1. //
  2. // Interview

Mahé : « Dans un Old Firm, tout prend des proportions incontrôlables »

Il a vécu l'âge d'or de l'AJ Auxerre sous Guy Roux, la victoire en Coupe des coupes du PSG en 1996, ainsi que les atmosphères endiablées des Old Firm sous les couleurs du Celtic. Stéphane Mahé revient sur sa carrière, et notamment ce penalty manqué en demi-finale de Coupe de l'UEFA contre le Borussia Dortmund il y a près d'un quart de siècle.

Modififié
Il y a une image forte dans ta carrière, un moment clé, c'est la demi-finale retour de Coupe de l'UEFA 1993 entre Auxerre et le Borussia Dortmund. Durant la séance de tirs au but, ta frappe est repoussée, scellant l'élimination de l'AJA. Ce penalty te hante encore aujourd'hui ?
Évidemment, c'était à ce moment-là une vraie douleur. Cela faisait suite à beaucoup d'événements qui s'étaient enchaînés dans ma vie. J'avais eu un accident de voiture en décembre 1992, et j'avais alors peu de chances de revenir avant la fin de saison. Je suis parti en rééducation, j'étais de retour sur Auxerre en février, j'ai repris les entraînements, rejoué avec la réserve... J'espérais rejouer avec mes amis, car à cette époque, on jouait avec ses « potes » , on était tous issus de la formation auxerroise. La présence de l'AJA en demi-finale de la Coupe d'Europe, c'était un événement, et donc la possibilité de retrouver le groupe pour vivre ça, c'était dans ma tête. Mais je n'imaginais pas faire pleinement partie de l'équipe. Plein d'images me reviennent, mais pas seulement le penalty, qui arrive après 120 minutes de match. Beaucoup d'images sont venues se greffer à la déception du penalty, à ce moment précis : tout ce que j'avais vécu à cause de mon accident, mais aussi de manière plus globale tout ce que j'avais vécu dans un club où j'avais été formé. Un sentiment étrange... Dans un tel moment, on est bouleversé, on fond, parce qu'on pense qu'on ne mérite pas, que je ne mérite pas de louper ce penalty-là. Personne ne mérite de louper un penalty comme ça. Je l'ai revu plusieurs fois après, et avec le recul je me rends compte que je n'étais pas préparé à aller le tirer. Est-ce que c'était à moi d'aller le tirer alors qu'il y avait encore d'autres joueurs disponibles ? C'est de la littérature...

Vidéo

Il paraît que tu avais l'habitude de frapper en force, et là, tu as tenté le contre-pied...
Ouais, je me souviens que surtout, je tirais bien les penaltys. Pas vulgairement en force au centre, mais puissamment et bien placé. En revanche, je n'étais pas prêt psychologiquement à ce moment-là pour tirer un penalty décisif en demi-finale de Coupe d'Europe, avec la mort subite comme pression supplémentaire.

Mais finalement, ce penalty manqué a focalisé plus d'attention sur toi...
Je trouve que c'est toujours dommage de porter de l'attention à un échec alors qu'on a fait énormément de belles choses, en particulier sur ce match-là. On se souvient qu'on avait un match extraordinaire, en remontant deux buts de retard. Stigmatiser le penalty, c'est se focaliser sur l'aspect douloureux et occulter toute la beauté à côté. Après, c'est normal, ce penalty manqué, cela marque les esprits car l'élimination fait suite à ce penalty. J'ai bien vu que dans les jours qui ont suivi, on a beaucoup parlé de ce penalty, qu'il était bien mentionné que « Stéphane Mahé avait loupé son tir au but » ... Mais bon, cela n'a rien changé à ma vie, je suis resté le même, c'est juste qu'à ce moment-là, j'étais malheureux de ne pas avoir atteint la finale avec le club qui m'avait tout donné, avec mes potes, et que j'étais en plus celui qui avait loupé son penalty...


L'AJA de 1993, c'est Guy Roux, le 4-3-3 avec Cocard et Vahirua sur les ailes, la charnière Verlaat-Prunier, Martins en meneur de jeu... Toute une équipe qui a marqué l'âge d'or du club...
Cela va même au-delà de la Ligue des champions avec la génération Mexès, Cissé... C'est l'époque où nous étions au sommet.

Avec notamment une victoire en quart de finale de cette Coupe de l'UEFA contre l'Ajax Amsterdam de Dennis Bergkamp et Louis van Gaal, alors une référence européenne... Comment tu as vécu l'exploit ?
Douloureusement, parce que j'étais alité. Mais j'étais fier, car on a compris à ce moment que l'on franchissait un nouveau palier. L'Ajax, c'est une école de formation, nous étions sur le même registre. Se confronter à eux... Je me suis dit que l'on donnait une image très valorisante d'Auxerre et de la formation. Quand j'en parle aujourd'hui, cela peut paraître bizarre, mais à l'époque, on avait un sentiment d'appartenance. Cette appartenance, on la vivait au quotidien. Il y avait de l'amitié, parfois des coups de gueule. Mais surtout beaucoup de bons moments, et quand les matchs de Coupe d'Europe arrivaient, on savait qu'il allait se passer quelque chose. Et quelque chose de bien le plus souvent.

Vidéo

Cette dynamique collective se construisait en dehors du terrain...
Exactement, on se retrouvait pour sortir dans Auxerre avec Corentin Martins, Prune (William Prunier ndlr). À côté de notre vie commune de footballeurs, on partageait une vie d'hommes, d'amis, à côté. On se retrouvait les uns chez les autres. Aujourd'hui, est-ce encore le cas entre les joueurs ? Je l'espère pour les joueurs. À notre époque, l'individualisme n'avait pas sa place. On existait en tant que joueur, en tant qu'homme, mais au-delà de tout cela, il y avait l'appartenance à un collectif, à une école de foot. Il y avait une osmose avec le club, avec la ville, et il se passait un truc à chaque match important en championnat, ou en Coupe d'Europe. Cela prenait une dimension supplémentaire, car on faisait parler de la petite ville d'Auxerre à l'échelle européenne. C'était extraordinaire, je vivais cela comme une grande fierté. Je venais de Trignac (moins de 10 000 habitants, en Loire-Atlantique ndlr), j'avais toujours dû me battre pour ma place, en sélection de Ligue, de District...


C'est pour cela que quand tu arrives au PSG en 1995, c'est beaucoup plus compliqué ?
Déjà, il faut savoir qu'à Auxerre, c'était l'école du marquage individuel, mais à Paris, on abordait déjà la défense en zone. Mais si je suis honnête, cela n'explique pas tout. Il y a un choc des cultures : moi, le gars de Trignac, qui a toujours dû se battre, pour qui Auxerre était le contexte idéal, là je débarque à Paris où il faut se battre, mais aussi se fondre dans la vie parisienne. Il y a des protocoles, il faut appartenir à des cercles, avoir des connaissances... Moi, j'étais à l'opposé de tout ça, c'était trop grand pour moi, même si j'aspirais à franchir un nouveau palier et m'approchait de l'équipe nationale.

À la même période, Patrice Loko quitte Nantes pour le PSG et pète complètement les plombs en juillet 1995...
Je ne sais pas ce qui l'a fait basculer à ce moment-là. Moi, j'ai vécu mon arrivée à Paris différemment. Il faut s'adapter dans un club où l'on a moins de temps, il faut tout de suite s'imposer. Au-delà du schéma tactique, on joue aux côtés d'internationaux. À l'AJA aussi, mais on était amis, on avait été formés ensemble. J'ai joué au départ, mais je me suis rendu compte que je ne faisais que pallier une absence d'Alain Roche. Quand il est revenu, je suis devenu remplaçant, j'entrais arrière droit, ailier, un peu n'importe où... J'ai quand même eu la chance de jouer dans un grand club, avec de grands joueurs. J'ai quand même appris.

Dans une équipe qui remporte la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes...
Et j'ai fait des matchs, même si je n'ai pas fait la finale. Je peux donc dire que j'ai fait partie de cette équipe qui a gagné la Coupe des coupes.

Vidéo

Durant cette campagne, tu affrontes ta future équipe, le Celtic...
J'étais à Rennes quand ils se sont manifestés, ils devaient être le seul club intéressé, car je n'étais pas dans une période facile. Moi, je n'avais aucun plan de carrière, donc je suis parti. Il y a pire pour se relancer, mais moi je ne savais pas, je ne connaissais pas grand-chose du club, à part son passé glorieux. Surtout, je quittais la France sans trop savoir où j'allais.

Tu allais au pays du Old Firm... Ton premier match contre les Rangers, tu dois t'en souvenir ?
Je n'ai jamais regretté d'être allé en Écosse, d'avoir fait partie de l'histoire du Celtic. Le premier Old Firm, tu le vis au travers des supporters, ce sont eux qui te donnent la mesure de l'intensité. Il y a la presse bien sûr, mais si tu te balades dans la rue et que tu croises les supporters, tu comprends que c'est le match à ne pas louper, celui qu'il faut gagner. C'est comme Saint-Étienne–Lyon, mais en exacerbé car cela remonte à plus loin, il y a la religion et plein d'autres raisons qui entrent en compte et lui donne une intensité particulière. C'est extraordinaire.


Un souvenir, une image forte ?
Cela reste le public. J'ai un attachement à ce club par le biais des supporters, qui sont exceptionnels... Ľubomír Moravčík – ancien milieu tchèque de Saint-Étienne et Bastia – a joué son premier match pour le Celtic sur un Old Firm, on a gagné 5-1 et il a marqué 3 buts. Il est devenu automatiquement un mythe. Il suffit que tu brilles sur ce match-là, tu deviens un héros. De l'extérieur, on ne comprend peut-être pas, mais quand tu le joues et que tu ressens la passion des supporters, notamment dans l'après-match... Si tu gagnes, ce sont deux semaines de bonheur complet. Dans un Old Firm, tout prend des proportions incontrôlables.

Vidéo


Propos recueillis par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Mister George Niveau : District
Je l'avais complètement zappé ce con !
C'était loin d'être mon préféré avec Fabrice Kelban (sans jeu de mots)...
Ce commentaire a été modifié.
Ce match en 93, quel scénario !

Une défaite logique à l'aller, avant un retour d'anthologie où des auxerrois déchainés marchent 90mn sur les champions du monde allemands, les buts de Martins puis Verlaat, un Guy Roux en furie qui envoie des bouteilles d'eau à tous ses joueurs et lache le fameux "c'est des italiens, c'est pas des allemands"...
Et puis Dortmund qui se retrouve à 10, des occases à la pelle, Stefan Klos qui enchaine les arrêts, la barre de Martins ou Cocard, Baticle qui voit sa frappe sauvée sur la ligne et finalement les larmes de Mahé, inconsolable.

Au final l'AJA sort alors qu'il y avait moyen d'en mettre 6 et que Dortmund était sans doute moins fort que l'Ajax de Van Gaal. Il aura manqué, comme souvent, d'un peu de chance, de vice, d'expérience.

Ce match est vraiment symptomatique des parcours des clubs français dans ces années là. Une époque où Auxerre, Nantes, Metz et d'autres prenaient d'assaut l'europe sans complexe. D'ailleurs il ressemble finalement assez à l'autre Auxerre Dortmund de 97 en quarts de LDC, avec ce putain de pied haut de Laslandes.
 //  13:03  //  Aficionado du Togo
et ce retourné de laslandes annulé!! par contre Metz j'ai pas trop de souvenirs d'eux dans les 90
C'est pourtant une des plus belle période du club, la chenille, les patates d'Isaïas, les déboulés de Pires, les frappes de Blanchard,...
Une période où le club trustait les 5 premières places avec deux ou trois campagnes européennes de suite !
Bref des années où le club m'envoyait du rêve chaque samedi soir en écoutant Eugène sur Europe 1 et chaque dimanche matin sur Telefoot !
2 réponses à ce commentaire.
Ces retours sur le foot des années 90, d'autant plus lorsque cela parle un peu d'Ecosse, sont toujours un plaisir...

Je ne sais pas si c'est parce que c'est le foot de mon enfance, mais je trouve les maillots de ces années nettement plus beaux que ceux que nous font les équipementiers maintenant... Ces maillots de l'AJA et du PSG que l'on voit sur les vidéos sont vraiment tops !
 //  13:31  //  Aficionado du Togo
je sais pas ce qui fait le plus mal, le souvenir de ces maillots ou le fait de voir les mecs de 20 ans qui se les arrachent à prix d'or aujourd'hui.
1 réponse à ce commentaire.
Voilà pourquoi parce qu'auxerrois jusqu'au bout des tripes, je conchie sur ce club du BVB09 et que toute cette hype récente m'agace...

Je ne leur pardonnerai jamais de m'avoir fait chialer un soir de 93 et rager en 97...

Dortmund, Auxerre te déteste
De toutes les éliminations de coupe d'Europe auxquelles j'ai pu assister, je crois que c'est celle-ci qui m'a fait la plus mal.. devant l'Etoile Rouge, devant Porto ou le Milan AC.
L'AJA de cette année-là étaient incroyable. Elle mettaient des branlées à tout le monde avec candeur. Honnêtement, je pense qu'elle avait les moyens de taper la Juve de Baggio en finale.
Oups. Pardon pour la conjugaison aussi précise qu'un tir au but de Stéphane Mahé.
 //  13:05  //  Aficionado du Togo
la juve c'était super costaud, d'ailleurs ils ont bien punis le borussia en finale.
et le psg en demi "à l'italienne" : victoire 2-1 au delle alpi à l'aller et re-victoire 1-0 au parc au retour avec, comme d'habitude, les journalistes après match "ils ont fait trembler la juve". Non, non ... la juve a maitrisé le psg de A à Z
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  16:51  //  Aficionado de l'Argentine
Les deux défaites auxerroises contre Dortmund m'ont vraiment fait mal aussi, même si en tant que supp de l'OM, aucune déception n'égalera pour moi la finale contre l'Etoile Rouge et à un degré moindre, la demie contre Benfica avec la main de Vata.

Concernant la finale de Coupe UEFA 93, je pense quand même que la marche aurait été un peu haute. La Juve, c'était vraiment du costaud, solide (à l'image de la charnière Julio Cesar-Kohler), sans points faibles et du talent, avec ce superbe trio offensif Möller-Baggio-Vialli (auxquels il faut ajouter un Dino Baggio dans la forme de sa vie). D'ailleurs le BVB a pris cher en finale face aux Bianconeri !
Note : 1
La différence avec l'Etoile Rouge, c'est que le match allant, on voyait bien que ça commençait à sentir le pâté.. Et pourtant j'étais minot à l'époque. Mais c'est vrai que le lendemain c'était bien les boules... La demie contre le Benfica c'était violent aussi, j'habitais à Villiers-sur-Marne, le Lisbonne français, on avait bien pris cher.
Le PSG s'était fait maitrisé de bout en bout par la Juve, mais ils avaient trop laissé d'influx face au Real ; un peu à la manière du Barça cette année je dirais.
Mais Auxerre, il l'avait dans les pattes le match contre Dortmund, et ils prenaient les matchs avec tellement de fraicheur, il n'y avait pas de calcul. Vraiment j'aurais aimé voir. Par contre, vous souvenez si la finale était encore en mode aller/retour pour l'UEFA à l'époque ?
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  19:08  //  Aficionado de l'Argentine
Oui c'était aller-retour, la Juve gagne 3-1 et 3-0 (ou l'inverse, je sais plus) face à Dortmund en finale.
6 réponses à ce commentaire.
En parlant des français du Celtic, vous vous souvenez du réunionnais Didier Agathe ?
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  19:08  //  Aficionado de l'Argentine
Bien sûr, ce bon vieux Didier Agathe !
1 réponse à ce commentaire.
Il y avait quelques joueur français a l époque , ou qui ont jouer longtemps en D1 comme ce bon vieux Jimmy adjovi-boco, Antoine kombouare Roger boli et un peu après Lionel charbonnier j'en oublie quelques un certainement
Concernant la comparaison avec loko, pas trop de rapport ce dernier avait perdue un fils très jeune d'une maladie une ou deux annee avant ce qui explique sûrement ce pétage de plomb à Paris mais qui n'excuse pas ses fait de cette soirée de juillet 1995
Pas aimé cet article... Manque une flamme ou une étincelle... Trop Mou
il y a 2 heures Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 96
il y a 3 heures Droit de réponse "Mistral Gagnant" 22 il y a 5 heures La praline de Castillo au Mexique 1
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 16:33 Reading présente ses maillots en réalité virtuelle Hier à 14:59 Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 52 Hier à 14:36 Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26
Hier à 13:52 Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 Hier à 11:08 Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 27 Hier à 09:53 Ronaldinho régale au beach soccer 16 dimanche 23 juillet Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 7 dimanche 23 juillet Neymar claque un doublé contre la Juve 33 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 32 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 8 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 25 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 11 samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 15 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 11 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 9 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43