Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. // Ce qu'il faut retenir des 32es de Coupe de France

Lyon et Monaco se défoulent, Paris fait le strict minimum

Ces 32es de finale de Coupe de France auront au moins permis une chose : voir des buts. En Ligue 1, seul Reims a été piégé par un petit. Marseille, Paris, Sainté et Bordeaux ont assuré la qualification dans la douleur, tandis que Lyon, Monaco, Guingamp et Toulouse en ont profité pour engranger de la confiance.

Modififié

L'analyse définitive du week-end : l'OM doit tout faire pour garder Steve Mandanda


Comme à chaque mercato depuis quelques années, on annonce Steve Mandanda en partance de l'OM. Cet hiver un peu plus encore, son contrat le liant au club se terminant à la fin de la saison. Une chose est sûre, laisser partir Mandanda dans un club moisi de Premier League serait l'erreur de gestion de trop de Vincent Labrune. Dimanche soir, lors du choc de ces 32es de finale entre Caen et Marseille (oui, oui c'était bien le choc, sachant que c'étaient les deux seules équipes de Ligue 1 qui s'affrontaient), le capitaine marseillais a livré un match incroyable en multipliant les arrêts de grande classe devant la bande à Andy Delort et en sortant trois penaltys lors de la séance de tirs au but. Il avait même pris la responsabilité de tirer le cinquième penalty. Il n'en aura finalement pas eu besoin. Et voilà comment rappeler à tout le monde qu'il était l'un des seuls hommes forts du club en cette saison bien compliquée. Et le club a définitivement besoin de lui cette année, quitte à le laisser partir libre à la fin de son contrat. Ce n'est pas comme si c'était la première fois que ça arrivait.

La polémique de la machine à café : qu'est-ce qui est le plus humiliant, perdre 7-0 ou 10-2 ?


Il y a deux écoles dans l'interprétation des branlées. D'un côté, il y a ceux qui estiment que plus l'écart de but est grand, plus grande est la gifle. Ces derniers estimeront que c'est Saint-Jean/Beaulieu qui s'est fait corriger le plus sévèrement en s'inclinant sur le score realmadridesque de 10-2 contre Monaco. De l'autre côté, il y a ceux qui voient ces deux buts comme une manière de « sauver l'honneur » , quitte à se prendre un peu plus de pions. Dans ce cas-là, ils estiment que c'est Limoges qui a le plus reçu en concédant un bon gros 7-0 face à l'OL de Bruno Génésio. S'il faut trancher, c'est pourtant bien Saint-Jean/Beaulieu qui a le plus à rougir. Parce que prendre un quadruplé de Lacina Traoré, on ne le pardonne pas, même à un club de DHR.

Vous avez raté le derby haut-savoyard et vous n'auriez pas dû


Le scénario du match entre Annecy et l'ETG est digne d'un drame. À domicile, au Parc des Sports d'Annecy (habituellement le stade d'Évian, allez comprendre la logique), les joueurs de CFA 2 se montrent exemplaires et donnent du fil à retordre aux pensionnaires de Ligue 2. Ils égalisent sur un coup franc de Dechêne, mais malheureusement, Meguireche manque le but de la qualification dans les dernières minutes. Ce sera la prolongation. Tout bascule à la 94e minute. Desbiolles se la joue Luis Suárez et repousse le ballon de la main sur sa ligne. Sauf qu'en face, ce n'est pas Asamoah Gyan, mais Sekou Keita. Et le Guinéen ne manque pas d'inscrire le penalty victorieux. S'ensuivent deux buts anecdotiques de Campanharo et Touré pour porter le score à 4-1. En un match, Annecy a engrangé un capital sympathie que l'ETG n'a jamais atteint en quatre saisons en Ligue 1.

La bonne nouvelle : Troyes a gagné son premier match de la saison


Malgré son blase tout bizarre, Jessy Pi est un héros. Le milieu de terrain a réalisé l'exploit, en permettant à Troyes de remporter son premier match de la saison. Ok, c'est en Coupe de France. Ok, c'est contre Dunkerque, une équipe de National. Ok, ça a été compliqué et il a fallu attendre le bout de la prolongation. Mais quand même. Et au moins, la premier succès de l'ESTAC a été mérité, arraché. Menés 3-2 dans la prolongation, les Troyens ont eu la force mentale de revenir et de s'imposer. Le tout à dix contre onze après la 77e minute et l'expulsion de Stéphane Darbion. Plus qu'à enchaîner approximativement huit victoires consécutives pour sortir de la zone rouge en Ligue 1. Allez Jessy.

L'homme des 32es de finale : Wilfried Louisy-Daniel


« C'est la magie de la Coupe de France » , a banalement expliqué Wilfried Louisy-Daniel. Mais on sait très bien que l'attaquant de 29 ans sera beaucoup plus vantard auprès de ses potes en parlant du match de samedi soir. En une mi-temps, le Robert Lewandowski de l'Oise a humilié le Stade de Reims à lui tout seul. Le buteur du FC Chambly, modeste club de National, a inscrit trois buts en 35 minutes contre le club de Ligue 1. Englués dans l'enfer du stade des Marais, les Rémois ont complètement sombré et ont même encaissé un quatrième but en deuxième mi-temps. Et ce n'est pas le but de Nicolas de Préville dans les dernières minutes sur penalty qui a sauvé leur honneur. Loin de là. En tout cas, le soir-même, Wilfried a dû payer un sacré nombre de tournées au District de Chambly.

Ils l'ont dit


«  Je tiens à m'excuser auprès du public rémois. » Olivier Guégan, entraîneur de Reims. Bah pourquoi ?

Salvatore Sirigu, gardien du PSG : « C'était un des matchs les plus difficiles depuis le début du championnat. » Contre Wasquehal. Un match contre Wasquehal est donc plus dur à négocier qu'un match contre Lyon, Marseille ou Monaco.

« Maman, je t'aime. » Grégory Gendrey, attaquant de Fréjus Saint-Raphaël, qui a profité du micro de RMC pour passer un coucou à la famille.

Stéphane Ruffier, gardien de l'ASSE : « Guignol, rentre chez toi ! N'oublie pas de me regarder le jeudi en Ligue Europa. » Ce sont les mots qu'il a adressés à William Rother, défenseur de Raon-l'Étape, après avoir sorti son penalty lors de la séance de tirs au but. La modestie, tout ça quoi.

« Pour moi, il y a deux situations où, si l’on est une équipe de L1, l’arbitre siffle penalty. » Marco Simone, entraîneur de Tours. La défaite 4-3 contre Lorient a dû mal à passer.

La stat


Top 5


Zlatan Ibrahimović (PSG) : Qui disait que Zlatan n'était jamais décisif dans les gros matchs ?

El Hassane M'Barki (Sarreguemines) : En marquant à la 20e minute, il a permis à son club de CFA2 de sortir Valenciennes et de signer le plus gros exploit de ces 32es de finale. Prince de sa ville

Steve Mandanda (Marseille) : Le gardien marseillais a fait son show. Et surtout, en bon coéquipier, il a évité à Ocampos de rater son penalty.

Jérôme Prior (Bordeaux) : En sortant le penalty de Fréjus à la 86e alors que le score était de 2-2, le gardien bordelais a évité une sacrée déferlante sur Willy Sagnol.

Lacina Traoré (Monaco) : Quatre pions en une mi-temps, soit la moitié de son nombre total de buts sous les couleurs de l'AS Monaco. Du coup, il s'est même permis de se faire expulser à la pause en compagnie de l'un de ses adversaires.

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE