France - Coupe de France - 32es de finale

Par Gaspard Manet et Pierre Girard

Mais bordel, pourquoi les télés filment toujours leur directeur des sports en tribune?

Si Jean-Pierre Pernaut ne place jamais de dédicace à Nonce Paolini à la fin de son journal, les rencontres sportives sont elles l'occasion pour les réalisateurs de jeter un beau bouquet à leur hiérarchie avec des plans serrés du directeur des sports. Lumière sur un mystère franco-français.

Note
8 votes
8 votes pour une note moyenne de 4.13/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note


Daniel Bilalian, directeur des sports du groupe France Télévisions
Daniel Bilalian, directeur des sports du groupe France Télévisions
Les potes viennent d’arriver avec l’indispensable pack de bières et des pizzas congelées à enfourner. À peine le temps de parler des tracasseries des uns, des autres ou des potes absents que c'est déjà l'heure de l'interview de sortie de vestiaires. Celle dans le tunnel avec les protagonistes principaux de chaque équipe. Les pizzas sont presque chaudes, et les culs déjà bien vissés dans le canap'… Bref, les deux équipes entrent sur la pelouse. Le match peut commencer, les premiers débats font rage. Rien ne perturbe cette première mi-temps d’un ennui sans nom. Mais un détail va retenir l'œil : cette image fugace, à l’utilité toute relative, d’un type en costard dans la tribune présidentielle. Qui est-il ? En quel honneur l’impose-t-on à la vue de centaine de milliers de personnes ? C'est un directeur des sports, pardi. Celui de la chaîne qui diffuse le match. Les hommes à la tête de ce qui passe sur votre écran pendant un peu plus de 90 minutes.

Salutation devenue manie, pas un responsable de grande chaîne française n'échappe à ces quelques secondes de mise en exergue. Claude Eymard, « M. foot » chez France Télévisions, assure néanmoins que rien n’est prémédité : « Sur les matchs dont je m’occupe, ce n’est pas réfléchi, ce n’est pas une volonté, il n’y a pas de demande de la part du directeur. C’est tout simplement le réalisateur qui, à un moment donné, fait un plan sur lui. Je pense même qu’il y a des matchs où Daniel Bilalian vient, et où on ne le cadre pas. Quand il est là, le plan n’est pas systématique. » Une attention gratuite, en somme. Le fait est qu’elle perdure depuis des années, et que les réal' s’évertuent à filmer leur supérieur, même de manière impromptue. Inconsciente déférence ? L’intéressé n’y croit pas une seconde : « Les cahiers des charges font 200 pages, sur le nombre de caméras, de ralentis, de loupes… Plein de choses sont codifiées, mais ces plans ne dépendent que du libre choix du réalisateur », insiste Daniel Bilalian. Le directeur des sports de France Télé, en poste depuis 2004, d’ajouter : « Dans la tribune présidentielle, on voit les présidents de club, de la Fédération et nous (les directeurs des sports). Heureusement que l’on ne nous met pas dans les virages (rires). Plus sérieusement, il n’y a pas de directive précise en ce sens (…) Il ne faut pas s’en cacher, c’est peut-être aussi un moyen de rendre hommage, sans parler de failloter, aux hommes qui se donnent du mal. Pour que nous obtenions les contrats et diffusions les évènements. Une façon de mettre en valeur, aux yeux du public, les responsables et les personnes grâce auxquelles la chaîne diffuse les matchs. »

Coucou, Franck !

Comme dans toute production audiovisuelle, le réalisateur est seul maître à bord. Ce ne sont donc pas des consignes, mais bien de la spontanéité. Jean-Jacques Amsellem, célèbre réalisateur français, confirme : « Je le faisais au temps de (Charles) Bietry, de (Michel) Denisot, d’Alexandre Bompard et donc maintenant de Cyril Linette (directeur des sports de Canal + depuis 2008). Chaque directeur des sports était montré quand il arrivait sur un événement. C’est une façon un peu élégante, un peu confraternelle de dire "On n'est pas juste assis derrière un bureau", pour montrer qu’on est actif. » D’ailleurs pour celui qui s’occupe des rencontres foot sur la chaîne cryptée, il n’y a pas matière à débat : « Parmi 500 ou 1000 commutes lors d’un match, ça ne représente que deux secondes. Il faut rester mesuré et relativiser ce cas de figure. On le fait peut-être une fois sur deux heures de retransmission, donc c’est plus anecdotique qu’autre chose. » En clair, le plan très bref du visage patronal n’est pas ce que le téléspectateur retiendra face aux crampons d’Aubameyang, au but de Zlatan, au brushing de Daniel Lauclair ou à l’épouse de Jean-Michel Aulas.

« Par exemple, les commentateurs peuvent parler des droits télé, du prochain match qui sera diffusé sur Canal, et là on peut profiter du fait que le patron des sports est là puisqu’il fait partie, quand même, de la programmation et des décisions qui nous concernent. (…) Cyril ne me demande jamais : "Tu filmes mon meilleur profil, tu ne filmes pas, tu me filmes deux, trois fois." C’est un simple clin d’œil », conclut Amsellem. Difficile de jeter la pierre à ces artistes de la mise en scène du foot. Qu’on se le dise, les directeurs d’antenne ne récoltent que le respect de leurs collaborateurs. Qui a dit que la télé était un monde de requins ?


Par Gaspard Manet et Pierre Girard


 








Votre compte sur SOFOOT.com

18 réactions;
Poster un commentaire

  • Message posté par NitaÏ 38 le 06/01/2013 à 09:31
      Note : 8  /

    Ca serait presque touchant si on en avait pas strictement rien à carrer ... Par ailleurs, respect à Daniel Lauclair : foot, tiercé, pétanque, couverts à la jean-foutre dans un style toujours à la limite du débraillé; un pur journaliste sportif à la française.

  • Message posté par leopold-saroyan le 06/01/2013 à 09:50
      Note : 2 

    J'adore le titre de l'article, ça sonne comme un film de Michel Audiard ! ah ah

  • Message posté par El Burrito le 06/01/2013 à 11:13
      Note : 1 

    Je préfère "Pas de begonia pour le cave",moi!Pour ceux qui connaissent pas,cherchez sur YouTube!

  • Message posté par LeJusticier le 06/01/2013 à 11:49
      Note : 1 

    Toujours eu des coutumes chelous à la télé dans ce pays... Mais le vrai truc insupportable (et qu'on voit aussi chez les realisateurs espagnols) c'est ces ralentis qu'on nous sert à toutes les sauces! Les hors-jeu sifflés vus et revus sous tous les angles, les touches litigieuse, Zlatan qui gueule au ralenti, l'arbitre qui relasse ses chaussures... Bordel toutes les occasions sont bonnes pour nous pondre un ralenti! Et avec la loupe de canal, on atteind des sommets avec des ralentis d'une minutes pour voir la tronche d'un mec se déformer sur une tête! En Angleterre ils laissent le jeu et ils se paluchent pas 2 heures pour commenter les décisions arbitrales...

  • Message posté par LeJusticier le 06/01/2013 à 11:50
      

    Et je plussoie pour Audiard les mecs :)

  • Message posté par pulpito le 06/01/2013 à 13:07
      Note : 2 

    On te montre la tronche de ces croûtons, mais ça m'a toujours interpellé pourquoi les images/commentaires sur les tifos, les supporters, les animations en virage c'était tarif minimal. Autre signe de notre manque de culture foot?

  • Message posté par momoyouth le 06/01/2013 à 13:17
      

    @El Burrito

    On dit "Une" cave ?! Lol

    Bon ok je sors

  • Message posté par Nes1 le 06/01/2013 à 13:26
      Note : 1 

    @LeJusticier : Et t'oublies les fameux gros plans sur un joueur faisant une touche, un mec courant sur l'aile ou un défenseur faisant une relance. Il est clair que ce qui compte ce sont ces gestes anodins et non comment sont placés les partenaires afin de voir les différentes solutions.

  • Message posté par Claude Marque le 06/01/2013 à 13:56
      Note : 2 

    Et les gros plans sur les joueurs en train de se moucher, on en parle ?

  • Message posté par Netzer le 06/01/2013 à 14:03
      

    Pour moi, çà s'appelle du corporatisme, tout simplement. Un grand mal français d'ailleurs.

  • Message posté par LeJusticier le 06/01/2013 à 14:50
      

    Toujours classe!

  • Message posté par Tim23 le 06/01/2013 à 15:11
      

    Quel bonheur à la vue de cet article, ça m'a toujours fait marrer cette séquence dédicace que j'attend chaque dimanche soir avec impatience.

    Et comme dis Pulpito, j'suis toujours extrêmement déçu de la réalisation lorsque les tifos ne sont qu'à peine montrés. Au vue des heures de travail pour les confectionner, ils mériteraient davantage de temps d'antenne que "Monsieur le Directeur des Sports de Canal+, Cyril Linette".

  • Message posté par Tinmar le 06/01/2013 à 15:28
      Note : 1 

    Pour ceux que ça intéresse, je vous conseille vivement le dossier "foot et télévision" des Cahiers du foot, premier volet en lien.

    http://www.cahiersdufootball.net/articl … s-hors-jeu

  • Message posté par GoneNastyGone le 06/01/2013 à 17:39
      

    Pourquoi? Le narcissisme de la caste médiatique en France, rien de plus.

  • Message posté par Kuduro le 06/01/2013 à 18:07
      Note : 2 

    Les plans sur leur chef c'est l'équivalent du baiser de main au Roi, ni plus ni moins.

  • Message posté par Abilio 34 le 06/01/2013 à 18:17
      

    Mais bordel pourquoi les téléfilms ? Hein, pourquoi ?

  • Message posté par So6demorto le 06/01/2013 à 20:11
      Note : 1 

    Si au moins ils les filmaient avec un doigt dans le nez ou de la mayonnaise plein le costard en bouffant un sandwich. Mais là je pense que c'est que pour faire plaisir au patron parce qu'à mon avis tout les téléspectateurs en ont absolument rien à cirer de voir Linette ou Bilalian.

  • Message posté par KDurant le 06/01/2013 à 21:28
      

    Si un chaîne diffuse un match, c'est qu'elle a aligné les ronds pour acheter les droits. Alors «mettre en valeur les personnes grâce auxquelles la chaine diffuse les matchs » ... Mouais mouais


18 réactions :
Poster un commentaire