Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

« M'Bia aurait aimé être là »

Entre la réception de Bordeaux et un déplacement à Auxerre mercredi, l'OM doit composer avec une polémique Stéphane M'Bia. Pour rétablir les priorités, Deschamps et Valbuena sont venus s'expliquer.

Modififié
L'OM a gagné, 2-1. Ses deux attaquants axiaux, si souvent décriés, ont marqué. On aurait donc pu se dire que les polémiques allaient laisser les Olympiens peinards, ne serait-ce que pour quelques jours. Mais ça, c'est mal connaître Marseille. A peine Didier Deschamps entre-t-il en salle de presse qu'une question fuse : « Alors M'Bia, comment va-t-il, diplomatiquement parlant ? » . Le Camerounais, absent de dernière minute sur la feuille de match, aurait officiellement ressenti une douleur musculaire le matin du match. Il se murmure en fait qu'il se serait remis à bouder, comme au mois d'août, parce qu'il en a marre de vivre avec 170 000 euros mensuels. « Vous êtes apparemment bien au courant. Moi, il m'a dit qu'il avait une gène au niveau du quadri. J'ai confiance. Je sais qu'il y en a qui supportent plus ou moins la douleur. Il va faire un travail différencié mais j'ai bon espoir de l'avoir contre Auxerre » justifie l'entraîneur, avec son air de celui qu'on ne prendra pas en défaut. Même son de cloche pour Valbuena. Alors qu'on décrit les coéquipiers du Lion Indomptable agacés par la situation, il ne faut pas compter sur Petit Vélo pour vendre la mèche : « Son absence, vous pouvez l'interpréter comme vous voulez, mais je pense qu'il aurait aimé être là » .

Sûr qu'M'Bia aurait aimé prendre part à cette victoire sur Bordeaux. Même si l'adversaire n'est pas aussi prestigieux que les saisons précédentes, il reste l'opposant préféré des Olympiens. Dimanche, le combat a été rude entre les deux équipes. Si les supporters aiment se dire que l'ennemi, c'est Paris, dans le vestiaire, c'est plutôt la formation au scapulaire. Valbuena reconnaît qu'avant d'entrer sur le pré, les joueurs « se sont beaucoup parlé. Parce qu'on doit toujours avoir envie contre eux » . Deschamps a joué le jeu. En associant Gignac et Brandao, il pouvait être sûr de ne pas voir son équipe ridiculisée lors des duels. Le technicien va même plus loin. C'est carrément Gignac qui a demandé à jouer avec Brandao, même si de fait, il se retrouvait isolé sur l'aile gauche. « Attention, je ne lui dis pas non plus de rester à gauche, pieds à la ligne, rectifie Deschamps. Il est libre. Comme Valbuena. Ce qui m'intéresse, c'est la complémentarité entre les joueurs » . Au grand dam de Loïc Rémy, ce dispositif pourrait devenir un standard. Gignac et sa fougue pourraient donc se reconvertir attaquant latéral, comme Niang ou Lisandro. « Comme Eto'o, comme Rooney. On peut même aller chercher plus loin. Quand on est champions d'Europe en 93, l'attaquant, c'était Boksic. Rudi Völler, il jouait à gauche » . Reste que dans le rôle du Croate, il y a un Brandao qui s'est encore fait siffler à sa sortie. « Avant qu'il rate son occasion, j'avais déjà décidé de le remplacer. C'était un choix tactique. Sur le moment, je me suis dit qu'il ne se ferait pas siffler, que le public retiendrait davantage son but. Lui l'a évidemment pris comme une sanction, ce n'est pas le cas. Ce n'est pas que je regrette ce changement mais pas loin » poursuit DD.


« Branda » , comme l'appelle Valbuena, n'a donc plus qu'à faire comme l'an dernier : un doublé en demi-finale de Coupe de la Ligue et tout rentrera dans l'ordre. Cette fois-ci, le match se déroule à Auxerre, une équipe bien plus spécialisée dans le contre éclair. Surtout, une équipe pour qui c'est le match de l'année. « J'ai vu Jeannot Fernandez à la remise du Ballon d'Or. Il me l'a dit, c'est leur match. Déjà contre Monaco, ils y pensaient » abonde Deschamps. Pas question donc de prendre cette rencontre à la légère comme si c'était un 32e de finale de Coupe de France. « Franchement, quand on sait ce qu'il y a derrière, le plaisir que c'est de jouer au Stade de France, on a encore plus envie d'y retourner » clame le milieu offensif. Si ce n'est que ça alors attention : en face, il y aura une équipe qui est obligée de jouer une semaine sur deux à l'Abbé Deschamps. Donc ils seront forcément très motivés.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures 470€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde 2018
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses