1. //
  2. //
  3. // OL/LOSC (2-1)

Lyon renaît dans la douleur

Rois de l’entertainment, les Lyonnais ont souffert jusqu’au bout d’une rencontre qu’ils auraient dû tuer en première période (2-1). Cette victoire leur permet d’entretenir l’illusion d’une nouvelle participation à la C1 l’an prochain.

Modififié
0 0
Lyon - Lille : 2-1

Buts : Lacazette et Lisandro pour l'OL. Chedjou pour le LOSC.

Signe que la L1 est un championnat « flottant » , il se pourrait bien qu’à la fin de la saison aucun des participants à la Champions de cette année ne retrouve le grand tourniquet continental pour 2012/13. C’est quasi-sûr pour au moins deux d’entre eux (on pense aux deux Olympiques), vu l’avance de Paris et de Montpellier et que le troisième ne donne pour l’instant guère de gages (on songe au champion sortant lui-même et à son nouveau stade). Ce soir, l’OL est revenu à quatre points des Lillois, troisième et heureux détenteurs, pour l’instant, du précieux sésame pour le barrage de la Champions. Si les footballeurs lyonnais venaient à arracher une énième participation à la C1, cela validerait la nouvelle politique du club. Mais on n’en est pas là : Lille, Saint-Etienne, Rennes, Toulouse et même Marseille convoitent cette troisième place. La dernière à prendre pour le voyage en haute altitude..

Longtemps, les joueurs venaient à Lyon pour garnir leur filet à provisions et surtout faire grossir leur palmarès, quitte à sacrifier un peu de temps de jeu. Un (petit) mal pour un (grand) bien. Un gars comme Hugo Lloris avait quitté la côte d’Azur à l’été 2008 dans l’espoir de poursuivre la quête frénétique de titres des Rhodaniens. Las, depuis qu’il est arrivé le septuple champion de France ne gagne plus rien et il ne viendrait à l’idée de personne de considérer qu’il y est pour quelque chose tant il multiplie les exploits. La fuite en avant décidée par Jean-Michel Aulas depuis trois ans et demi a débouché sur une demi-finale de C1. Point. Les transferts coûteux (Lisandro, Cissoko, Gourcuff…), et les salaires y afférant, ont plombé la trésorerie. Les actionnaires minoritaires ont freiné des quatre fers et ont persuadé le boss d’adopter un mode de vie plus en phase avec l’époque. D’où l’option Garde et un rajeunissement des cadres. On doute que les ambitions soient revues à la baisse mais il faudra faire avec le réel.

Depuis un moment, l’OL est une formidable machine de l’entertainment. On pense au OL-OM (5-5) d’il y a deux ans, à l’OL-PSG (4-4) d’il y a un mois, au controversé Zagreb-OL (1-7) de décembre dernier. Cela doit peut-être réjouir le Seydoux d’entre Rhône et Saône mais définitivement pas JMA. La première mi-temps de cet OL-LOSC n’atteint pas les sommets des deux performances précédentes mais on ne s’y ennuie pas. Les Lyonnais ont encore un peu la tête à Nicosie mais prennent sur eux. Après avoir la balle aux Nordistes, une accélération de Dabo prend Debuchy au dépourvu et le centre de l’ex-Stéphanois échoit à Lacazette qui catapulte de la tête dans le but de Landreau sur la première opportunité du match (12è). Un peu de baume au cœur pour l’international des U-20. Le match est agréable et il ne s’y passe pas grand-chose de crucial jusqu’à la fin de mi-temps. Sur un centre de Bastos, Lacazette ferraille avec deux défenseurs lillois et pense perdre la balle quand Lisandro qui traînait par-là (l’arc de la surface) fouette un ballon du droit dans la lucarne nordiste (38è). Le break devait être trop agréable aux hommes de Rémi Garde puisque suite à un deuxième corner de Peretti, Chedjou réduit le score d’une tête smashée au premier poteau. Les joueurs du Nord s’en sortent bien. On jouait l’extra-time, on avait peur de s’ennuyer mais…

La seconde mi-temps repart sur d’autres bases. Le champion de France presse haut. Lloris se détend sur un retourné de Béria (48è) suite à un corner. On se dit que Joe Cole est un de joueur de classe intermittent et que Nolan Roux n’est pas encore un fruit mûr. Mais surtout que Gervinho manque cruellement à cette équipe-là. C’était lui le meilleur de Ligue 1 l’an dernier, pas Eden Hazard. Histoire d’égayer un peu la rencontre, Bastos écrase un coup-franc des vingt-cinq mètres sur la transversale (57è). De Melo (rentré à la place de Roux) envoie à son tour une tête sur la barre sur à une merveille de centre de Digne (62è). La pression monte, l’agressivité aussi; les jaunes sortent pour Lovren, Dabo, Mavuba. Le défenseur croate (un des quatre joueurs de 23 ans et moins alignés par Garde, six en tout de 25 et moins) arrive en retard et fauche Hazard : rouge. Décidément, les Rhodaniens aiment le suspense. Comme contre Paris, ils ont commencé à reculer peu après l’heure de jeu. Fofana, Koné et Briand montent au jeu entre la 72ème et la 75ème. De Melo ouvre trop son pied et la balle file juste à côté du poteau gauche. Les champions de France monopolisent le ballon : Hazard au-dessus (84è) ; Lloris repousse une lourde frappe de Payet (85è). Les champions de France ne paniquent pas, jouent bien mais vont perdre. Comme Lyon, ils ont perdu de leur magie, comme l’OL, ils s’accrochent à leur rêve de troisième place. Voire…


Par Rico Rizzitelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0