1. //
  2. //
  3. // Atlético-Real Sociedad

Madrid la blanche devient rouge

Quatorze ans durant, le Real s’est toujours acoquiné des derbys de la capitale. Une habitude qui n’en est plus : une troisième fois de suite vainqueurs au Bernabéu, les Colchoneros ont repris la main sur le contrôle de la capitale espagnole. Un vent d’air frais, un vrai.

Modififié
631 21
La scène paraît si lointaine. Et pourtant, elle n’est vieille que de cinq ans. En novembre 2011, alors que leur Real Madrid broie une énième fois le voisin rojiblanco, les Ultras Sur n’attendent pas même le temps additionnel pour dégainer une pancarte passée à la postérité : « À la recherche d’un adversaire digne pour un derby décent. » Un chambard en règle qui se retourne aujourd’hui contre tous les suiveurs madridistas. Car depuis ce revers de 4-1, et une disette longue de douze ans sans mettre au tapis l’ennemi héréditaire, l’Atlético de Madrid a repris le trône de la capitale castillane. Et de quelle manière ! Le dernier succès en date (0-1), estampillé par un Griezmann galactico, pousse même l’antre de Chamartin au bord du précipice. Vainqueurs une troisième fois de suite en Liga au Santiago Bernabéu, les Colchoneros viennent, eux, d’établir un nouveau record dans l’histoire du championnat. Une prouesse statistique, un chef-d’œuvre pour le peuple des Matelassiers, c’est selon, qui n’aurait vu le jour sans l’arrivée du Cholo Simeone sous la guérite du Vicente-Calderón. Mais pas que.

Simeone : « C’est ce que nous sommes »


Signe d’un changement d’époque, Diego Simeone débarque en salle de presse du Santiago Bernabéu avec un sourire désormais habituel. Sa voix ne surjoue pas, ses mimiques restent discrètes, et ses mots d’une fatalité terrible pour un Madridismo qui déblatère sa haine à quelques pas de là, non loin de la Puerta 55 : « Nous prenons la possibilité de gagner ici avec naturel. C’est difficile de vous transmettre les sensations qu’ont mes joueurs lorsqu’ils sont dans l’autobus pour venir jouer ici. Mais que nous perdions ou que nous gagnions, l’équipe joue pareil. Voilà comment nous sommes. » Cette identité, qui rend si fier le peuple des bords du Manzanares, prolonge la série en Liga à six derbys madrileños sans connaître la défaite. Surtout, plus que la pathétique prestation des hommes de Zinédine Zidane, c’est bien le plan de bataille des Colchoneros qui a favorisé le délitement progressif du onze merengue. Pour ce, l’Atlético a répété le même schéma depuis l’arrivée du Cholo. À savoir, une possession de balle minimaliste, une occupation des espaces défensifs idoine, et une grinta à toute épreuve.


Dans les chiffres, la tactique imposée par Diego Simeone se résume à une possession de 29 %. Une donnée à faire s’évanouir Pep Guardiola qui raconte à elle seule tout le charisme et l’intelligence des Rojiblancos. Surtout, elle se confirme lors de tous les précédents duels de Liga entre les deux voisins de la capitale : 45 % face à Benítez, 44 % (1-2) et 35 % (4-0) lors de l’édition 2014-15, et 38 % (0-1) et 40 % (2-2) pour l’exercice 2013-14. La recette, connue de tous, n’empêche pas l’Atlético de la répéter lors de chacune de ses rencontres, que ce soit face au mastodonte blaugrana comme contre le petit Poucet d’Eibar. Une cohérence à toute épreuve qui a usé jusqu’à la moelle les maigres velléités de révolte du Real Madrid. Reste que pour imposer sa physionomie, Diego Simeone s’appuie sur des joueurs disciplinés et un milieu renforcé, mais surtout sur un groupe conscient de l’héritage sportif de l’Atlético. Son dogme est adopté par tous les composants du vestiaire rojiblanco. À tel point qu’ils sont prêts à mourir avec les idées de leur gourou : « Même si parfois nous défendons tous dans notre surface, nous savons ce à quoi nous jouons » , dixit Diego Godín.

Cordialité face à arrogance


Le central uruguayen, justement, s’est montré des plus sereins en zone mixte. Et ce, même lorsqu’il est interrogé sur les propos plus qu’arrogants de Guti - « Aujourd’hui, aucun joueur de l’Atlético n’aurait le niveau pour jouer au Real Madrid » . Tel un gentleman, il se permet un tacle à la hauteur des genoux, et non de la carotide : « Petit, on m’a enseigné à être respectueux, humble et à ne pas être arrogant. Nous avons un profond respect pour les joueurs du Real Madrid et pour Guti, nous espérons juste qu’il en aille de même pour nous. » La suffisance de Guti, retraité habitué aux punchlines, se retrouve dans de nombreuses strates du Madridismo. Car bien que dépassée sur le terrain, la direction des Blancs se réfugie dans le passé et se congratule de sa place de numéro uno au classement Forbes. Une réalité loin du quotidien laborieux de Rojiblancos qui ne cessent de grappiller leur retard. Désormais à Madrid, le Real a trouvé un adversaire des plus dignes. Pis, l’Atlético est même devenu le seul et unique roi de la capitale, ce grâce à une identité rouge vif.

Par Robin Delorme
Modifié

Dans cet article

Frenchies Niveau : CFA
Note : -1
le roi de la capitale restera le club aux 11 coupes hein,
pas le loser magnifique -_-

c'est quand même pas grand chose une "série" de 3 victoires.
sur les dizaines d'années sans débat.


Surtout que la gagne ne fait pas tout,
certes y arriver quand c'est qu'un vague espoir c'est la fête en soi.

Mais le Real se prend la tête avec "la manière" pour une bonne raison (qui n'est donc pas la gagne, bien qu'ils s'en soit remis à Mourinho erf) !!
c'est le privilège des riches, des grands ...
"Un derby descend" ?
KillerCroc Niveau : CFA
Ce qui est certain, c'est qu'il y'a eu un avant, et qu'il y'aura un après Simeone. El Cholo (GRANDE CHOLO!!!) a transmis la gagne dans toutes les strates du club, et a su forger une identité de jeu en adéquation avec les valeurs du club. Alors evidemment ça fait pas le bonheur des amateurs de beau jeu ( bien que le recrutement de Grizi, Vietto, Carrasco démontre la volonté de jouer vite et technique devant, sur certaines séquences de jeu, l'Atleti n'a rien à envier au Barça) ma
KillerCroc Niveau : CFA
mais ça fonctionne, le groupe est uni et ultra discipliné. Bien qu'il leur arrive de perdre dans les grands matches, c'est jamais sans avoir opposé une sacré bataille tactique. Contre un Barça ou un Real c'est pas rien.
Il m'arrive encore de me pincer quand je vois d'ou on vient... les années d'inconstance chroniques et de raclées contre le voisin et le Barça, avec les joies éphémères (Europa League 2010, Forlan y el Kun!)...
Maintenant on peut être fier de dire que l'Atleti est un grand d'Europe.
Te quiero Atleti!
frenchies tu parles du passé, nous on parle d"aujourd'hui et du futur
3 victoires de suite au Bernabeu pour un derby , tu te permet de dire que c'est pas rien !!!! reflechis n'est-ce pas ??
Rouge de sang même
Cette équipe est tout simplement monstrueuse. Je me rappelle de la "finale" de la liga 2014. Les colchoneros sont menés 1-0, pourtant ils gardent leur calme, continuent de jouer avec leur stratégie et leur discipline, et cela finit par payer, tellement cela respirait une confiance en leur stratégie, et que quoiqu'il arrive, qu'ils gagnent ou qu'ils perdent, l'essentiel était de tout donner sur le terrain pour ne rien regretter.
Cela a failli marcher en finale de ldc, mais la chance de Ramos est passée par là (heureusement). Je suis certain que si le Real avait ouvert le score sur ce match, l'Atletico aurait pu gagner ce match.
« À la recherche d’un adversaire digne pour un derby décent. »
Le karma, cette bitch, on dirait qu'elle attend la première avec une goutte d'arrogance pour frapper
GalateaTêtenjoy Niveau : CFA2
Pour moi l'Atletico de Simeone, c'est la plus belle équipe actuellement. Ce qu'elle a réussi à accomplir en Espagne et sur la scène européenne, en terme d'émotions, c'est magique.
Voir Griezmann qualifié de "galactico", j'adore car c'est un pied de nez aux supporters du Real et je déteste car au fond, pour moi, c'est une insulte.
Un grand homme qui a redonné ses lettres de noblesse à la ville de mon coeur! Il me rendra toujours aussi dingue à jouer à domicile contre une équipe de 3ème division avec 6 joueurs à vocation défensive mais il restera à jamais comme l'un des sauveurs de ce club.
Après avoir vécu pendant longtemps les moqueries, les nombreuses blagues contre le patéti, des madrilènes pro réal qui ne comprenaient pas comment on pouvait être né à l'étranger, vivre à Madrid et supporter "une équipe de seconde zone" quand il y a le Réal dans la même ville; je remercierai à jamais cet homme pour tous ce qu'il a fait pour ce club.
Quelle tristesse de ne plus vivre à Madrid et de ne plus pouvoir vivre cette ambiance unique d'un derby dans la même ville...
J'ignorais que la suprématie d'une ville se définissait sur une dizaine de matchs (ou alors on commence à parler de suprématie temporaire ce qui n'a aucun sens)!Désolé pour ceux qui vivent dans la culture de l'immédiat (blabla c'est le passé) mais c'est combien déja le nombre de victoires d'affilée du Real au Calderon? Et le bilan global des confrontations?
Aaaaah!
Frenchies, frenchies...
Oh wait!
Note : -1
Tocard va
Message posté par GalateaTêtenjoy
Pour moi l'Atletico de Simeone, c'est la plus belle équipe actuellement. Ce qu'elle a réussi à accomplir en Espagne et sur la scène européenne, en terme d'émotions, c'est magique.


Derrière le Barça, possible.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
631 21