1. //
  2. // 31è journée
  3. // OL/Auxerre (2-1)

Lyon et l’œil du tigre

Après leur succès étriqué contre Auxerre (2-1), l’Olympique Lyonnais revient à trois point de la troisième place, synonyme de barrage pour la Champions. Seul viatique qui trouve grâce aux yeux du club de Jean-Michel Aulas…

Modififié
0 0
Lyon - Auxerre 2-1
Buts : Lisandro 29' et 72' pour Lyon / Traoré 42' pour Auxerre

Deux penalties de Lisandro Lopez ont assuré une petite victoire aux Lyonnais face à la lanterne rouge icaunaise (2-1). Leur large domination leur vaut un succès par la plus petite des marges. Ces trois points les rapprochent à trois unités de la troisième place détenue par Lille, seul accessit qui trouve grâce à leurs yeux. Comme deux fois déjà sur les trois dernières saisons, ils remontent au classement en arrachant les points, petit à petit, avec l’œil du tigre qui les caractérise. De leur côté, les Auxerrois s’enfoncent dans le néant : un des doyens de la L1 verra le deuxième étage l’an prochain, sauf miracle…

Pain sec et eau tiède

La Ligue des Champions est une drogue à forte accoutumance. Pas de demi-mesure. Les Lillois qui viennent d’y goûter après le titre de l’an dernier, après plusieurs années d’abstinence, rêvent de repiquer au truc. Leur seul moyen ? Récupérer l’adresse de la troisième place, grossiste qui envoie au tour préliminaire. Une troisième place que les Marseillais regardent de loin : ils sont devenus accros depuis quatre ans et savent déjà que pour eux, ce sera au mieux un produit de substitution (la C3 en lieu et place de la Champions), s’ils gagnent la coupe de la Ligue ; la rehab’ pure et dure (le pain sec et l’eau tiède du championnat) au pire. Les Lyonnais sont les plus atteints, les plus prompts à aller chercher loin le droit de renouer avec leur addiction préférée. Ce sont de vieux junkies, ils ont l’expérience du terrain. Avant la réception d’Auxerre ce soir, ils savent que Lille a perdu à Brest (1-3) et qu’une victoire les rapprocherait à trois points du sésame qu’ils convoitent. Comme l’an dernier, comme en 2009, ils rêvent de revenir du Diable vauvert pour récupérer leur dose. Voire…

Ex-toxicomanes de la C1 l’an passé, les Auxerrois ont aujourd’hui d’autres préoccupations ; ils jouent pour ne pas descendre. Derniers, ils tentent d’enrayer leur lente descente aux enfers. Ils n’ont pas encore gagné en déplacement mais ils ramènent un nul presqu’une fois sur deux (7 fois sur 15). Briand envoie un pointu au ras du poteau (6è) après un service de Gomis, histoire de rappeler aux Bourguignons qu’ils sont là pour prendre trois points. Rien d’autre. La raïa de Puel domine outrageusement sans se créer trop d’opportunités. Briand resurgit vers la vingtième minute, suite à un-deux Gomis-Lisandro, qui échoit à l’ex-Rennais qui butte sur Sorin. La troisième tentative sera la bonne, et pour cause, Lisandro déséquilibré par le rempart auxerrois, transforme le pénalty (1-0, 28è). Peu à peu, l’AJA desserre l’étau : Lloris s’impose devant Chafni (30è) ; Olieh est contré dans la surface (38è) ; enfin, une erreur d’Umiti permet à Alain Traoré de se présenter seul devant le keeper des Bleus : petit pichenette pour l’éviter, il pousse ensuite la balle dans le but vide (42è, 1-1). Citrons. Pause. Repos. Quart d’heure salvateur. Brief de JMA pour les Rhodaniens. Un sale truc à dépendance hard-core, on vous dit.

Bouffeurs de merles

Auxerre défend bas. Jérémy Pied, sur le banc, n’a pas encore les siens sur le terrain, ça fait longtemps. Un nouvel échafaudage Briand-Lisandro-Gomis permet à ce dernier de vendanger une occase dans la surface (51è). Cela ressemble à Fort Alamo avec les gars de Wallemme dans le rôle des soldats bleus. Sur la touche, Génésio montre un paper-board ) Lacazette qui va rentrer. A force de défier les lois de la pesanteur, les Lyonnais s’exposent à une punition en contre. Pas loin d’advenir : sur une ouverture de Traoré, Oliech entourloupe Lovren et Lloris et va pour marquer mais Umiti sauve sur sa ligne (62è) ; Lloris fait de même du pied sur une frappe de Dudka (73è), tout pareil avec les mains sur un tir de Contout. Entre-temps, Lisandro a pris les choses en… pieds : débordement, retour à l’intérieur, faute de Boly, pénalty, but (2-1, 70è).

Wallemme hurle son désespoir sur le bord de la touche. Lyon n’inspire pas la confiance et la sérénité. Il enfile le bleu de chauffe et veut cette troisième place, sa troisième place, son aller simple chez le dealer de l’UEFA. Ce soir, il se rapproche à trois points du LOSC, tout redevient possible. En club prévoyant, il tentera le week-end prochain de décrocher la coupe de la Ligue contre l’OM. Histoire d’ajouter une ligne à son palmarès, la première après quatre ans d’abstinence, et l’assurance d’un voyage à travers le continent. Faute de grives, on bouffe des merles ; ça s’appelle la substitution aussi…

Rico Rizzitelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La Lazio tient sa revanche
0 0