1. // Coupe d'Espagne
  2. // Demi finale aller
  3. // Real Madrid/Barcelone

Madrid vs Barcelone : une affaire de style

Ce soir se joue le sixième Clásico en un an. Il n’y a que les imbéciles qui trouveront une raison de s’en lasser. Comme tous les chefs-d'œuvre du monde, le contenu importe peu. Ce qui est beau dans un classique, c’est le style.

Modififié
131 37
« C’est le meilleur match parce que ce sont deux très belles équipes. C’est le plus beau match du monde.  » Karim Benzema vise juste. Un match qui s’est joué plus de 250 fois en 110 ans d’histoire et qui continue à intéresser autant de personnes à la fois, c’est qu’il doit y avoir une bonne raison. Le Clásico n’est pas un match comme un autre. Cette rencontre a beau se répéter au moins trois fois par an depuis plus d’un siècle (16 fois depuis deux ans, soit un match toutes les 6 semaines), on a beau toujours répéter la même chose, s’en prendre à Mourinho, à Xavi, au Portugal, à la Catalogne ou à tous ceux qui ne pensent pas comme nous, il y a toujours quelque chose en jeu dans un Madrid-Barça. Un Clásico, c’est Messi, Mourinho, Guardiola, Maradona, Ronaldo, Zidane, Rivaldo, Figo, Ronaldinho, Michel, Schuster, Cruyff, Kubala, Kocsic, Di Stéfano, Franco, Laporta et Juan Carlos dans le même match. Il n’y a que ceux qui ne s’intéressent qu’aux mathématiques qui s’ennuieront de voir ce match se répéter. Le football n’est pas un sport. On a donc raison d’en parler beaucoup trop. Un Madrid-Barça, c’est beaucoup mieux qu’une rivalité sportive ou une affaire de clochers. Un Madrid-Barça est une question de vision, c’est-à-dire d’interprétation, c’est-à-dire de style.

Le style, c’est tout

Madrid et Barcelone sont les allégories de deux façons antagonistes de concevoir le jeu. Guardiola l’explique à Hierro en 2005 : « Le Real se débrouille très bien, même s'il joue mal, pas le Barça. Nous devons bien jouer pour avoir une chance de gagner. Ça a toujours été comme ça.  » Hierro lui répond : «  Le Barça joue à une ou deux touches de balle depuis dix ans et change très ponctuellement d’organisation. Nous, au Real, nous conduisons le ballon tout le temps et notre système dépend de qui s’assoit sur le banc.  » Quand Cruyff énonce 14 principes de jeu à respecter et décide que « c’est l’idée de jeu qui commande » , pas les hommes, il a en tête le dogme du ballon et de la possession. Un gamin de la Masia est nourri des mêmes principes de jeu depuis son berceau : le plaisir et le ballon. Le plaisir de jouer parce que c’est l’essence du sport. Le ballon parce c’est le seul moyen d’y parvenir. À Barcelone, toutes les catégories jouent en 4-3-3 (le 3-4-3 n’est qu’une variante,) car cette disposition « permet aux joueurs moins talentueux de se permettre le luxe de toucher des ballons sans les perdre systématiquement à cause de la proximité des joueurs rivaux. Ainsi sa confiance ne se détériore pas et il peut continuer à travailler dans tous les aspects du jeu collectif.  » La possession du ballon est le résultat d’un schéma tactique qui s’impose aux joueurs. Le joueur sert le système, pas l’inverse.

À Madrid, c’est le contraire, on croit au génie. Le Real appartient à ses joueurs, pas à ses entraîneurs. Le Real, c’est le club de Di Stéfano, Juanito, Raúl, Redondo, Zidane, Özil, pas celui de Toschak, Hiddink, Pellegrini ou même Mourinho. Le geste prime sur le schéma. Di Stéfano a écrit la légende du Real et voici son secret : « Lutter, montrer son talent, jouer les soixante-quinze premières minutes à fond en essayant de marquer deux ou trois buts et durant les quinze dernières minutes faire plaisir au public pour que les gens rentrent chez eux avec des étincelles dans les yeux et disent "Comme le Real joue bien !" Mais en réalité, notre style, c’était lutter pendant soixante-quinze minutes et jouer seulement les quinze dernières. » Au Real, le style, c’est l’absence de style. À Madrid, le joueur dépasse l’entraîneur. Valdano : « Les références sont les joueurs, pas les idées. Les exécutants plutôt que les théoriciens. Le Real est un club qui a une passion pour le triomphe, qui célèbre l’effort et aime le spectacle. Mais il place le triomphe au-dessus de tout le reste. Dans cette recherche du triomphe, tous les styles sont valables et le jeu est donc très riche. »

Le fond et la forme, c’est pareil

Technique collective contre épopée, artisans contre artistes, méthode contre génie, collectivité contre individu, esthétique contre efficacité, jeu contre triomphe, Barcelone et Madrid sont beaucoup plus que deux équipes remplies de stars qui se rencontrent pour la quatrième fois cette saison. Les deux rivaux s’opposent dans leur idiosyncrasie même. Plus leurs valeurs s’opposent, plus ils sont eux-mêmes. Plus il sont eux-mêmes, plus ils sont grands. Oui, ce soir, sur la pelouse, il y aura des stars. Oui, on pourra comparer les muscles de Cristiano et de Messi. Oui, il y aura du spectacle. Oui, il y aura des buts. Oui, ce sera encore le match du siècle. Mais il y a bien longtemps qu’il n’est plus question de sport entre ces deux-là. C’est le style qui compte. Parce que « le style est une question, non de technique, mais de vision  » , même Proust le dit. Et Marcel, en style, il s’y connaît.

À paraître (14 février 2013) : Thibaud Leplat, Clásico Madrid Barcelone : la guerre des mondes, Hugo sport, Paris, 2013, 256 pages.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Cet article m'a donné envi de voir le match de ce soir, même si les articles sur Real-Barça frôlent l’indigestion depuis 1 an...
Ne soyez pas obligé d'écrire toujours sur eux, bon article tout de même.
La plus belle affiche du foot mondial, incontestable. Dommage qu'elle soit si mal filmée (c'est mon avis) : la caméra est beaucoup trop basse à Bernabeu (le terrain semble de la taille de l'Abbé-Deschamps, on est au ras du jeu) ; et bien trop haute au Camp Nou (on dirait un terrain de polo avec des espaces infinis).
Lou Cévenol Niveau : Loisir
Il passionne autant de monde peux-t-être aussi parce que c'est un des seuls match intéressant de ce championnat.
ou en tt cas dont le résultat reste indécis.
Ah je me réjouis!!

Je suis curieux de voir comment le Real va aborder le match avec sa défense décimée.
lalouxonthebeach Niveau : District
Eh, z'en avaez pas marre de ressasser sur Barça-Real? Pour moi Sofoot c'est des grosses anecdotes, la vraie culture football, les légendes de la boue. Si je veux lire du Real-Barça je lis Lequipe. Nan j'déconne#, ya des limites
Conclusion de l'article : le Roi Heenok n'aime pas les clasicos.
J'espere un Ozil "on fire" perso...

C'est le moment de montrer que lui aussi c'est un grand.
Franchement hate de voir cette joute... Meme si avec l'aller retour ca puisse aussi jouer petit bras...
Le match de ce soir promet, je pense qu'on va en prendre plein les mirettes, le barça passe par un bon moment et le real retrouve des couleurs, résultata imprévisible à mon avis.

Bon article qui résume ce que je pense, c.a.d que le real n'est jamais aussi dangereux que quand il est sous pression, ce soir ils vont être motivés à bloc, s'ils marquent vite ça peut partir en vrille

http://soccernet.espn.go.com/blog/_/nam … co?cc=5739
En tant que supporter merengue, je reconnais parfaitement la philosophie de mon club favori dans cet article
Donc, une fois de plus, bravo Thibaut Leplat.
Bam, idiosyncrasie, ça fait mal aux yeux comme mot.
Allez, vendez nous du rêve, on veut voir du jeu et des exploit.
L'idiosyncrasie n'est pas une preuve d'idiotie crasse comme on pourrait être tenté de le croire au premier abord.
"Le Real est un club qui a une passion pour le triomphe, qui célèbre l’effort et aime le spectacle. Mais il place le triomphe au-dessus de tout le reste. Dans cette recherche du triomphe, tous les styles sont valables"
voila c'est résumé
après ça plaît ou non, mais seul le triomphe compte.

a ceux que cela ne plaît pas, ça ne sert a rien de cracher sa bile sur le club. Ils n'ont aucune influence sur un club de plus de 100 ans avec toujours le même moto:
Gagner. le reste n'est que fioriture
Sinon, juste un bémol sur l'article : au Barça, la conduite de balle n'est pas historiquement proscrite, à condition qu'elle serve à quelque chose. Pour mémoire le but de Ronaldo-le-vrai contre Compostelle en 1997 et celui de Messi contre Getafe en Copa del Rey en 2007 (Maradona-like). Sans compter les mille et un tours de passe passe de Ronaldinho grande époque.
Lorsque le tiki-taka/toque tourne en rond, c'est souvent un exploit individuel qui débloque la situation.
A ralos, "gagner, le reste n'est que fioriture", je ne suis pas trop d'accord concernant le Real. J'en veux pour preuve qu'ils n'ont plus décroché la Champions Ligue (ni même disputé une finale) depuis 2002, soit 11 ans maintenant, et que les socios du Real sont très regardant sur la manière (la "fioriture" comme tu l'écris).
C'est notamment pourquoi Capello avait été viré en 1997 malgré le titre de champion, en raison du jeu terriblement ennuyeux mais efficace qu'il avait mis en place à l'époque.
Plasil Power Niveau : CFA
"Il n’y a que les imbéciles qui trouveront une raison de s’en lasser"
Merci Thibaut, avec un chapeau pareil, tu m'as fait économiser quelques minutes de ma vie d'idiot en ne lisant pas le reste de l'article.
Pour ta gouverne, ce soir l'imbécile que je suis va regarder Arsenal Liverpool, et l'imbécile t'em*erde.
De toute manière je suppose que j'aurai droit à une séance de rattrapage dans une semaine, non?
Si t'es neutre c'est sympa car va y avoir du rab , match aller -retour !
une finale avant l'heure , partido espectacular en perspectiva !
"Il n’y a que les imbéciles qui trouveront une raison de s’en lasser"
Merci Thibaut, avec un chapeau pareil, tu m'as fait économiser quelques minutes de ma vie d'idiot en ne lisant pas le reste de l'article.
Pour ta gouverne, ce soir l'imbécile que je suis va regarder Arsenal Liverpool, et l'imbécile t'em*erde.
De toute manière je suppose que j'aurai droit à une séance de rattrapage dans une semaine, non?"


Tu t'emballerais pas pour rien? Peut-être qu'il ne faut pas prendre la rhétorique journalistique au premier degrès...
C'est vrai qu'il faut etre idiot pour "s'en lasser" de ce classico.
Moi par contre je n'en ai juste rien a foutre, je prefere les derbys (dans la Ruhr, a Rome, Londres ou a Glasgow).
Enfin bon, c'est vrai que c'est l'occasion de voir un match avec le public de Rolland Garros, ca va encore etre survolte je sens ...
C'est vrai qu'il faut etre idiot pour "s'en lasser" de ce classico.
Moi par contre je n'en ai juste rien a foutre, je prefere les derbys (dans la Ruhr, a Rome, Londres ou a Glasgow).
Enfin bon, c'est vrai que c'est l'occasion de voir un match avec le public de Rolland Garros, ca va encore etre survolte je sens ...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
131 37