1. //
  2. // Interview

Mahé : « Dans un Old Firm, tout prend des proportions incontrôlables »

Il a vécu l'âge d'or de l'AJ Auxerre sous Guy Roux, la victoire en Coupe des coupes du PSG en 1996, ainsi que les atmosphères endiablées des Old Firm sous les couleurs du Celtic. Stéphane Mahé revient sur sa carrière, et notamment ce penalty manqué en demi-finale de Coupe de l'UEFA contre le Borussia Dortmund il y a près d'un quart de siècle.

Modififié
Il y a une image forte dans ta carrière, un moment clé, c'est la demi-finale retour de Coupe de l'UEFA 1993 entre Auxerre et le Borussia Dortmund. Durant la séance de tirs au but, ta frappe est repoussée, scellant l'élimination de l'AJA. Ce penalty te hante encore aujourd'hui ?
Évidemment, c'était à ce moment-là une vraie douleur. Cela faisait suite à beaucoup d'événements qui s'étaient enchaînés dans ma vie. J'avais eu un accident de voiture en décembre 1992, et j'avais alors peu de chances de revenir avant la fin de saison. Je suis parti en rééducation, j'étais de retour sur Auxerre en février, j'ai repris les entraînements, rejoué avec la réserve... J'espérais rejouer avec mes amis, car à cette époque, on jouait avec ses « potes » , on était tous issus de la formation auxerroise. La présence de l'AJA en demi-finale de la Coupe d'Europe, c'était un événement, et donc la possibilité de retrouver le groupe pour vivre ça, c'était dans ma tête. Mais je n'imaginais pas faire pleinement partie de l'équipe. Plein d'images me reviennent, mais pas seulement le penalty, qui arrive après 120 minutes de match. Beaucoup d'images sont venues se greffer à la déception du penalty, à ce moment précis : tout ce que j'avais vécu à cause de mon accident, mais aussi de manière plus globale tout ce que j'avais vécu dans un club où j'avais été formé. Un sentiment étrange... Dans un tel moment, on est bouleversé, on fond, parce qu'on pense qu'on ne mérite pas, que je ne mérite pas de louper ce penalty-là. Personne ne mérite de louper un penalty comme ça. Je l'ai revu plusieurs fois après, et avec le recul je me rends compte que je n'étais pas préparé à aller le tirer. Est-ce que c'était à moi d'aller le tirer alors qu'il y avait encore d'autres joueurs disponibles ? C'est de la littérature...

Vidéo

Il paraît que tu avais l'habitude de frapper en force, et là, tu as tenté le contre-pied...
Ouais, je me souviens que surtout, je tirais bien les penaltys. Pas vulgairement en force au centre, mais puissamment et bien placé. En revanche, je n'étais pas prêt psychologiquement à ce moment-là pour tirer un penalty décisif en demi-finale de Coupe d'Europe, avec la mort subite comme pression supplémentaire.

Mais finalement, ce penalty manqué a focalisé plus d'attention sur toi...
Je trouve que c'est toujours dommage de porter de l'attention à un échec alors qu'on a fait énormément de belles choses, en particulier sur ce match-là. On se souvient qu'on avait un match extraordinaire, en remontant deux buts de retard. Stigmatiser le penalty, c'est se focaliser sur l'aspect douloureux et occulter toute la beauté à côté. Après, c'est normal, ce penalty manqué, cela marque les esprits car l'élimination fait suite à ce penalty. J'ai bien vu que dans les jours qui ont suivi, on a beaucoup parlé de ce penalty, qu'il était bien mentionné que « Stéphane Mahé avait loupé son tir au but » ... Mais bon, cela n'a rien changé à ma vie, je suis resté le même, c'est juste qu'à ce moment-là, j'étais malheureux de ne pas avoir atteint la finale avec le club qui m'avait tout donné, avec mes potes, et que j'étais en plus celui qui avait loupé son penalty...


L'AJA de 1993, c'est Guy Roux, le 4-3-3 avec Cocard et Vahirua sur les ailes, la charnière Verlaat-Prunier, Martins en meneur de jeu... Toute une équipe qui a marqué l'âge d'or du club...
Cela va même au-delà de la Ligue des champions avec la génération Mexès, Cissé... C'est l'époque où nous étions au sommet.

Avec notamment une victoire en quart de finale de cette Coupe de l'UEFA contre l'Ajax Amsterdam de Dennis Bergkamp et Louis van Gaal, alors une référence européenne... Comment tu as vécu l'exploit ?
Douloureusement, parce que j'étais alité. Mais j'étais fier, car on a compris à ce moment que l'on franchissait un nouveau palier. L'Ajax, c'est une école de formation, nous étions sur le même registre. Se confronter à eux... Je me suis dit que l'on donnait une image très valorisante d'Auxerre et de la formation. Quand j'en parle aujourd'hui, cela peut paraître bizarre, mais à l'époque, on avait un sentiment d'appartenance. Cette appartenance, on la vivait au quotidien. Il y avait de l'amitié, parfois des coups de gueule. Mais surtout beaucoup de bons moments, et quand les matchs de Coupe d'Europe arrivaient, on savait qu'il allait se passer quelque chose. Et quelque chose de bien le plus souvent.

Vidéo

Cette dynamique collective se construisait en dehors du terrain...
Exactement, on se retrouvait pour sortir dans Auxerre avec Corentin Martins, Prune (William Prunier ndlr). À côté de notre vie commune de footballeurs, on partageait une vie d'hommes, d'amis, à côté. On se retrouvait les uns chez les autres. Aujourd'hui, est-ce encore le cas entre les joueurs ? Je l'espère pour les joueurs. À notre époque, l'individualisme n'avait pas sa place. On existait en tant que joueur, en tant qu'homme, mais au-delà de tout cela, il y avait l'appartenance à un collectif, à une école de foot. Il y avait une osmose avec le club, avec la ville, et il se passait un truc à chaque match important en championnat, ou en Coupe d'Europe. Cela prenait une dimension supplémentaire, car on faisait parler de la petite ville d'Auxerre à l'échelle européenne. C'était extraordinaire, je vivais cela comme une grande fierté. Je venais de Trignac (moins de 10 000 habitants, en Loire-Atlantique ndlr), j'avais toujours dû me battre pour ma place, en sélection de Ligue, de District...


C'est pour cela que quand tu arrives au PSG en 1995, c'est beaucoup plus compliqué ?
Déjà, il faut savoir qu'à Auxerre, c'était l'école du marquage individuel, mais à Paris, on abordait déjà la défense en zone. Mais si je suis honnête, cela n'explique pas tout. Il y a un choc des cultures : moi, le gars de Trignac, qui a toujours dû se battre, pour qui Auxerre était le contexte idéal, là je débarque à Paris où il faut se battre, mais aussi se fondre dans la vie parisienne. Il y a des protocoles, il faut appartenir à des cercles, avoir des connaissances... Moi, j'étais à l'opposé de tout ça, c'était trop grand pour moi, même si j'aspirais à franchir un nouveau palier et m'approchait de l'équipe nationale.

À la même période, Patrice Loko quitte Nantes pour le PSG et pète complètement les plombs en juillet 1995...
Je ne sais pas ce qui l'a fait basculer à ce moment-là. Moi, j'ai vécu mon arrivée à Paris différemment. Il faut s'adapter dans un club où l'on a moins de temps, il faut tout de suite s'imposer. Au-delà du schéma tactique, on joue aux côtés d'internationaux. À l'AJA aussi, mais on était amis, on avait été formés ensemble. J'ai joué au départ, mais je me suis rendu compte que je ne faisais que pallier une absence d'Alain Roche. Quand il est revenu, je suis devenu remplaçant, j'entrais arrière droit, ailier, un peu n'importe où... J'ai quand même eu la chance de jouer dans un grand club, avec de grands joueurs. J'ai quand même appris.

Dans une équipe qui remporte la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes...
Et j'ai fait des matchs, même si je n'ai pas fait la finale. Je peux donc dire que j'ai fait partie de cette équipe qui a gagné la Coupe des coupes.

Vidéo

Durant cette campagne, tu affrontes ta future équipe, le Celtic...
J'étais à Rennes quand ils se sont manifestés, ils devaient être le seul club intéressé, car je n'étais pas dans une période facile. Moi, je n'avais aucun plan de carrière, donc je suis parti. Il y a pire pour se relancer, mais moi je ne savais pas, je ne connaissais pas grand-chose du club, à part son passé glorieux. Surtout, je quittais la France sans trop savoir où j'allais.

Tu allais au pays du Old Firm... Ton premier match contre les Rangers, tu dois t'en souvenir ?
Je n'ai jamais regretté d'être allé en Écosse, d'avoir fait partie de l'histoire du Celtic. Le premier Old Firm, tu le vis au travers des supporters, ce sont eux qui te donnent la mesure de l'intensité. Il y a la presse bien sûr, mais si tu te balades dans la rue et que tu croises les supporters, tu comprends que c'est le match à ne pas louper, celui qu'il faut gagner. C'est comme Saint-Étienne–Lyon, mais en exacerbé car cela remonte à plus loin, il y a la religion et plein d'autres raisons qui entrent en compte et lui donne une intensité particulière. C'est extraordinaire.


Un souvenir, une image forte ?
Cela reste le public. J'ai un attachement à ce club par le biais des supporters, qui sont exceptionnels... Ľubomír Moravčík – ancien milieu tchèque de Saint-Étienne et Bastia – a joué son premier match pour le Celtic sur un Old Firm, on a gagné 5-1 et il a marqué 3 buts. Il est devenu automatiquement un mythe. Il suffit que tu brilles sur ce match-là, tu deviens un héros. De l'extérieur, on ne comprend peut-être pas, mais quand tu le joues et que tu ressens la passion des supporters, notamment dans l'après-match... Si tu gagnes, ce sont deux semaines de bonheur complet. Dans un Old Firm, tout prend des proportions incontrôlables.

Vidéo


Propos recueillis par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Mister George Niveau : District
Je l'avais complètement zappé ce con !
C'était loin d'être mon préféré avec Fabrice Kelban (sans jeu de mots)...
Ce commentaire a été modifié.
Ce match en 93, quel scénario !

Une défaite logique à l'aller, avant un retour d'anthologie où des auxerrois déchainés marchent 90mn sur les champions du monde allemands, les buts de Martins puis Verlaat, un Guy Roux en furie qui envoie des bouteilles d'eau à tous ses joueurs et lache le fameux "c'est des italiens, c'est pas des allemands"...
Et puis Dortmund qui se retrouve à 10, des occases à la pelle, Stefan Klos qui enchaine les arrêts, la barre de Martins ou Cocard, Baticle qui voit sa frappe sauvée sur la ligne et finalement les larmes de Mahé, inconsolable.

Au final l'AJA sort alors qu'il y avait moyen d'en mettre 6 et que Dortmund était sans doute moins fort que l'Ajax de Van Gaal. Il aura manqué, comme souvent, d'un peu de chance, de vice, d'expérience.

Ce match est vraiment symptomatique des parcours des clubs français dans ces années là. Une époque où Auxerre, Nantes, Metz et d'autres prenaient d'assaut l'europe sans complexe. D'ailleurs il ressemble finalement assez à l'autre Auxerre Dortmund de 97 en quarts de LDC, avec ce putain de pied haut de Laslandes.
 //  13:03  //  Aficionado du Togo
et ce retourné de laslandes annulé!! par contre Metz j'ai pas trop de souvenirs d'eux dans les 90
C'est pourtant une des plus belle période du club, la chenille, les patates d'Isaïas, les déboulés de Pires, les frappes de Blanchard,...
Une période où le club trustait les 5 premières places avec deux ou trois campagnes européennes de suite !
Bref des années où le club m'envoyait du rêve chaque samedi soir en écoutant Eugène sur Europe 1 et chaque dimanche matin sur Telefoot !
2 réponses à ce commentaire.
Ces retours sur le foot des années 90, d'autant plus lorsque cela parle un peu d'Ecosse, sont toujours un plaisir...

Je ne sais pas si c'est parce que c'est le foot de mon enfance, mais je trouve les maillots de ces années nettement plus beaux que ceux que nous font les équipementiers maintenant... Ces maillots de l'AJA et du PSG que l'on voit sur les vidéos sont vraiment tops !
 //  13:31  //  Aficionado du Togo
je sais pas ce qui fait le plus mal, le souvenir de ces maillots ou le fait de voir les mecs de 20 ans qui se les arrachent à prix d'or aujourd'hui.
1 réponse à ce commentaire.
Voilà pourquoi parce qu'auxerrois jusqu'au bout des tripes, je conchie sur ce club du BVB09 et que toute cette hype récente m'agace...

Je ne leur pardonnerai jamais de m'avoir fait chialer un soir de 93 et rager en 97...

Dortmund, Auxerre te déteste
De toutes les éliminations de coupe d'Europe auxquelles j'ai pu assister, je crois que c'est celle-ci qui m'a fait la plus mal.. devant l'Etoile Rouge, devant Porto ou le Milan AC.
L'AJA de cette année-là étaient incroyable. Elle mettaient des branlées à tout le monde avec candeur. Honnêtement, je pense qu'elle avait les moyens de taper la Juve de Baggio en finale.
Oups. Pardon pour la conjugaison aussi précise qu'un tir au but de Stéphane Mahé.
 //  13:05  //  Aficionado du Togo
la juve c'était super costaud, d'ailleurs ils ont bien punis le borussia en finale.
et le psg en demi "à l'italienne" : victoire 2-1 au delle alpi à l'aller et re-victoire 1-0 au parc au retour avec, comme d'habitude, les journalistes après match "ils ont fait trembler la juve". Non, non ... la juve a maitrisé le psg de A à Z
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  16:51  //  Aficionado de l'Argentine
Les deux défaites auxerroises contre Dortmund m'ont vraiment fait mal aussi, même si en tant que supp de l'OM, aucune déception n'égalera pour moi la finale contre l'Etoile Rouge et à un degré moindre, la demie contre Benfica avec la main de Vata.

Concernant la finale de Coupe UEFA 93, je pense quand même que la marche aurait été un peu haute. La Juve, c'était vraiment du costaud, solide (à l'image de la charnière Julio Cesar-Kohler), sans points faibles et du talent, avec ce superbe trio offensif Möller-Baggio-Vialli (auxquels il faut ajouter un Dino Baggio dans la forme de sa vie). D'ailleurs le BVB a pris cher en finale face aux Bianconeri !
Note : 1
La différence avec l'Etoile Rouge, c'est que le match allant, on voyait bien que ça commençait à sentir le pâté.. Et pourtant j'étais minot à l'époque. Mais c'est vrai que le lendemain c'était bien les boules... La demie contre le Benfica c'était violent aussi, j'habitais à Villiers-sur-Marne, le Lisbonne français, on avait bien pris cher.
Le PSG s'était fait maitrisé de bout en bout par la Juve, mais ils avaient trop laissé d'influx face au Real ; un peu à la manière du Barça cette année je dirais.
Mais Auxerre, il l'avait dans les pattes le match contre Dortmund, et ils prenaient les matchs avec tellement de fraicheur, il n'y avait pas de calcul. Vraiment j'aurais aimé voir. Par contre, vous souvenez si la finale était encore en mode aller/retour pour l'UEFA à l'époque ?
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  19:08  //  Aficionado de l'Argentine
Oui c'était aller-retour, la Juve gagne 3-1 et 3-0 (ou l'inverse, je sais plus) face à Dortmund en finale.
6 réponses à ce commentaire.
En parlant des français du Celtic, vous vous souvenez du réunionnais Didier Agathe ?
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  19:08  //  Aficionado de l'Argentine
Bien sûr, ce bon vieux Didier Agathe !
1 réponse à ce commentaire.
Il y avait quelques joueur français a l époque , ou qui ont jouer longtemps en D1 comme ce bon vieux Jimmy adjovi-boco, Antoine kombouare Roger boli et un peu après Lionel charbonnier j'en oublie quelques un certainement
Concernant la comparaison avec loko, pas trop de rapport ce dernier avait perdue un fils très jeune d'une maladie une ou deux annee avant ce qui explique sûrement ce pétage de plomb à Paris mais qui n'excuse pas ses fait de cette soirée de juillet 1995
Pas aimé cet article... Manque une flamme ou une étincelle... Trop Mou
Hier à 12:36 NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
Hier à 14:54 Un match arrêté par des jets d'œufs 11
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 10:30 Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 29
mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26