1. // Histoire
  2. // Blasons
  3. // Épisode spécial Paris

Mais au fait, ils veulent dire quoi ces blasons ?

Ils sont les premiers repères de l'identité visuelle des clubs et ont généralement une place de choix sur tous les maillots. Qu'ils soient moches, magnifiques, compliqués ou au contraire simplistes, les blasons ont tous des petites histoires à livrer. Ceux-ci représentent Paris à travers ses symboles les plus édifiants.

Modififié
1k 6

Paris Saint-Germain


Aussi impensable que cela puisse paraître aujourd'hui, le Paris Saint-Germain est né de la fusion du Paris Football Club et du Stade Saint-Germain. Ce dernier est créé le 21 juin 1904, date à laquelle les installations sportives de Saint-Germain-en-Laye sont inaugurées sous le nom de Camp des Loges. Aujourd'hui encore, le berceau et la fleur de lys qu'on peut apercevoir sur le blason du Paris Saint-Germain sont des références à cette ville. C'est en effet à Saint-Germain-en-Laye qu'est né le roi de France Louis XIV. Dès ses premiers jours, le Stade sangermanois rend hommage à son histoire et à son monarque, le Roi Soleil. En 1970, alors que le tout-Paris veut lancer un plan de grande ampleur pour donner à la capitale un grand club de football, le Paris Football Club est créé. Après de multiples échecs de fusion avec plusieurs clubs, le PFC est finalement contraint de fusionner avec le Paris Saint-Germain le 21 mai 1970. Moins de deux ans plus tard, alors que le PSGFC souffre de résultats financiers et sportifs compliqués, la mairie de Paris décide de scinder le club en deux. Les banlieusards du PSG restent en D3, alors que le PFC passe en D1. C'est à cette époque que le blason actuel du PSG fait son entrée en jeu, en 1972. Un certain M. Vallot a l'idée de dessiner le berceau et la fleur de lys sous les pieds de la tour Eiffel. Pour éviter tout problème avec le PFC, blason et couleurs du club sont protégés par contrat. Outre un changement de blason significatif en 1992, peu après le rachat du club par Canal +, le logo du PSG ne varie que très peu. Depuis 2013, le berceau n'est cependant plus présent sur le blason, merchandising oblige. Le rouge et le bleu sont eux les deux couleurs de la ville de Paris, celles-là mêmes qui sont venues s'incruster sur le drapeau tricolore. Au XIVe siècle, Étienne Marcel, prévôt des marchands de Paris et donc maître de celle-ci, fait du rouge et du bleu ses couleurs et force le dauphin Charles, fils du roi Jean Le Bon, à les adopter. Aujourd'hui encore, le bleu, le rouge et la tour Eiffel sont des symboles internationalement reconnus de la ville de Paris.

Paris Football Club


Le premier blason du Paris Football Club est donc aussi celui du Paris Saint-Germain : un ballon de football bleu à l'intérieur duquel navigue un bateau rouge. Lorsque les deux clubs divorcent, le PSG, en pleine ascension, croise le chemin du PFC, en pleine descente aux enfers. Entre fusions, espoirs déçus et coups dans le dos de la mairie de la ville, le Paris Football Club a connu une histoire mouvementée. Pourtant, malgré les aléas inhérents à la vie d'une association sportive, le PFC a toujours fait figurer sur son blason un des éléments principaux des armoiries de la ville de Paris : la nef. Aujourd'hui plus que jamais, ce bateau et sa devise résonnent dans Paris et dans le monde. Mais pourquoi au juste la capitale française, si loin des côtes, est donc représentée par un bateau ? Pour le comprendre, il faut remonter loin, très loin dans le temps. Dans l'Antiquité, alors que Paris est encore Lutèce, de riches armateurs mariniers approvisionnent le monde antique via la Seine et, depuis celle-ci, via tous les autres fleuves de Gaulle. Ces marchands étaient à l'époque réunis dans une corporation connue comme les Nautes de Lutèce. Bien après l'Antiquité, durant le Moyen-Âge, cette corporation a continué de vivre sur la Seine et au-delà. C'est en 1190, durant le règne de Philippe Auguste, que la nef de Nautes fait son apparition sur les armes de Paris. Par la suite, Saint-Louis donne à ce sceau une valeur officielle. La nef devient alors le signe des prévôts de Paris – anciens maires de la ville (oui, comme Étienne Marcel) –, avant que Charles V ne donne sa forme actuelle au blason en Y ajoutant les fleurs de lys. Bien souvent, ce bateau est accompagné de sa devise : « Fluctuat nec mergitur » ( « Est battu par les flots mais jamais ne sombre » ). Une devise qui est depuis ce samedi celle de la lutte contre la barbarie. Une devise qui est entré un peu plus dans l'histoire.



Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Brassens l'a utilisée dans "les copains d'abord" cette devise non?
Message posté par Gillegoupil
Brassens l'a utilisée dans "les copains d'abord" cette devise non?


Absolument !

Et dans le contexte actuel, et celui des paroles de la chanson, ça rend sa signification d'autant plus forte.
Pas le meilleur choix de blasons (sans rien avoir contre le PSG), pas le meilleur article (plein de fautes et un style pas terrible)...mais bon, c'est l'actualité.
Chute un peu grandiloquente.
Et article assez inconsistant qui ressemble à un mélange d'articles de sites internet bénévoles et sans pub (la ressemblance est frappante avec celui-là : http://www.moustachefootballclub.com/ar … -paris-f.c) et d'articles wikipédia. Ca ne choque personne qu'un journaliste de So Foot, payé par l'entreprise So Press pour produire du contenu, se contente de pomper un passionné bénévole et une encyclopédie généraliste ?
D'ailleurs, So Foot fait partie des derniers sites à ne jamais inclure d'hyperliens dans le corps des articles... Pour continuer à faire croire à ses lecteurs en ligne qu'il produit du contenu ? Insérer des hyperliens nous permettrait de savoir à partir de quoi vous construisez vous articles, et éventuellement d'approfondir des thèmes qui nous intéressent mais que vous n'évoquez souvent que trop superficiellement.
à bon entendeur...
Je réécris et reposte un commentaire qui a manifestement été supprimé :
Chute un peu grandiloquente. Et contenu qui, comme l'essentiel de cette série sur les blasons de clubs, ressemble à un patchwork d'articles de sites sans pub alimentés par des bénévoles (la ressemblance avec cet article est frappante : http://www.moustachefootballclub.com/ar … -paris-f.c) et de notices Wikipédia.
Ça ne choque personne qu'un journaliste salarié de So Foot, filiale du groupe de presse So Press et générant des revenus publicitaires à chaque clic, se contente de pomper un blog de passionnés et une encyclopédie universelle en ligne pour produire du contenu ?
L'honnêteté élémentaire aurait été d'insérer des hyperliens vers vos sources. D'ailleurs, Sofoot.com est l'un des derniers sites n'incluant presque jamais d'hyperliens dans le corps de ses articles. Ça permet pourtant aux lecteurs d'approfondir une thématique trop superficiellement traitée dans le corps de l'article. Quand je lis un tel article, je me demande si l'absence d'hyperliens n'a pas pour fonction d'éviter que ses lecteurs se rendent compte que sa production de contenu journalistique est quasi-nulle et qu'il profite du travail non-rémunéré et désintéressé de passionnés.
À bon entendeur.
Message posté par kadife
Chute un peu grandiloquente.
Et article assez inconsistant qui ressemble à un mélange d'articles de sites internet bénévoles et sans pub (la ressemblance est frappante avec celui-là : http://www.moustachefootballclub.com/ar … -paris-f.c) et d'articles wikipédia. Ca ne choque personne qu'un journaliste de So Foot, payé par l'entreprise So Press pour produire du contenu, se contente de pomper un passionné bénévole et une encyclopédie généraliste ?
D'ailleurs, So Foot fait partie des derniers sites à ne jamais inclure d'hyperliens dans le corps des articles... Pour continuer à faire croire à ses lecteurs en ligne qu'il produit du contenu ? Insérer des hyperliens nous permettrait de savoir à partir de quoi vous construisez vous articles, et éventuellement d'approfondir des thèmes qui nous intéressent mais que vous n'évoquez souvent que trop superficiellement.
à bon entendeur...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 6