Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e
  3. // APOEL/Lyon (1-0, 4-3 tab)

Lyon tombe de haut

Énorme couac pour Lyon qui sort de la Ligue des Champions la tête basse. C'est l'APOEL Nicosie qui s'incruste dans le top 8 européen en s'imposant aux pénos. C'est fou.

Modififié
APOEL / OL : 1-0; 4-3 tab

But : Manduca pour Nicosie

Ça sentait le traquenard, ce match. Un stade à l'ancienne, un public chaud bouillant, des dents cassées dans les tribunes, un but d'avance pour les Lyonnais et une gueule de bois persistante depuis le but égalisateur de Guillaume Hoarau, voilà dix jours, en Ligue 1. Pour se qualifier pour un quart de finale de Ligue des Champions, l'OL devait faire un coup à Nicosie. A priori, rien d'insurmontable sur le papier. Le papelard, justement, on y vient. Rémi Garde avance un 4-2-3-1 avec Gomis et Lacazette - pourtant buteur à l'aller - sur le banc. Petite surprise, Ederson est aligné d'entrée. A lui de montrer qu'il mérite mieux qu'une fin de contrat dans l'indifférence la plus totale en juin prochain. Garde mise sur l'expérience de son groupe pour se qualifier pour le Top 8 européen. Nicosie va se la jouer ambiance chaude et jeu direct. Un cocktail suffisant pour valider son incroyable ticket pour les quarts après une séance de pénos victorieuse. Lyon a mal à la tronche. Et c'est peut-être plus grave que prévu... Alors que les ultras locaux partent sur des bases vocales très élevées, sur le pré, c'est le round d'observation. Un round qui dure huit minutes. Tant mieux. C'est le temps qu'il faut aux locaux pour déflorer Hugo Lloris. Koné et Cris sont débordés par le mouvement à trois des Chypriotes au cœur de la surface de réparation. Charalambides sert idéalement Manduca dans le dos de Réveillère, le Brésilien fusille le portier lyonnais a bout portant. Stupeur et tremblements, tout est à refaire pour Lyon.

Dans l'euphorie, on en oublie presque la relance foireuse de Koné qui amène le but. L'axe de la défense lyonnaise tire déjà la tronche. On s'en doutait un peu, en même temps. Et comme les mauvaise nouvelles n'arrivent jamais seules, Gonalons se blesse sur un tacle adverse et commence sérieusement à boiter bas. Sans un éclair d'Ederson sur coup-franc, le ciel lyonnais est ombrageux. On sent les ouailles de Jean-Michel Aulas endormies. Dépassées par le contexte. Mais petit à petit, le vaisseau lyonnais refait surface. Lisandro sert d'ailleurs idéalement Bastos dans la surface, mais le Brésilien rate sa tête. Nicosie joue nettement mois haut, le pressing est moins viril et les espaces plus nombreux. Pendant ce temps, Ederson ratouille une tête piquée sur un délice de centre de Bastos. Ça se rapproche. Une saloperie de but, et Lyon serait serein. Une sérénité mise à mal par chaque contre-attaque des locaux. Sur l'une d'elles, Solari décoche une belle frappe du gauche à l'entrée de la surface des Gones, Lloris sort une parade du pied. En contre, l'OL est souvent à la rue, le jeu est trop rapide pour Cris et Koné, qui mettent un temps fou à se retourner sur chaque balle en profondeur.

Chiotis dégoute l'OL


Ça repart bien en seconde période, Oliveira et Cris se collent quelques gifles dans la gueule et finissent au sol. Comme des enfants. C'est ridicule, mais ça fait drôlement marrer. Moins drôle, la tête déviée de Cissokho, qui est à une barre transversale de foutre la gonfle dans son propre but. Sa spécialité. Clairement, Lyon a décidé de se la jouer patient. Mais les pertes de balle sont nombreuses au milieu, et les situations chaudes devant les bois de Lloris sont fréquents. Mais Solari est maladroit. Trop maladroit. Par deux fois, il gâche le travail de mutant de son collègue Charalambides, omniprésent sur ce match. Garde sent son slip se serrer et décide de passer à deux pointes en injectant Gomis sur le front de l'attaque au profit d'Ederson. Lyon peut souffler, Charalambides est prié de laisser sa place sur le pré. Le mec est décidément trop fort pour ce match. C'est flagrant. Des deux côtés, on recherche le KO, histoire de s'éviter la prolongation. Bah, c'est raté... On en reprend pour 30 minutes. Rémi Garde est au bord du malaise. Il est en prolongation contre Nicosie. Des Chypriotes. Psychologiquement, c'est dur.

On ne va pas se mentir, les organismes sont carbonisés. Il ne se passe rien, mais le suspense est là. Un vrai match de Coupe d'Europe. Koné, qui tente de faire oublier ses boulettes, place un bon coup de tête sur un corner de Källström, le gardien adverse est facile. C'est laborieux. Surprenant, Cris tient encore le coup. Et quand Lisandro se retrouve en bonne position dans la surface adverse, il manque de clairvoyance et rate son enchainement. Un peu comme Manduca qui défend bêtement et prend un second jaune. A la douche. Vu que ça semble arranger tout le monde, on se dirige tranquillement vers les penalties. Sept ans après cette saloperie de série contre le PSV, l'OL remet son avenir européen au jeu de la chance. 1-1, 2-2, 3-3... Le football est cruel. Surtout pour le bambin Lacazette qui voit sa tentative stoppée par Chiotis. Lyon est mal. Et Lyon rentre à la maison après le raté de Bastos. Incroyable, l'OL est giclé de la C1 par Nicosie. Difficile d'en tirer quelque chose. Lyon a joué avec le frein à main. Les hommes de Rémi Garde ont surtout raté le coche au match aller, à Gerland. Il va falloir se relever de ce terrible échec, ce samedi, contre Lille. Parce que la C1, elle n'est pas près de revenir à Gerland pour le moment. Pour les locaux, c'est la folie. Le football a ce côté irrationnel quand même. Et c'est tant mieux après tout.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 16:59 Froger vers l’USM Alger
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:15 Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 9 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre dimanche 17 juin Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 dimanche 17 juin Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 dimanche 17 juin Lozano climatise l'Allemagne 5 dimanche 17 juin Maradona, le cigare et les yeux tirés 62 dimanche 17 juin La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 dimanche 17 juin Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 dimanche 17 juin Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 dimanche 17 juin Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 10 dimanche 17 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes
À lire ensuite
Messi divertit Barcelone