1. //
  2. // Benfica/OL (4-3)

Lyon, pour souffrir de plaisir

Compressé pendant 75 minutes par un Benfica Lisbonne jouissif et entreprenant, l'Olympique Lyonnais a attendu d'être mené 4-0 pour réagir, marquer trois fois et soulager son goal-average.

Modififié
0 2
Benfica 4 - 3 Lyon


Buts : Kardec (20e), Coentrão (32e, 67e), Javi Garcia (42e) pour Benfica. Gourcuff (75e), Gomis (85e), Lovren (95e) pour l'OL.


Vilipendés en Ligue 1, euphoriques en Ligue des Champions, les schizophrènes Lyonnais avaient tout à gagner au stade de la Luz. D'une, aucune équipe française ne s'était jamais imposée dans l'antre du Benfica (cinq défaites et quatre nuls). De deux, Claude Puel et ses hommes visaient une huitième qualification consécutive pour les 8es de finale. Autrement dit, un match nul suffisait pour rendre heureux l'OL. De trois, c'était l'occasion de revoir la jeunesse rhodanienne à l'œuvre. 90 minutes plus tard, la défaite est bizarre mais méritée (4-3) et Lyon devra valider son billet à Schalke.

Pourtant, c'est une équipe très offensive qui est alignée au coup d'envoi. Une défense où Lovren prend le poste d'arrière gauche en l'absence de Cissokho. Le triangle du milieu est jeune et technique (Pjanic, Gonalons, Gourcuff). Mais c'est surtout devant que la composition de Puel étonne. En l'absence de Lisandro (blessé), on attendait la titularisation de Gomis. Hué samedi contre Sochaux, l'ancien Stéphanois a commencé sur le banc. C'est le trident Pied-Briand-Bastos qui aura la tâche d'ouvrir la défense portugaise. Une équipe lusitanienne privée de son couteau suisse Pablo Aimar, blessé à l'échauffement.

Briand commence fort... pas Lovren

Placé au poste d'avant-centre, Jimmy Briand se fend d'un doublé dans les dix premières minutes. Deux buts refusés par contre (hors-jeux justifiés). Finalement, c'est le Benfica qui allume les premières mèches en arrosant la cage de Lloris. Sur un coup-franc lointain de Salvio (consécutif à une faute de Lovren), Kardec coupe la gonfle au point de penalty et ouvre le score pour les locaux. Sans être vraiment dominé, l'OL a déjà un lacet de retard. En parlant de vélo, Jimmy Briand aura envoyé une bicyclette bien sentie au-dessus des buts de Roberto. Le jeu lyonnais a de l'idée, mais ça manque de précision. A contrario, les Portugais sont pointilleux et incisifs. Suffit de se régaler sur le second but lisboète. Coup-franc galvaudé de Pjanic – raté de Lovren – contre de Benfica – café crème de Martins (again) – volée de Coentrao – but. Réalistes à souhait, les Portugais ont assommé les Lyonnais. Imprécis devant, dépassés physiquement, les hommes de Claude Puel sont perdus alors que l'impression générale n'est pas si négative. Et là, sans prévenir, Salvio (20 ans) se paye une seconde offrande en déposant la gonfle sur le crâne de Javi Garcia sur corner. 3-0 à la pause. Lyon est K-O, giflé à trois reprises.

Lacazette du Palais

Histoire de titiller ses troupes, Claude Puel n'opère aucun changement à la pause. Ça se jouera à l'orgueil. Et force est de constater que la gueulante a eu son effet. Plus appliqué en défense, Lyon a eu le mérite de ne plus prendre l'eau sur chaque offensive lisboète. Sauf que sur un nouveau coup de pied arrêté mal négocié par les Gones, Martins régale Coentrao, qui lobe magistralement Lloris à l'entrée de la surface. Rien n'y fait, Lyon est puni à la moindre erreur. 4-0, le score est lourd et aura le mérite de réveiller l'OL. Il faudra l'entrée du jeune Lacazette pour redonner un peu de tonus à une attaque amorphe. Sur un débordement du champion d'Europe des moins de 19 ans, Gourcuff nettoie la lunette de Roberto. Dix minutes plus tard, le pestiféré Gomis pousse la balle dans le but après une déviation de Lacazette sur corner. En fin de match, à la 95e, Lovren ramène même le score à 4-3 sur une tête. L'OL a gagné la seconde mi-temps. C'est déjà ça. Quoi qu'il en soit, le non-match de la bande à Puel interpelle. Accident ? Manque d'expérience ? Période de doutes ? Surement un peu de tout ça à la fois. Mais les vingt dernières minutes rhodaniennes doivent servir pour la suite. Un nul suffisait pour se qualifier. Visiblement le message est mal passé. Les Lyonnais ont été nuls pendant 75 minutes avant d'en coller trois. C'est ballot.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Excuse me sir...But je suis à peu près certains que les 4 passes Dé des lisboètes sont l'oeuvre de Martins uniquement...Salvio ???????
so foot sa part en cacahuetes mon povre retourne jouer a la dinette les 4 passes dec sont effectivement l oeuvre du seul carlos martins !!!
ensuite comment vous(supporter lyonnais) pouvez vous pignoller sur les 20 dernieres minutes ou seul la rentrée de lacazette fut intéréssante;le premier but est beau ok;le deuxieme est marqué suite a un corner imaginaire puisque 2 joueur lyonnais sont hors jeu sur le centre;est le troisieme s est un coup franc a 50 m dans la boite ou le gardien lisboete nous fait une sortie casquette a la peche aux moules ;pitoyable...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Coutinho déjà aiguisé
0 2