1. //
  2. // Lyon/Bordeaux

Lyon va en savoir plus

Battu à Caen (0-1) pour la première fois de la saison, Lyon doit réagir très vite ce soir face à Bordeaux. C'est là qu'on va voir ce que cet OL nouveau a dans le ventre.

0 1
On n'est pas loin de rejoindre l'analyse de Rémi Garde juste après le coup d'arrêt de l'Olympique Lyonnais en Normandie. « Cette première défaite est un petit coup de pied aux fesses qui sera peut-être salutaire » . Ben ouais. Car il faut bien le dire, tout allait trop bien pour les Lyonnais. Et ne pas y voir une quelconque dose de cynisme de notre part. Quand les résultats récompensent des voyants absolument tous au vert, il n'y a aucun souci. Mais il nous semble que ce Lyon bénéficiait depuis le début de saison d'un faisceau de circonstances favorables. Au vrai, c'est le match face à Marseille qui avait mis la puce à l'oreille. Une victoire vite ficelée (2-0) qui en disait bien davantage sur la profonde faiblesse du moment des Phocéens que sur la force irrésistible des Rhodaniens. Bien sûr, l'OL s'est enfin trouvé une charnière centrale avec Koné-Lovren. Bien sûr, l'attaque des Gones est assez explosive. Il n'empêche, malgré le début de saison de Maxime Gonalons, on ne peut pas s'empêcher de trouver un déficit athlétique à l'ensemble, cette robustesse qui permet de faire le dos rond en cas de gros temps. D'ailleurs, puisqu'on en parle, il faut bien dire les choses comme elles sont : où est donc la maîtrise de la gonfle promise avec l'arrivée de Garde ? Car jusqu'ici, Lyon a très rarement dispensé deux bonnes périodes, a même plutôt évolué en contre lors des deux « affiches » face à des clients (Ajax et l'OM) et s'est fait ratatiné par la jeunesse caennaise en milieu de semaine. Alors ? Alors Lyon reste encore une énigme...

Bordeaux, pas si mal...

Et à bien y regarder, on a comme dans l'idée que Bordeaux pourrait figurer une sorte de parfait contraire de l'OL. Depuis le début de saison, les Girondins rament. Pire, ils galèrent ferme. Une tendance conforme à ce que le club vit depuis bientôt deux ans. Sauf que l'affaire n'est pas aussi simple. Autant la fin du mandat de Laurent Blanc avait ressemblé à un naufrage, autant celui de Jean Tigana avait singulièrement manqué de jeu et d'âme, autant l'escouade de Francis Gillot montre quelque chose d'une envie. Evidemment, il ne s'agit pas simplement d'un sentiment que l'on aurait décelé au détour d'un regard. Non, c'est davantage dans le dynamisme (les jambes de Maurice-Belay, précieux), dans l'animation d'un entrejeu tellement plus mobile avec Landry N'Guemo à la place d'Alou Diarra (demandez leur avis aux Marseillais), dans les débordements retrouvés d'un Benoît Tremoulinas et dans les différences considérables de Cheikh Diabaté en pointe, une nouveauté depuis le départ de Marouane Chamakh. « Cheick m'a montré des choses intéressantes contre Toulouse (2-3), donc le match suivant il a joué, déclare ainsi Francis Gillot. Il défend, il donne une dynamique devant, je trouve qu'il est courageux dans tout ce qu'il fait, il joue pour l'équipe, et ça ne l'empêche pas de marquer des buts » . Bien entendu, on n'est pas fou et si Bordeaux se traîne à la 13e place, il le doit aussi à certaines fragilités fatales, notamment derrière... mais là encore, le solide nul obtenu face à Lille (qui aurait pu, aurait dû être une victoire girondine) indique le début d'une consolidation. Peut-être au-delà du simple cas de la défense. Oui, l'air de rien, Bordeaux ressemble de plus en plus à Bordeaux. A Lyon de prouver qu'il est bien redevenu le vrai Lyon.

Dave Appadoo

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Pas vraiment d'accord !!

On saura ce que l'OL de Garde vaut réellement lorsque des cadres comme Gourcuff et surtout Licha seront de retour !!

Quand on aura cette équipe, on pourra réellement juger l'OL :

-------- Lloris ---------
RvR - Koné - Lovren - Aly
Gonalons ------ Kallstrom
------- Gourcuff --------
Briand -- Licha -- Bastos
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Top 10 : Corners directs
0 1