Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // OL-PSG (2-1)

Lyon cuit Paris à l'étouffée

L'Olympique lyonnais a honoré la mémoire de Paul Bocuse avec un chef-d’œuvre tant dans la qualité de jeu que le scénario. Pour Paris, la défaite in extremis pourrait faire très mal moralement, même si elle a eu lieu en absence de Neymar et Mbappé.

Modififié

Olympique lyonnais 2-1 PSG

But : Fekir (2e) et Depay (90e)+4) pour l'Olympique lyonnais // Kurzawa (45e)+4) pour le PSG

Forcément, il fallait honorer la mémoire de Paul Bocuse. À défaut d'offrir le match le plus prolifique de l'histoire, Lyon et Paris ont donc livré une partie consistante, sans trop d'occasions, mais avec une belle intensité et du suspense. Les hommes de Bruno Génésio finissent la soirée avec le meilleur des desserts : une revanche par rapport au match aller, une remontée sur la deuxième place, et le meilleur des scénarios pour honorer leur chef cuisinier préféré.

Les notes de Paris

Kurzawa répond à Fekir


Deux chefs-d'œuvre, l'un pour lancer la première période, le second pour la conclure. C'est donc Nabil Fekir qui a donné le ton avec un coup franc sublime dès la seconde minute de jeu, et Layvin Kurzawa qui a remis les pendules à l'heure dans les arrêts de jeu du premier acte, avec une reprise de volée elle aussi exceptionnelle. Tout comme la passe d'Adrien Rabiot pour Dani Alves, centreur décisif. Entre les deux coups d'éclat du match, on retiendra la sale soirée de Kylian Mbappé, d'abord ouvert à l'arrière du crâne à la suite d'un choc avec Houssem Aouar, puis sorti sur civière après une sortie « musclée » (c'est le moins qu'on puisse dire) d'Anthony Lopes. Dans le jeu, c'est l'absence de complexe chez les Lyonnais et les difficultés des hommes d'Unai Emery à se créer des opportunités qui résument le mieux les 45 premières minutes. Hormis une tête contre son camp de Jérémy Morel – sous pression de Rabiot – qui a obligé Lopes à sortir le grand jeu, Paris n'a pas vraiment déstabilisé le socle défensif lyonnais. Jusqu'à la toute fin du temps additionnel et la mine de son arrière gauche sous la barre de Lopes alors que l'on pensait l'OL retourner aux vestiaires devant.

Dani Alves pète son câble


Au début du second acte, Paris met la pression sur l'OL et rappelle par là même qui est leader de la Ligue 1. Un centre d'Ángel Di María est proche de trouver Verratti, légèrement en retard (49e), puis l'Italien conclut un très bon mouvement du PSG avec une frappe de peu au-dessus. La prise de contrôle parisienne bat cependant de l'aile quelques minutes plus tard avec le pétage de plomb de Dani Alves, qui enchaîne tacle merdique sur Tanguy N'Dombélé et tête-contre-tête inopportun avec Clément Turpin. Rouge direct – Verratti aurait pu prendre le sien aussi en tentant de retenir la main de l'arbitre – et infériorité numérique pour le PSG, dont la domination s'effiloche dans les minutes suivantes. Dans un match de belle intensité, mais avec peu d'occasions, les meilleures opportunités sont pour Thiago Silva – une tête cadrée captée par Lopes (62e) – et Mariano. Lancé en profondeur, l'Hispano-Dominicain résiste au capitaine parisien avant de voir sa frappe renvoyée par Alphonse Areola, vigilant. Le gardien parisien doit encore s'employer en fin de match devant Maxwel Cornet (86e), puis – en deux temps – sur le corner qui suit. Il ne peut rien en revanche au bout du temps additionnel sur la frappe de Memphis Depay, entré une vingtaine de minutes plus tôt. Lyon ne remportera sûrement pas le titre en fin de saison, mais l'espace d'un match, les hommes de Bruno Génésio ont confirmé leur statut de seule réelle bête noire du PSG version QSI en Ligue 1.

Olympique lyonnais (4-3-3) : Lopes - Mendy, Marcelo, Morel, Rafael - N'Dombele, Tousart, Fekir (cap) - Cornet, Mariano (Traoré 77e), Aouar (Depay 68e). Entraîneur : Bruno Génésio

PSG (4-3-3) : Areola - Kurzawa, Marquinhos, Thiago Silva, Dani Alves - Rabiot, Lo Celso, Verratti (Pastore 87e) - Di María (Meunier 61e), Cavani, Mbappé (Draxler 36e) Entraîneur : Unai Emery


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici



    Par Nicolas Jucha
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Préparer son équipe 3
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
    Hier à 12:38 L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 32 Hier à 09:06 Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 11
    À lire ensuite
    Le roi de la jungle