En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Coupe d'Afrique des nations 2015

Mais alors comment la jouer, cette CAN 2015 ?

Mardi, la CAF a décidé de retirer l'organisation de la CAN 2015 au Maroc, car le pays du roi Mohammed VI voulait reporter la compétition à cause du problème Ebola. Résultat, non seulement la date ne sera pas décalée, mais le Maroc, en plus de ne pas l'organiser, ne pourra pas y participer. Coup dur pour eux. La vraie question est désormais de savoir quoi faire à la place de cette CAN. Voici six solutions possibles.

Modififié
  • On la joue à FIFA 15

    Après la disqualification du Maroc, la CAF n'a plus le temps de trouver un autre pays hôte pour accueillir l'événement. Malgré tout, il est impensable d'annuler cette CAN, la compétition doit se jouer. Après s'être concertés, les dirigeants des différentes fédérations tombent d'accord sur une alternative : jouer la CAN sur FIFA 15. Bien sûr, on fait tout ça en ligne pour éviter tout contact entre les différents protagonistes. La règle est simple, ce sont les capitaines de chaque nation qui portent les espoirs de leur pays, manette en main. Évidemment, à ce jeu-là, la Côte d'Ivoire fait office de favori, même si les Éléphants tomberont sûrement en finale, aux tirs au but. Yaya Touré aura beau jurer qu'il avait voulu plonger du bon côté, ça ne changera rien.

  • On la joue au footbulle

    Avec cette méthode, plus besoin de craindre une propagation du virus Ebola. Enfermés dans leur bulle, les joueurs limitent les contacts entre eux. Si la qualité du jeu est moindre, forcément, l'avantage est que les joueurs peuvent se servir de toutes les parties de la bulle pour toucher le ballon, plus de fautes de main, donc. Et plus trop de fautes non plus, car les contacts entre bulles sont évidemment tolérés. Seuls les croche-pattes font office de faute, désormais. Un jeu limpide, sans les arrêts de jeu incessants. Cette CAN de footbulle pourrait même donner des idées aux autres nations du foot pour les prochains évènements footballistiques. À noter que les supporters, eux aussi, doivent être équipés d'une bulle pour entrer dans le stade.

    Vidéo

  • On la fait jouer par des pays européens

    Le risque de propagation du virus Ebola étant trop important, la CAF se résout à annuler la CAN. Se disant que c'est tout de même un peu bête, l'UEFA demande alors s'il n'est pas possible de récupérer la compétition. N'y voyant aucune objection, la CAF accepte de voir la CAN 2015 se jouer en Europe, entre pays européens. Le pays organisateur est tiré au sort entre les 16 pays participants, eux-mêmes ayant été préalablement sélectionnés par la très sérieuse règle du « premier arrivé, premier servi » , en envoyant « CAN 2015 » , par texto, au président de la CAF, Issa Hayatou. Évidemment, la phase de poules est respectée, les équipes sont réparties en 4 groupes de 4 équipes et chaque équipe européenne est chargée de représenter une nation africaine. Puis les quarts, les demies, la « petite finale » et la finale. Classique, quoi. Voilà une occasion en or pour l'Allemagne d'être la première nation à réaliser le doublé Coupe du monde/CAN. Ce serait beau.

  • On la joue à la pièce

    Au sommet du football africain, cette disqualification du Maroc fout un sacré bordel. Personne ne tombe d'accord sur la suite des évènements, aucun pays n'est vraiment chaud pour organiser la compétition. Bref, toutes les solutions tombent à l'eau. Alors, pour faciliter les choses, on joue cette CAN 2015 à la pièce, primes comprises. Tout simplement. Les présidents de chaque fédération se retrouvent dans une pièce, où tous les matchs sont joués à pile ou face. C'est simple, rapide, efficace. Il ne faut pas plus de 30 minutes pour que le grand vainqueur soit désigné. À la fin de cette réunion, le président gagnant repart dans son pays avec la Coupe, et peut aller présenter le précieux trophée à une foule en liesse. C'est simple, parfois, le football.

  • On la joue au baby-foot

    Voilà de quoi contenter tout le monde. Une CAN au baby-foot. Les deux personnes en charge de contrôler les barres sont les entraîneurs et les capitaines de chaque nation, avec, bien entendu, la possibilité d'alterner les positions en cours de partie. Un gain de temps considérable puisque la compétition se déroule sur deux jours, dans un hangar. Mais attention, les règles sont celles des puristes : pas de soufflage, on ne part pas à la pêche, pas de pissettes, interdiction de conserver la balle plus de dix secondes sous une même barre. Bref, on joue comme au PMU. Comme les vrais, quoi.

  • On ne la joue pas

    Devant une situation trop compliquée, la CAF ne s'embête pas et décide de supprimer la CAN, tout simplement. Pas de prise de tête, pas d'embrouilles, pas de compétition. Willy Sagnol est content, son équipe n'est pas décimée par les absences. La Côte d'Ivoire est aussi satisfaite, elle ne sera pas déçue par sa défaite aux tirs au but. Une solution qui convient à tout le monde, finalement.

    Par Gaspard Manet
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9
    À lire ensuite
    Wayne's world