1. // Russie – Premier Liga

Mais bon sang, il se passe quoi à Makhachkala ?

« Nombre de nos coûteuses vedettes vont quitter Anzhi et le budget du club va baisser de 50 à 70 millions de dollars par an. » C’est d’un tweet posté en début de semaine que le président du club Konstantin Remchukov a confirmé la rumeur : le projet fou d’un oligarque du Daguestan de monter à la va-vite une équipe de stars chez lui en claquant un fric monstre vient de s’achever. Reste des questions : pourquoi ce brutal changement de stratégie ? Pourquoi maintenant ? Et est-ce la fin définitive de l’Anzhi Makhachkala ?

Modififié
3 25
Des signes avant-coureurs

Rétrospectivement, Guus Hiddink a un côté Francesco Schettino, le capitaine du Costa Concordia accusé d’avoir lâchement abandonné son navire en détresse. Le 22 juillet dernier, le technicien néerlandais surprenait son monde en démissionnant du poste d’entraîneur de l’Anzhi, quelques semaines seulement après avoir pourtant prolongé son contrat d’un an. «  Ce n'était pas une décision facile à prendre mais j'ai toujours dit que ma mission prendrait fin quand le club serait capable de se développer davantage sans moi  » , se justifiait-il. Quand on sait aujourd’hui dans quelle situation se trouve la formation du Daguestan, on peut légitimement douter de la bonne foi de ce cher Guus. Son départ soudain apparaît plus comme une fuite avant les emmerdes que comme un départ avec le sentiment du devoir accompli… Car il est difficile d’imaginer qu’il ne savait pas ce qu’il se tramait à l’intérieur du club. Autre signe inquiétant qui aurait dû nous mettre la puce à l’oreille les jours derniers : une dépêche AFP n’ayant a priori rien à voir avec le football révélait que le géant russe des engrais Uralkali avait procédé à un brutal changement de stratégie, rompant les liens commerciaux qui le liaient avec une société bélarusse, Belaruskali. Cette opération aurait fait perdre 30 % de la valeur boursière d’Uralkali en seulement quelques heures. Or, qui est son principal actionnaire ? Suleyman Kerimov, propriétaire de l’Anzhi Makhachkala depuis janvier 2010. Dans l’affaire, le businessman aurait perdu 0,5 milliard de sa fortune personnelle. De quoi forcément l’inciter à calmer le jeu concernant son « jouet » footballistique… Enfin, le dernier signe avant-coureur venait de l’effectif même, en proie ces derniers jours à d’inhabituelles tensions. L’une des recrues phare de l’intersaison, Igor Denisov, était mystérieusement écarté du groupe lors du dernier match face à Rostov (défaite 0-1), soi-disant en raison d’une blessure. La vérité, c’est que l’ancien joueur du Zénith est un fouteur de merde en chef, qui s’était déjà frité avec certains coéquipiers de son précédent club, particulièrement les étrangers. Cette fois pareil, il aurait osé s’attaquer à Sir Eto’o, à ses privilèges et à ses potes de vestiaire, ce qui lui a direct valu d’en être écarté. Résumons la chose : un entraîneur en fuite, un président fragilisé et un effectif sous tension : si on y ajoute en plus des résultats sportifs récents décevants (2 défaites et 2 nuls depuis le début de saison), tout semblait réuni pour que la bulle Anzhi explose.

Le mystérieux Suleyman Kerimov…

Et c’est ce qui est arrivé : l’Anzhi a explosé. Du moins l’Anzhi tel que l’avait souhaité Kerimov lorsqu’il racheta avec fracas le club en 2010, se payant d’abord Roberto Carlos, puis Samuel Eto’o et toute une palanquée de joueurs de niveau international, dans l’idée d’obtenir rapidement des résultats sur la scène nationale et continentale. On ignore quel était son plan de route exact, mais il a lui-même reconnu son échec. Un journal local rapportait les jours derniers les propos du boss, qui estimait que l’Anzhi ne valait plus la peine de se ruiner les nerfs et la santé. Frustré, Kerimov peut l’être, avec cette 3e place finale en championnat la saison dernière qui n’a pas permis à l’équipe de se qualifier pour la Ligue des champions. Le début de saison actuel n’incite pas non plus à l’optimisme… Officiellement, c’est aussi pour des raisons de santé que Kerimov a décidé de calmer le jeu avec l’Anzhi. En 2008 au volant de sa Ferrari, il a failli se tuer sur une route de la Côte d’Azur et il porte encore aujourd’hui les séquelles de cet accident. Financièrement, il a également des raisons de calmer le jeu, lui qui a vu sa fortune personnelle fondre ces dernières années : de 17,5 milliards de dollars en 2008 à 7,1 milliards en 2012, sans compter le demi-milliard de pertes avec l’opération boursière dont on vous parlait plus haut. Dernier point : Kerimov a pu se sentir légitimement trahi par Guus Hiddink, démissionnaire alors qu’il venait de prolonger, et par des joueurs peu concernés, à l’image du Brésilien Willian, qui a récemment évoqué dans la presse ses envies de départ alors même qu’il vient d’arriver depuis seulement quelques mois.

Vers un Anzhi 2.0 ?

On en est donc là : baisse drastique du budget du club – qui était de 180 millions de dollars par an jusqu’alors – et mise sur le marché de tous les joueurs à gros salaire. Denisov, Zhirkov et Kokorin sont déjà en partance pour le Dynamo, qui chercherait aussi à récupérer le gardien Gabulov dans le package. Willian va voir son vœu exaucé, Lassana Diarra devrait rapidement trouver un point de chute, tout comme Lacina Traoré, Carcela ou Boussoufa. Pour Eto’o, c’est à voir : proche de Kerimov, il pourrait honorer sa dernière année de contrat, d’autant que pas grand monde sur le marché ne peut s’aligner sur ses émoluments actuels… Mais très rapidement, l’idée à l’Anzhi serait de miser sur l’émergence de talents locaux plutôt que sur l’achat coûteux de stars déjà établies. Autre volet de la nouvelle stratégie de l’Anzhi 2.0 : mieux ancrer le club dans son environnement, le Daguestan cher au président Kerimov. Fini les joueurs qui habitent et s’entraînent à Moscou avant de se rendre à Makhachkala seulement pour disputer les matchs à « domicile » , le club souhaite désormais que l’équipe soit sur place à 100 %. Le choix du nouvel entraîneur n’est d’ailleurs pas anodin : l’intérim du Hollandais René Meulensteen, qui avait remplacé Hiddink au pied levé, n’a duré que 16 jours. Déjà viré, l’ancien assistant d’Alex Ferguson à MU laisse place au retour de Gadzhi Gadhiev, un natif du Daguestan qui a déjà coaché l’équipe par le passé. L’Anzhi n’est donc pas forcément complètement mort mais a juste choisi, selon le souhait de son proprio, de changer drastiquement de stratégie et de miser sur du plus local et du plus long terme. Ce qui, au final, n’est peut-être pas plus mal. En tout cas ça paraît plus sain.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

cantor0305 Niveau : CFA
ça me met la larme à l'oeil, strasbourg, le mans, sedan et maintenant Makhatchkala... dfaçon c'est le pognon qui dirige le monde.
ces milliardaires russes semblent trés versatiles quand même.
il y en a qui doivent commencer à se chier du coté de monaco.
Pas mal de Russe sur la Côte d'Azur, hein...
Karl Socrates Niveau : Ligue 2
Merci pour cet article intéressant comme toujours avec RD.
T'inquiète le Racing va revenir, tel le phénix ou un zombie, sa puissance sera terrible, rien n'y résistera.
Article intéressant comme quoi faut faire attention avant de "faire appel" à des investisseurs étranger n'est ce pas Mr Thiriez.
Gregory Vignal-Qaïda Niveau : CFA2
finis les "chou, Anzhi, dis-moi oui"
En tout cas, j'aimais bien la façon de jouer de l'équipe du Daguestan. L'argent récupéré des transferts sera pour la formation comme il est dit dans l'article. Ce qui est le meilleur recourt, quand tu vois Cheryshev, Kokorin, Dzagoev ce ne sont pas des manches les russes.
fandubeaujeu43 Niveau : District
Message posté par stef 13
ces milliardaires russes semblent trés versatiles quand même.
il y en a qui doivent commencer à se chier du coté de monaco.


Il y a les milliardaires fiables, tels que Abramovitch et QSI qui sont fans de foot et d'autres tels que celui de Anzhi Makhachkala ou le Cheikh de Malaga, qui investissent pour s'amuser ou developper leur business sans avoir de vrais projets. Il est encore trop tot pour se prononcer a propos de Rybolovlev, mais tu as raison...mefiance
J'en connais un qui a dû faire un petit check Google pour correctement écrire le titre de l'article.
Message posté par stef 13
ces milliardaires russes semblent trés versatiles quand même.
il y en a qui doivent commencer à se chier du coté de monaco.


bah ouais, regarde Abramovitch, la versatilité incarnée.
D'ailleurs, les russes, de manière générale, sont très versatile. Je pense à Staline et Malenkov, par exemple.
@pablo

rappelles moi combien de fois il a changé d'entraineur le trés stable abramovitch?
ReadySteadyGo Niveau : District
Article plutôt sympa à lire, par contre j'suis pas sûr que les 500 millions aient beaucoup pesés dans la balance. Ce n'est rien d'autre que 2a de contrat d'Eto'o.
Par contre le fait que les résultats ne viennent pas et qu'il se soit fait lâcher par "son" entraîneur comme dit dans l'article ça à du entraîner de la lassitude et du découragement. Ce qui paraît normal vu le pognon qu'il a balancer dans son jouet.
J'trouve que le virage pris est peut être pas si mauvais que ça au final. Des gens du cru, motivés, ce sera forcément mieux que des divas surpayées qui ne mettent pas ce qu'il faut pour gagner les matches. Un vrai projet ambitieux, enfin. Moi j'lui tire mon chapeau.
Note : 5
Eto'o émarge à 250 M par an ? C'est l'homme le plus riche du monde à ce niveau...
Hadopi Conqueror Niveau : DHR
Les premières infos que j'ai lues sur le sujet donnaient l'impression que Kerimov laissait tomber l'Anzhi. Ce qui m'étonnait d'autant que les mecs viennent d'inaugurer un stade tout neuf.
Cet article m'apprend qu'il s'agit en fait d'une sorte de réorientation stratégique. Celle-ci est un tant soit peu précipitée, mais why not ?
Bâtir une grande équipe et la maintenir au sommet demande certes de l'argent, mais aussi du temps et de la patience. Kerimov n'avait jusqu'ici que la thune. Là, il se donne le temps, ce qui mérite d'être salué.
InspectorNorse Niveau : Ligue 2
Tant mieux pour Lass!
Préparez vous à rire mais ca n'engage que moi mais c'est lui qu'il faut pour jouer arriere droit en EDF, même s'il aime pas trop ça...Pour ceux qui se bidonnent, souvenez vous de tous les matchs qu'il a fait à ce poste en EDF, et à Chelsea. Et à Madrid , il faisait trop le taf, un des seuls à pouvoir tenir la comparaison face à au trio magique du Barca pendant les clasicos...
Il est surtout victime de son caractère un peu trop affirmé...
EN gros, le proprio réalise que injecter du fric pour faire plaisir a des star du ballon ne sert a rien.

"Vanité des vanités, dit l'Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité."

Poésie juive du III eme siècle avant J.C.
francis_kuntz Niveau : Loisir
Hahaha, les rats quittent le navire daguestanais en train de sombrer dans une mer de pétrole ! Je vois qu'on a cité mon cher ami Francesco Schettino ! Je rappelle aux «Bisounours» que sauver sa peau n'est pas un mal, d'autant plus quand on a le loisir de voir les autres couler en essayant vainement de réparer le navire. Comme le dit le proverbe grolandais : «Les rats quittent le navire, mais les blaireaux restent ; aux rats d'autres fromages bien gras, aux blaireaux le fond des océans».

Francis Kuntz, en direct du Daguestan (où je me fous bien de la gueule des supporteurs)
francis_kuntz Niveau : Loisir
Message posté par stef 13
ces milliardaires russes semblent trés versatiles quand même.
il y en a qui doivent commencer à se chier du coté de monaco.


Le Russe est instable et fragile psychologiquement ; un jour il est communiste, le lendemain fasciste (la seule chose qui demeure constante est son taux d'alcoolémie unique au monde). La juiverie internationale qui a infecté son pays n'a fait que renforcer ce phénomène.
Ed Deline Niveau : CFA2
juste pour dire à tous les rageux....Lyon-OGCN 2-0 à la 55eme...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3 25