruti. Alors que c'est juste qu'il développe une autre forme d'intelligence que celle-ci » , explique le professeur de la Sorbonne.


Bien évidemment, c'est l'intelligence corporelle qui est sollicitée par le football, comme par tous les sports. Et particulièrement l'intelligence motrice. « C'est facile de repérer un footballeur qui en a dans la tête. Le joueur intelligent, c'est celui qui anticipe, qui voit en avance ce qui va se passer, celui qui a la vista comme on dit. C'est Zidane, c'est Platini. C'est celui qui voit le jeu, qui organise une équipe. » Cette capacité à anticiper repose sur des qualités essentielles. La première est l'empathie, à savoir la facilité à se mettre à la place des autres. Si le joueur arrive à deviner ce que va faire son partenaire ou son adversaire, il pourra faire le bon choix. « Si on veut aller plus loin, il faut que le joueur essaie de deviner ce que devine l'adversaire, pour pouvoir feinter et le mettre dans le vent » , explique Pierre Parlebas. La deuxième qualité requise est le fait de réussir à décoder les comportements de ses partenaires et de ses adversaires. On appelle ça la sémiologie de la motricité.

L'intelligence collective


Le joueur intelligent doit donc être capable d'analyser les signaux envoyés par les autres joueurs. Un appel tranchant dans l'intervalle peut être interprété comme un « passe-moi la balle, je suis démarqué » , mais il peut aussi avoir pour but d'attirer des défenseurs pour démarquer un autre partenaire. Au passeur de comprendre et de faire le le bon choix en fonction de l'espace, de temps, et de la rapidité de ses potes. Mais à une époque où le football est de plus en plus basé sur la puissance physique et la vitesse, les footballeurs seraient-ils devenus moins malins ? « Au contraire, je trouve que la construction du jeu d'une équipe s'est améliorée avec le temps. C'est plus élaboré qu'il y a 40-50 ans. Avant, dès qu'un défenseur avait la balle, il pensait à la dégager, pas à la relancer. Il n'y a pas d'incompatibilité entre la puissance et l'intelligence. Regardez Ronaldo, il arrive à combiner les deux. Son problème à lui, ce n'est pas qu'il mise que sur son physique, c'est l'individualisme » , juge Pierre Parlebas.

Car l'intelligence ne se situe pas juste au niveau de l'individu, il faut prendre en compte l'ensemble. Le football est avant tout un sport collectif. Donc, la forme d'intelligence la plus primordiale au sein d'une équipe, c'est l'intelligence collective, le fait que les interactions soient fluides. « La créativité individuelle est aisée mais le plus difficile reste la créativité collective » , disait Arrigo Sacchi. Les joueurs les plus malins sur un terrain se sont toujours mis au service du collectif, car si l'équipe toute entière est créative, le résultat est bien plus probant. « Cette dynamique de groupe est très importante. Et au-delà de la motricité, les liens affectifs entre les joueurs entrent en compte. L'intelligence relationnelle compte. Une équipe qui s'entend bien, à condition qu'elle soit déjà forte techniquement, jouera mieux. Ce sera plus fluide, et cette fluidité fera gagner le dixième de seconde nécessaire à une passe parfaite » , tranche Pierre Parlebas. L'amitié affichée entre Messi, Suárez et Neymar serait donc une raison de la réussite des trois individualités, n'en déplaise à Cristiano Ronaldo.

Une génération bête ?


Le problème actuel du football est la tendance qu'ont les joueurs à vouloir tricoter, à vouloir faire la différence tout seul. Laurent Blanc en faisait déjà l'amer constat dans les colonnes de France Football lorsqu'il était sélectionneur de l'équipe de France. « Ce qui nous manque, c’est de l’intelligence de jeu, c’est une qualité de plus en plus rare dans le football. C'est mieux que des joueurs capables d’exploits individuels. Depuis que je suis entraîneur ou sélectionneur, il y a très peu de joueurs qui viennent taper à ma porte pour parler et échanger football. C’est une évolution à l’image de celle de notre société, de plus en plus individualiste. Je trouve que le foot devient de plus en plus égoïste. On s’intéresse d’abord à ses stats, à son match plutôt qu’à celui de l’équipe » , regrettait l'actuel entraîneur du PSG. Et comme souvent, pour remédier à ce mal, la solution vient de l'éducation, de la formation. Au lieu de former des Florian Thauvin obsédés par le un contre un, formons les joueurs au sein du collectif. Histoire d'avoir un peu d'Antoine Griezmann.

Par Kevin Charnay
Modifié

KingMastre Niveau : CFA2
C'est quoi le QI d'un footballeur?

Mais c'est impossible de répondre à cette question dans la mesure où un footballeur n'a pas de QI...

Allez, Go, faîtes-vous plaisir...
so-lyonnais Niveau : DHR
Note : 1
Tout cela me fait penser à Benzema, joueur mal perçu en France car faisant partie de la génération 87, qui est assez introverti et qui ne parle pas trop dans les médias, certains pensent qu'il est bête comme un âne (ce que je me garde de faire car je ne le connais pas) et lui ne fait rien pour changer cela.

Mais sur le terrain ce joueur est d'une intelligence incroyable, il sent le foot comme très peu, de façon très rare chez un 9. Il préfèrera toujours la passe au dribble superflu, le coéquipier mieux placé plutôt qu'une frappe en angle fermé, sa simplicité et sa technique en font un joueur terriblement utile pour un collectif et surtout un attaque avec CR7 (mais ça pourrait être aussi avec Messi, Robben, Ibra..).

Et après tout c'est la seule chose qu'on doit demander légitimement à un joueur sur un terrain, d'être intelligent. Le reste c'est du néant et de la branlette, un joueur intelligent footballistiquement sera toujours une plus value pour un collectif, d'autant plus si le talent est grand.

Et je pense que le désamour et l'incompréhension entre Benzema et le public français vient de là. On a un jeu en EDF qui depuis des années est à l'opposée de celui qui rend Benzema si fort au Real, un jeu fluide, en une ou deux touche de balle dans les 30 derniers mètres, des actions construites dans la surface, une prise de risque efficace permanente, etc.
En EDF on l'a focalisé sur le fait qu'il devait marquer, toujours, tout le temps, sinon ça veut dire qu'il est pas bon. Or aurait du à mon sens le laisser joueur comme il sait faire et chercher deux ou trois joueurs adaptés à son profil et on commence à en avoir plus d'un avec Griezmann, Martial, Fekir..

Je sais que beaucoup ne seront pas d'accord avec moi, mais je tenais à mettre en avant le QI foot de Benzema qui est à l'opposée de ce que les gens pensent de sa pseudo bêtise.
Le QI football, c'est la vision du jeu, l'anticipation, la compréhension de ce qui se passe sur le terrain, ce qui permet au joueur d'utiliser son talent à bon escient. Pour ça qu'il vaut 100 fois mieux avoir un joueur intelligent et moyen techniquement qu'un joueur incroyablement doué avec ses pieds mais dénué de toute intelligence.
Ce qui différencie un Griezmann d'un Menez.

A une époque aux Pays-Bas, les jeunes faisaient souvent des exercices du style où deux équipes de 5-6 s'affrontaient sur un terrain limité, une attaque en utilisant une tactique précise, l'autre défend et devait en un temps chronométré comprendre la tactique utilisée par les attaquants.
Dur d'imaginer ça à une époque où un grand joueur se valorise trop souvent uniquement par ses buts, ses kms parcourus...
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Note : 1
C'est quoi le QI football ? Facile,la réponse tient en un mot et un nom : MONSIEUR OUSMANE DEMBÉLÉ.

Promptitude,coup franc direct,départ depuis le milieu de terrain,feinte,double feinte, feinte de la feinte,contre-feinte,crochet intérieur,feinte du regard,feinte de la feinte du regard,crochet extérieur,sang-froid,petit pont près de sa surface,altruisme,humilité,assiduité,intelligence...

Ce sport a connu un avant et un après MONSIEUR OUSMANE DEMBÉLÉ.En effet, si cette question avait été posée quelques jours avant,je me serai égaré en réponses totalement erronées...mais aujourd'hui...POW ! POW ! POW ! Désolé, mais j'éprouve des difficultés à m'exprimer.Comment pourrait-il en être autrement avec celui qui représente le QI Football : MONSIEUR OUSMANE DEMBÉLÉ.
Message posté par so-lyonnais
Je ne pense pas que Benzema ne veuille pas jouer avec Giroud ou qu'il veuille absolument jouer seul devant. Giroud n'est pas le style de joueur ou d'avant-centre qui est compatible avec Benzema car trop statique, trop lent dans ses mouvements et au jeu très prévisible, malgré le fait que sa technique soit loin d'être mauvaise pour un joueur de cette taille.

Benzema peut au contraire joueur à côté d'une autre pointe si il a un profil de joueur plus intelligent, alternant jeu dans la profondeur et au sol, et surtout avec beaucoup de vitesse et de technique. Griezmann est parfaitement dans ce rôle là et je suis persuadé que Benzema apprécierait d'être en pointe avec lui car ils jouent le même football. Giroud est un pivot de part son physique, Benzema l'est de par son physique (qu'il améliore de saison en saison) et de par sa technique dos et face au but. Tu donnes un ballon pourrie au Benz il te le rend en une deux parfait par exemple.

Et pourtant Giroud a des qualités que Benzema n'a pas ou pas autant, comme le combat, le duel purement physique, le jeu de tête sur les dégagements, etc.

C'est pour ça que je disais que Benzema serait beaucoup plus à l'aise avec des Fékir, Griezmann, Martial et même Pogba dans un rôle de milieu qui se projète, plutôt avec Valbuena, Giroud, Matuidi ou Sissoko (même si vous remarquerez que les deux derniers ont marqué face à la Suisse en CDM sur des caviars de Benzema).

Tout dépend du profil que tu veux donner à ton équipe, dans un bloc qui joue haut avec une possession du ballon et des joueurs au profil technique, Benzema est de suite plus proche de ce qu'il est au Real. Problème: ce n'est pas vraiment ce qu'on voit en EDF depuis des plombes malgré quelques matchs comme l'Ukraine ou la Suisse, qui ont d'ailleurs permis de voir le meilleur de Benzema. Dans le cas inverse difficile de voir un Benzema à son meilleur niveau, et ça vaut aussi pour un Griezmann qui a eu beaucoup de mal dans certains matchs de l'EDF qui étaient cadenassés et où l'équipe jouait très peu vers l'avant.


Tu commences par dire que Benzema et Giroud ne sont pas compatibles, tu donnes plein d'argument, et tu termines en disant que c'est face à la Suisse en 2014 qu'on a vu le meilleur Benzema. Soit précisément l'une des seules fois où ils ont été associés. Pardon, mais j'ai du mal à comprendre...
Top-player Niveau : CFA
Note : 1
Pour moi l'intelligence de jeu est le fait de savoir faire les bons choix pour briller et faire briller les autres sans en faire trop. Attention cela n'a rien a voir avec le talent footballistique.

L'intelligence de jeu est essentielle pour devenir un grand joueur des Ben Arfa Lucas ou même Depay peuvent en témoigner.
Elle varie selon les postes. Pour les défenseurs par exemple ce sera la gestion du hors jeu et le placement. Pour les milieux def ce sera les petites fautes tactiques et la capacité a bouffer son vis a vis. Pour les milieux créateurs ce sera voir les espaces et savoir quand et a qui faire la passes. Pour les attaquants ce sera la capacité a faire les bons choix (passer ou tirer, face a face avec les gardiens).

Aujourd'hui je trouve le football moins intelligent qu'avant (il y a beaucoup plus d'ailiers tout droit persos ). Les joueurs sont beaucoup plus individualistes et il manque des génies tactiques (comme le furent des Nesta, Maldini,Gattuso, ou des scholes et giggs...).

Aujourd'hui les joueurs les plus intelligents tactiquements sont pour la plupart italiens (Barzagli Marchisio, Motta, Pirlo,..) malgré la presence de jouers comme (Busquets, Rooney, Lahm Modric,...)

Selon moi l'intelligence de jeu est plus importante que le talent car elle est beaucoup plus sûre et fiable

C'est pour ça que je considere Marchisio supérieur a Pogba, que Robinho n'a jamais été le ballon d'or qu'il était censé devenir, ou encore que Lucas galère au PSG malgré tout le talent qu'il possède
Top-player Niveau : CFA
Pour moi l'intelligence de jeu est le fait de savoir faire les bons choix pour briller et faire briller les autres sans en faire trop. Attention cela n'a rien a voir avec le talent footballistique.

L'intelligence de jeu est essentielle pour devenir un grand joueur des Ben Arfa Lucas ou même Depay peuvent en témoigner.
Elle varie selon les postes. Pour les défenseurs par exemple ce sera la gestion du hors jeu et le placement. Pour les milieux def ce sera les petites fautes tactiques et la capacité a bouffer son vis a vis. Pour les milieux créateurs ce sera voir les espaces et savoir quand et a qui faire la passes. Pour les attaquants ce sera la capacité a faire les bons choix (passer ou tirer, face a face avec les gardiens).

Aujourd'hui je trouve le football moins intelligent qu'avant (il y a beaucoup plus d'ailiers tout droit persos ). Les joueurs sont beaucoup plus individualistes et il manque des génies tactiques (comme le furent des Nesta, Maldini,Gattuso, ou des scholes et giggs...).

Aujourd'hui les joueurs les plus intelligents tactiquements sont pour la plupart italiens (Barzagli Marchisio, Motta, Pirlo,..) malgré la presence de jouers comme (Busquets, Rooney, Lahm Modric,...)

Selon moi l'intelligence de jeu est plus importante que le talent car elle est beaucoup plus sûre et fiable

C'est pour ça que je considere Marchisio supérieur a Pogba, que Robinho n'a jamais été le ballon d'or qu'il était censé devenir, ou encore que Lucas galère au PSG malgré tout le talent qu'il possède

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2k 59