1. //
  2. // 32e journée
  3. // Lyon/Toulouse

Lyon, le bal des revenants

Même mal en point après trois défaites consécutives, l'OL est toujours en course pour une qualification en Ligue des champions. C'est cette idée que les Lyonnais chercheront à maintenir face à Toulouse (17 heures). Et pour ça, rien de tel que de prendre le visage de trois joueurs attendus cet après-midi : celui du revenant.

Modififié
3 12
Antho, le dernier dinosaure

Réveillère, c'est celui qui n'aurait jamais dû être là. Dans l'effectif d'abord, si le professeur Rolland ne s'était mis en tête de faire capoter l'arrivée de ce gros salaire qu'Aulas voulait refiler en début de saison au PSG. Dans le rôle qu'on s'apprête à lui donner à quelques heures de son retour ensuite, celui du joueur qui change tout. Car aussi improbable que cela puisse paraître, c'est bien ce que racontent les stats du moment : sans Antho, l'OL s'est mis à plonger dans le blues épais (trois défaites, deux nuls). Après un mois d'absence, voilà donc Réveillère prêt à retrouver le costume qui avait pu être le sien ces deux dernières saisons déjà, lorsqu'il fallait sauver une défense qui marchait au radar.

S'en remettre au plus discret des joueurs des années de domination pour ne pas avoir à jouer la danse macabre du mauvais côté de la rive en dit long sur la situation actuelle de l'OL. C'est à se demander si entre les fans de Kobe et ceux de Jean-Marc Ayrault, les supporters lyonnais ne sont pas les types les plus malheureux du moment. Surtout ceux qui ont eu quelque écho de cette résignation qui régnerait dans les allées de Tola Vologe depuis quelques semaines sur l'air de « la fin de saison va être longue » .

Alors, pourquoi pas Réveillère après tout ? Le type n'est jamais passé pour ce qu'il ne sait pas être et qui manque tant à l'OL depuis quelques matchs, un genre de daron de vestiaire. La faute à cette discrétion qui se pare de la langue de bois dès que les micros se tendent. Pour autant, le latéral possède encore cette qualité que les autres n'ont pas : celle de ne pas en avoir. Ou, pour être plus précis, cette faculté à rester toujours le même pour finir par remporter le titre du joueur le plus régulier de la saison. Le besoin est d'autant plus important dans cette période que le 4-3-3 à la lyonnaise en vient à douter de lui-même, faute de tenir au moins un côté fort – hier le gauche avec le piston Maloudabidal, ces derniers temps autour du duo Réveillère-Lacazette. Autrement dit, dans un collectif qui en manque cruellement, le latéral peut tenir ce rôle du repère. De quoi donner envie aux supporters lyonnais de reprendre Marc Bolan en hurlant : « Dinosaure reste ! »

Gourcuff, le retour à demain

Lui non plus n'aurait jamais dû être là où il en est, à cette place de titulaire par défaut. Mais à la différence de Réveillère, on était parti pour ne plus le voir revenir avant la fin de saison. La faute à cette rengaine de l'éternel retour joué à l'envi depuis trois saisons. Où la moindre promesse d'une splendeur retrouvée donne surtout à voir un footballeur qui joue pour se rassurer, touchant un maximum de ballons, quitte à aller à l'encontre de la prise de risques que peut appeler le 4-3-3 à la lyonnaise au poste de meneur.

Même avec des stats terrifiantes en terme de pertes de balle, c'est bien ce supplément d'audace qui a valu à Grenier de gagner un rôle de titulaire plus affirmé que Yoann. Jusqu'à se rappeler que la prise de risque de l'éternel premier de la formation lyonnaise peut virer à l'inconscience quand il n'a plus un milieu à son affaire sur lequel se reposer. Entre Malbranque en quête d'un second souffle et Gonalons dominateur seulement par intermittences depuis la sortie d'Europa League, c'est comme s'il avait fallu apprendre à relativiser la valeur de Grenier.

De quoi laisser la place à l'idée d'un retour de Gourcuff. D'abord dans les mises en place aperçues en fin de semaine à l'entraînement, puis dans les mots de Garde : « Le sort de l'équipe ne dépend pas que de Yoann. Comme d'autres joueurs, j'attends plus de lui. Mais c'est vrai qu'il peut revenir à la compétition dès dimanche. » L'intention du coach lyonnais paraît à peine voilée : il en va du retour de l'ex-enfant chéri du foot français comme de sa place de titulaire au sein de l'effectif. Il se fera par défaut. Une façon comme une autre de banaliser un peu plus l'affaire et de renvoyer au loin les attentes démesurées autour de ce nouveau retour. Pas pour déplaire au premier intéressé qui n'a cessé de clamer son envie d'être considéré comme « un joueur comme les autres » . Autrement dit, Gourcuff s'apprête à effectuer un genre de retour complètement inédit, sans autre défi que de sortir de la demi-indifférence qu'il a fini par gagner. Du point de vue du joueur, on n'est pas loin d'être dans les meilleures conditions possibles. Le club, lui, s'en serait bien passé.

Koné, l'ombre d'un double

« Je savais que tôt ou tard j'aurais à nouveau la chance de m'exprimer. (…) Même Messi n'est pas toujours à 100% avec le Barça. Je n'étais pas à 100%, mais je n'étais pas aussi mauvais qu'on pouvait le dire. J'ai traversé un moment difficile, mais c'était peut-être aussi lié à la concurrence. » (20 minutes) Koné a raison : son retour est une affaire de concurrence. Quand cette dernière finit par dérailler, entre suspension (Biševac) et mal-être qui s'étale un peu trop (Lovren), il peut aligner les titularisations comme si de rien n'était.

Le Général revient de trop loin pour que son retour ne résonne pas comme un aveu d'échec. Pas seulement celui d'une défense qui passait pour être en chantier et se retrouve aujourd'hui en ruines. Il touche à cette idée que l'OL pouvait se faire de lui-même, ce qu'Aulas nomme « l'institution » . Soit un club qui savait hisser le niveau de ses joueurs pour mieux les envoyer dans les grandes maisons d'Europe. Aujourd'hui, c'est à peine s'il sait quoi en faire (Lovren, Gourcuff, Briand). Pire, même un joueur comme Koné n'a plus besoin d'être au-delà des 100% requis pour exister. Il lui suffit juste d'être là. Preuve s'il en fallait que l'OL ne sait plus vraiment où il en est.

Par Serge Rezza
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Réveillère revient? quelle bonne nouvelle! Parce qu'il est évident que la mauvaise passe lyonnaise était autant dûe aux titularisations de Gomis qu'à son absence.
Dabo à droite, pas déshonorant, mais pas franchement élégant non plus.
Diego De Naples Niveau : Loisir
Les problèmes actuels de l'OL sont surtout dus aux déclarations tapageuses (et surtout incompréhensibles) d'Aulaus au mercato hivernal lorsqu'il essayait de solder avant l'heure tous ces joueurs potables. Tu m'étonnes que ça a foutu un sacré bordel dans le vestiaire! Les retours de Reveillére ou de Yoann " pas de mental" Gourcuff n'y changeront rien, surtout si Lille gagne ce soir...
volontaire82 Niveau : Loisir
Combien de temps qu'il est à Lyon le soldat Réveillere ? Et il jouait ou avant d'ailleurs ? ><
Serge, article nickel, comme d'habitude.

Tu as vu le magnifique troll de Horsjeu.net à un sondage de Mundodeportivo.com?

Grâce à eux, Dejan Lovren serait le nouveau défenseur du Barça, commentaires à l'appui:
http://horsjeu.net/le-comite-de-vigilan … -possible/
Diego De Naples Niveau : Loisir
A Rennes au début des années 2000, avec une coupe de veuches collector
"Même Messi n'est pas toujours à 100% avec le Barça. Je n'étais pas à 100%". Merci Koné. je ris grâce à toi. Sans être un admirateur fou du Nain, veux-tu que l'on compare vos stats? Allez, je suis sympa ajoutons Lisandro Lopette dans la balance... Le compte n'y est toujours pas? Ajoutons toute ton équipe de LoL alors? Désolé, le nain a toujours de meilleurs stats.
@MTS Oui evidement Koné se compare au meilleur joueurs du monde, il se croit meilleur que lui... Le mec il essaie juste de dire que tous le monde a des haut et des bas, qu'est-ce que tu nous sort la comparaison des stats. Ta rage envers Lyon ne devrai pas prendre le devant sur ton intelligence.

Sinon Reveilleire je pense pas que ça presence soit si importante que ça pour l'equipe, Koné c'est niveau national et Gourcuff c'est mort de mort. Je vois plus les Lyonnais dans le top 3... Lille est en train de revenir trop fort et Marseille est tres solide...
En quoi je rage? Il me semble que la comparaison entre lui et Messi ne provient pas de moi. Il me semble que le manque d'intelligence et de modestie est d'abord a chercher auprès de ce joueur de LoL. Pour ma part, sa citation m'a simplement fait rire venant d'un défenseur quand Messi est attaquant, venant d'un joueur moyen qui n'a disputé que 12 matchs en 2012/13 (Ligue 1 et Europa League). Avant d'invoquer une comparaison qu'il n'y a pas lui d'être, se chercher des excuses quand ca ne va pas ( spécialité lyonnaise), il ferait mieux de se taire et de se concentrer sur ses entrainements et ses stats. Koné est médiocre, sa phrase le démontre.
Par contre si tu souhaites que je rage, je peux t'avouer que l'arrogance et la suffisance de Koné ne me surprennent pas. Elles sont à l'image de son club, de son président Hole-Ass.
Lyon devrait revenir à sa politique de recrutement de ses premières belles années, je me souviens plus des détails mais je crois pas que les Juninho, Cris, Essien, Diarra et autres Caçapa aient couté hyper cher à l'époque. Ça s'est gâté à partir du moment où ils ont voulu acheter pour une blinde tous les bons joueurs des concurrents de L1... Faut réactiver la (bonne) filière brésilienne !
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Quel putain* de déclin en moins de cinq ans.
Et même s'il est facile de taper sur le père Aulas qui est à la base de naissance sportive réelle de ce club en termes de résultats et de domination hexagonale, son manque de remise en question et son incapacité à faire les bons choix risquent encore de précipiter au plus vite ce club.
Parce que se faire doubler sur le fil par des Lille (club frère), St Etienne (club ennemi) et Nice sauce puélienne sera vraiment une énorme baffe dans la gueule*.
Un "putain de déclin" faudrait peut-être pas abuser non plus... Oui l'OL des années 2000 n'est plus mais bon, quand on regarde ces 5 dernières années il n'y a pas de quoi commencer à rédiger sa petite nécrologie...

5 saisons : 5 qualifications européennes (4 C1 + 1 C3) et une coupe nationale. Encore une fois ouais c'est pas l'Amérique mais bien des clubs (même le PSG) auraient aimé faire pareil.

Si on veut parler de VRAI déclin, alors parlons Auxerre, Nantes, Lens ou Strasbourg (ouah cette liste m'a donné le vertige en même temps qu'un sacré coup de vieux) !
el santino Niveau : DHR
mouais,
d'accord pour Réveillère.
Gourcuff... je crois qu'il a eu sa chance plus que de raison
Koné ? on s'est enflammé bien vite l'année dernière, après une série de belles perfs il n'a jamais vraiment convaincu
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 12