1. //
  2. // 19e journée
  3. // PSG/Lille

Mais dis, au fait, en quoi le PSG a-t-il vraiment progressé ?

Il y a les faits : le PSG tient cette saison un rythme plus élevé que l'année passée. Une impression dégagée : de puissance complètement folle. Et il y a ceux qui en parlent le mieux : leurs adversaires. Pour répondre à une question : en quoi le PSG a-t-il vraiment progressé ?

Modififié
12 30
Du contrôle à la puissance

« Je dois avouer qu'ils m'avaient fait une plus grosse impression la première fois que j'avais joué contre eux. Quand on les a joués en septembre dernier, on était prévenus, on savait qu'on allait défendre. Alors que la saison passée, c'était différent : dès qu'il y avait un espace en contre, ils allaient à 2000 à l'heure et nous tuaient. » C'est peu dire que Steeve Yago garde un souvenir intact du Toulouse-PSG de février dernier. Il faut dire que la rencontre s'était soldée par un score qui laisse peu de place au doute : 4-0. Un souvenir qui rappelle aussi que le PSG de Carlo Ancelotti ne dégageait pas l'impression de puissance du PSG de Laurent Blanc cette saison, mais plutôt une impression de contrôle, comme l'explique Lindsay Rose : « Je ne pense pas qu'on puisse dire que le PSG de l'an dernier, que ce soit avec le sapin de noël ou le 4/4/2 jouait le contre. En revanche, oui, l'équipe tenait moins la balle et laissait donc davantage de possession à l'adversaire. Tactiquement, je dirais que l'équipe avait une identité plus "défensive". Et si elle se retrouvait en difficulté face à un gros bloc, elle laissait la balle à l'équipe adverse pour l'avoir en contre. Ce qui en soi est aussi une preuve d'intelligence et de domination tactique. »

Puisque le PSG n'avait pas encore les moyen de dominer complètement son adversaire, il se contentait de le dompter et de dicter le tempo de la rencontre, avec ou sans ballon. Et le défenseur valenciennois d'ajouter : «  Au Parc, en mai, on a eu la même possession qu'eux. On est Valenciennes ! Certes, le contexte était spécial. Ils jouaient le titre et s'étaient retrouvés rapidement à 10 mais quand même ! » , avant de déclarer avoir néanmoins été frappé par « leur capacité à attendre et être patient. C'est ce qui me marque le plus chez le PSG actuel. L'année dernière, c'était déjà le cas. Cette année, ça l'est encore plus. C'est un signe de leur progression. Ils ne paniquent jamais parce qu'ils sont sûrs de gagner. L'an passé, ils pouvaient attendre une opportunité pour accélérer, cette année ils te mettent des rafales dans la gueule, mais la finalité est la même : ils savent que ça va payer un moment. C'est quelque chose qui manque aux équipes françaises en règle générale, la patience. Des joueurs comme Zlatan Ibrahimović et Thiago Silva apprennent sans doute aux autres le calme. C'est une force incroyable de savoir que tu vas gagner ou revenir au score, quoi qu'il arrive, quel que soit le scénario. » Et en parlant ainsi de progression, de rappeler que malgré le changement d'entraîneur opéré cet été, l'équipe de cette année ne peut pas se comprendre sans celle de l'année dernière. Le PSG 2013-2014 se situe dans un continuum démarré lors du licenciement d'Antoine Kombouaré, qui mettait définitivement fin au stade pré-natal du PSG QSI.

Un statut qui fait peur

La thèse de la seconde année pour ce groupe est la première mais la plus sûre des analyses pour percevoir ce qui fait la force du PSG actuel, à en croire Lindsay Rose : « Ils se connaissent beaucoup plus entre eux. Et ça change beaucoup de choses. Aujourd'hui, ils ont des repères communs. Thiago Motta joue tout le temps, contrairement à l'année passée, Marco Verratti est beaucoup plus constant et Blaise Matuidi est dans la confirmation. Tout le monde est un ton au-dessus.  » Alors que le défenseur toulousain va plus loin. Pour lui, pas de doute, le titre les a libérés. « Tactiquement, la base est la même. L'équipe n'a pas trop bougé. À mes yeux, c'est plutôt leur statut de champion qui les sert. Ils sont plus sereins, ils ont plus de maturité. L'année dernière, ils avaient encore à prouver au monde entier en gagnant le premier titre de l'ère qatari. Cette année, ils se comportent en champion. Ils ont compris que leur règne avait démarré. Ils ont donc plus de confiance en eux. » Et l'équipe effraye donc de plus en plus : « Leur statut de champion sert du coup leur domination. Les équipes ont plus peur, reculent plus, car elles craignent leur puissance collective » , ajoute-t-il.

D'ailleurs, un marqueur évident de cette puissance collective et un bon indicateur de la santé de l'équipe est l'implication défensive de chacun, précise Lindsay Rose : « Il y a une chose que l'on voyait moins l'année dernière, c'est les efforts défensifs des attaquants pour enclencher le pressing. Edinson Cavani le fait très bien, Ezequiel Lavezzi aussi quand il joue, mais cette saison, même Zlatan Ibrahimović s'y est mis. Il y a une vrai discipline collective. » Steeve Yago ne le contredit pas et se souvient que la relance toulousaine à partir de la défense à trois avait été perturbée par le harcèlement des attaquants « Edinson Cavani, c'est autre chose que Jérémy Ménez ! » , avant de poursuivre : « Cette année, à la perte de balle, ils se mettent tous à défendre et ça devient très compliqué pour l'adversaire de construire. Ils sont vraiment impliqués dans le projet collectif » , et va même plus loin : « L'année dernière, ils savaient qu'ils allaient être champions, mais ils ne savaient pas encore comment. Il y avait encore des individus qui voulaient faire la différence tout seul. Cette année, ils ont compris que tout passera par le collectif. » Comment ? « On a l'impression qu'ils essaient de fonder une famille entre eux » , tente Steeve Yago. Et Pourquoi ? Lindsay Rose complète : « Parce qu'ils ont enfin trouvé leur schéma en 4/3/3 et leur identité avec Laurent Blanc. Ils savent donc où ils vont.  »

Et leurs faiblesses dans tout ça ? « Sur les coups de pied offensifs, ils sont costauds. Alex est un monstre, plus puissant que Zlatan Ibrahimović. En revanche, je dirai que les coups de pied arrêtés défensifs sont leur seule faiblesse. C'était déjà le cas la saison passée, ils étaient friables et prenaient beaucoup de buts. C'est encore le cas cette saison. Je me souviens avoir touché beaucoup de ballons contre eux en septembre dernier. Si Marco Verratti n'était pas sur sa ligne, je marquais » , explique Lindsay Rose. Steeve Yago complète : « Leur plus grosse faiblesse, c'est eux. S'ils ne sont pas tous à 100% ou s'ils ne se sentent pas concernés. » Mais le défenseur valenciennois est là pour nous rassurer et avoir le dernier mot : « Ce n'est qu'une question de réglages. »

par Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Djolasticot Niveau : Loisir
"Si Marco verratti n est pas sur la ligne je marque" ... Oui mais il y était et c est ça le PSG du président, comme il le dit plus haut tout le monde défend, et ça c est bon
j'annonce victoire de Lille, doublé de Kalou, bah ouais il n'y a pas que Zlatan. cf: Kalou himself
GenzoLloris Niveau : DHR
Heu... c'est moi ou sur la photo de l'article, Zlatan a le braquemart tout dur à fixer le boule de Steve Yago ?^^
letitbe53 Niveau : DHR
En termes de jeu, de puissance collective, d'impression visuelle générale, le PSG dégage en effet une meilleure impression que l'an dernier. Cette différence tient selon à moi à deux joueurs :
- Tiago Motta : il était souvent blessé l'an dernier, il ne l'est pas cette année, et on voit clairement la différence selon qu'il soit là ou non,
- Cavani : attaquant de classe mondiale et complémentaire d'Ibra.
letitbe53 Niveau : DHR
Message posté par GenzoLloris
Heu... c'est moi ou sur la photo de l'article, Zlatan a le braquemart tout dur à fixer le boule de Steve Yago ?^^


Oui, c'est sans doute toi qui es obsédé par ce genre de choses.
Ca fait bizarre d'entendre des footballeurs qui ont l'air de s'y connaître tactiquement et qui font des analyses cohérentes même si on peut ne pas être d'accord avec eux.
RadamelFalcao Niveau : Loisir
On verra le bilan en fin de saison, si ils arrivent à faire mieux en LdC notamment. Ils sont plus agréable à voir jouer faut l'avouer, mais ils donnent l'impression d'etre bien moins solide que la saison dernière, Thiago Silva n'a plus rien d'un monstre défensif et Sirigu n'est meme pas le meilleur à son poste en Ligue 1.

Parce que dresser des lauriers à une équipe dès le mois de Décembre, si c'est pour dézinguer Blanc dès l'élimination en LdC, ce qui sera le cas maximum en 1/4 comme l'an dernier, c'est pas la peine.
C'est assez bizarre à dire mais on a l'impression que Paris est maintenant capable de retourner certaines situations défavorables en sa faveur de façon beaucoup plus fréquente que la saison dernière.

Par exemple, si l'équipe se retrouvait rapidement réduite à 10, elle obtenait au mieux un match nul (contre Montpellier, avec l'expulsion de Sakho, la saison dernière) alors que cette saison, elle est tout à fait capable de gagner (conte Marseille, Olympiakos).

Autre exemple : les victoires arrachées dans les dernières minutes. Je n'arrive pas à en retrouver beaucoup sous Ancelotti alors qu'avec Blanc, au moins 3 matches me viennent à l'esprit (Guinguamp, Olympiakos, Sainté en CdL).

Je me souviens que j'étais bien plus souvent en panique lors d'un match où Paris était en difficulté la saison dernière.
La progression du PSG tient en un seul nom: Cavani. Motta est bon mais c'est un régulateur ennuyeux. Son jeu est soporifique et il se contente de ne pas perdre le ballon sans déclencher d'action d'éclat ou de coup de folie.

Cavani c'est autre chose. Ce type est un mort de faim au physique hors normes. Ca fait 30 ans que je regarde du foot et je n'ai jamais vu un gars capable d'un tel abattage. Son rendement attaque/défense est certainement le plus élevé de l'histoire du football. Si vous voyez quelqu'un le dépassant dans ce domaine, vous me dîtes. Certains plantent plus, d'autres grattent plus de ballon mais sur la moyenne des deux, c'est ce qui se fait de mieux.
Son apport est primordial au PSG, bien plus que celui du connard suédois qui se contente de son statut pour impressionner.

Ce soir contre Lille, Cavani ne sera pas là. Ca risque de changer pas mal de choses.
Pourquoi ce sont jamais ce genre de joueurs qu'on interview à la télé? J'ai rarement lu une analyse aussi sensé faite par des professionnels
Message posté par RadamelFalcao
On verra le bilan en fin de saison, si ils arrivent à faire mieux en LdC notamment. Ils sont plus agréable à voir jouer faut l'avouer, mais ils donnent l'impression d'etre bien moins solide que la saison dernière, Thiago Silva n'a plus rien d'un monstre défensif et Sirigu n'est meme pas le meilleur à son poste en Ligue 1.

Parce que dresser des lauriers à une équipe dès le mois de Décembre, si c'est pour dézinguer Blanc dès l'élimination en LdC, ce qui sera le cas maximum en 1/4 comme l'an dernier, c'est pas la peine.



Je les trouve bien plus sereins que l'année dernière. TS n'a pas encore repris le rythme depuis ses blessures (j'espère que ça sera le cas d'ici les huitièmes de CL) mais la nouvelle façon de jouer et la solidité du milieu de terrain ( + l'addition de Cavani qui défend partout) compensent largement ces carences.

Et l'équipe, pour peu qu'elle évite le Bayern en quarts, à de sérieuses chances face à n'importe quelle équipe du gotha européen.

T'es le premier à tresser (et non dresser) des lauriers à Monaco quand ils enchaînent quelques victoires donc c'est pas la peine de joueur les pères la morale.
Godfather Niveau : CFA
Message posté par RadamelFalcao
On verra le bilan en fin de saison, si ils arrivent à faire mieux en LdC notamment. Ils sont plus agréable à voir jouer faut l'avouer, mais ils donnent l'impression d'etre bien moins solide que la saison dernière, Thiago Silva n'a plus rien d'un monstre défensif et Sirigu n'est meme pas le meilleur à son poste en Ligue 1.

Parce que dresser des lauriers à une équipe dès le mois de Décembre, si c'est pour dézinguer Blanc dès l'élimination en LdC, ce qui sera le cas maximum en 1/4 comme l'an dernier, c'est pas la peine.


MERDE, tout fout le camp. Tu arrives quand même à tenir un discours cohérent loin de tes insultes et de tes trolls lassants et fatigant. C'est bien plus agréable et respectables comme. Moi je t'encourage sur cette voie là.

Sinon, le fait d'avoir la sensation de moindre solidité par rapport à la saison dernière c'est simplement le fait que l'équipe jouait très très bas avec Carlo et explosait en Contre. Ce que toute la France (toi le premier j'imagine) a longtemps critiqué. Avec Blanc, l'équipe joue forcément plus haut et donne cette impression de solidité moindre. Mais on peut pas tout avoir. Blanc conçoit le foot de prendre un peu plus de risques que Carlo et c'est louable. Par comparaison Ranieri a les mêmes soucis aujourd'hui. Comment produire du beau football, marquer beaucoup de buts, en prenant des risques tout en restant solide défensivement. C'est la grande problématique du football moderne. Autre comparaison, City a lui aussi les mêmes problèmes. C'est une équipe qui marque beaucoup de buts 52 je crois et qui en a pris 20. Ce qui est beaucoup trop pour un cador européen.

Mais concernant le PSG je ne trouve pas du tout l'équipe de Blanc si vulnérable que ça défensivement. Certes un peu moins que l'année passée mais compensé par beaucoup plus de buts marqués. C'est donc un équilibre à trouver et pour l'instant il est plutôt pas mal cet équilibre de Blanc. Faut espérer que ça dure, et surtout qu'il recrute un milieu polyvalent supplémentaire capable de jouer sur les 3 postes (Cabaye?) et la suite sera intéressant à voir...
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Paris semble encore mieux lancé que l'année dernière, mais aux apports nouveaux (Blanc, Cavani, nouveau système basé sur davantage de possession de balles), il ne faut pas non plus oublier que ce groupe grapille de plus en plus d'expérience en commun.

Difficile à dire si Blanc est vraiment le responsable unique d'un jeu collectif mieux rôdé, le temps est un élément tellement important, la continuité tellement essentielle.

Paris n'est plus une équipe nouvelle. 3 années sont passées depuis l'arrivée de Leonardo, mec qui m'insupporte mais qui a bossé parfaitement pour les fondations du club.
@clint Motta est responsable de l'avant derniere passe.
Ce n'est pas son but de s'enflammer et partir a l'abordage.. Pourquoi le comparer a Cavani?
Sinon y a pas a Chier. O monstro silva est bien moins imperial cette saison. Il doit peut etre penser a la coupe du monde.
volontaire82 Niveau : Loisir
Au final le nom de fin d'article ca aurait très bien pu être 'lindsay rose' et pas 'antoine mestres'...
Au passage sacrée interview quand même. Quand tu penses aux mecs qu'on voit tout les weekends sur canal.. cf le lucas deaux au CFC, une misère intellectuelle assez hallucinante
Message posté par F592
j'annonce victoire de Lille, doublé de Kalou, bah ouais il n'y a pas que Zlatan. cf: Kalou himself


J'annonce victoire du PSG, Zlatan Lucas Pastore. Un but de Kalou. A bon entendeur ;).
Message posté par RadamelFalcao
On verra le bilan en fin de saison, si ils arrivent à faire mieux en LdC notamment. Ils sont plus agréable à voir jouer faut l'avouer, mais ils donnent l'impression d'etre bien moins solide que la saison dernière, Thiago Silva n'a plus rien d'un monstre défensif et Sirigu n'est meme pas le meilleur à son poste en Ligue 1.

Parce que dresser des lauriers à une équipe dès le mois de Décembre, si c'est pour dézinguer Blanc dès l'élimination en LdC, ce qui sera le cas maximum en 1/4 comme l'an dernier, c'est pas la peine.


Et tu trouves qui de meilleur que Sirigu ? Enyeama qui est en surrégime ? Thiago Silva plus le même monstre ? Il revient de blessure, laisse le s'économiser pour la LDC et la CDM tranquillement. Quand il finira la saison champion d'Europe et du Monde tu me reparlera du " mec qui n'a plus rien d'un monstre défensif ". Sinon ils vont bien Carvalho et Abidal ? Ca se passe la retraite ? :))
Message posté par Clint
La progression du PSG tient en un seul nom: Cavani. Motta est bon mais c'est un régulateur ennuyeux. Son jeu est soporifique et il se contente de ne pas perdre le ballon sans déclencher d'action d'éclat ou de coup de folie.

Cavani c'est autre chose. Ce type est un mort de faim au physique hors normes. Ca fait 30 ans que je regarde du foot et je n'ai jamais vu un gars capable d'un tel abattage. Son rendement attaque/défense est certainement le plus élevé de l'histoire du football. Si vous voyez quelqu'un le dépassant dans ce domaine, vous me dîtes. Certains plantent plus, d'autres grattent plus de ballon mais sur la moyenne des deux, c'est ce qui se fait de mieux.
Son apport est primordial au PSG, bien plus que celui du connard suédois qui se contente de son statut pour impressionner.

Ce soir contre Lille, Cavani ne sera pas là. Ca risque de changer pas mal de choses.


"Son apport est primordial au PSG, bien plus que celui du connard suédois qui se contente de son statut pour impressionner".

En même temps quand en une demie saison tu es a 22 buts toutes compete dont 8 en LDC et 14 en championnat, plus un dizaine de passes D, t'as de quoi impressionner. Et ça va au dele du statut. Je suis d'accord avec ton analyse sur Cavani. Ton analyse sur Ibra par contre, j'espère juste que t'as conscience d'être ridicule.
bandinidakar Niveau : CFA2
Comment penser que Cavani peut changer la façon de jouer de l'équipe? Une seule explication, Blanc. C'est lui qui fait jouer ses équipes de cette façon. C'est lui qui rendait tout le monde admiratif du jeu de Bordeaux quand il était aux manettes, c'est lui qui a rendu Chamakh, Gourcuff, Ciani, meilleurs qu'ils ne l'étaient et meilleurs qu'ils ne le sont depuis son départ. Il faut arrêter de penser que c'est une marionnette. Il impose sa griffe. Pas de comparaison avec Ancelotti, qui n'a rien à prouver. Mais si on observe le jeu du Real cette saison, on voit bien que les styles sont différents. Blanc veut que son équipe possède la balle, qu'elle construise, qu'elle fasse courir l'adversaire. Aujourd'hui Paris est plus intéressant à voir jouer. Ça ne veut pas dire qu'ils vont gagner la LDC mais c'est bien grâce à Blanc que le fond de jeu a changé. Après, les joueurs progressent dans leur jeu d'équipe, et c'est logique mais pas forcément évident.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
12 30