Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Lyon/Dinamo Zagreb (2-0)

Lyon plie l'affaire

Lyon n'aura joué qu'une mi-temps, la première, le temps de sécuriser la victoire. Le scénario rêvé quand on est au beau milieu d'un marathon de matchs tous les trois jours.

Modififié
Lyon/Dinamo Zagreb : 2-0


Buts : Gomis (23e) et Koné (42e) pour Lyon


La réception de Zagreb, c'est l'occasion pour Lyon de faire parler à nouveau sa supériorité sur la scène européenne. Non pas que le club faisait n'importe quoi avec Puel, loin de là, mais il tardait quand même aux supporters de revivre la période Houllier, celle où Lyon savait à l'avance que son équipe allait écraser l'adversaire et tenait parole. Surtout que les ingrédients du revival ne manquent pas. Rémi Garde, par exemple, a bien connu cette période, quand il était l'adjoint du "prof". Et puis en plus, il y a encore le Real dans la poule.


Dès le début de match, l'OL confirme... son début de saison. Comprendre : grosse débauche d'énergie, de bonnes intentions, en veux-tu en voilà, mais de la maladresse, aussi. Au quart d'heure de jeu, Gonalons profite d'une charge de Gomis sur le gardien à la suite d'un corner pour contrôler de la poitrine et frapper au-dessus. Inquiétant. Parce que là, même si c'est le Dinamo Zagreb en face, c'est quand même la Ligue des champions. A trop vouloir faire le malin, on peut avoir bien des regrets à la fin. Les Lillois peuvent venir témoigner. Mais comme un symbole, Lyon ouvre la marque à la moitié de la première mi-temps sur un bijou de réalisme. Suite à un bon pressing de Kallstrom au milieu de terrain, Gomis anticipe une passe en retrait, file au but, et lobe tout en finesse. Superbe. Gerland exulte. Le gardien en face faisait pourtant près de deux mètres. Mais Kelava, car c'est son nom, apparaît vraiment comme le point faible de l'équipe. Alors Baky Koné, impérial derrière, profite d'un corner pour doubler la mise sur un ballon qui tombe pile poil sur son plat du pied.


Au retour des vestiaires, Rémi Garde ne fait pas de mystère sur ses intentions : on va faire tourner. C'est pas que, mais dimanche il y a choc contre le PSG. Alors, l'OL gère toute la seconde période. En gros, le ballon ne circule jamais trop dans les zones dangereuses. Le Dinamo fait entrer son nom connu, Simunic, Leko essaie de se refaire une cheville après celle de Cristiano Ronaldo mais Garde a fait lancé en jeu le faux Briand, Lacazette et tout le monde fait gaffe. Bastos est déjà dans sa phase de récupération à la 70ème, il tente des passes aveugles et offre les ballons aux spectateurs sur les coups francs qui sont donnés à son équipe. Zagreb se serait bien offert un final avec un peu de suspense, mais Lloris montre à la 82e qu'il est vigilant à souhait. Les Croates n'insistent pas. Lyon est prêt pour ses chocs, pour Paris, pour le Real. Et ils ont encore toutes leurs forces.


Mario Durante

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
À lire ensuite
La vie sans Rooney