Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Montpellier/OL (0-1)

Lyon ne lâche rien...

Très belle réaction des Lyonnais qui a ravivé quelques petits regrets par rapport au match retour contre le Bayern... Une victoire courte, grâce à un solo de Bastos, mais un match plus que convaincant. La course à l'Europe est toujours d'actualité : l'OL est quatrième, à deux points du troisième, Lille, mais avec un match en moins. Le suspens continue...

Modififié
Les deuxièmes ballons... En première mi-temps, les Lyonnais les ont tous joués. Comme aurait dit Sarko, ils sont mêmes allés les chercher avec les dents. Pas besoin de faire un dessin : l'OL a fait contre Montpellier ce qu'il n'a pas fait contre le Bayern. Des Munichois qui n'en revenaient toujours pas de ne pas avoir été pris à la gorge à Gerland. Passons... Outre Lisandro, tout le monde a mis le pied à la pâte. Voire les deux pieds, comme pour un Pjanic plus mordant, plus taclant sur les renvois adverses. Govou et Bastos ont joué aussi le pressing sur les côtés. Et puis il y a Kallström. Ah, misère ! Que n'a-t-il joué contre le Bayern ! Un rempart solide, toujours dispo et qui joue propre. Passons... Enfin, derrière, au milieu, le boss : Toulalan. Là aussi, avec Toul au démarrage des actions et « au pied dedans » pour stopper l'adversaire, Lyon pouvait voyager, comme dirait Jean-Mimi. Résultat : Montpellier écrasé, étouffé, condamné à rester dans sa moitié. Du coup, le pilonnage en règle pouvait commencer ! Lisandro lancé plein axe par Bastos tire sur le poteau (14ème), percée de Govou plein axe qui glisse à Lisandro bien placé dont le tir passe au-dessus (21ème), Bastos dans la surface côté droit transmet en retrait à Pjanic qui shoote des 20 mètres, de peu à côté (24ème) et enfin centre de Bastos de la droite vers le deuxième poteau pour une tête dangereuse de Govou esseulé (25ème). Fin du gros temps fort lyonnais.



On se pince pour se convaincre qu'on ne rêve pas... C'est quand même Montpellier en face et on est à la Mosson. Mais c'est la réalité, et Lyon gère tranquille. Le repli collectif à la perte de balle est nickel et rapide. Outre le retour de Kallström et Toulalan, Puel a titularisé Lovren dans l'axe, avec Cris, et Gassama en latéral droit. Les deux jeunots assurent avec un max de concentration. Petit détail : Gassama a pris de la bouteille, ça se voit. Peu de ballons perdus et des montées convaincantes avec tentatives d'élimination. A suivre... D'autres petits regrets montent à la gorge : Bastos et Govou permutent avec aisance, ce qui désorganise encore plus le bloc adverse... Et Montpellier ? Pas grand-chose, à part de longs ballons devant vers Camara et Montano, volontaires, et quelques raffuts de Costa, mais l'ensemble brouillon ne trompe personne. Il faut attendre la 35ème pour voir enfin un bon tir cadré de Camara très bien décalé sur la droite, aux 16 mètres. Mais Lloris bloque les doigts dans le nez. Mi-temps. Pub !



En deuxième période, les Héraultais, qui se sont souvenus que Loulou Nicollin avait promis quintuple prime en cas de victoire (authentique !), se ressaisissent. Ils investissent le camp lyonnais mais là encore sans mettre un bloc rhodanien qui commence pourtant à fatiguer, match de Coupe d'Europe oblige. Alors, les hommes de Puel font parler le métier, et multiplient les petites fautes. Cissokho choppe une biscotte beurrée (51ème). Quand Costa bien placé aux 16 mètres ajuste une frappe un poil manquée qui frôle le poteau de Lloris à la 60ème, les Gones ont compris qu'il était temps de réagir. Alors coaching de Puel : Gomis et Makoun remplacent Kallström et Govou (68ème) et la machine repart. Gomis s'échappe à droite, pénètre dans la surface et à 8 mètres dégaine un tir croisé qui passe de peu à ras du poteau opposé (69ème). Et puis la balle de match arrive... Long dégagement de Lloris vers Bastos qui s'échappe côté droit dans le camp pailladin, El-Kaoutari et Yanga-Mbiwa se trouent et manquent le ballon qui rebondit entre eux deux : Bastos, qui a suivi, récolte la chique et trace toujours sur la droite, il pénètre dans la surface et fixe un défenseur, laissant croire qu'il va remettre au point de penalty pour Lisandro. Niet ! Il bazooke d'une demi-volée qui cloue Jourdren (1-0, 72ème).



Hold-up parfait ? Pas du tout. Lyon a toujours eu le match à sa main, même si bousculé par moments. Le dernier quart d'heure est bien géré par des Lyonnais mis en confiance par un Lloris qui soulage ses défenseurs en ramassant tous les ballons aériens ou les tirs mal assurés des Montpelliérains. Chaude alerte dans les arrêts de jeu où Lovren balance une tête en retrait sur une balle aérienne anodine : Lloris trop avancé et battu se détend mais heureusement, le ballon qui passe très près du poteau sort en corner.



Voilà. Lyon a parfaitement réagi en battant un candidat à l'Europe toujours aussi vaillant mais passablement émoussé. Détails sympa : le jeune milieu Clément Grenier (19 ans) a remplacé Lisandro à la 90ème. L'Argentin lui adressé une accolade hyper chaleureuse, comme un grand frère à son cadet. Lisandro ne rigole pas : la Ligue des Champions, il y tient ! Il faut voir comment l'Argentin s'est mis à exploser de joie (et de rage) quand Bastos a marqué. Rebelote au coup de sifflet final : il s'est rué sur la pelouse pour hurler sa joie, saluer le public et embrasser tous se coéquipiers. Avec lui, Lyon peut encore soulever des montagnes...








PS qui n'a rien à voir : Dan son Guide So Foot de la saison 2009-10, on vous annonçait nos pronostics en championnat des Pays-Bas : Twente champion, Ajax deuxième et Alkmaar troisième... BINGO ! Aujourd'hui Twente a bien été sacré champion, Ajax deuxième et le PSV troisième. Lisez So Foot, bordel !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3
À lire ensuite
L'Equipe (type) du Dimanche