1. //
  2. // 3e journée
  3. // Évian TG/Olympique Lyonnais (1-1)

Lyon se contente d'un point

Dominateur puis bousculé, Lyon a bien failli repartir bredouille de son déplacement à Évian. C’était sans compter sur Michel Bastos, qui s’est mué en sauveur en plantant un coup franc surpuissant (1-1).

Modififié
0 10
Évian TG/Olympique Lyonnais : 1-1

Buts : Barbosa pour Évian. Bastos pour Lyon.

Et dire qu'il pourrait tailler sa route... Michel Bastos a une nouvelle fois fait parler son talent et sa puissance ce soir. Une mine du gauche sur coup franc, et boom, l'OL arrache le point du match après avoir concédé l'ouverture du score face à Évian.

Domination lyonnaise stérile

La qualité du début de rencontre est pour ainsi dire assez médiocre. Après dix minutes de « pas grand-chose » , la tactique mise en place par les deux équipes est cependant identifiable : Évian laisse l’initiative aux Lyonnais, qui dominent outrageusement en matière de possession (près de 70%) et d’occupation du terrain. Des occasions ? Bah... Gomis et Fofana tentent de loin et mettent le ballon dans les nuages, M’Madi également. La suite, c'est un Lyon qui tricote sans trouver la faille, et un Évian-Thonon regroupé en bloc dans son camp. Dans cette configuration, c’est un grand classique : l’équipe qui subit attend le contre et/ou le coup de pied arrêté. Ça tombe bien, c'est ce qui arrive avant la demi-heure de jeu. Sur corner, Cambon trouve Wass au second poteau, lequel remise de la tête à Sagbo, complètement seul à bout portant. L’attaquant ivoirien tente la frappe vicieuse sous le gardien, mais Lloris est vigilant (28e). Si la fin de première période est plus décousue (Lloris s’interpose sur deux nouveaux corners), on se dit que le pauvre spectacle proposé risque fort de se prolonger en seconde période. Lyon a été dominateur, mais les meilleures occasions sont savoyardes. Du coup, on imagine bien que Pablo Correa va encourager les siens à maintenir cette tactique défensive.

Bastos réveille l’OL

C’est évidemment ce qui se passe à la reprise, avec un peu plus d'activité. Au bout de cinq minutes à peine, on a déjà vu plus d’occasions qu’en première période. D’abord, Gomis lâche une frappe au ras du montant de Laquait (48e). Puis de l’autre côté, Sagbo sollicite Lloris en coupant un centre de Rabiu depuis la droite (49e). Enfin du football. Même mieux, à partir de son occasion, Évian abandonne sa défense à 10 pour se jeter vers l’avant. Sans doute après avoir pris conscience que la charnière Biševac-Koné n’était pas rodée... Toujours est-il que les Hauts-Savoyards sont plus agressifs, et surtout, pressent enfin des Lyonnais jusque-là tranquilles. Le mieux, c'est que ça marche : Sagbo se démène sur la droite et balance un centre sur Barbosa, laissé (inexplicablement) seul au point de pénalty. Le vétéran réalise un combo amorti poitrine/demi-volée qui laisse Lloris impuissant (1-0, 55e). Lyon va d’abord mal vivre cette ouverture du score. Enfin, surtout Lisandro, sorti par Rémi Garde après avoir gueulé sur tout le monde. C’est alors le dinosaure Michel Bastos qui fait son entrée. On l’attendait, celui-là.

L’ailier brésilien, hyperactif sur son aile gauche, va redresser Lyon à lui tout seul. Après avoir adressé un centre/caviar pour Gomis (qui foire son face à face, 63e), le copain de JMA se charge d'un coup franc. Aux 25 mètres plein axe, Bastos profite de la position hasardeuse du mur pour envoyer une frappe surpuissante à mi-hauteur (1-1, 73e). Correa a beau contester les décisions arbitrales, l’ETG ne peut pas faire plus. Les deux équipes avaient des objectifs, toutes les deux ont échoué. Car avec ce petit point, Lyon devrait certainement perdre son fauteuil de leader ce week-end, tandis qu’Évian pourrait bien se retrouver dans la zone rouge. En tout cas, l'avenir de Michel Bastos va encore faire parler à Lyon. Après le but décisif de l'ancien Lillois, le président Jean-Michel Aulas, présent dans les tribunes, a esquissé un grand sourire. Avant de se cacher le visage.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Marek Hamsik Niveau : National
J'ai du mal a voir comment JMA va pouvoir vendre Bastos, du moins en invoquant des raisons sportives. Parce que la, deux buts décisifs (et magnifiques en 2 matchs) c'est pas mal pour un "pharaon". Après, si vraiment il veut alléger la masse salariale... Mais bon, c'est un cercle vicieux, se séparer des meilleurs pour économiser, on a moins de chances de revenir au sommet, et par conséquent, de retrouver les lustres d'antans, tant sur le plan économique que sportif.
Sympa l'arbitre sur la "faute" du joueur de Evian.. ! mais beau coup franc !
JMA pourra remercier Bastos s'il se casse réellement !

Sinon, le vendredi soir, mtn, c'est la soirée match nul 1-1 (apres Lille-Nancy et Mhsc-Toulouse)
Note : 1
Fallait voir sa tête a JMA lorsque Bastos a marqué !

C'est limite si il été déçu ! Dans sa tête il devait
se dire :
"Eh merde* pourquoi il a fallut que ce soit lui qui
marque bon sang ! Ces foutus journaleux vont encore
me saouler avec leur questions vicieuses du genre: ce but remet-il en cause un possible transfert de Bastos ? Mais j'ai besoin d'argent moi merde* !!"
Rémi Garde a encore sorti son 4-2-4 avec ces 4 plots devant. Comme d'habitude, ça n'a rien donné. Les deux milieux se sont progressivement éteints (s'étaient ils allumés?), fatigués de tout faire tout seul et dans le vide.
Bref, un match mal préparé tactiquement, qui aurait du être gagné tranquillement tant Evian TG est faible et qui a finalement être perdi selon la même recette que l'an passé.
Triste, j'avais bon espoir pourtant.
Match nul, dans tous les sens du terme. Qu'un très beau coup-franc de Bastos pour sauver la soirée (Bastos au passage qui doit bien se fendre la poire, tout pharaon qu'il est, en pensant à papi Aulas). Le reste du match, du muscle et des gros tacles appuyés, des courses dans le vide, des passes soit trop courtes, soit trop longues, soit 3m à côté..
Quelle tristesse.
En cette période de rentrée littéraire, j'ai regardé Evian-OL avec VGE : « Je ferai une analyzche en trois points. Premièrement, on peut dire que L'OL a bu la tache à Evian, hu hu. Deuzchièment, plus chérieusement, le départ de Cichokho se fait clairement rechentir. (Il bave, puis émet un borborygme de reprise d'inspiration). Troichièment... Y'a encore, heuuu, un petit côté voyeur à regarder courir, hu, Réveillère là. (Il s'endort. Enfin j'espère que ch'est cha, ahr!, *c'est ça.) »
Valery Giscard D'Estaing, de l'Académie française («Mathilda», XO éditions)

ps : Bastos ne marque pas, il envoie des messages à Terra-Nova ; et il a décidément dans chaque jambe un contrôleur de gestion lyonnais heureux.
olympedegouge Niveau : Loisir
Une partie d'une pauvreté affligeante. IL faut croire que le niveau moyen de la L1 frise les pâquerettes. Evian TG quoi !
par pitié -evian ajaccio brest.. nancy troyes..rennes... + nantes monaco lens auxerre....

merci
C'est vrai que le match n'était pas d'une très grande qualité. L'ETG a même produit plus de jeu que l'OL mais ça, ce n'est pas difficile puisque Lyon cherche toujours son jeu depuis 4 ans... .
Mention spéciale à Lloris, Gomis et Briand et pour tout le reste, il y a Eurocard Mastercard.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 10