Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il fallait retenir de la 29e journée

Lyon garde le trône, Zlatan dérape

Un PSG qui perd, les deux Olympiques qui se neutralisent et la Ligue 1 ne donne toujours pas d'indices quant au vainqueur final. Une affaire qui arrange bien Monaco et Sainté, tandis qu'en bas, la donne est presque jouée pour Metz.

Le gagnant du week-end

Certains expliqueront que cela ne change pas grand-chose. D'autres qu'il n'y a pas de petits profits. Et ces derniers auront raison. Car lors de cette 29e journée, l'idée était avant tout de limiter la casse. Chose que n'a pas su faire le PSG, encore émerveillé par son parcours européen et qui n'a pas profité de la confrontation entre ses deux concurrents pour récupérer la tête. Dominés contre Bordeaux, les Parisiens ont longtemps cru s'en sortir grâce à un but casquette d'Ibra suivi d'un penalty pour le moins généreux sur Lavezzi. Mais comme face à Chelsea, la victoire ne pouvait échapper à la meilleure équipe, à savoir les Girondins, vaillants jusque dans les dernières minutes et ce but de Rolan. Plus qu'une contre-performance, un véritable échec, d'autant que Lyon pouvait prendre 4 points d'avance en battant l'OM. Mais comme son principal challenger, l'OL a été asphyxié puis éteint par le système mis en place par Bielsa. De jeunes milieux qui tombent face à l'agressivité, Lacazette qui manque sa seule occasion de la partie, et Lyon peut s'estimer heureux de repartir avec un point du Vélodrome. Un Vélodrome qui pestera longtemps contre ce but refusé à Ocampos. Le ballon franchit sans aucun doute la ligne, mais bien aidé par les deux pieds de l'Argentin sur Lopes. Faute, pas faute ? Chacun se fera son avis. Mais une chose est sûre : l'OM a mieux joué que ses adversaires, mais a manqué de revenir sur le plan comptable. À neuf journées de la fin, l'occasion se fera de plus en plus rare.

Le résumé de Bordeaux PSG
Le résume d'OM/OL
Les notes du match

Vous avez raté Metz-Sainté et vous n'auriez pas dû

Certes, l'opposition entre la lanterne rouge et des Stéphanois loin d'être les plus prolifiques devant le but adverse ne promettait guère un concentré de bonheur. Et pourtant, sans être permanent, il a habité le stade Saint-Symphorien par petites touches. Car Metz ne pouvait plus perdre et s'est décidé à bousculer Sainté, acculé durant près de 40 minutes. Mais Metz ne truste pas le classement des losers de Ligue 1 pour rien, et sa défense a plié par deux fois juste avant la mi-temps à cause des inévitables Gradel et Erding. Un coup de massue qui n'a eu d'égal que la frappe mammouthesque de Lejeune, offrant aux Grenats un rebond inespéré. En vain, à cause de l'entrant Mollo et malgré le penalty de N'Gbakoto. Le spectacle était bien là, grâce à des Messins engagés, qui voient néanmoins se rapprocher le spectre de la Ligue 2. L'élite ne fait pas de Cartier.

Le résumé du match

L'analyse définitive

Et si ? Et si Monaco profitait des errements de la tête pour se faire une place au soleil ailleurs que sur le Rocher ? Car pendant que ceux qui la devancent s'écharpent et laissent s'échapper des points, l'ASM engrange. Presque tranquillement. En ouverture de la journée, les Monégasques ont en effet plié l'affaire bastiaise, assenant un 3-0 net et sans bavure à leurs adversaires corses. Et au classement, l'affaire est juteuse. Revenu à quatre points de l'OM, six du PSG, Monaco pourrait bien profiter ces prochaines semaines de la confrontation entre les deux larrons pour aller gratter un podium. D'autant qu'un déplacement capital attend les hommes de Jardim sur la pelouse marseillaise et permettrait à Martial and co de griller toutes les politesses. Seul risque, la fatigue liée à la Ligue des champions et une qualification plus que probable face à Arsenal. Mais n'est-ce pas justement lorsqu'on ne croit pas à cette équipe qu'elle se révèle surprenante ?

Le résumé du match

La polémique de la machine à café

« Ça fait 15 ans que je joue au foot, je n'ai jamais vu un tel arbitre. Dans ce pays de merde ! Ce pays ne mérite pas le PSG.  » Évidemment, la phrase prononcée par le Suédois à l'issue de la défaite contre Bordeaux n'est pas passée inaperçue. D'abord, parce qu'elle intervient à un moment où l'attaquant du PSG semble fébrile. Expulsé (certes sévèrement) face à Chelsea, l'idole parisienne a encore traversé le match comme un fantôme face aux partenaires de Chantôme. Et si la réaction peut apparaître comme un simple coup de sang motivé par l'orgueil, certains mots ne passent pas. Car dans un pays qui s'interroge sans cesse sur ses valeurs et s'agite autour des débats identitaires, faire du drapeau tricolore une cible n'est pas bienvenu. Footballeur grassement payé battant pavillon qatari, le Zlat' a sans aucun doute réveillé les excités et adeptes du « La France tu l'aimes ou tu la quittes » . Pas la meilleure des postures, ce qu'a compris le PSG en publiant dans la foulée un communiqué signé de la patte du Z : « Je tenais à préciser que mes propos ne visaient ni la France ni les Français. J'ai parlé de football et non d'autre chose » . Trop tard pour Marine le Pen, engouffrée aussi vite dans la brèche : « Ceux qui considèrent que la France est un pays de merde peuvent la quitter » . Tu fais chier Ibra.

Le top 5

Divock Origi (LOSC) : Un, deux, trois, Divock s'en va aux bois. Et Lille savoure sa victoire contre Rennes (3-0).
Giannelli Imbula (OM) : Ghezzal devait être le beau gosse de la rencontre ? Giannelli en a fait sa bitch.
Lucas Barrios (Montpellier) : Sorti de sa benne, le Paraguayen se comporte comme une ordure et enquille les pions. Deux de plus contre Reims (3-1).
Damien Da Silva (Caen) : Las de la facilité normande en 2015, Damien a tenté d'émasculer Jeannot pour laisser une chance à Lorient. Un rouge et une mission réussie (2-1).
Serge Gakpé (Nantes) : Les Canaris cherchaient des points pour assurer le maintien, Serge s'est chargé d'en donner trois contre Évian (2-1). C'est bien mon fils !

Ils ont dit

« J'ai assisté à un match de Ligue 1 âpre, disputé, dans un superbe stade avec un superbe public, a affirmé le technicien après la défaite de son équipe à Nantes. L'ETG a une chance exceptionnelle d'être en Ligue 1 et on doit le mesurer chaque fois que l'on se rend dans des sites tels que celui-ci. Le problème chez nous, c'est que nous avons un stade qui a une piste et un stade qui est inhospitalier. Bien sûr, on va nous dire que nous ne savons pas si nous resterons en Ligue 1. Le problème, c'est que ça fait déjà 4 ans qu'on y est et ça fait 4 ans qu'on nous rabâche la même chanson. » Pascal Dupraz qui, armé de ses 3 points d'avance sur la zone rouge, ne craint pas la relégation.
« Depuis le début de saison, on sait que tout le monde est contre nous. Certaines sanctions ne sont pas prises pour Bastia comme pour les autres clubs. Mais on va se battre, on fera l'union sacrée. Et même si tout le monde nous voit en Ligue 2.  » François Modesto qui remet également en cause les attentats du 11 septembre.

« Je n'ai pas de mots, je suis déçu, on pensait tenir le match. Je ne sais pas quoi dire... Lens a bien joué le coup, bravo à eux. On a toute une ville derrière nous et on n'a pas le droit de faire des trucs comme ça. On doit mouiller le maillot, on n'a pas le droit de perdre comme ça. Il reste neuf matchs, il faut tenir et gagner des matchs. » Jean-Daniel Akpa Akpro, rose fané.
« L'arbitre a dit que le but n'était pas valable, à partir de là, il faut l'accepter. Nous, on sait qu'il est impartial, on accepte quand il se trompe, s'il se trompe contre nous, ou contre les adversaires. Ce ne sont pas les arbitres qui décident du sort des matchs. » La classe selon Bielsa.
« Le maintien est un combat qui est très, très compliqué. Beaucoup de personnes ne croient pas en nous, mais ce n'est pas grave. Tant qu'il y a de la vie, on sera là jusqu'au bout. » Kombouaré s'accroche après la victoire contre Toulouse. L'esprit kanak.

Le tweet


Toujours aussi beau ?

La stat

33 : soit le nombre de buts inscrits lors des 8 dernières rencontres entre l'OL et l'OM avant celle d'hier soir. Pas de bol.

⇒ Résultats et classement de L1

Par Raphaël Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25