Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Real Madrid-Manchester City (1-0)

Madrid s'offre une finale et un derby

Grâce à un but de Bale en première mi-temps, le Real a rejoint l'Atlético en finale de Ligue des champions au détriment de Manchester City. Une prestation tout en maîtrise qui peut permettre à Zidane de gagner un premier titre dans la peau d'entraîneur.

Modififié

Real Madrid 1-0 Manchester City

But : Bale (20e) pour le Real Madrid

Cette fois, son pantalon n'a pas craqué. Mais la joie de Zidane au coup de sifflet final n'en était pas moins grande. Dans son sombre smoking désormais bien identifié, ZZ félicite ses joueurs. Rencontre après rencontre, échéance après échéance, il s'habitue de mieux en mieux à son nouveau costume. Joueur, tous les ballons qu'il touchait se transformait en or. Sa carrière d'entraîneur prend le même tournant. Car le Français est en train de défier tous les pronostics. Appelé au chevet d'un Real qui était loin d'être en super forme en janvier dernier, ZZ est aujourd'hui en finale de Ligue des champions pour sa première expérience en tant que coach. Cinq mois à peine après son premier match professionnel sur un banc. Contre Manchester, son Madrid a montré de la maîtrise, du talent et un but de Bale en première période. Il n'en fallait pas plus pour éliminer un City accrocheur, mais trop faible. On aura donc droit à un nouveau derby madrilène pour le dernier duel de la C1, deux ans après la Décima de la Maison-Blanche remportée devant les Matelassiers.

Bale, boss malgré lui


Alors qu'on croyait le Real Madrid très handicapé par les pépins physiques, c'est finalement City qui s'en plaint. Non seulement Ronaldo est aligné, mais en plus Kompany se blesse dès la dixième minute. Une énorme tuile pour les Anglais, tant on connaît l'importance du capitaine belge dans la défense mancunienne. Bale, le nouveau patron madrilène, en profite un quart d'heure plus tard en provoquant - sans le faire exprès - un superbe but. Une sorte de centre-tir dévié par Fernando qui vient taper l'intérieur du deuxième poteau pour venir nettoyer la lucarne. CR7 ou pas, le Gallois s'en tape : c'est désormais lui l'homme décisif de sa team, même sans le vouloir. Cette ouverture du score récompense un début de partie contrôlée et dominée par les Espagnols. Navas a beau courir sur son aile droite, il en faut beaucoup plus pour contourner les arrières merengues. C'est même Ramos qui pense marquer le second pion... refusé pour un hors-jeu bien provoqué par les Citizens. Au milieu, la surprise Isco fait le taf, et Touré est totalement étouffé par la doublette Kroos-Modrić. Marcelo est en feu, Agüero est transparent, et Fernandinho tape le poteau... Bref, tout baigne pour Madrid.

Stérilité vs impuissance


Le discours de Pellegrini à la pause, qu'on imagine corsé, ne change pas grand-chose. Certes, City touche un peu plus le cuir, mais le Real continue à être dangereux à chaque offensive. Bale, en particulier, joue très juste, et la qualité de ses passes est un régal. Ronaldo est le maître dans les airs et manque de doubler le score environ quinze fois. À tel point qu'il se transforme en volleyeur pour envoyer illicitement la balle au fond après une tête pleine barre de Bale. Qu'attend le Chilien pour faire entrer Sterling, Bony ou Iheanacho afin d'amener du bordel ? C'est chose faite avec la sortie de Touré (enfin...) à une demi-heure du terme, puis de Navas. Mais il est trop tard. Le Real trop fort. Et le costard de Zidane trop sur-mesure.


  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Le Kiosque SO PRESS

    Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 11 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 23