Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupes d'Europe
  2. // Clubs français
  3. // Analyse

Mais bon sang, les clubs français vont-ils passer les poules ?

Tous les clubs français engagés en Coupe d'Europe peuvent encore se qualifier. Si le PSG est le seul déjà assuré de passer le tour, les autres ont encore de grandes chances de passer. On lance les pronostics.

Modififié

Ligue des champions

Monaco

Chances de qualification : 60%


  • Pourquoi ils vont se qualifier :
    Avec un point d'avance sur le Zénith, les hommes de Leonardo Jardim ont un léger avantage avant d'affronter les Russes. Pas toujours convaincants dans le jeu, les Monégasques ont pu compter sur une défense de fer et un sacré cynisme pour engranger un nombre de points suffisant pour être aujourd'hui en position favorable. Un nul, ce mardi, suffirait à Berbatov et ses potes pour voir les huitièmes. Comment cela va se passer ? Bah, comme les autres fois. Une défense à cinq derrière, un tank devant les cages, et un braquage parfait à la 92e minute sur un but de Valère Germain. Et alors que le match est déjà terminé, la nouvelle arrive de Lisbonne : Benfica a égalisé à la 94e minute face à Leverkusen. Monaco termine premier de sa poule. Avec trois buts marqués. Prends ça, 2004.

  • Pourquoi ils ne vont pas se qualifier :
    Pas de buts marqués, un jeu parfois inexistant : Monaco n'a pas vraiment enthousiasmé les foules lors des cinq premiers matchs de cette C1. Mais les joueurs de Jardim sont là, avec leurs huit points. Il faut maintenant franchir la dernière marche. Le coach portugais se dit qu'il ne faut pas une stratégie qui marche. Du coup, il élabore un drôle de 6-3-1, avec Berbatov seul en pointe. Ça tient, ça tient, mais à la 52e minute, Hulk finit par débloquer la situation. Jardim est paumé. Il n'avait pas envisagé une telle situation. Il demande à faire entrer Falcao, avant de se rendre compte que ce n'est pas possible. Confusion totale. À peine a-t-il repris ses esprits que Witsel colle le deuxième. Perdu pour perdu, Jardimland transforme son 6-3-1 en 2-2-6, avec Andrea Raggi en pointe. Ça ne fonctionne pas, et Monaco perd 3-0. Pas grave, les Monégasques seront bien là en février. En Ligue Europa.

    PSG

    Chances de qualification : 98%


  • Pourquoi ils vont se qualifier :
    Après avoir tapé le Barça au Parc au match aller (3-2), les Parisiens, déjà qualifiés, vont au Camp Nou pour conforter la première place du groupe. Une victoire ou un nul face aux Catalans, et le PSG enverrait un signal fort aux autres cadors de la compétition. Voulant jouer le coup à fond, Laurent Blanc aligne donc une équipe type, mais est cueilli à froid par un but de Lionel Messi, qui inscrit là son 3 876e but en Ligue des champions. La rencontre est serrée, disputée, et à l'heure de jeu, sur un corner de Lavezzi, c'est David Luiz qui fait voler sa touffe de cheveux pour tromper Ter Stegen. 1-1. Paris repart avec un point, suffisant pour valider son billet pour les huitièmes en tant que premier de la classe. Dans tes dents, Léo.

  • Pourquoi ils ne vont pas se qualifier :
    Déjà qualifiés, les Parisiens n'ont finalement rien à craindre de cette confrontation au Camp Nou. Oui, sauf qu'il y en a un qui, au fond de lui, l'a mauvaise. Le 14 mai 1997, le PSG s'était incliné 1-0 en finale de C2 face au Barça. Bruno N'Gotty n'a pas oublié. Buteur inoubliable de la finale de C2 1996 face au Rapid Vienne, Bruno n'a pas oublié que c'est lui qui a provoqué le péno qui a donné la victoire au Barça l'année suivante. Du coup, l'ancien de Bolton, aujourd'hui âgé de 43 ans, demande à Laurent Blanc de l'inscrire sur la feuille de match. Ni vu ni connu, il se fait passer pour Serge Aurier, pensant que personne n'y verrait que du feu. Manque de bol, Luis Enrique, qui était titulaire ce soir de mai 1997, reconnaît N'Gotty et s'en va le dénoncer à l'UEFA. Le PSG perd 3-0 sur tapis vert et est surtout exclu de la Ligue des champions. Et cette fois-ci, pas de Steaua Bucarest pour se refaire une santé.

    Ligue Europa

    Saint-Étienne

    Chances de qualification : 45%


  • Pourquoi ils vont se qualifier :
    Elle est là, la règle du cinq. Cinq matchs nuls consécutifs pour les Verts en Ligue Europa. Cinq matchs sans victoire toutes compétitions confondues pour les Ukrainiens. Or, on le sait, il ne faut jamais contredire les statistiques. Le match est tendu, il caille sévèrement en Ukraine, mais la chaleur vient du jeune Allan Saint-Maximin, qui délivre un amour de centre sur Ricky qui s'y reprend à quatre reprises avant d'ouvrir le score. Les 150 supporters stéphanois qui avaient fait le voyage font plus de bruit que tous les supporters de la Dnipro Arena. Sainté croit tenir sa première victoire européenne de la saison, mais à cinq minutes du terme, Bayal Sall claque un énorme coup de tête sur corner… contre son camp. 1-1. Galtier allume vite sa radio et se branche sur Radio Azerbaïjan FM. Il ne comprend pas un mot, mais finit par entendre ce qu'il voulait entendre : Qarabağ 0, Inter Milan 2. Avec six points, l'ASSE est bien en seizièmes de finale. Qualif Qualifpetrovsk.

  • Pourquoi ils ne vont pas se qualifier :
    Christophe Galtier ne fait pas confiance à l'Inter. Il sait que les Italiens sont déjà assurés de terminer premiers de leur poule et qu'ils vont donc envoyer leur équipe réserve en Azerbaïdjan. Du coup, le coach stéphanois part avec la ferme intention de s'imposer en Ukraine, histoire de ne pas avoir besoin de compter sur les autres. Il aligne donc un 3-3-3-1 à la Marcelo Bielsa. Oui, sauf que Saint-Étienne n'est pas Marseille, et Mollo n'est pas Payet. Vu les espaces laissés par les Stéphanois dans leur moitié de terrain, les joueurs de Dnipro se baladent et ouvrent logiquement la marque par Kalinić. Les Verts paniquent et, après avoir raté 17 occasions, ils égalisent par Gradel. Le match devient fou. 2-1, 2-2, 2-3, 3-3. On en reste là. Mais les nouvelles en provenance d'Azerbaïdjan ne sont pas bonnes. Qarabağ s'est imposé 3-1 face à la CFA de l'Inter. Sainté dit au revoir à l'Europe sans avoir perdu le moindre match. Cruel.

    Lille

    Chances de qualification : 10%


  • Pourquoi ils vont se qualifier :
    Il faut une nuit d'Europe. Une nuit folle. Celle dont on se souviendra dans dix ans. Pour se qualifier, le LOSC, actuel troisième de son groupe, doit battre Wolfsburg, deuxième de Bundesliga. Après le nul 1-1 du match aller, une victoire 1-0 suffirait, puisque c'est la différence de buts particulière qui est prise en compte. René Girard sort un 4-3-3 des familles avec Origi, Roux et Mendes devant. Eh ouais mon pote. Mais le score ne se débloque pas, 0-0 à la pause. Dans les vestiaires, René la taupe passe un coup de hairdryer à ses joueurs. Origi capte le message. Dès la 52e minute, il fait tomber le mur allemand pour le 1-0. Le Belge court vers les caméras, soulève discrètement son maillot et dévoile un T-shirt : « Get me outta here, Brendan Rodgers » . Tout le monde est heureux : Lille s'impose, se qualifie, et le 1er janvier, Divock prend le premier train pour l'Angleterre. Tant pis pour Michel Seydoux.


  • Pourquoi ils ne vont pas se qualifier :
    Origi, la victoire 1-0 magique du LOSC, etc. C'est bien beau tout ça. Mais en vrai, voilà ce qui va se passer. Kevin De Bruyne, en feu depuis le début de la saison, va ouvrir le score à la 6e minute du jeu. Sonnés, les Lillois se prennent une deuxième rafale à la 20e minute sur un coup de canon de Perišić. 43e minute : De Bruyne s'offre un doublé. Coïncidence folle : ces trois pions sont inscrits aux mêmes minutes que ceux inscrits par le BATE Borisov, un soir de septembre 2012, au stade Pierre-Mauroy. Et comme face au BATE, le LOSC réduit l'écart à l'heure de jeu. Non pas par Chedjou, mais par Origi qui court vers les caméras, soulève discrètement son maillot et dévoile un T-shirt : « Get me outta here, Brendan Rodgers » . Tout le monde est dégoûté : Lille s'incline, est éliminé, et le 1er janvier, Divock prend le premier train pour l'Angleterre. Tant pis pour Michel Seydoux. Fatalité.

    Guingamp

    Chances de qualification : 75%


  • Pourquoi ils vont se qualifier :
    Deux victoires consécutives en Ligue 1 face à Caen et Reims : c'est peu dire que l'En Avant Guingamp a parfaitement préparé sa finale face au PAOK, surprenant leader du championnat grec. Un leader qui vient de s'incliner 4-2 en championnat, et que les Bretons avaient battu 2-0 au match. Bref, tout est réuni pour que les joueurs de Gourvennec réussissent l'exploit. D'ailleurs, et grâce justement à leur victoire du match aller, un nul leur suffit pour se hisser en huitièmes. Mais avec une équipe qui vient de planter huit buts en deux journées de L1, pas question de jouer la défense. Claudio Beauvue guide le secteur offensif des siens et manque deux belles occases. But raté, but encaissé : c'est bien le PAOK qui ouvre le score. Mais les Guingampais ne se démontent pas, et c'est Marveaux, déjà bourreau des Grecs à l'aller, qui égalise. Le nul suffit, mais l'EAG va plus loin et inscrit un deuxième but par l'inévitable Beauvue. 2-1. Elle est là, l'équipe frisson de cette Ligue Europa.

  • Pourquoi ils ne vont pas se qualifier :
    Intimidés dès leur arrivée en Grèce par les supporters du PAOK, les Guingampais commencent sérieusement à baliser lors de leur entrée sur la pelouse. Les supporters grecs avaient promis l'enfer : il est bien là. Impressionnant pour de sympathiques Bretons, qui se laissent submerger par l'événement et encaissent un premier but par Athanasiadis. Le buteur maison est tout proche de doubler la mise, mais Guingamp reste dans le coup. Et quand l'arbitre siffle un penalty en faveur de l'EAG, le stade est au bord de l'implosion. Beauvue se retrouve face à… Charles Itandje, titularisé pour la première fois dans les bois. Incroyable, l'ancien portier de Lens détourne le tir de l'attaquant. Un vrai coup de massue pour les hommes de Gourvennec qui, dans la foulée, encaissent un deuxième but fatal. 2-0, victoire du PAOK avec Charles Itandje porté en triomphe. Comme quoi, dans la vie, tout arrive. Par Gad Messika et Éric Maggiori
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi
    jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25