Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 11e journée

Lyon relance la Ligue 1, le PSG garde le rythme

L'OM n'est plus invincible, la faute à Lyon, victorieux du choc de la 11e journée. Paris continue de gagner avec les rouges tandis que ceux de Nice, emmenés par Carlos Eduardo ont fait exploser Guingamp. Les joies du week-end en Ligue 1.

Modififié
  • Lyon spolie la série marseillaise

    Comme le dirait Jean-Louis Aubert en solo, voilà, c'est fini. Le nombre de victoires consécutives de l'OM s'arrête à 8 et c'est toute une ville qui redescend sur terre. Au fond, Marseille n'est pas passé à côté de ce que beaucoup considéraient comme son premier « test » de la saison. Après avoir survécu au pressing lyonnais des 25 premières minutes, l'OM a peu à peu repris sa marche en avant, canalisant la fougue rhodanienne et ses futurs grands. Oui, le match aurait pu être différent, sans un pied de Lopes, avec une frappe de Mendy placée 3 centimètres plus à gauche. Mais faire tomber cette équipe-là nécessitait sans doute un peu de réussite, de la filouterie et du talent. Solide à l'arrière, là où l'on annonçait son implosion, l'OL a réussi le coup parfait en tenant la baraque, et en sachant profiter de l'un des contres qui s'est offert à lui. Tactiquement risqué, le pari s'est avéré payant par la grâce de Lacazette, mais surtout celle de Yo, ressuscité d'entre les morts et auteur d'un but aussi fin que meurtrier. Dimanche, la bombe humaine s'appelait Gourcuff. Les rêves de Cendrillon de l'OM, eux, ont pris un petit coup. Tant mieux pour la partie de flipper qui s'annonce en tête de la Ligue 1.

    ⇒ Le compte-rendu de Lyon/Marseille
    ⇒ Les notes du match

  • Vous avez raté Nice-Guingamp et vous n'auriez peut-être pas dû

    Une fin d'après-midi de Ligue des champions. Car si l'affiche ne payait des mines de crayon graphite, elle a pourtant offert une orgie spectaculaire. 9 buts, des erreurs, des beaux gestes, mais surtout un homme, Carlos Eduardo, milieu brésilien et Aiglon puissant. Déjà au-dessus du lot dans l'équipe de Claude Puel, le joueur prêté par Porto s'est ni plus ni moins contenté d'un quintuplé dans la rencontre. Plus mérité que celui de Luis Adriano, de surcroît. Car si l'on retiendra le but gag offert par Jonas Lössl, Carlos a brillé par sa technique et sa justesse face aux bois, au point d'égaler Philippe Anziani (5 buts sous les couleurs de Sochaux face à Toulon en 1984), mais toujours un cran en dessous de Tony Kurbos, auteur d'un sextuplé avec Metz face à Nîmes (1984 également). Désormais bien calé à la 7e place, Nice peut voir venir. Et remercier Porto pour le prêt.

  • L'analyse définitive du week-end : Ntep va rouler sur la Ligue 1

    Rennes a l'habitude de faire dans les doubles prénoms incroyables. Sauf que celui-ci est talentueux. Face à Lille, Paul-Georges a confirmé qu'il était sans l'ombre d'un doute l'un des dynamiteurs les plus puissants du championnat. Vitesse, technique, lucidité : Ntep contient tout ça dans ses jambes de feu et s'en est servi pour pousser le Lille de papi Girard dans les orties. 3e défaite consécutive pour les Nordistes, seulement 10es, et qui vont devoir sérieusement réviser pour obtenir de meilleures notes et satisfaire aux ambitions affichées en début de saison. Mais face à un Paul-Georges qui ne devrait pas s'éterniser en Bretagne, la mission était de toute façon trop difficile.


  • La polémique de la machine à café : Willy Sagnol peut-il légitiment en vouloir à Tony Chapron ?

    Les semaines se suivent, les critiques sur l'arbitrage aussi. Au Parc, Tony Chapron n'a pas hésité à voir rouge rapidement dans la partie. Van der Wiel sorti pour un tacle par derrière, Poko a rapidement rejoint le latéral parisien aux vestiaires pour avoir chopé le genou de Verratti plein fer. Loin d'être scandaleuse, l'expulsion du milieu girondin a fait exploser Willy : « Si ce rouge est mérité, alors il faut faire de la danse, il faut faire du patinage artistique. Il ne faut surtout pas faire du foot. Sinon, on interdit le tacle, on joue les yeux bandés avec dix ballons. Le carton rouge était dans la main de l'arbitre avant même que Verratti soit tombé.  » D'autant plus courroucé que son équipe a perdu la rencontre sur deux penaltys de Lucas, le coach bordelais a semble-t-il toutefois cherché le mauvais coupable. À la vue des images, l'homme en jaune, toujours bien placé, a pris les bonnes décisions. Sinon Willy, un mot sur la prestation apathique de tes joueurs ?

  • Le top 5

    - Carlos Eduardododododo
    - Anthony Lopes, béton du pied, solide des poings
    - Hervé Bazile, bolide caennais victorieux de Lorient
    - Max-Alain Gradel et son envolée gagnante contre Metz
    - Valentin Belon, portier lensois en état de grâce

  • Ils ont dit

    - « Je dois reconnaître que Michel Der Zakarian travaille mieux que moi, car je désespère maintenant de voir certains joueurs progresser, être constants, respirer le football qu'ils doivent pratiquer à leur postes. Je n'ai pas besoin de deux numéros dix en défense centrale, j'ai besoin de deux défenseurs centraux.  » Pascal Dupraz, qui admet que l'entraîneur du 5e de Ligue 1 est meilleur que celui du 19e. Lucide.

    - « Apparemment, il (l'arbitre, ndlr) était sur le point de siffler, et il a renoncé, je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être parce qu'il y avait déjà eu deux penalties. Mais bon, quand il y a penalty, il y a penalty.  » Pour Sylvain Ripoll, il y avait bien penalty pour Lorient en fin de match face à Caen.
    - « Nice a parfaitement joué le coup, on leur a ouvert les portes et ils se sont servis. On va plaider la thèse de l'accident. On a eu un accident de poussette. » Jocelyn Gourvennec, papa maladroit.
    - « Évoquer l'arbitrage, c'est toujours chercher une justification de la part de l'équipe qui s'estime lésée. » Bielsa ne crache pas sa bille.

  • Le tweet

    Ou un plutôt un post Facebook, celui de Jonas Lössl, portier de l'EA Guingamp :


    ⇒ Résultats et classement de L1

    Par Raphael Gaftarnik
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Partenaires
    Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall