1. //
  2. // 27e journée
  3. // Lille/Lyon

Lyon, le tour de force à l'extérieur

Toujours en tête de la Ligue 1 après 26 journées, Lyon s'apprête ce samedi, face à Lille, à entamer un marathon de trois matchs à l'extérieur. Trois maths à l'issue desquels on saura définitivement si, oui ou non, cet OL version 2015 a une gueule de champion.

6 4
En octobre dernier, la ville de Montpellier est victime de violentes intempéries. La nature se souciant peu du football, le stade de la Mosson n'est pas épargné. Impraticable, la pelouse du stade montpelliérain est dans l'incapacité d'accueillir une rencontre de Ligue 1. Face à ce coup du destin, les dirigeants lyonnais acceptent d'inverser les rencontres entre les deux clubs. L'OL, qui devait se déplacer en terres montpelliéraines, reçoit finalement le club de Loulou Nicollin. La suite est logique, l'OL enchaîne alors trois matchs à domicile. Trois matchs qui vont s'avérer décisifs pour la suite de la saison, car en l'espace de trois semaines, l'OL va, dans son antre de Gerland, disposer successivement de Lille, Montpellier et Marseille. Neuf buts marqués et trois victoires plus tard donc, les hommes d'Hubert Fournier se rapprochent de plus en plus du fauteuil de leader. Un fauteuil qu'ils finiront d'ailleurs par ravir à l'OM peu après la trêve hivernale. Seulement voilà, si ces trois matchs à domicile ont permis aux Lyonnais de superbement relancer leur saison, l'heure est venue d'affronter l'épreuve des trois matchs à l'extérieur. Et cette fois, ce sont bien les Lyonnais qui ont tout à perdre.

Des hôtes pas très accueillants


Lille, Montpellier et Marseille. Voilà, les trois villes que s'apprêtent à visiter les Lyonnais lors des quinze prochains jours. Trois déplacements qui pourraient bien être la clef du dénouement de la fin de saison, en tête du championnat. Avec deux points d'avance sur leur premier poursuivant, le PSG, et quatre sur le troisième, l'OM, les Gones ne disposent pas d'une énorme marge de manœuvre. Que ce soit dès ce samedi à Lille, la semaine prochaine à Montpellier ou encore le week-end suivant à Marseille, les préférés de Jean-Michel Aulas ne peuvent pas se permettre de perdre des points s'ils veulent continuer à regarder la Ligue 1 de tout en haut. Sauf que l'exercice s'annonce compliqué. Très compliqué, même. Le premier obstacle, Lille, n'est pas ce qu'il y a de plus coriace cette saison, c'est vrai. Pourtant à domicile, les hommes de René Girard n'ont pas l'habitude de laisser leurs adversaires repartir avec les trois points. Pour l'instant, seuls Monaco et Guingamp sont parvenus à ramener une victoire du stade Pierre-Mauroy.

Pis, à domicile, les Lillois n'ont concédé que cinq buts en 13 rencontres. On le sait, René Girard est un amoureux du bloc défensif, et les Lyonnais vont devoir le contourner s'ils veulent faire tomber la forteresse lilloise. Loin d'être une mince affaire tout ça. Une semaine plus tard, à Montpellier, la tâche sera tout aussi délicate face à une séduisante équipe héraultaise qui réalise jusqu'ici une saison plus qu'honorable avec une septième place au classement. Depuis le début de l'année 2015, les Montpelliérains sont solides à la Mosson où Marseille et Nantes sont repartis bredouilles. Et même si, dernièrement, les hommes de Courbis ont cédé face à Lille (justement), Lyon n'ira pas à Montpellier pour un parcours de santé. Évidemment, le plus dur reste le déplacement à Marseille dans deux semaines. Le boss de fin, quoi. Au Vélodrome, les Marseillais ont longtemps été intraitables : 14 matchs pour 11 victoires, un nul et deux défaites. Néanmoins, le match de vendredi soir face à Caen (2-3) a prouvé que les Olympiens étaient prenables. Du moins, en ce moment, ils le sont. Même au Vélodrome.

Lacazette : le retour pile à l'heure


Si les trois prochaines journées s'annoncent d'ores et déjà suffocantes pour les Gones, ils ont au moins le mérite de les avoir préparées de la meilleure des manières. Car après avoir concédé trois matchs nuls consécutifs, face à Monaco et au PSG notamment, l'Olympique lyonnais a de nouveau goûté à la victoire la semaine dernière, face à Nantes (1-0). Une victoire aux allures de bouffée d'air frais, mais surtout une victoire qui leur permet d'appréhender ce virage de la saison en tête du championnat. Ce qui, clairement, est loin d'être négligeable. En plus d'une première place conservée, la vraie bonne nouvelle est évidemment le retour du héros local, Alexandre Lacazette. Après trois matchs manqués pour une blessure contractée fin janvier dernier contre Metz, le meilleur buteur de Ligue 1 a fait son grand retour sur le front de l'attaque lyonnaise, le week-end dernier. Et comme par hasard, lors de son retour, l'OL s'est imposé de nouveau, chose que le club n'avait donc plus réussi à faire depuis le match face à Metz, justement. Tout sauf une coïncidence, en somme.

Avec son buteur maison, Lyon est beaucoup plus efficace. Et surtout, beaucoup plus confiant. Au rayon des bonnes nouvelles, il faut également noter le retour en forme de Yoann Gourcuff. Titulaire face à Nantes, le n°8 lyonnais a semble-t-il lui aussi récupéré de sa (ses) blessure(s). Deux retours en forme au meilleur des moments pour le club de JMA qui aura besoin de toutes ses forces en présence pour disputer ces trois matchs loin de Gerland et de son public en feu depuis le début de saison. À côté de ça, l'OL peut toujours compter sur ses jeunes pousses, Fekir, Ferri, Tolisso, Umtiti qui sont toujours là, plus déterminés que jamais à ramener leur club vers les sommets. En tout cas, après ces deux semaines périlleuses, Lyon pourra enfin visualiser de façon plus concrète de quoi sa fin de saison sera faite. Au soir du match face à l'OM, les Lyonnais auront affronté tous leurs concurrents directs en match aller-retour. Autant dire que s'ils sortent de ces deux semaines déterminantes en tête du peloton, la route vers le titre sera presque dégagée. Sacrément dégagée, même.

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
kris prolls Niveau : CFA2
Des 3 match , Lille est le plus difficile, parce que cette équipe de Lyon galère quand on lui rentre dedans physiquement et que l'on joue très défensif soit la définition du jeu des lillois.

Fékir dont je suis ultra fan et dont le talent est plus rare (excellent dribleur,joueur de 1contre1 tout en étant décisive et régulier) que Lacazette mais depuis quelque temps on l'entend beaucoup trop et de partout dans les médias ; deschamps;son père; l'algérie; maintenant il vire ses agents.C'est jamais bon signe ce genre de trucs, à lui de prouver sur le terrain.
Dani de Melo Niveau : CFA
Pareil.
Dani de Melo Niveau : CFA
Que dextertruc.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 4