1. // Histoire
  2. // Blasons
  3. // Épisode 15

Mais au fait, ils veulent dire quoi ces blasons ?

Ils sont les premiers repères de l'identité visuelle des clubs et ont généralement une place de choix sur tous les maillots. Qu'ils soient moches, magnifiques, compliqués ou au contraire simplistes, les blasons ont tous des petites histoires à livrer.

Modififié
182 5

Club Atlético de Madrid


Actuels leaders de la Liga grâce notamment à un Antoine Griezmann très en forme, les Colchoneros ont en plus un blason qui vaut le détour. Sur celui-ci, on retrouve plusieurs éléments des armes de la ville de Madrid. En haut à gauche du bouclier sont dessinés un ours et un arbre (El oso y el madroño, en espagnol). L'association de cet animal et de la capitale espagnole n'est pas récente, et il faut remonter au Moyen-Âge pour la comprendre. À cette époque, plusieurs sources s'accordent à dire que les ours peuplaient la région madrilène et ses alentours. Pour l'arbre, plusieurs explications sont possibles. La première est à mettre sur le compte de la phonétique. En espagnol, le mot pour désigner l'arbousier, madroño, est phonétiquement assez proche du nom de la ville. Selon une autre explication, la présence de cet arbre fruitier est un autre clin d'œil à l'histoire. Jusqu'en 1700, les forêts qui bordaient les alentours de la capitale espagnole regorgeaient de ces arbousiers qui étaient alors les cibles favorites des ours, qui raffolaient de leurs fruits. Une gigantesque statue de l'ours et de l'arbousier a été érigée sur la Puerta del Sol et est devenue le symbole de la capitale espagnole. Autour de cet ours et de cet arbre, on retrouve sept étoiles. Aucun lien avec les titres du club, il ne s'agit que des sept étoiles qui composent la partie visible de la constellation de la Grande Ourse. Oui, il y a la Grande Casserole sur le blason de l'Atlético de Madrid. La partie basse du bouclier est composée de rayures rouges et blanches, qui font directement écho aux couleurs historiques du club. Et bien évidemment, ces couleurs rappellent celles des tissus utilisés pour fabriquer les vieux matelas espagnols, d'où le surnom le plus répandu des joueurs de l'Atlético, les Colchoneros.

Crystal Palace F.C.


Comme l'ont prouvé Norwich, Liverpool et tant d'autres, les clubs anglais adorent les oiseaux. Et ce ne sont pas les joueurs de Crystal Palace qui vont dire le contraire. Le blason de Crystal Palace, tout comme son nom d'ailleurs, est lié à la première exposition universelle, en 1851. À cette époque, on bâtit à Londres un immense palais en métal et en verre pour accueillir l'exposition. C'est à Hyde Park que le Crystal Palace est érigé. En 1861, des ouvriers chargés de l'entretien du bâtiment montent une équipe de football. Ils sont présents au premier meeting de la Football Association à la Freeman’s Tavern en 1863. Après une demi-finale de FA Cup perdue en 1871/1872, ce premier club disparaît. Vers la fin du XIXe siècle, l'aire de jeu derrière le Crystal Palace commence à accueillir les finales de FA Cup (120 000 spectateurs sont présents en 1913 !). En 1905, les propriétaires de ce terrain décident de fonder le Crystal Palace Football Club. La Football Association refuse son admission, craignant que le club soit favorisé par son super terrain lors des matchs de FA Cup. Ce n'est qu'en 1920 que le club intègre la FA, en third division. Le Crystal Palace est le promontoire de l'aigle sur le blason. Il a brûlé en 1936, mais a été reconstruit au sud de Londres. L'aigle, lui, et le surnom qui va avec, est apparu sur le blason en 1973. Le manager de l'époque, Malcolm Allison, a choisi cet animal pour sa classe, principalement. Les Eagles sont aussi connus sous le nom de Glaziers (les vitriers, en français), une référence directe au palais de cristal. Dans lequel ils ne jouent plus.

Football Club de Chambly Thelle


Le petit club de National fait beaucoup parler de lui cette saison. Pas mal classé en championnat (7e avec 23 points, à 6 points du leader), Chambly réalise surtout un beau parcours en Coupe de France et sera prochainement opposé à l'Olympique lyonnais. Un sacré défi et une possible nouvelle épopée d'un petit club dans cette compétition. Avec tout ce temps passé en haut des charts, impossible de passer à côté du blason de Chambly qui évoque à tous les fans de football quelque chose. Oui, il s'agit bien du logo de l'Inter Milan. En 1989, Fulvio Luzi crée, avec son père, Walter, et son frère, Bruno, le club de Chambly. Aujourd'hui président, Fulvio est à l'origine du blason du club. Contrairement à ce qui est affirmé sur le web, seul Fulvio est un amoureux de l'Inter. Son frère, lui, supporte la Juventus. C'est donc tout naturellement qu'avec l'accord des supporters, le fondateur décide de reprendre le blason de son équipe de cœur. Et d'en reprendre également les couleurs, le bleu et le noir. Mais le choix des couleurs était aussi un choix délibéré pour se dissocier des équipes existantes. Puisqu'aucune des équipes susceptibles de rencontrer Chambly n'évoluait dans ces couleurs, ce choix permettait également au club de ne pas payer un deuxième jeu de maillots. C'est ce qui s'appelle avoir le beurre, l'argent du beurre, et un petit morceau de la crémière.



Par Gabriel Cnudde
Modifié

Dans cet article

De toute façon comme Reims a refusé de reverser sa moitié de recette à Chambly, ils n'auraient pas les moyens de se payer un deuxième jeu de maillots!
Et j'imagine la gueule du frangin juventino quand il a appris qu'il allait coacher un clone de l'Inter.
maximovitch Niveau : Loisir
Et le cul de la crémière !!
Taré va!
Message posté par Baiseur_violent
C’est le quinzième anniversaire de Wikipédia !
Dites-nous ce que Wikipédia signifie pour vous.
fermer Cette page est en semi-protection longue.
Seconde Guerre mondiale
Page d'aide sur les redirections « 39-45 » redirige ici. Pour la revue mensuelle française consacrée à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, voir 39-45 (magazine).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guerre mondiale.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes. (octobre 2015)
Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références.
Seconde Guerre mondiale
Description de cette image, également commentée ci-après
Dans le sens des aiguilles d'une montre à partir d'en haut à gauche : troupes du Commonwealth dans le désert ; civils chinois enterrés vivants par des soldats japonais ; forces soviétiques durant une offensive hivernale ; avions de combat japonais prêts à s'envoler sur le pont du porte-avion japonais Shōkaku ; prise de Berlin par les soldats de l'Armée rouge ; un sous-marin allemand subissant une attaque.

Informations générales
Date 1er septembre 1939 – 2 septembre 1945 (6 ans et 1 jour)
Lieu Europe, océan Pacifique, océan Atlantique, Asie du Sud-Est, Chine, mer Méditerranée, Moyen-Orient, Afrique, escarmouches en Amérique du Nord et du Sud
Issue
Victoire des Alliés
Chute du Troisième Reich
Occupation de l'Allemagne et du Japon par les Alliés
Création de l'ONU
Début du processus de décolonisation
Émergence des États-Unis et de l’URSS comme superpuissances
Bipolarisation, menant vers le début de la Guerre froide (voir plus...).
Belligérants
Alliés
Drapeau de l'URSS Union soviétique (1941-1945)
Drapeau des États-Unis États-Unis (1941-1945)
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la France France1
Drapeau de la Pologne Pologne2
Drapeau du Canada Canada
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau de la République de Chine République de Chine (1937-1945)
Drapeau du Royaume de Yougoslavie Royaume de Yougoslavie (1941-1945)
Drapeau de la Grèce Royaume de Grèce (1940-1945)
Drapeau de la Belgique Belgique (1940-1945)
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (1940-1945)
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Drapeau de la Norvège Norvège (1940-1945)
Drapeau de l'Afrique du Sud Union d'Afrique du Sud
Drapeau du Brésil Brésil (1942-1945)
Drapeau du Mexique Mexique (1942-1945)
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie (1943-1945)
Cobelligérants
Flag of the People's Republic of Mongolia (1940-1992).svg République populaire mongole (1945)
Drapeau des Philippines Philippines
Axe
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Drapeau de l'Empire du Japon Empire du Japon (1937-1945)
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie (1940-1943)
Drapeau du Royaume de Hongrie Royaume de Hongrie (1940-1945)
Drapeau de la Roumanie Royaume de Roumanie (1941-1944)
Drapeau du Royaume de Bulgarie Royaume de Bulgarie (1941-1944)
Cobelligérants
Drapeau de la Finlande Finlande (1941-1944)
Drapeau de la Thaïlande Thaïlande (1942-1945)
Drapeau de l'Irak Royaume d'Irak (1941)
Drapeau du Mandchoukouo Mandchoukouo
Drapeau de la République sociale italienne République sociale italienne (1943-1945)
Drapeau de l'État indépendant de Croatie État indépendant de Croatie (1941-1945)
Flag of First Slovak Republic 1939-1945.svg Slovaquie
Commandants
Dirigeants alliés
Drapeau : URSS Joseph Staline
États-Unis Franklin D. Roosevelt †
États-Unis Harry S. Truman
Drapeau : Royaume-Uni Winston Churchill
Drapeau de la France libre Charles de Gaulle
Drapeau : République de Chine (1912-1949) Tchang Kaï-chek Dirigeants de l'Axe
Drapeau : Allemagne Adolf Hitler †
Drapeau : Japon Hirohito
Drapeau : Italie Benito Mussolini †
Pertes
Militaires : 16 000 000
Civiles : 45 000 000 Total : 61 000 000
…plus de détails Militaires : 8 000 000
Civiles : 4 000 000 Total : 12 000 000
…plus de détails
Données clés
modifierConsultez la documentation du modèle

La Seconde Guerre mondiale, ou Deuxième Guerre mondiale3, est un conflit armé à l'échelle planétaire qui dura du 1er septembre 1939 au 2 septembre 1945. Ce conflit planétaire opposa schématiquement deux camps : les Alliés et l’Axe.

Provoquée par le règlement insatisfaisant de la Première Guerre mondiale et par les ambitions expansionnistes et hégémoniques des trois principales nations de l’Axe (Allemagne nazie, Italie fasciste et Empire du Japon), elle consista en la convergence, à partir du 3 septembre 1939, d’un ensemble de conflits régionaux respectivement amorcés le 18 juillet 1936 en Espagne (la guerre d'Espagne), le 7 juillet 1937 en Chine (la guerre sino-japonaise), et le 1er septembre 1939 en Pologne (campagne de Pologne), puis par l'entrée en guerre de la France et du Royaume-Uni avec leurs empires dès le 3 septembre 1939. L'URSS rejoint le camp allié à partir de juin 1941 et les États-Unis après l'attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941. Dès lors le conflit devient vraiment mondial, impliquant la majorité des nations du monde sur la quasi-totalité des continents. La Seconde Guerre mondiale prend fin sur le théâtre d'opérations européen le 8 mai 1945 par la capitulation sans condition du Troisième Reich, puis s’achève définitivement sur le théâtre d'opérations Asie-Pacifique le 2 septembre 1945 par la capitulation sans condition de l'Empire du Japon, dernière nation de l’Axe à connaître la défaite.

La Seconde Guerre mondiale constitue le conflit armé le plus vaste que l’humanité ait connu, mobilisant plus de 100 millions de combattants de 61 nations, déployant les hostilités sur quelque 22 millions de km²4, et tuant environ 62 millions de personnes, dont une majorité de civils. N’opposant pas seulement des nations, la Seconde Guerre mondiale fut aussi la plus grande guerre idéologique de l’Histoire, ce qui explique que les forces de collaboration en Europe et en Asie occupées aient pu être solidaires de pays envahisseurs ou ennemis, ou qu’une résistance ait pu exister jusqu’en plein cœur de l’Allemagne nazie en guerre. Guerre totale, elle gomma presque totalement la séparation entre espaces civil et militaire et vit, dans les deux camps, la mobilisation poussée non seulement des ressources matérielles – économiques, humaines et scientifiques – mais aussi morales et politiques, dans un engagement des sociétés tout entières.

La somme des dégâts matériels n’a jamais pu être chiffrée de façon sûre, mais il est certain qu’elle dépasse les destructions cumulées de l’ensemble des conflits connus par le genre humain depuis son apparition. Le traumatisme moral ne fut pas moins considérable, la violence ayant pris des proportions inédites. Elle connut de multiples crimes de guerre, qui ne furent l'apanage d'aucun camp, crimes s'insérant dans une violence militaire et policière d'une intensité et d'une profondeur inégalées. Elle vit également l'émergence à une échelle inconnue jusqu'alors de crimes de masse particulièrement atroces et pour certains sans précédents, tout particulièrement à l'instigation de l'Allemagne nazie et du Japon impérial. Parmi ces crimes figurent la déportation en camps de concentration, camps de travail et camps d'extermination, comportant des chambres à gaz à des fins d’extermination de populations entières (Juifs, Slaves, Tziganes), ou de catégories particulières d’individus (homosexuels, handicapés, etc.) commandées par le régime nazi : l'ampleur des crimes suscita la définition de crime contre l'humanité et crime de guerre, ainsi que les premiers procès pour génocide. Le régime Shōwa ne fut nullement en reste en Asie avec, à son actif, 10 millions de civils chinois enrôlés de force par la Kōa-in au Mandchoukouo, environ 200 000 « femmes de réconfort » enrôlées en Corée et dans tout l’Extrême-Orient, ainsi que l’annihilation systématique de populations civiles, principalement en Chine et notamment lors du massacre de Nankin. Il faut ajouter les meurtres systématiques de résistants et d'opposants politiques, ainsi que les représailles contre les civils, comme le firent par exemple les nazis ; les expérimentations sur des êtres humains auxquelles se livrèrent des médecins nazis, tels le SS Josef Mengele et l’unité japonaise 731 ; les bombardements aériens massifs de civils d’abord par l’Axe en Europe (Coventry en Angleterre, Rotterdam aux Pays-Bas) et en Asie (Shanghai, Guangzhou, Chongqing, cette dernière étant la ville la plus bombardée du conflit sino-japonais), puis par les Alliés : Dresde et Hambourg en Allemagne, Tokyo avec du napalm au Japon. Pour la première fois, la bombe atomique fut utilisée contre un pays : deux bombes A larguées sur des cibles civiles par les États-Unis ont explosé à trois jours d’intervalle, à Hiroshima et à Nagasaki, au Japon.

La Seconde Guerre mondiale propulse les États-Unis et l’URSS, principaux vainqueurs, au rang de superpuissances concurrentes appelées à dominer le monde en même temps que de connaître une vive rivalité idéologique et politique, pour près de 45 ans par la suite. Elle scelle le déclin des puissances impériales d’Europe et ouvre le processus de décolonisation qui s’accélère dans l'après-guerre en Asie, dans le monde arabe et en Afrique, jusqu'aux années 1960. L'ampleur des destructions et des morts suscite la création d'instances internationales, politiques et économiques, visant à éviter la réapparition des conditions ayant mené à la guerre (Organisation des Nations unies, Fonds monétaire international,
Djeydjouille Niveau : District
Vous devriez faire une belle édition avec ce genre de trucs, genre encyclopédie du foot...

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Dárdai, Pedigree Pál
182 5