Lyon ressort les crocs

A la force du mollet et sans beaucoup de réserves, l’OL a gravi les premiers lacets sans faire de bruits, bien calé dans la roue du trio de tête. Mais avec le retour de ses stars, Lyon pourrait bien avoir de nouveau ce qu’il a perdu depuis plus de trois ans : une bonne gueule de vainqueur.

0 4
Parfois une conjoncture désastreuse est finalement la meilleure chose qui puisse vous arriver. Prenez l’Olympique Lyonnais par exemple. Après des années d’opulence presqu’outrancière à l’échelle du football français de club, voilà la team de Jean-Michel Aulas contrainte de faire connaissance avec les joyeusetés de la rigueur. Le club rhodanien a tout simplement un trou de 30 millions d’euros dans son bas de laine. Le résultat de saisons multiples passées à vivre au-dessus de ses moyens. Mais de multiples saisons passées aussi à terroriser le football français et à tutoyer les grands d’Europe. Jusqu’à il y a trois ans. Car depuis 2008, le club qui fut le plus grand despote de l’histoire du Championnat de France ne gagne plus rien. Même pas une toute petite Coupe de la Ligue à la con. Et c’est bel et bien cette disette absolue qui a ouvert les yeux de Jean-Michel Aulas sur une des raison de la dérive du paquebot lyonnais : il fut un temps, l’OL recrutait malin et revendait une blinde avant de finir par acheter très cher pour refourguer une misère (Keita, Makoun et quelques autres, si vous nous lisez…).

Sans la moindre thune, sans plus aucun nouveau trophée à faire fondre éventuellement pour monnayer du cash, JMA a dit stop et découvert un mot trop longtemps oublié : racines. Car la tirelire vidée et les interdits bancaires ont poussé Lyon à se replier sur lui-même pour trouver en son sein ce qu’il ne pouvait plus aller chiner ailleurs. C’est ainsi que l’OL s’est de nouveau tourné vers son centre de formation pour se renforcer à moindre coût (immédiat s’entend, car former un joueur est un investissement considérable), dans l’espoir de dénicher un nouveau Benzema ou Ben Arfa qui pourrait aider le club sportivement avant de renflouer les comptes sur un transfert juteux. Mais à côté de cela, Lyon a aussi et surtout intronisé sur le banc un homme de la maison.

Lisandro, la vraie star du Championnat

Car la meilleure recrue lyonnaise est forcément Rémi Garde. Oh, non pas que le bonhomme ait révolutionné quoi que ce soit tactiquement, l’OL restant une formidable machine à contrer, loin du maître à jouer imaginé par certains avant son arrivée. Mais l’atmosphère plus légère, plus unie, même quand l’équipe est un peu partie en quenouille avant l’hiver, aura nécessairement contribué à maintenir Lyon à flots. N’idéalisons pas trop non plus. Après tout l’équipe de Garde est moins bien placée que celle Puel à la même époque l’an passé en L1 (4e contre 3e). Et quelques esprits taquins ne manqueront pas de signaler que sous les ordres de l’ancien technicien lillois, l’OL n’avait pas eu besoin de convoquer les astres - et peut-être quelques autres forces - pour se qualifier en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Pas faux. Mais en admettant qu’ils aient eu à le faire sous Puel, les Gones auraient-ils été capables de cet exploit ? Sans doute pas. D’autant que le meilleur est peut-être à venir.

Garde a en effet dû composer avec un nombre incroyable d’absences majeures durant le premier semestre. Et si Lyon a fini plutôt fort la phase aller du Championnat, cela coïncide comme par hasard avec le retour de ses cadres. Au premier rang desquels Lisandro figure un leader technique, efficace, tout en énergie et en animalité qui en font, il faut bien le dire, la vraie star de la Ligue 1, devant Pastore et Hazard à la classe certaine, peut-être même plus grande, mais dépourvus de l’impact mental de Licha quand, baloches au vent, l’Argentin emmène tout le monde avec lui. Lors de la défaite au Parc, où dans le jeu Lyon avait fait jeu égal avec un grand Paris, on s’était surpris à imaginer que le résultat (2-0 pour le PSG) aurait été inversé si Pastore avait manqué à l’appel et que Lisandro avait pu être présent. Désormais, l’ex-goleador de Porto est back in business. Et qui sait si, nourri par le retour de ses cracks et par le souvenir de quelques miracles quand l’effectif était dépeuplé, Lyon ne sera pas le très gros client de la deuxième partie de saison…



Par Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Les baloches au vent :D
En tout cas je suis d'accord pour dire que Lisandro est sans conteste le meilleur joueur de L1. Peut-être pas la "star", aux chevelures improbables et conquêtes hors stade incessantes, mais juste le meilleur.
Just Lich them
Ce match contre le LOSC est très important. Une victoire serait magnifique, car on serait très proche de la finale, et il ne resterait que l'OM comme adversaire très dangereux. (Sans vouloir manquer de respect aux autres équipes). Cette saison, il nous faut au moins un trophée.

Si non, d'accord avec toi aleKsson, Licha, est LE Meilleur joueur de L1, mais mtn, une star c'est devenu plus un joueur de qualité, mais surtout sur médiatisé !!
Johnny Dramma Niveau : Ligue 1
aleKsson : Licha est le meilleur joueur de ligue 1... à son poste, sans problème, mais en face y'aura un petit belge qui a du répondant.
euh Licha va sur ses 28 ans, normal qu'il ait plus d'influence que les deux précités je pense..
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 4