Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // France – Ligue 1 – Rennes

M’Vila, les valises sont prêtes

Annoncé partant de longue date pour un gros club européen, Yann M’Vila reste pour l’instant toujours à quai à Rennes. Et ça ne semble pas tellement se bousculer pour racheter les trois ans de contrat du joueur. Explications.

Modififié
«  Yann M’Vila est rennais, il sera à Rennes jeudi.  » Interrogé lundi dans l’After Foot de RMC, le revenant Frédéric de Saint-Sernin, qui remplace Patrick Le Lay à la présidence du club breton, s’est montré clair sur le délicat dossier M’Vila. «  Pour l’instant, rien ne bloque » à son sujet, simplement « il n’y a pas eu d’offre » . C’est aussi simple que ça, mais un brin étonnant. Car le joueur a un bon de sortie. Un bon que les plus grands clubs d’Europe se seraient arrachés il y a encore un an. Alors quoi ? En un an, M’Vila aurait perdu son football ? Ce serait juger trop sévèrement un des joueurs qui ont le plus été utilisé de la saison (58 matchs officiels au total), un de ceux qui touchent le plus de ballons en L1 (80 par match), un de ceux qui le transmettent le plus proprement (62 % de passes réussies).

«  Je ne peux pas tout faire  »

En réalité, le cas M’Vila est délicat à traiter. Véritable prodige à ses débuts, homme à tout faire de l’entrejeu rennais alors qu’il avait à peine acquis sa majorité, il a d’abord vécu une ascension fulgurante (titulaire en L1 à 19 ans, titulaire en sélection à 20 ans), avant de donner l’impression de stagner depuis un an. Son talent est incontestable et incontesté, mais il ne progresse plus vraiment. Depuis que Frédéric Antonetti est arrivé en Bretagne en 2009 en l’intronisant comme un élément majeur de son système tactique, celui de gratteur/relanceur, il n’a jamais trop eu le temps de souffler. Qu’il soit bon ou quelconque, le natif d’Amiens est assuré de figurer dans le onze de départ le match suivant. D’où cette forme apparente d’usure autant physique que mentale. À 22 ans, il apparaît déjà comme un joueur fatigué, essoré, vidé.

Est-on trop exigeant avec lui ? C’est possible, son statut de petit prodige fait qu’on a tendance à ne rien lui pardonner. Son poste – milieu défensif – est souvent associé dans l’inconscient à l’image du vieux briscard, le genre de gars avec de la bouteille et du vice, celui à qui on ne la fait pas. M’Vila, lui, s’est enquillé trois saisons pleines dès ses débuts en pro. Fast and furious. Quand il est dans le dur, il peut certes compenser l’espace d’un match ou deux sa petite forme par son talent, mais sur la durée, ça finit par coincer. D’autant qu’on a pu observer lors de la dernière saison de L1 combien il était désormais « serré » par ses adversaires, qui font tout pour l’empêcher d’avoir la liberté d’action qu’il avait à ses débuts. Résultat : il fait tout juste le boulot qui lui est demandé, sans pouvoir apporter le petit plus offensif qu’un profil tel que le sien serait susceptible d’apporter. «  Je ne peux pas tout faire  » , avait-il tenu à préciser en mars, pour faire taire les critiques qui commençaient à poindre.

À Rennes, on mène l’enquête


Surtout, c’est dans la gestion de sa vie extra-sportive et dans son comportement que l’international semble actuellement le plus fragile et le plus fragilisé. Il y a d’abord eu cette affaire l’an dernier avec des filles volant ses affaires perso dans une chambre d’hôtel en marge d’un match amical des Bleus à Montpellier face au Chili. Plus récemment, il y a eu cette garde à vue, un jeune mineur – l’ex-petit ami de sa sœur – l’accusant de l’avoir giflé. Acceptant mal les critiques d’après-élimination en Coupe de France face à Quevilly, il a aussi manqué d’en venir aux mains avec des supporters rennais, qui l’ont pris en grippe en fin de saison. Enfin il y a eu cette sortie boudeuse du terrain face à l’Espagne et ce banc regagné sans un geste ni pour l’entrant Olivier Giroud, ni pour le sélectionneur Laurent Blanc.

Pour un gars vanté à ses débuts en pro pour sa grande maturité, tout ça le fait moyen… En un an, son image s’est ternie, au point que certains clubs qui le suivaient encore jusque récemment (Arsenal, Manchester United, Inter…) ont dépêché des observateurs dans la capitale bretonne pour en savoir plus sur la vie en dehors du terrain de leur potentielle recrue. Vu comme ça ne se bouscule pas pour actuellement négocier avec le Stade rennais, il faut croire que les conclusions de ces petites enquêtes n’ont pas tourné à l’avantage du joueur… Arsenal s’est longtemps montré le club le plus intéressé pour racheter un contrat qui court jusque 2015, mais le prix demandé initialement par Rennes – 28 millions d’euros – est jugé trop cher. Depuis l’Euro, Wenger semble avoir définitivement abandonné cette piste. Dernièrement, il était question d’un intérêt du Barça, qui a laissé filer Seydou Keita en Chine, mais le Basque Javi Martínez semble tenir la corde. Un grand joueur se doit d’avoir un gros mental. À Yann M’Vila de prouver qu’il peut sortir plus fort encore de cette intersaison décidément bien délicate.

Par Régis Delanoë, à Rennes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3