En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 17e journée

Lyon ne se rassure pas avant Paris

Tenus en échec à domicile par Nancy (1-1) après un mauvais match, les joueurs de l’Olympique lyonnais connaissent un petit coup d’arrêt avant d’aller défier Paris ce week-end. Lorient, vainqueur de Sochaux 2 à 0, est au pied du podium.

Modififié
Lorient 2-0 Sochaux

Une piqure d’été et de soleil en intraveineuse. Habitué à marcher sur l’eau pendant et un peu après les grandes vacances, Alain Traoré a transporté les supporters congelés de Lorient en plein mois d’août le temps d’une mine. On s’approche de la fin de la première période au Moustoir quand le Burkinabé, lassé par les parades à répétition d’un super Pouplin, décide de prendre les choses en main. Laissé seul aux 25 mètres par la défense sochalienne, Alain Deloin décoche une frappe splendide du gauche qui laisse le portier doubiste sans voix. Le bruit du filet est délicieux, les Sochaliens, qui étaient assiégés depuis le début de la rencontre, sont K.O. Inspiré par son partenaire, Corgnet profite du retour des vestiaires pour tenter une frappe de loin à son tour, mais sa tentative est déviée par un Pouplin toujours aussi inspiré. Seul au monde, le gardien d’Éric Hély va craquer à nouveau sur le corner qui suit. Malgré une double parade, il voit Koné hériter du ballon après un petit cafouillage, et envoyer la balle au fond des filets. Ça fait trois de suite pour Lorient après Toulouse et Marseille. Et le résultat est visible : les Merlus sont au pied du podium.

Ajaccio 2-0 Reims


La 25e a donc été la bonne. Toujours muet au stade François Coty après 24 frappes, Adrian Mutu, téméraire de la première heure, s’est dépucelé sur la suivante. C’est sur un coup franc bien botté, qui visait une tête, mais que les joueurs présents dans la surface ont laissé tranquille, que le Roumain a ouvert le score à la demi-heure de jeu. Avant ça, le Rémois Ghilas avait échoué à bout portant devant Ochoa. Le match est tendu et ne fait pas la part belle au jeu. Il faut dire que l’état de la pelouse n’aide pas. Entre deux coups francs, un carton jaune et quelques cris, Lasne remplace discrètement Cavalli. Sur le coup franc qui suit, le Corse, fraîchement entré en jeu, envoie une tête un peu molle et sans trop y croire vers le but d’Agassa. Coup de bol, celui-ci rebondit sur les locks de Tacalfred et termine sa course dans le but. L’affaire est dans le sac. Trois bons points qui permettent aux hommes d’Alex Dupont de prendre un peu d’avance sur le premier relégable Sochaux.

Brest 1-2 Montpellier

Les supporters montpelliérains commencent à avoir l’habitude. Marseille a Morel et Kaboré, eux, ils ont Congré. Dans le dur depuis son arrivée dans l’Hérault cet été, l’ancien Toulousain a encore offert un but à ses adversaires. 13e minute à Francis-Le Blé, Congré renvoie un centre brestois dans les pieds de Ben Basat en plein milieu de la surface. Heureux du cadeau et plutôt du genre adroit, l’attaquant israélien trompe tranquillement Jourdren. Pas décidé à se laisser voler la vedette, le défenseur central brestois Martial va dégainer ce qui est certainement le csc le plus improbable de la saison en Ligue 1. À terre à deux mètres de son but après un tacle et une occasion héraultaise, Martial voit le ballon lui revenir dans les pieds et, sur un mouvement de panique, envoie une frappe dans son but. Montpellier n’en demandait pas tant. Un peu vénère, Grougi claque deux belles mines de loin de suite, mais Jourdren est à la parade sur les deux. C’est finalement sur un magnifique caviar de l’extérieur du pied de Younès Belhanda que John Utaka donne l’avantage aux hommes de René Girard. La fin de match est montpelliéraine, mais Thébaux est à la parade, notamment sur une belle tête à bout portant de Camara, suite à un centre spectaculaire de Cabella. Montpellier poursuit sa remise en route dans une forteresse de Francis-Le Blé qui n’en est plus une.

Évian 2-0 Troyes

Il a connu la galère avec Troyes en 2006-2007, mais ce soir, il n’en avait rien à faire. Homme du match au Parc des Sports d’Annecy, Cédric Barbosa a offert trois points précieux à Évian Thonon Gaillard. Bien entrés dans leur match face à des Troyens joueurs mais incapables de se procurer des occasions, les Haut-Savoyards inquiètent Thuram sur corner, mais la tête d’Angoula est repoussée par le portier de l’ESTAC. À force de plier, les joueurs de Jean-Marc Furlan cèdent. C’est sur une belle action collective et suite à un bon débordement de Bérigaud que Barbosa, parfaitement servi en retrait et étrangement seul à l’entrée de la surface, envoie une mine se loger dans les filets sans que personne ne puisse réagir. Totalement K.O, les visiteurs ne feront plus grand-chose du match. ETG déroule, Sagbo vendange et, sur un ultime loupé de Khlifa, en face à face avec Thuram, Barbosa, en mode Lucho González sur les deuxièmes ballons, catapulte la balle dans le but troyen et offre le break aux siens. Ça commence vraiment à puer pour Troyes.

Lyon 1-1 Nancy


Alors oui, il y a ce fait de jeu. Entré à la pause à la place de Lacazette, Lisandro, de retour aux affaires, décoche une belle mine à la 54e minute. Bien partie pour aller trouer Grégorini, la tentative de l’Argentin est contrée de la main par Hélder. L’arbitre de la rencontre ne veut rien entendre, et à vrai dire, le règlement est appliqué tellement différemment par les arbitres de Ligue 1 que personne ne sait trop quoi penser. Mais au fond, et c’est bien triste à admettre pour les Lyonnais, les joueurs de Rémi Garde ont mérité ce petit accident à domicile. Privés de nombreux joueurs au coup d’envoi, parmi lesquels Grenier, Gourcuff et donc, Lisandro, les patrons de la Ligue 1 sont timides. Sans réponse face au 5-4-1 béton armé proposé par Jean Fernandez et, fébriles face aux assauts lorrains, les Lyonnais connaissent leur premier coup de pompe depuis un bon de temps. Réveillère, blessé, quitte les siens et Gomis, peu inspiré après un bon rush à la demi-heure de jeu, oublie Bastos, en bonne position, et frappe dans les défenseurs de l’ASNL. La deuxième période est équilibrée et les Nancéiens finissent par être récompensés de leurs efforts. Sur un gros cafouillage après un coup de pied arrêté, Vercoutre dégage dans le torse de Lotiès, qui marque. Les Rhodaniens, dégoûtés, égalisent par le biais de Bastos, suite à une bonne combinaison avec Malbranque. Rien de bien rassurant avant le déplacement à Paris cependant…

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 8 il y a 4 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 41