Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Résumé de la 12e journée

Lyon s'accroche, Lille et Saint-Étienne se neutralisent

Pendant que Enyeama et Ruffier ont permis à leur équipe de ne pas perdre à Pierre-Mauroy, l'OL a parfaitement pris la roue du PSG en s'imposant à Nice. Guingamp s'est quant à lui donné de l'air face à Bastia, tout comme Montpellier contre l'ETG. À Metz, Florent Malouda a été le grand bonhomme de la soirée lors de la victoire des Grenats contre Caen.

Modififié
  • Lille 1–1 Saint-Étienne

    Buts : Frey (16e), Gradel (60e)
    Ce soir, le public du stade Pierre-Mauroy, à Lille, a eu droit à un sacré duel de gardiens. Lors de cette rencontre entre européens, Ruffier d'abord et Enyeama ensuite ont fait étalage de leur classe en repoussant les tentatives d'Origi, puis Gradel sur penalty. Avant cela, les deux portiers internationaux avaient néanmoins dû s'incliner une fois chacun. Ruffier le premier. Car à l'occasion des 70 ans du LOSC, les Dogues comptaient bien mettre fin à une vilaine série de trois défaites consécutives en Ligue 1. Et visiblement, l'anniversaire a donné des ailes aux coéquipiers de Rio Mavuba qui mettent la main sur le match en début de partie. À la 16e, Michael Frey vient logiquement donner l'avantage aux Nordistes. L'attaquant suisse bénéficie d'une passe involontaire de Lopes suite à une frappe manquée et d'une sortie incompréhensible de Stéphane Ruffier qui laisse son but ouvert. 1-0. Le CRS stéphanois se rattrape peu avant la mi-temps en stoppant avec autorité une reprise de Kjær dans les six mètres. Les Verts ont ensuite l'occasion de revenir, mais Hamouma, esseulé dans la surface lilloise, manque le cadre. À l'heure de jeu, Max-Alain Gradel, lui, ne se trompe pas sur un centre venu de la gauche de Tabanou. En reculant, le Stéphanois fait parler ses abdos et trompe Enyeama. 1-1. La suite, ce sont ces deux pénos repoussés par Ruffier (72e), puis Enyeama (85e). Au final, les deux équipes restent dos à dos au terme d'une partie qui laissera des regrets à chacun.

  • Metz 3–2 Caen

    Buts : Maïga (10e, 51e), Calvé (66e), Koïta (83e), Malouda (90e)
    L'homme de cette soirée à Saint-Symphorien aurait pu être Modibo Maïga, auteur d'un doublé. Mais au vu de la fin de match renversante, les supporters lorrains retiendront sans doute davantage le nom de Florent Malouda. Passeur, puis buteur décisif, l'ancien joueur de Chelsea a joué un rôle clé dans la victoire messine face à Caen. Tout d'abord en délivrant un caviar magnifique du pied gauche pour Maïga qui n'avait plus qu'à pousser le ballon au fond des filets (10e). Puis en donnant la victoire aux Grenats dans les arrêts de jeu sur un penalty. Entre-temps, Metz s'est fait peur. Car après avoir mené 2-0 suite à un beau pointu rageur de Maïga, les Lorrains ont vu leurs homologues promus revenir au score. Tout d'abord grâce à Calvé, auteur d'un maître coup franc, puis grâce à une tête de Koïta magnifiquement servi par Raspentino (83e). Mais pas question d'abdiquer pour des Messins qui restaient sur trois matchs sans marquer le moindre but. Et au début des arrêts de jeu, Yahia est expulsé pour une faute sur Maïga dans la surface. C'est le septième penalty concédé par les Normands cette saison. Malouda prend ses responsabilités et trompe Vercoutre. Metz l'emporte 3-2 et remonte à la huitième place.

  • Nice 1–3 Lyon

    Buts : Puel (50e), Malbranque (65e), Lacazette (80e, 93e)
    Cela aurait pu être la belle histoire de la soirée. Grégoire Puel, conspué par son propre public depuis des mois, qui offre la victoire à Nice grâce à un magnifique but. Mais il n'en fut rien. Ce soir, même s'ils y ont cru, Lyon était trop fort pour les Niçois. Dès le début de rencontre, les Gones sans Gonalons ni Gourcuff dominent largement et se montrent dangereux. Au quart d'heure de jeu, Hassen sort deux belles parades face à Njie, puis Malbranque. Au fil des minutes, le match s'équilibre et devient de moins en moins emballant. Au retour des vestiaires, même scénario jusqu'au but du fils maudit Grégoire Puel. Sifflé au cours du premier acte suite à quelques maladresses, le latéral du Gym permet à une partie du public de l'Allianz Riviera de retourner sa veste grâce à un missile sous la barre d'Anthony Lopes. Mais 13 minutes après cette ouverture du score, à la suite d'un mouvement d'école, Bedimo sert en retrait Malbranque. Plat du pied = sécurité = efficacité. Lyon égalise. Puis à dix minutes de la fin, Alexandre Lacazette ne souhaite surtout pas voir s'arrêter la série de quatre victoires consécutives de son OL. Le capitaine d'un soir prend le ballon aux quarante mètres, s'infiltre dans la défense niçoise et trompe Hassen du pied droit. Propre et surtout logique, même si Éric Bauthéac illustre parfaitement l'expression « bouffer la feuille du match » en frappant au-dessus à trois mètres du but vide d'Anthony Lopes. Nice a laissé passé sa chance. Alexandre Lacazette, lui ne se prive pas d'enfoncer le clou en inscrivant la copie conforme de son premier but. 3-1 pour l'OL qui conforte sa troisième place, à un point de Paris.

  • Montpellier 2–0 ETG

    Buts : Bérigaud (32e), Mounier (91e)
    Après avoir été fessé à Lyon et braqué à Reims, Montpellier comptait bien repartir de l'avant à domicile face à l'ETG qui restait également sur deux défaites consécutives. C'est chose faite et le dicton « jamais deux sans trois » s'applique ce soir pour les Hauts-Savoyards. À la demi-heure de jeu, Tiéné déboule dans son côté gauche et délivre un bon centre dans la surface. La charnière de l'ETG oublie l'ancien de la maison, Kévin Bérigaud, qui inscrit son premier but pour la Paillade. 1-0. Rolland Courbis souffle définitivement quand Mounier met les siens à l'abri suite à un dégagement raté de Jesper Hanssen. 2-0. Première victoire pour les Montpellierains dans l'antre de leurs collègues rugbymen : l'Altrad Stadium. Le MHSC est ce soir neuvième. Évian est lanterne rouge.


  • Guingamp 1–0 Bastia

    But : Gillet csc (32e)
    Quand le 20e reçoit le 18e et que les deux formations restent sur une défaite à la maison, il faut forcément s'attendre à un match crispé. C'est ce à quoi le public du Stade du Roudourou assiste en première mi-temps. Alphonse Areola, lui, vit une soirée très compliquée dans les airs. À la 25e minute, le portier des Bleuets relâche le ballon sur un centre en cloche venu de la droite. Sans conséquence, car Squillaci est à la rescousse pour dégager. Mais à la demi-heure de jeu, Schwartz enroule un corner du pied droit. Seconde erreur de la soirée pour Alphonse qui manque le ballon. Yatabaré est à l'affût pour glisser le ballon au fond en extension. Gillet est trop court et ne peut que dégager le ballon dans ses propres filets. En fin de match, Ayité a la balle d'égalisation au bout du pied sur un coup franc à 20 mètres. Hélas pour Bastia, l'ancien Rémois tire dans la foule. 1-0. Guingamp relève la tête et sort de la zone rouge après son humiliation face à Nice (7-2). Bastia, en revanche, qui n'a jamais gagné à Roudourou en première division, glisse à la 19e place.

    ⇒ Résultats et classement de L1

    Par Antoine Beneytou
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall
    jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
    À lire ensuite
    Un Bayern renversant