En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Histoire
  2. // Blasons
  3. // Épisode 1

Mais au fait, ils veulent dire quoi, ces blasons ?

Ils sont les premiers repères de l'identité visuelle des clubs et ont généralement une place de choix sur tous les maillots. Qu'ils soient moches, magnifiques, compliqués ou au contraire simplistes, les blasons ont tous des petites histoires à livrer.

Modififié

Sampdoria


Fondée en 1946 après la fusion des deux anciens clubs de la ville, l'Andrea Dória et la Sampierdarenese, la Sampdoria est peut-être le club avec le blason le plus intriguant du football européen. Non, le symbole noir au milieu du blason n'est pas un Test de Rorschach ni le résultat d'un dessin sous acide, mais bien un homme de profil. Plus précisément, il s'agit d'un marin, un « vieux loup de mer » . Quoi de plus logique, pour l'un des ports les plus importants de toute la Méditerranée ? De haut en bas : un béret, une barbe bien épaisse, une pipe et des cheveux flottant dans le vent. Connu dans toute la ville, le Baciccia, nom donné par les habitants de la ville et qui, dans le dialecte local, fait référence au saint patron local, cette figure emblématique du club a fait son apparition sur les manches de joueurs lors de la saison 1980/1981 avant de se positionner sur le cœur. En 2009, une association anti-tabac tenta même de faire retirer sa pipe à Baciccia. Mais le marin a tenu bon et continue encore aujourd'hui à fumer tranquillement sur son chalutier, rigolant des frasques de Massimo Ferrero. Un peu moins de la saison de Samuel Eto'o, l'année dernière.

FC Metz


Inchangé depuis 1967, date de la remontée des Messins en première division, le blason lorrain a adopté les couleurs blanche et grenat en hommage aux deux clubs à l'origine de sa création : l'Association sportive messine et le Cercle athlétique messin. Outre les couleurs, le blason présente surtout deux gros éléments. L'un s'explique facilement, puisque la croix lorraine est le symbole de la région et de la résistance intérieure française pendant la Seconde Guerre mondiale. L'autre en revanche... Pourquoi le FC Metz joue-t-il avec un dragon sur la poitrine ? D'après une légende du coin, le Graoully, un dragon terrifiant (son nom vient d'ailleurs de l'allemand graulich, qui signifie terrifiant) s'amusait à dévorer la bonne population messine. Puisque Florent Malouda n'était pas à l'heure, c'est Saint Clément, au deuxième siècle, qui est venu s'occuper du monstre. « Puisque tu fais des choses si merveilleuses, tu pourrais bien nous débarrasser du Graoully » , demanda un habitant au Saint. Et Clément terrassa le dragon. Des siècles plus tard, un autre habitant est venu demander à José Riga : « Puisque tu fais des choses si merveilleuses, tu pourrais nous faire remonter en Ligue 1. » Affaire à suivre.

Valencia Club de Fútbol


Si les Valenciens aiment mettre des chauve-souris jusque sur le blason de leur équipe de football, ce n'est pas qu'ils sont fans de Batman ou de Dracula. Pas seulement, tout du moins. Pour comprendre pourquoi même le stade de Mestalla fait la part belle à ses animaux nocturnes, il faut remonter en 1238. À cette époque, la ville de Valence est sous occupation musulmane. Puisque Nadine Morano n'était pas encore née pour mener la reconquête elle-même, c'est à Jaime el Conquistador que revient la tâche d'annexer la ville à la Couronne d'Aragon. À l'entrée de la cité, une petite chauve-souris serait venue se poser sur son casque, ou son drapeau, ce qu'il aurait immédiatement interprété comme une bonne nouvelle. Du coup, il aurait fait de ce rat volant l'emblème de la ville. Une autre version de la légende, un peu plus drôle, raconte qu'une chauve-souris serait venue voir Jaime directement dans sa tente pour lui prodiguer quelques conseils, lui permettant de renverser les musulmans. Voilà pourquoi, aujourd'hui encore, les hommes de Nuno Espírito Santo sont surnommés Los Murcièlagos (les chauves-souris, en français). En revanche, ceci n'explique toujours pas pourquoi la langue française appelle ces animaux « chauves-souris » .



Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88