Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es de finale
  3. // Arsenal/Monaco (1-3)

Magistral Monaco !

Pas favoris au moment de poser les crampons sur la pelouse d'Arsenal, les joueurs de l'AS Monaco ont livré une prestation de haut vol pour repartir de l'Emirates avec les trois points. Combatifs, organisés et réalistes, les joueurs de Jardim ont également profité du piètre niveau des Gunners, symbolisé par le manque d'efficacité d'Olivier Giroud.

Modififié

Arsenal - Monaco
(1-3)

Oxlade-Chamberlain (90') pour Arsenal , G. Kondogbia (38'), D. Berbatov (52'), Ferreira Carrasco (94') pour Monaco.


38e minute, João Moutinho décale Geoffrey Kondogbia, esseulé à 25 mètres des buts gardés par David Ospina. Le milieu monégasque, très précieux à la récupération, déclenche une lourde frappe du pied gauche. Le ballon, contré par Per Mertesacker, termine sa course au fond des filets. Le ballon a choisi son camp, et tant pis si le destin semblait avoir choisi le sien en privant Jardim de Raggi, Carvalho, Kurzawa, Bernardo Silva et Carrasco dans son onze de départ. Menés et sans imagination, les Gunners ont dû se livrer. Mais avec un Giroud inefficace et face à un Monaco qui a fait honneur à son statut de tête de série, cet Arsenal-là n'avait pas les armes pour être canon.

L'envol de Kondogbia


Le début de match est complètement dominé par Arsenal. Très vite, les Gunners prennent de vitesse une défense monégasque très inexpérimentée (seulement 11 matchs de Ligue des champions en cumulé pour Echijilé, Abdennour, Wallace et Touré). Welbeck est le premier à se montrer dangereux, mais ne trouve pas le cadre (2e). Monaco est dépassé et perd très rapidement le ballon, provoquant la colère de Léonardo Jardim. En face, Arsenal met du mouvement, et Cazorla puis Özil perturbent les défenseurs de la Principauté (4e), mais ne concrétisent pas. Le premier orage londonien est passé, les Monégasques, bien aidés par un gros travail de Kondogbia et Fabinho à la récupération, rééquilibrent les débats au quart d'heure de jeu. Martial et Berbatov sont souvent trouvés dans la moitié de terrain adverse, mais les deux attaquants peinent à faire la différence. Arsène Wenger, furieux sur son banc de touche, envoie plusieurs éléments à l'échauffement dès la 20e minute de jeu. Pendant ce temps-là, le prince Albert II, confortablement assis en tribune présidentielle, fait rire sa chère voisine. Sur le terrain, les flèches offensives d'Arsenal tentent de repartir de l'avant, mais viennent buter sur de solides défenseurs monégasques. Et lorsque ceux-ci sont pris de vitesse, Alexis Sánchez et Olivier Giroud envoient leurs frappes au-dessus de la transversale de Subašić (32e, 35e). Devant, les Monégasques ne se dévoilent pas, mais préfèrent prendre leur temps. Et tout vient à point à qui sait attendre. Geoffrey Kondogbia ouvre le score sur le premier tir cadré du match. Les Gunners tentent de réagir aussitôt, mais se retrouvent impuissants face à un Monaco toujours aussi solide.

Arsenal pousse, Monaco fait mieux que résister


Les Gunners reviennent sur le terrain avec de bien meilleures intentions. Les joueurs d'Arsène Wenger se montrent tout de suite dangereux, mais Wallace, très propre ce soir, coupe les déboulés d'Alexis Sánchez et de Kieran Gibbs (46e, 49e). Et lorsque ce n'est pas Wallace, c'est Fabinho. L'autre Brésilien de l'ASM récupère le ballon dans sa surface et lance Martial pour un contre d'école. L'attaquant formé à Lyon décale un Berbatov en mode C1 qui fusille Ospina pour le break. Les supporters d'Arsenal n'en croient pas leurs yeux, tandis que les Monégasques, présents massivement dans les tribunes dans leurs cirés rouge et blanc, chambrent à base de « on est chez nous » . Arsenal se jette à l'attaque. Subašić repousse une frappe d'Alexis Sánchez dans les pieds d'Olivier Giroud qui envoie sa frappe dans les tribunes (56e) et s'attire quelques sifflets. Les Monégasques, acculés dans leur moitié de terrain, procèdent par contre. Martial, idéalement servi par Moutinho, manque la balle de 0-3 face à Ospina (62e). Subašić imite son homologue et sort le grand jeu face à Walcott une minute plus tard, Welbeck a bien suivi, mais Walcott, au sol, dévie sa tentative hors du cadre. Les joueurs du Rocher se montrent toujours aussi héroïques défensivement, coupant les trajectoires des ballons londoniens. Jardim fait entrer en jeu Ferreira Carrasco et Bernardo Silva pour tenter de conserver le ballon aux avant-postes. Une tactique qui aurait pu s'avérer payante si le Belge avait trouvé le chemin des filets à la 89e minute. Les Gunners profitent de cette occasion manquée et réduisent le score par Alex Oxlade-Chamberlain, d'une magnifique frappe enroulée, dans les arrêts de jeu. Qu'importe. Cette soirée est celle de l'ASM. Au bout du temps additionnel, Ferreira Carrasco se retrouve de nouveau en face à face avec Ospina. L'ailier monégasque ne reproduit pas la même erreur, il croise son ballon et s'en va tromper l'ancien gardien niçois pour inscrire le but du 1-3. Une soirée complètement folle.


À lire : les notes du match

⇒ Résultats et classement de la Ligue des champions

Par Maxime Feuillet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 24 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 20 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 49