Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Lyon-PSG (2-1)

Lyon croque le PSG !

Ça y est, c'est fait. Le PSG a perdu son premier match de la saison, face à un OL en grande forme. Les Lyonnais peuvent avoir le sourire.

Modififié

Olympique lyonnais 2-1 Paris Saint-Germain

Buts : Cornet (13e) et Darder (45e) pour l'OL // Lucas (51e) pour le PSG

Vingt-huit. Il aura fallu attendre vingt-huit journées de Ligue 1 pour voir tomber le tout-puissant PSG. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il aura fallu combiner énormément de facteurs pour vaincre les Parisiens. D'abord, il fallait retrouver un Olympique lyonnais au moins aussi séduisant que l'année dernière. Il fallait un Mapou Yanga-Mbiwa sans faille, et un Sergi Darder de gala. Il fallait un milieu de terrain parisien décimé. Il fallait une absence d'Ángel Di María et une toute petite forme de Zlatan. Alors certes, Paris sera champion fin mars. Mais Paris ne sera pas invaincu cette saison. Quant à l'OL, c'est à se demander comment on peut pondre des purges comme face à Lille et sortir des matchs de cette qualité face à l'une des meilleures équipes d'Europe. Le déclic est peut-être enfin arrivé.

La bataille du milieu


Sans surprise, Paris met le pied sur le ballon dès le début du match. Mais ce qui est le plus surprenant, c'est que les Parisiens semblent beaucoup moins sereins que d'habitude avec la balle. Sans Verratti et Matuidi, le PSG perd totalement la bataille du milieu de terrain. Du coup, David Luiz et Thiago Silva use et abuse de longs ballons pour sauter les lignes. Non seulement le milieu de terrain parisien est un cran en dessous niveau création, mais il est aussi en dedans niveau récupération. En face, l'entrejeu lyonnais est au contraire en feu. Darder et Ferri récupèrent le ballon très, très haut et permettent à leurs coéquipiers de se projeter vers l'avant. Et c'est grâce à une récupération haute de Ferri (et une défense horrible de Van der Wiel, accessoirement) que Maxwell Cornet peut ouvrir le score.


Quelques minutes plus tard, c'est Darder qui met Trapp à contribution. C'est bien simple, les Lyonnais bouffent les Parisiens au milieu de terrain. En atteste le pétage de câble de Thiago Motta qui gifle Jordan Ferri. Heureusement pour l'Italien, l'arbitre ne voit pas rouge. Pendant ce temps-là, les Lyonnais continuent de presser comme des fous furieux et enchaînent avec des attaques rapides très tranchantes. Au terme d'une action sublime, Ghezzal manque le deuxième but de peu. Pas grave, ce n'est que partie remise. Alors que l'OL levait le pied physiquement, Sergi Darder se prend pour Iniesta. Sur un centre de Rafael, l'Espagnol claque un sombrero sur Thiago Silva et une reprise de l'extérieur du pied droit. 2-0. Paris est au fond du trou.

Zéro réaction


Pour renverser la vapeur, Laurent Blanc est obligé de changer des choses. Javier Pastore remplace donc Benjamin Stambouli, perdu en première période. Les effets se font ressentir tout de suite, puisque l'Argentin est à l'origine de la réduction du score parisienne. Dans un style peu habituel, Pastore se bat comme un chien sur deux ballons, permettant ainsi à Lucas d'aller chercher le petit filet opposé. Le coup de fouet qu'il fallait pour que le PSG mette enfin en route le rouleau compresseur ? Que nenni ! L'Olympique lyonnais ne panique pas et surtout, ne recule pas. Les Lyonnais restent dangereux et se procurent toujours de belles occasions. Trapp est même contraint à s'employer.


Les Parisiens se contentent du minimum et semblent à court d'idées. Pourtant, les Lyonnais commencent à leur offrir de plus en plus d'espaces, à cause de la fatigue. Même s'ils ont toujours autant de mal à la création, les Parisiens parviennent à se procurer quelques situations intéressantes. Mais contrairement à d'habitude, ils exploitent mal les coups à jouer. Notamment Zlatan, qui semble anormalement timide. Dans le dernier quart d'heure, Paris essaie de pousser, mais sans réelle conviction. Comme si ce n'était pas vraiment grave de perdre. En même temps, c'est un peu vrai. Ce soir, Paris laisse partir son invincibilité. Maintenant que c'est fait, ce sera sûrement plus facile pour les prochaines équipes de grappiller quelques points au PSG. Merci Sergi.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Kevin Charnay
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
    À lire ensuite
    La Juve garde ses distances