Mais c'est quoi alors, un bon troisième gardien ?

Après la promotion de Stéphane Ruffier au poste de remplaçant d'Hugo Lloris, Mickael Landreau connaît les conditions dans lesquelles il embarquera pour le Brésil : numéro 3, il sera. Quasi assuré de ne pas disputer la moindre minute, le futur retraité partira pourtant avec un rôle bien défini dans le groupe.

Modififié
1 21
Regarder sans participer. Désirée par quelques adeptes du voyeurisme, voire de l’échangisme, la situation n’en demeure pas moins subie par le 3e gardien en sélection. Dernière roue d’un carrosse qui avancera dans la compétition sans sa participation, le remplaçant du remplaçant jouit d’une place traître. Assuré de ne pas atteindre la gazon, sauf cataclysme, ce membre différent prend son mal en patience et vit l’expérience de son spot isolé. En conférence de presse, Didier Deschamps abondait en ce sens, avant de tempérer : «  Le n°3 a un rôle particulier. Au départ, sur les 23, c'est le seul qui est quasi certain de ne pas jouer. (…) Mais sa présence compte énormément dans la vie de groupe, notamment à l'échelle du travail spécifique des gardiens. » Puisqu’il fait partie d’une épopée, le Charbonnier, Ramé, Carrasso ou Landreau, du groupe ne doit ainsi pas se voir sous-estimé. Tout au plus doit-il accepter son statut et s’en satisfaire. Lors des dernières grandes compétitions internationales, les sélectionneurs ont d’ailleurs hésité, oscillant entre le vieux loup bénéfique à la vie du groupe et le jeune premier à qui donner de l’expérience. Si DD a fait son choix pour le voyage brésilien de cet été, tous ne s’accordent pas à embrasser cette philosophie.

« Il faut accepter le deal »

10 juin 1978. Dominique Dropsy s’installe entre les bois pour le dernier match de poule contre la Hongrie. La France déjà éliminée, le sélectionneur Michel Hidalgo en a profité pour placer son 3e gardien dans le 11 titulaire. C’est la dernière fois qu’un homme du rang de Dropsy s’immisce sur le terrain lors d’une grande compétition disputée par les Bleus. Depuis, 36 ans se sont écoulés sans que le dernier membre du trio enfile les gants. Pourtant, ceux qui ont goûté à cette place de titulaire du poste de numéro 3 ne parlent aucunement de frustration. Placé dans ce cas de figure en 2000 et 2002, Ulrich Ramé ne nourrit ainsi aucune rancœur : « Il faut accepter le deal comme ça et la sélection quand elle vient. » L’accepter pour mieux agir. Car dans les faits, son job est réel : « C’est un rôle d’ordre psychologique. Après, le 3e gardien est tout de même reconnu pour ses qualités footballistiques, sinon il n’y serait pas. Mais il est un fédérateur, un enthousiaste, dans le camp des gardiens. Justement, quand je dis fédérateur ou liant vis-à-vis du reste du groupe, ça correspond au sens collectif du groupe. Il sert dans les séances de frappe, donne des conseils… »

Lionel Charbonnier, champion du monde 98 dans les mêmes conditions, racontait il y a quelques jours son implication, notamment lors de ce France-Croatie où il avait harangué les foules : « Après ça, on m'a présenté comme le boute-en-train, alors que pas du tout, c'est juste que j'ai senti qu'on était en train de perdre le Mondial. Et moi, comme tout le monde, j'étais derrière mes titulaires. Il ne manquait pas grand-chose pour que l'on communie tous ensemble dans ce Stade de France, donc j'ai tout fait pour que ça prenne. Et ça a pris. Après, il y en aura toujours pour dire que j'étais un peintre, mais je pense avoir fait le job à côté de ça. » Quelque part entre le GO, l’oreille attentive et l’entraîneur adjoint, le 3e gardien est censé porter une multitude de casquettes. Pour Ramé, répondre à ces attentes est d’ailleurs chose normalement aisée : « Si le 3e gardien est considéré comme sélectionné, il a peut-être un rôle plus difficile que les titulaires, dans le sens où il ne participe pas à proprement parler dans les premiers temps. Il sait que pendant 30 ou 45 jours, il va être là pour accompagner et si catastrophe suppléer. Ce sont des discussions qui sont déjà entamées. Parfois, certains ont besoin d’entendre les choses, d’autres le comprennent quand ils voient les choses. »

Young vs MILF

En ce sens, Mickael Landreau, meilleur 3e gardien à défaut d’être le 3e meilleur gardien de France, dispose d’une place toute trouvée au sein des Bleus. Pas de vagues, de l’expérience, une aura de pacificateur : le futur retraité semble convenir parfaitement au poste. En conférence de presse, Landreau n’explique d’ailleurs pas autre chose : « Il faut être capable d’apporter des remarques, des réflexions, pour le groupe et pour l’ensemble. Cela aurait pu être un très jeune numéro 3 qui soit là pour découvrir. Aujourd’hui, la sélection est plutôt jeune, et a besoin de gens d’expérience sur qui elle peut s’appuyer, et c’est aussi pour cela que j’ai un rôle important à jouer. » En son temps, Michel Hidalgo n’abondait pourtant pas dans ce sens, préférant une autre approche : « Le 3e gardien n’a pas un rôle spécifique ou spécial, on le prend parce qu’il le mérite. De mon temps, c’était une question de hiérarchie. Le 3e est en principe un bon gardien, mais un jeune a qui on donne de l’expérience. » Mais entre-temps, quelques démons sont venus hanter les rangs Bleus. Souvent critiquée pour son manque de cohésion lors des 10 dernières années, l'équipe de France préfère désormais s’appuyer sur des éléments d’expérience. Penser groupe plutôt que de sélectionner les 23 meilleurs n’est désormais plus un scandale. Libéré de ses obligations sur le terrain, le 3e gardien peut en outre s’adonner pleinement à cette tâche.

Le remplacement de Mandanda par Ruffier est d’ailleurs l’exemple le plus criant exemple de cette réalité. Ulrich Ramé tient pourtant à tempérer : « Je ne sais pas si c’est propre à la France mais les deux se défendent. Ça dépend aussi de l’influence et de l’expérience du numéro 2. Lui n’est pas un remplaçant mais un numéro 1bis. Dans le cas où celui-ci dispose d’une grosse expérience internationale, il peut être judicieux de faire appel à un jeune gardien d’avenir. Dans l’autre cas, le numéro 3 expérimenté est défendable » , avant de renchérir : « Même en club, la situation existe. À Paris et Monaco, les 3e gardiens sont expérimentés et pourtant, ce n’étaient pas des entraîneurs français. Des coachs comme Ranieri et Ancelotti, qui ont l’expérience internationale, font appel a des gardiens comme Le Crom ou Roma qui se déplaçaient sur tous les matchs. » Potiche non dénuée d’intérêt, le 3e gardien est donc un joueur à part pour qui tout espoir de jouer n’est pas mort. Chez nos amis belges, Mignolet (n°2), Casteels (n°3) et Proto (n°4) se sont tous blessés en l’espace de quelques semaines. Si le gardien de Liverpool devrait être en pleine possession de ses moyens pour le Brésil, cette série rappelle que l’hécatombe n’est jamais loin.

Par Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Un bon troisième gardien n'oublie jamais la glacière les jours de match et il a toujours le mot pour rire dans les vestiaires.
Dans le jargon on appelle ça un préparateur physique aussi.
Je ne comprend pas pourquoi Landreau ne s’entraîne pas spécifiquement aux tirs aux buts.

Tout le monde sait qu'il excelle dans cet exercice, après une préparation intensive dédiée spécifiquement aux penos, il pourrait devenir invincible...

Il "suffirait" de prendre chaque adversaire potentiel de la France en quart, demi et finale, d'analyser chacun des tireurs sur tous les penaltys réalisés dans sa carrière : il y a forcément des vidéos, et sans se mentir, chaque joueur à sa préférence ; puis d'établir des probabilités.

Ceci couplé à un entraînement pendant 30 jours de penaltys tous les jours. Quitte à faire venir un mec comme Cissé en guest pour tirer des penaltys H24.

Ensuite on fait rentrer Landreau à la 120eme.
Message posté par Satya17
Je ne comprend pas pourquoi Landreau ne s’entraîne pas spécifiquement aux tirs aux buts.

Tout le monde sait qu'il excelle dans cet exercice, après une préparation intensive dédiée spécifiquement aux penos, il pourrait devenir invincible...

Il "suffirait" de prendre chaque adversaire potentiel de la France en quart, demi et finale, d'analyser chacun des tireurs sur tous les penaltys réalisés dans sa carrière : il y a forcément des vidéos, et sans se mentir, chaque joueur à sa préférence ; puis d'établir des probabilités.

Ceci couplé à un entraînement pendant 30 jours de penaltys tous les jours. Quitte à faire venir un mec comme Cissé en guest pour tirer des penaltys H24.

Ensuite on fait rentrer Landreau à la 120eme.


Y'a de l'idée dans ce que tu dis. Mais bon tu fais aussi rentrer un mec "à froid" à la 120ème, qui n'a pas eu de ballons à toucher ni quoique ce soit du match, il a tout suivi du bord du terrain uniquement. Je n'ai jamais été gardien mais je pense que ça doit compter un peu, voire beaucoup.

Sinon, je pense que le troisième gardien doit simplement être un mec pépouse qui vit bien avec le reste du groupe et qui apporte l'expérience qu'il peut avoir ou avoir eu dans sa carrière. Landreau à l'air de bien coller au personnage: mec cool, longue carrière avec des hauts et des bas...

Je ne pense pas que ça soit le mauvais bougre, ce troisième gardien.
@satya17

Ouhhh non de dieu tu viens de me donner une idée qui devrait régler la crise actuelle au Brésil. Plus besoin d'y aller disputer la Coupe du monde, il suffit de rentrer les données statistiques de toutes les équipes dans un ordinateur géant type le "cérébro" et on jouera la coupe du monde sous la forme d'un Football Manager géant. Bon le plus embêtant c'est qu'à la fin ce sera l'Allemagne qui gagnera, mais on a l'habitude.
Message posté par Satya17
Je ne comprend pas pourquoi Landreau ne s’entraîne pas spécifiquement aux tirs aux buts.

Tout le monde sait qu'il excelle dans cet exercice, après une préparation intensive dédiée spécifiquement aux penos, il pourrait devenir invincible...

Il "suffirait" de prendre chaque adversaire potentiel de la France en quart, demi et finale, d'analyser chacun des tireurs sur tous les penaltys réalisés dans sa carrière : il y a forcément des vidéos, et sans se mentir, chaque joueur à sa préférence ; puis d'établir des probabilités.

Ceci couplé à un entraînement pendant 30 jours de penaltys tous les jours. Quitte à faire venir un mec comme Cissé en guest pour tirer des penaltys H24.

Ensuite on fait rentrer Landreau à la 120eme.


Et je pense aussi à un truc. A un moment 90% des tireurs de pénos se rendront compte que Landreau plonge toujours du bon coté, alors ils changeront tous leur manière de tirer. Pas con* le Micka, il se rendra compte que 90% des tireurs ont changé de coté, donc il plongera du mauvais coté et réussira à attraper la balle. Tu me suis toujours ? Parce que je me suis perdu. Mais là ou ça devient intéressant c'est que ces 90% de tireurs ou 50% je sais plus, retirerons de leur bon coté pour prendre ce bon vieux Micka à contre pied, et certains plus vicieux tireront même de leur mauvais pied sur leur bon coté ce qui revient à tirer de leur mauvais coté si ils avaient tirer de leur bon pied. Et c'est là que ça devient intéressant!!! Parce que Jean François Coppé gagne la présidentielle 2017 en se faisant passer pour un mec de gauche alors qu'il est de droite. Tu me suis toujours ?
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
En tout cas au bout de 4 semaines le troisième gardien est une star au ping-pong.
est-ce que c'est déjà arrivé qu'un sélectionneur s'affranchisse d'un troisième gardien et n'en emmène que deux ?
Ou c'est obligatoire ?
La Grèce en 1994 avait utilisé ses 3 gardiens et en tout, ses 22 joueurs. Bon ce n'est sûrement pas un bon exemple quand on voit ce qu'ils ont fait durant le mondial aux USA...
Message posté par PurSang
est-ce que c'est déjà arrivé qu'un sélectionneur s'affranchisse d'un troisième gardien et n'en emmène que deux ?
Ou c'est obligatoire ?


20 joueurs et 3 gardiens c'est dans le règlement de la FIFA il me semble.
Message posté par Satya17
Je ne comprend pas pourquoi Landreau ne s’entraîne pas spécifiquement aux tirs aux buts.

Tout le monde sait qu'il excelle dans cet exercice, après une préparation intensive dédiée spécifiquement aux penos, il pourrait devenir invincible...

Il "suffirait" de prendre chaque adversaire potentiel de la France en quart, demi et finale, d'analyser chacun des tireurs sur tous les penaltys réalisés dans sa carrière : il y a forcément des vidéos, et sans se mentir, chaque joueur à sa préférence ; puis d'établir des probabilités.

Ceci couplé à un entraînement pendant 30 jours de penaltys tous les jours. Quitte à faire venir un mec comme Cissé en guest pour tirer des penaltys H24.

Ensuite on fait rentrer Landreau à la 120eme.


Malheureusement on est pas au handball avec les remplacements illimités donc ça reviendrait à condamner un changement en cas d'éventuelle prolongation, de plus rien ne t'empêche de montrer les vidéos a ton 1er gardien car après tout Landreau ou un autre le pénalty ça reste une histoire de "a droite ou a gauche".

PS : Je le sais car je suis gardien en 3 Div District c'est vous dire le niveau !
Message posté par PurSang
est-ce que c'est déjà arrivé qu'un sélectionneur s'affranchisse d'un troisième gardien et n'en emmène que deux ?
Ou c'est obligatoire ?


Les trois gardiens sont obligatoires. Mais de mémoire la Corée du Nord avait inscrit un troisième gardien en 2010 qui s'était finalement révélé être...un attaquant.
Note : 1
Message posté par PurSang
est-ce que c'est déjà arrivé qu'un sélectionneur s'affranchisse d'un troisième gardien et n'en emmène que deux ?
Ou c'est obligatoire ?


La Corée du Nord en 2010 n'avait emmené que 2 "vrais" gardiens, du coup l'un de leurs remplaçants (attaquant je crois) avait du être enregistré comme 3ème gardien, ce qui signifie qu'il n'aurait jamais pu entrer en tant que joueur de champ : http://en.wikipedia.org/wiki/2010_FIFA_ … ite_note-8
Message posté par Satya17
Je ne comprend pas pourquoi Landreau ne s’entraîne pas spécifiquement aux tirs aux buts.

Tout le monde sait qu'il excelle dans cet exercice, après une préparation intensive dédiée spécifiquement aux penos, il pourrait devenir invincible...

Il "suffirait" de prendre chaque adversaire potentiel de la France en quart, demi et finale, d'analyser chacun des tireurs sur tous les penaltys réalisés dans sa carrière : il y a forcément des vidéos, et sans se mentir, chaque joueur à sa préférence ; puis d'établir des probabilités.

Ceci couplé à un entraînement pendant 30 jours de penaltys tous les jours. Quitte à faire venir un mec comme Cissé en guest pour tirer des penaltys H24.

Ensuite on fait rentrer Landreau à la 120eme.


Pas forcement bete mais comme mentionne dans les commentaires suivants, les tireurs peuvent aussi prevoir le coup.
Ceci dit cela avait fonctionne lors de la legendaire finale de coupe de l'UEFA 1997 ('I keep standing in ze Middle" disait Lehmann a Aaron Winter) ou la legende Huub Stevens avait fait decortiquer des videos de TAB a Jens et au staff, mais c'etait une autre epoque ...
En parlant de gardien
Quelqu'un a compris pourquoi Eniyama fait ça!

http://as.com/videos/videos/2014/05/29/ … 361980.mp4

Message posté par No_Pasaran
En parlant de gardien
Quelqu'un a compris pourquoi Eniyama fait ça!

http://as.com/videos/videos/2014/05/29/ … 361980.mp4



Hum ca parait suspect mais pas impossible qu'en essayant de serrer le ballon dans ses deux mains , l'une d'elle glisse bref ...
loulou1931 Niveau : CFA2
Message posté par Kelevra


Malheureusement on est pas au handball avec les remplacements illimités donc ça reviendrait à condamner un changement en cas d'éventuelle prolongation, de plus rien ne t'empêche de montrer les vidéos a ton 1er gardien car après tout Landreau ou un autre le pénalty ça reste une histoire de "a droite ou a gauche".

PS : Je le sais car je suis gardien en 3 Div District c'est vous dire le niveau !


C'est donc toi le type qui m'a privé de mon premier but sous mon maillot que je porte depuis 10 ans
Nepalimonkey Niveau : District
Sous la supervision de Deschamps et du staff, Landreau passe son BAFA au Brésil cet été. La chance.
Roland Gland Niveau : DHR
Message posté par No_Pasaran
En parlant de gardien
Quelqu'un a compris pourquoi Eniyama fait ça!

http://as.com/videos/videos/2014/05/29/ … 361980.mp4



Son coude gauche est bousculé pas l'épaule de l’attaquant, ce qui dévie la pression de sa main.
Visiblement, l'auteur de cet article a perdu sa fiche "Mundial 1982". Le vrai coup d'un troisième gardien des Bleus (et l'un des plus gros fails français en Coupe du Monde), il est là, avec Jean-Luc Ettori. Les deux numéros 1 bis cette année-là (on hésite à attribuer le 1 vu la faiblesse du niveau) sont Baratelli (PSG) et Castaneda (Saint-Étienne). Dropsy étant à la trappe pour baisse de forme perçue ou réelle, il faut un troisième larron : Ettori (Monaco) ou Hiard (Bastia) ? Une mi-temps chacun lors du dernier match de préparation contre la Bulgarie et Michel Hidalgo donne le maillot numéro 22 au Monégasque qui réussit le coup parfait en stage de préparation et devient titulaire. La suite, on la connaît, hélas... Une sortie aérienne-casquette après 27 secondes de jeu face à l'Angleterre, un ballon relâché dans les arrêts de jeu face à la Tchécoslovaquie (merci Amoros sur la ligne) qui nous fait frôler la sortie au premier tour, une autre faute de main face à l'Irlande du Nord au second tour, une présence enfin solide mais jamais décisive lors de la légendaire demi-finale de Séville contre la RFA, et un passage sur le banc en match pour la 3ème place pour donner du temps de jeu à Castaneda qui nous fait tout de suite deux cagades et nous perd le match. Du jamais vu dans la cage tricolore, ni avant, ni (heureusement) après !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1 21